Bilabrim

  • Tchad : libération de 12 otages et neutralisation de 20 combattants de Boko Haram

    Imprimer

    (Attention E.B.)

    Des accrochages de l’armée tchadienne avec des djihadistes de Boko Haram, à Barkalam et à Bilabrim non loin de la frontière nigérienne, se sont soldés par la neutralisation de 20 islamistes et la libération de 12 otages, a-t-on appris de sources concordantes, dimanche. Trois soldats tchadiens ont été blessés dans ces opérations.

    L’information a été communiquée à la presse locale samedi 26 septembre par Chérif Mahamat Zène, porte-parole du gouvernement.

    « Deux accrochages entre l'armée tchadienne et des éléments terroristes de Boko Haram ont eu lieu » jeudi 24 septembre « à 11 heures et 12 h 40 dans le Lac Tchad, respectivement à Barkalam près de la frontière nigériane et à Bilabrim non loin de la frontière nigérienne », a annoncé à la presse, le ministre tchadien de la Cmmunication, porte-parole du gouvernement, Chérif Mahamat Zène.

    « A Barkalam, l'armée a enregistré un blessé, neutralisé 15 terroristes, détruits 3 hors-bords, et a récupéré plusieurs armes individuelles. 12 civils dont 3 femmes, 2 filles et 7 enfants ont été libérés », a-t-il précisé.

    D’après le porte-parole du gouvernement tchadien, « à Bilabrim, deux soldats ont été blessés et cinq terroristes tués ». Les blessés ont été transportés à N'Djaména.

    Chérif Mahamat Zène a, par ailleurs, annoncé que les femmes et les enfants seront officiellement remis au ministère en charge de la Femme et de la Petite enfance « pour leur réinsertion » dans la société.

    Pour rappel l’armée tchadienne a été la cible, fin mars, d’une violente attaque terroriste menée contre un camp militaire à Boma dans le Lac Tchad. 100 militaires tchadiens avaient été tués lors de cette attaque.

    « Pendant que nous sommes en lutte contre le coronavirus, les illuminés de Boko Haram ont attaqué nos forces armées dans le lac Tchad », avait tweeté le 24 mars le président tchadien, Idriss Deby Itno, au lendemain de cette attaque menée par le mouvement insurrectionnel terroriste à Boma, dans la province du lac Tchad.

    En réaction à cette attaque, le président Deby a lancé et cordonné, du 24 mars au 9 avril, l’opération « Colère de Boma », une offensive contre Boko Haram au Lac Tchad.

    Le bilan de cette offensive faisait état de 52 morts et 196 blessés du côté de l’armée tchadienne et « 1000 terroristes de Boko Haram neutralisés » selon l’Etat-major de l’armée tchadienne.