Beyrouth

  • Liban : La double explosion du port de Beyrouth a endommagé 601 bâtiments historiques de Beyrouth

    Imprimer

    601 bâtiments historiques endommagés
    Mercredi 12 août, le ministre libanais de la Culture Abbas Murdata a tenu une conférence de presse au cours de laquelle il a déclaré que 601 bâtiments historiques de Beyrouth avaient été endommagés par l'explosion.
    Selon lui, environ 70 bâtiments sont en mauvais état et peuvent s'effondrer à tout moment.
    Le ministère craint que les promoteurs, profitant de la situation, n'achètent ces bâtiments pour les démolir et faire une opération immobilière à leur place. Pour éviter cela, une interdiction temporaire a été introduite sur la vente de bâtiments historiques dans le centre de Beyrouth.
    Pour rassurer les propriétaires des maisons endommagées, Abbas Murdata a déclaré que la restauration aux frais de l'Etat commencerait dans les semaines à venir.

    Le coût des dégâts dépasse les 15 milliards de dollars, selon le président libanais
    Le coût des dégâts causés à Beyrouth par l'explosion meurtrière et dévastatrice au port dépasse les 15 milliards de dollars, a annoncé mercredi le président du Liban Michel Aoun.
    "Les estimations préliminaires pour les pertes essuyées (après) l'explosion au port dépassent les 15 milliards de dollars", a assuré le président libanais lors d'un entretien téléphonique avec le roi d'Espagne Felipe VI, selon le compte Twitter de la présidence.

    Sur 55 structures médicales évaluées, plus de la moitié "hors service", selon l'OMS
    Plus de la moitié des 55 structures médicales de Beyrouth évaluées, parmi lesquelles trois des principaux hôpitaux de la capitale libanaise, sont "hors service", a indiqué mercredi l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).
    Après évaluation, "nous savons qu'un peu plus de 50% de ces établissements sont hors service" du fait de la gigantesque explosion du 4 août, a déclaré Richard Brennan, directeur régional des urgences de l'OMS, lors d'une conférence de presse au Caire. Trois des principaux hôpitaux de Beyrouth sont concernés, et trois autres ne fonctionnent qu'à capacité réduite, selon lui. "Cela veut dire que nous avons perdu 500 lits."
    M. Brennan a appelé les autorités et leurs partenaires à "rétablir les capacités de ces établissements au plus vite" pour répondre aux besoins du pays afin de faire face également à la pandémie de Covid-19 et aux autres urgences médicales.
    Selon Iman Shankiti, représentante de l'OMS pour le Liban, les unités de soins intensifs et les lits épargnés sont occupés par les blessés graves. L'explosion combinée à la pandémie auront un "impact sur les capacités d'hospitalisation au Liban", notamment dans les services de réanimation, selon elle.

    Record de contaminations à la Covid-19
    Mardi, un record quotidien de contaminations au nouveau coronavirus a été enregistré au Liban: 309 cas et sept décès. Au total, 7.121 cas, dont 87 décès, depuis février, selon un dernier bilan officiel. La pandémie de Covid-19 avait été maîtrisée dans un premier temps mais les cas sont repartis à la hausse après la réouverture de l'aéroport international de Beyrouth le 1er juillet et la levée progressive des mesures de confinement. Le gouvernement avait décrété un re-confinement provisoire en deux temps fin juillet, mais avait annulé cette mesure après l'explosion au port.

  • Liban : Nouvelles émeutes dans le centre-ville de Beyrouth

    Imprimer

    Les violences ont repris mardi en début de soirée près du Parlement, dans le centre-ville de Beyrouth peu après que des centaines de Libanais se soient rassemblés pour rendre hommage aux victimes de la double explosion meurtrière qui a ravagé Beyrouth, il y a une semaine jour pour jour, et réclamer la chute des dirigeants qu'ils tiennent pour responsables de la tragédie. 
    Des protestataires ont lancé des projectiles sur les forces anti-émeutes qui en retour ont fait usage de bombes lacrymogènes. D'autres manifestants ont érigé sur le mur empêchant l'accès au Parlement, une potence à laquelle était accrochée une effigie du président Michel Aoun.
    Des dizaines de personnes ont ensuite tenté de faire tomber un des portails métalliques installé pour empêcher l'accès à la place de l'Etoile et au siège du Parlement, sans provoquer jusqu'à présent de réaction des forces de l'ordre, tandis que les rangs des protestataires grandissaient dans la rue de la municipalité de Beyrouth. 
    Selon des images retransmises en direct par la chaîne LBCI, l'on peut voir deux agents en civil se trouvant sur le balcon d’un immeuble tirer, ce qui semble être des balles en caoutchouc, sur les manifestants.
    Depuis la double explosion au port de Beyrouth, les Libanais sont dans la rue pour réclamer la chute de la classe dirigeante. Chaque manifestation s'est terminée par des affrontements avec les forces de l'ordre.

     

    Lien permanent Catégories : Beyrouth, LIBAN, Port de Beyrouth 0 commentaire
  • Liban : Corruption et Hezbollah ... deux obstacles entre le Liban et ses donateurs

    Imprimer

    Alors que plusieurs pays ont convenu de la nécessité de soutenir le Liban pour le relever de la catastrophe causée par la récente explosion du port de Beyrouth, ces pays craignent que le soutien fourni n'atteigne pas son dû, c'est-à-dire le peuple libanais, et qu'il soit perdu au milieu de la corruption qui a englouti le pays et poussé la rue à se soulever depuis des mois, ou pire qu'il soit confisqué par la milice chiite. Hezbollah.

    Une catastrophe due à la négligence et la corruption
    L'agence "Reuters" a cité une source proche des enquêtes préliminaires sur la tragédie, affirmant qu'elle avait été causée par "la négligence et la corruption" du gouvernement, ce qui a conduit au maintien de ce gigantesque stock de nitrate d'ammonium pendant des années dans le port de Beyrouth avant qu'il n'explose et ne provoque la catastrophe.
    Dimanche, le bureau du président français a déclaré qu’une conférence de donateurs d’urgence pour soutenir le Liban après la double explosion de Beyrouth avait reçu des promesses d’environ 253 millions d’euros (298 millions de dollars) d’aide humanitaire immédiate.
    Le bureau a ajouté que ces promesses ne seraient pas conditionnelles à des réformes politiques ou institutionnelles, mais l'Elysée a indiqué que d'autres promesses de soutien à long terme dépendront des changements mis en œuvre par les autorités libanaises.
    Lors de la conférence de dimanche, les puissances mondiales se sont engagées à mobiliser «d'importantes ressources» pour aider Beyrouth à se remettre de l'explosion massive qui a détruit de vastes zones de la ville, et ont promis qu'elle «ne décevra pas le peuple libanais».
    Cependant, les pays étrangers ont exigé la transparence concernant l'utilisation de l'aide, craignant d'écrire des "chèques en blanc" à un gouvernement dont les gens le décrivent comme corrompu.
    Les pays participants à la conférence des donateurs, non seulement exigent de la classe politique libanaise qu'elle mette de côté ses divergences et se mette au service du peuple libanais, ils demandent également la mise en place d'une enquête crédible et indépendante sur l'explosion du port de Beyrouth.

    Une catastrophe d'ampleur inégalée
    L’explosion a détruit des quartiers entiers, déplacé environ 300 000 personnes, détruit des entreprises et mis fin aux approvisionnements en céréales de base.
    Le coût de la reconstruction de Beyrouth atteindra probablement des milliards de dollars, tandis que les économistes s'attendent à ce que l'explosion engloutisse jusqu'à 25% du produit intérieur brut du pays.
    Même avant la conférence de dimanche, des offres ont afflué pour un soutien humanitaire immédiat, y compris des équipes de secours et des fournitures médicales.
    Mais en signe de méfiance entre Beyrouth et les bailleurs de fonds , les pourparlers entre le gouvernement libanais et le Fonds monétaire international avaient déjà échoué avant l'explosion en l'absence de réformes.

    L'influence néfaste de l'Iran à travers le Hezbollah
    Certains pays sont préoccupés par l'influence que l'Iran exerce à travers le Hezbollah.
    Dans le discours de clôture de la conférence, il est déclaré que l'aide devrait être «rapide, suffisante et proportionnée aux besoins du peuple libanais. Elle doit être fournie directement au peuple libanais, avec le plus haut degré d'efficacité et de transparence». Pour ces pays, il est hors de question que l'aide arrive d'une manière ou d'une autre dans les caisses du Hezbollah asséchées depuis que l'Iran a du réduire son assistance financière à la milice chiite en conséquences du boycott américain contre Téhéran. 

    Des mois de manifestations contre la corruption et les ingérences étrangères
    Le Liban a vécu pendant des mois sous l'impact des manifestations qui exigeaient la fin de la corruption et la fin de l'ingérence étrangère dans le pays. Les protestations populaires visent surtout l'Iran qui paralyse l'Etat libanais à travers son autorité sur les milices du Hezbollah.
    La colère populaire suscitée par l'explosion a incité certains Libanais à appeler à un soulèvement pour renverser leurs dirigeants politiques. Au cours des derniers jours, les manifestants ont envahi les rues du centre de Beyrouth pour demander des comptes au gouvernement de Hassan Diab, qu'ils considèrent comme criminel pour n'avoir rien fait pour écarter les grandes quantités de matières hautement dangereuses stockées de manière non sécurisée dans le port de la capitale.

  • Liban : Les reporters de Sky News rapportent la découverte de "tunnels" sous le port de Beyrouth

    Imprimer

    Les journalistes de l'édition australienne de Sky News ont rapporté dimanche 9 août que les sauveteurs déblayant les décombres sont tombés sur un tunnel.dans le port de Beyrouth, non loin du site de l'explosion.
    Les médias libanais et israéliens ont attiré l'attention sur cette nouvelle. Le site internet libanais Sawt Beirut écrit que la découverte des tunnels sous le port offre l'espoir de retrouver ceux qui sont toujours portés disparus. Cette publication parle d'un "réseau de tunnels souterrains" sous le port.
    Le site israélien HAMAL écrit que le tunnel découvert appartiendrait au Hezbollah.
    Les experts s'interrogent sur l'utilisation de cette infrastructure souterraine située sous les silos à blé et à proximité du hangar, où le nitrate d'ammonium était stocké.

  • Liban : De hypothèses et des questions après la double explosion du port de Beyrouth

    Imprimer

    La double explosion survenue sur le port de Beyrouth n'a pas manqué de soulever de multiples questions et de remettre à nouveau en cause l'autorité de l'Etat. Le climat de suspicion, de rivalité et de contradictions internes est revenu, cette fois, à un rythme sans précédent. Les citoyens libanais n'ont simplement plus confiance dans leurs dirigeants. Cette désaffection du public envers la classe politique touche tous les politiciens. Car lorsqu'il y a de nombreux morts, les gens ne font plus de distinction religieuse ou politique en ce qui concerne les responsables.

    Les divisions confessionnelles entretenues par la classe politique hors de propos
    Parmi les leçons les plus importantes figurent également celles qui découlent de la large solidarité avec le peuple libanais, aux niveaux régional et international, de telle sorte qu'elles rendent hors de propos les divisions confessionnelles qu'entretient toujours la classe politique libanaise.

    La question de l'attribution des emplois publics
    L'incurie autour de la question du stockage des 2750 tonnes de nitrate d'ammonium a naturellement posé la question de la distribution des emplois publics sur des critères politiques ou confessionnels. Comment les autorités chargées du stockage de matières chimiques aussi dangereuses que le nitrate d'ammonium ont elles pu les conservers pendant plusieurs années dans le quartier n ° 12 du port. On sait que le directeur général des douanes libanaises s'était adressé à la justice pour demander le transfert ou le retour du stock de nitrate d'ammonium. Ré-exportez ces grandes quantités de nitrate d'ammonium ou éliminez-le de n'importe quelle manière, avait-il demandé. La question posée tout naturellement par le directeur des douanes s'est elle perdue dans les méandres procéduraux, toujours est il qu'aujourd'hui l'absence de réponse adéquate suscite les soupçons et les accusations, dans un climat politique particulièrement tourmenté dû à l'absence totale de confiance dans les dirigeants, les sectes et les élites politiques.

    Un contexte particulièrement lourd des relations entre Israël et le Liban qui suscite les suspicions
    A cela s'ajoute une situation particulièrement tendue entre le Hezbollah et Israël, qui a naturellement soulevé la question de l'éventuelle responsabilité de l'Etat hébreu. Ce à quoi, Israël n'a pas tardé à nier son implication dans la double explosion. Mais cela ne suffira pas à écarter les soupçons, notamment en raison des déclarations israéliennes précédentes, du regain de tension récent suite à la mort d'un responsable du Hezbollah près de Damas et les menaces de représailles de la milice chiite libanaise. A cela s'ajoute la multiplication des explosions mystérieuses qui secoue l'Iran et qui serait due, selon de nombreux observateurs, à une cyber-guerre menée par Israël contre l'Iran, grâce à l'utilisation de moyens de haute technologie, capables de détruire à distance les dépôts d'armement du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran, les sites nucléaires et autres installations stratégiques.
    Le climat de tension entre le Liban et le Hezbollah d'un côté, Israël de l'autre entretient , l'état de polarisation politique au sein de l'État libanais et contribue à paralyser la capacité du gouvernement libanais, quel qu'il soit, d'appliquer la loi et de prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger les citoyens et sauvegarder leurs intérêts, quand il faudrait rétablir l'autorité de l'Etat face au Hezbollah et à ses alliés.

    Le Hezbollah
    Laisser 2750 tonnes de nitrate d'ammonium dans un simple hangar sur le port de Beyrouth, était faire prendre un risque énorme pour tout le Liban. Mais c'était également un risque énorme pour le Hezbollah.
    Ce parti a commis une erreur en s'insérant profondément dans les équations gouvernementales et en mélangeant sa légitimité constitutionnelle en tant que parti représentant la communauté chiite libanaise avec la recherche d'une légitimité révolutionnaire, se déclarant champion de la lutte contre Israël, entraînant du même coup le Liban dans une spirale d'affrontements avec l'Etat hébreu.
    Et c'est précisément en justifiant la nécessité de se protéger contre ses ennemis, que le Hezbollah s'est mis à mettre progressivement en place une politique de favoritisme et de corruption à tous les niveaux, éliminant des postes clés tous ceux qui pouvaient éventuellement lui être hostiles.
    Et aujourd'hui, certains se demandent si le Hezbollah n'a pas directement ou indirectement tout fait pour laisser sur place ce stock de nitrate d'ammonium, au risque de laisser des adversaires profiter de l'opportunité pour créer une catastrophe et jeter le discrédit sur le Hezbollah.

    Soutien de la France au peuple libanais - pas à la classe politique
    Pendant sa visite au Liban, Jeudi 6 août, le président français a pris bien soin de faire la différence entre la solidarité de la France avec le peuple libanais et les relations avec les représentants de l'Etat, la présidence et le gouvernement. Il a mis en garde: le Liban continuera de souffrir si les réformes ne sont pas mises en œuvre.
    On sait que c'est la France qui a créé l'entité libanaise au lendemain de la Première Guerre mondiale, en la séparant des terres syriennes pour des raisons connues de tous. La France, un siècle après la création du Liban, se considère toujours comme la «mère gracieuse» du Liban, ou le «pays frère», comme l'a dit le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, après le désastre de la double explosion du port. Mais pourquoi la France s'implique-t-elle autant, sept décennies après avoir quitté le Liban en tant que puissance mandataire ?
    Parce que les Français viennent de découvrir qu'il faut s'attendre à ce que l'Etat libanais va tout faire pour protéger les suspects si l'hypothèse d'un acte criminel derrière la double explosion se trouve confirmée. Paris ne peut accepter qu'on brouille les cartes, ne serait-ce que par amitié pour le peuple libanais. C'est pourquoi il demande un changement de comportement de la classe dirigeante.

    Le Pacte de 1943 en question
    Mais tout changement suppose la remise question du Pacte de 1943, qui a assuré, depuis l'indépendance du Liban de la France, une cohabitation des sectes grâce à une division constitutionnelle des pouvoirs. Mais le Pacte de 1943 a également empêché la classe politique d'évoluer, de se moderniser, les dirigeants au sein de chacune des communautés confessionnelles étant plus enclins à conserver leur prérogatives, leurs clientèles plutôt que de s'intéresser à l'avenir du Liban en tant que nation.

  • Liban : Affrontements entre la sécurité et les manifestants à Beyrouth - TV live

    Imprimer



    Les forces de sécurité libanaises ont tiré des gaz lacrymogènes sur les manifestants qui tentaient de franchir un point de contrôle pour atteindre le bâtiment du Parlement dans le centre de Beyrouth, dans le prolongement des manifestations de colère après la double explosion du port de Beyrouth et les énormes destructions dans la capitale libanaise.
    L'"Agence nationale de presse" a déclaré aujourd'hui que des groupes de manifestants s'étaient rassemblés sur la place des Martyrs au centre-ville de Beyrouth pour participer à une manifestation et appeler à "la démission du gouvernement.
    Des dizaines de manifestants, cherchant à entrer au Parlement, ont tenté de s'en approcher, jetant des pierres, du bois et des restes de l'explosion de mardi dernier sur les forces de sécurité présentes pour protéger le bâtiment.
    Les manifestants ont tenté de détruire les obstacles en fer placés devant l'entrée du Conseil par les forces de sécurité pour créer une échappatoire pour entrer au Conseil.

    Une potence avec des effigies de Hassan Nasrallah, Michel Aoun et Nabih Berri
    Les manifestants ont scandé: «Avec notre âme et notre sang, nous nous sacrifions pour Beyrouth», ou encore «Révolution Révolution». Ils ont également dressé une potence pendant des découpages de Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, du président Michel Aoun et du président du Parlement Nabih Berri.

    Ee6lIALX0AI8sXj.jpeg

    Ministère des Affaires étrangères occupé et devenu QG des manifestants
    Les manifestants ont également pris d'assaut le ministère des Affaires étrangères à Achrafieh. Ils ont déclaré qu'il était devenu leur QG et ont accroché des banderoles exigeant un "Beyrouth démilitarisé et sans armes".
    Le ministère de l'Environnement et celui de l'Économie ont également été pris d'assaut par les manifestants qui ont jeté des portraits de Michel Aoun et des dossiers par les fenêtres. Le ministère de l'Economie est situé dans le complexe de bâtiments de la rue des Lazaristes. De l'intérieur, les contestataires ont jeté par la fenêtre un portrait de Michel Aoun, selon des images du groupe Facebook Akhbar al-Saha. Un quatrième ministère a été occupé en fin de soirée. Il s'agit du ministère de l'Energie. Le ministère de l'énergie a été évacué un peu plus tard par les forces de l'ordre. Les manifestants sont également entrés dans le siège de l'Association des banques du Liban, proche de la place des Martyrs, où ils ont détruit le mobilier.
    Assemblés devant le ministère des Affaires Etrangères les manifestants scandent "Iran, get out! Beirut is free, free!". Le ministère des Affaires Etrangères a été évacué dans la nuit par les officiers à la retraite à la demande de l'armée.
    Ee6PU1HXsAEU4jc.jpeg



    Nader.jpegL'assaut contre le ministère des Affaires étrangères dirigé par d'anciens officiers de l'armée
    Le général à la retraite George Nader (photo de gauche) aurait dirigé les vétérans de l'armée (photo de droite) qui se sont emparés du bâtiment du ministère des Affaires étrangères.

    Poste de police de Gemmayzé bloqué
    Le poste de police de Gemmayzé, le quartier chrétien visité par le président français, se trouve bloqué ce soir par les manifestants. Au même moment, sur le ring, les forces spéciales de l'armée libanaise sont intervenues lourdement contre les manifestants.

    Coups de feu à Beyrouth

    Des coups de feu ont été entendus sur les lieux de manifestations dans le centre-ville de Beyrouth et notamment aux alentours du Parlement où les tirs étaient assez intenses en soirée. La police confirme que des tirs à balles réelles ont eu lieu.

    Ee-ZqNJXkAASrhM.jpeg

    Un agent des Forces de sécurité intérieure (FSI) a été tué alors qu'il intervenait à l'intérieur de l'hôtel Le Gray, qui longe la place des Martyrs, selon l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle). Aucune information n'est toutefois encore disponible sur les circonstances du décès. 
    Des manifestants ont été touchés par des tirs de plombs sur la place des Martyrs, ont constaté les journaliste de L'Orient-le-Jour sur le terrain. Les affrontements dans le centre ville ont fait 728 blessés, dont 70 agents des FSI et 105 militaires.

    Des barricades en début de nuit entre le Ring et Achrafiyé

    Le premier ministre propose des élections législatives anticipées
    "Je vais proposer lundi la tenue de législatives anticipées", a déclaré le premier ministre Hassane Diab
    "Je suis prêt à assumer mes responsabilités pendant deux mois, jusqu'à ce que les parties politiques s'entendent", affirme le Premier ministre.

    De nombreux Libanais affirment que l'Etat les a abandonnés
    De nombreux Libanais, dont les maisons ont été détruites, estiment que l'État qu'ils considèrent corrompu les a abandonnés. Rappelons qu'il y a eu des manifestations depuis des mois avant le désastre du port de Beyrouth, pour protester contre la façon dont le gouvernement gérait la crise économique qui sévissait dans le pays.
    "Nous n'avons aucune confiance en notre gouvernement ... Je souhaite que les Nations Unies prennent la barre au Liban", a déclaré une étudiante, alors qu'elle nettoyait les taches de sang sur les murs de l'immeuble dans lequel elle vivait et qui a été endommagée par l'explosion.
    "Nous vivons au centre de l'explosion», a déclaré Maryse Hayek, 48 ans, psychologue. Je souhaite qu'un autre pays reprenne nos affaires en mains. Nos dirigeants sont une bande de pourriture".
    Samedi, le chef du parti Kataeb, Sami Gemayel, a annoncé la démission de trois députés du parti phalangiste du parlement. Il a fait cette annonce lors des funérailles du secrétaire général du parti, Nizar Najarian, qui a été tué dans l'explosion du port de Beyrouth.
    "Nous nous dirigeons vers une confrontation» pour réformer l'État", a déclaré Gemayel.
    Il a ajouté: "J'appelle toutes les personnes honorables à démissionner de la Chambre des représentants et à renvoyer immédiatement la question au peuple pour décider qui les gouverne sans que personne ne leur impose aucun ordre".

  • Liban : Plusieurs blessés dans des violences entre manifestants et forces de l'ordre dans le centre-ville, jeudi soir 5 août

    Imprimer

    Des dizaines de manifestants qui manifestaient jeudi dans le centre-ville pour condamner les autorités, qu'ils jugent responsables de la double explosion qui a ravagé Beyrouth il y a deux jours, ont été dispersés à coups de gaz lacrymogène par les forces de l'ordre. Des violences ont ensuite éclaté dans les rues de la capitale entre les forces de l'ordre et les contestataires, faisant plusieurs blessés dans les rangs de ces derniers, selon l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle).
    Selon des informations de la chaîne locale d'informations LBCI, les forces de sécurité ont tenté de disperser des rassemblements de manifestants, qui réclamaient notamment la démission du gouvernement de Hassane Diab, devant le Parlement libanais, ce qui a provoqué des violences.
    Sur des images diffusées notamment par le groupe Facebook Akhbar al-Saha, qui relaie les activités du mouvement de contestation, on peut voir les protestataires scander des slogans révolutionnaires, face à un important déploiement de unités de la force anti-émeute. Dans une autre vidéo, les contestataires sont dispersés dans une des rues du centre-ville, certains lançant des projectiles en direction des policiers, d'autres vidant des poubelles au milieu de la rue.
    La rue de la municipalité de Beyrouth a été fermée, peu avant minuit, par un barrage de pneus et de débris enflammés.
    Appels à manifester samedi, des activistes érigent une potence sur la place des Martyrs
    Des activistes réclamant que les responsables de la double explosion qui a ravagé Beyrouth mardi rendent des comptes ont érigé vendredi une potence sur la place des Martyrs, dans le centre-ville de la capitale, alors que des appels circulent sur les réseaux sociaux à une manifestation anti-gouvernementale, samedi, sous le thème "Pendez-les".
    Sur les réseaux sociaux, des appels à un grand rassemblement dans le centre-ville de Beyrouth circulent depuis plusieurs jours. L'un d'eux, intitulé "Dressez les potence", donne rendez-vous aux contestataires à 17h.
    La déflagration de mardi, d'une puissance inouïe, la plus dévastatrice vécue par le Liban, a alimenté la colère de la population, qui avait déclenché en octobre 2019 un vaste mouvement de protestation contre la classe dirigeante. L'indignation est d'autant plus grande que le gouvernement s'est avéré incapable de justifier la présence du nitrate d'ammonium au port "sans mesures de précaution" de l'aveu même du Premier ministre Hassane Diab.