Benishangul-Gumuz

  • Éthiopie: le conflit s'aggrave, des affrontements aussi dans la région Issa (somalienne)

    Imprimer

    Le gouvernement local de la région somalienne d'Éthiopie (Issa), a déclaré que des milices de l'État régional voisin d'Afar ont attaqué et pillé la ville de Gedamaytu, exacerbant le conflit civil dans ce pays de la Corne de l'Afrique. Ali Bedel, porte-parole du gouvernement somalien, a déclaré que la milice "avait massacré des centaines de civils" à Gedamaytu, également connue sous le nom de Garba Issa, centre d'un long différend sur les frontières interrégionales dans le nord-est de l'Éthiopie. 

    Un rapport interne de l'ONU, consulté par l'agence de presse Reuters, a révélé qu'il y avait eu des combats à Gedamaytu avec un nombre inconnu de victimes des deux côtés. "Beaucoup ont été déplacés et la ville a été presque entièrement saccagée", a insisté Bedel. Deux hauts responsables du gouvernement régional de l'État somalien ont fourni des comptes similaires. Selon l'un d'eux, il y a des centaines de victimes.

    Le porte-parole du gouvernement somalien a ajouté qu'après les attaques, une foule de "jeunes en colère" a bloqué l'une des principales routes de la région d'Afar reliant Addis-Abeba, la capitale de l'Éthiopie, au port maritime de Djibouti voisin. "Le gouvernement essaie de calmer la situation", a déclaré Bedel, sans donner plus de détails. 

    Mardi 27 juillet, des milliers de nouvelles recrues de l'armée fédérale éthiopienne ont défilé à Addis-Abeba avant de partir pour les camps d'entraînement. Le bureau du maire a indiqué que 3 000 jeunes rejoindraient les rangs des Forces de défense nationale éthiopiennes (ENDF) après avoir été enrôlés pour lutter contre les forces du Tigray. Ces derniers ont avancé au cours du week-end, atteignant l'Etat régional d'Amhara, dans le nord-ouest du pays. Dans le même temps, les combattants du Tigray ont intensifié leurs attaques dans la région voisine d' Afar, marquant l'expansion du conflit dans une zone auparavant vierge. Des responsables locaux afar ont assuré avoir reçu le soutien du gouvernement central pour repousser les forces de la région voisine. 

    Getachew Reda, porte-parole des forces du Tigray, a confirmé que les combats à Afar avaient commencé. "Nous ne sommes pas intéressés par des gains territoriaux dans la région Afar, nous sommes plus intéressés par la dégradation des capacités de combat de l'ennemi", a déclaré Reda, ajoutant qu'il avait pu repousser les milices de la région d'Oromia, envoyées en soutien aux forces d'Afar.

    Alors que la violence dans le pays s'intensifie, la crise humanitaire actuelle s'aggrave également. L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est déclarée mardi 27 juillet préoccupée par les 24.000 réfugiés érythréens résidant dans deux camps de réfugiés de la région du Tigray, notant qu'ils seraient coupés de l'aide et pourraient rester sans nourriture ni eau potable. . Les États-Unis ont également exprimé leur profonde préoccupation pour les attaques qui ont été signalées contre les réfugiés érythréens dans la région éthiopienne du Tigray. Une porte-parole du département d'Etat américain, Jalina Porter, a fait une déclaration mardi 26 juillet, exigeant que les intimidations et les offensives cessent. Les affrontements entre groupes armés se sont intensifiés dans et autour des camps de Mai Aini et Adi Harush et deux réfugiés ont été tués ce mois-ci, a indiqué le HCR.
    Réfugiés érythréens.jpeg

    En outre, quelque 3 000 Éthiopiens de la région d'Amhara sont entrés au Soudan voisin le lundi 26 juillet, selon l'agence de presse d'État soudanaise SUNA. Il s'agit du plus grand nombre de réfugiés depuis le début des combats en novembre 2020 entre les forces du Tigray et celles du gouvernement éthiopien. Selon SUNA, la plupart d'entre eux appartiennent aux Kimant, un groupe minoritaire de la région d'Amhara. Kefale Mamo, un représentant du Comité Kimant, a déclaré à l'agence de presse Reuters qu'il avait également reçu des informations faisant état de combats entre les forces éthiopiennes et les agriculteurs du groupe ethnique Kimant. De nombreuses maisons ont été détruites et plusieurs voitures volées, a ajouté Mamo. 

    Les dirigeants du Tigray ont déclaré qu'ils continueraient à se battre jusqu'à ce qu'ils reprennent le contrôle du territoire contesté dans le sud et l'ouest de la région, saisi lors de combats avec des alliés du gouvernement dans la région d'Amhara. 

    Dimanche 25 juillet, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a déclaré que l'armée était prête à vaincre les forces tigréennes. Rappelons que les milices Amhara ont soutenu l'armée du gouvernement central depuis le début du conflit. Récemment, d'autres régions ont déclaré qu'elles enverraient des forces en soutien aux troupes gouvernementales. Parmi celles-ci, la région somalienne, celle de Benishangul-Gumuz, Gambella et Harari.

    La guerre entre les rebelles du Tigray et le gouvernement central d'Addis-Abeba a  commencé en novembre 2020, provoquant la mort de milliers de personnes. Environ 2 millions d'habitants ont été contraints de fuir leur foyer et plus de 5 millions dépendent de l'aide alimentaire d'urgence. Fin juin, les rebelles ont repris la capitale régionale, Mekele, et la majeure partie du Tigray, après que le gouvernement eut retiré les soldats et déclaré un cessez-le-feu unilatéral. Les retombées de la guerre dans une autre partie du deuxième pays le plus peuplé d'Afrique pourraient accroître la pression sur le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed.

    Pour comprendre comment le conflit civil en Éthiopie est né, il faut se rappeler que, le 4 novembre 2020, l'armée éthiopienne a lancé une offensive en réponse aux attaques présumées des forces régionales du Tigray contre des bases du gouvernement fédéral.  Le Front populaire de libération du Tigray (TPLF) a été blâmé pour les attaques. Le TPLF a été pendant longtemps, au moins depuis 1991, la force dominante de la coalition au pouvoir, le Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF), une alliance multi-ethnique composée de quatre partis, qui a dirigé le pays pendant près de 30 ans avant l'arrivée au pouvoir du Premier ministre Abiy Ahmed le 2 avril 2018. L'année dernière, le TPLF s'est séparé de l'EPRDF après avoir refusé de fusionner avec les trois autres partis de la coalition dans le nouveau Parti de la prospérité (PP), sous le commandement d'Abiy. 

  • Ethiopie : Une nouvelle attaque dans l'ouest fait au moins 80 morts

    Imprimer

    La série meurtrière continue dans l'ouest de l'Ethiopie: théâtre de plusieurs massacres ces derniers mois, la région du Benishangul-Gumuz a subi une nouvelle attaque mardi qui a fait au moins 80 morts, de quoi accroître les tensions déjà vives dans ce pays d'Afrique de l'Est. Il n'existe aucun lien connu entre ces violences et le conflit actuellement en cours au Tigray, une région septentrionale de l'Ethiopie où les troupes gouvernementales ont été envoyées en novembre pour déloger les autorités locales dissidentes.
     
    Cette nouvelle tuerie devrait accentuer la pression sur le Premier ministre Abiy Ahmed, pour intervenir de manière plus importante au Benishangul-Gumuz, région située le long de la frontière avec le Soudan et le Soudan du Sud, et où doit être construit la plus grande installation hydroélectrique d'Afrique sur le Nil Bleu.
     
    "Nous avons reçu des informations prouvant que plus de 80 civils ont été tués le 12 janvier près de Daletti" dans le Benishangul-Gumuz, a expliqué mercredi à l'AFP un porte-parole de la Commission éthiopienne des droits de l'Homme (EHRC), Aaron Maasho.
     
    Le village de Daletti est situé dans la zone de Metekel, où des centaines de personnes ont péri lors d'attaques armées ces derniers mois. En décembre, l'une d'elles avait fait 207 morts.
     
    Si certains dirigeants locaux parlent de violences ethniques, M. Abiy peine à expliquer les motivations derrière ces attaques. Le Premier ministre n'arrive pas à sécuriser la zone, malgré sa visite dans la région en décembre et l'installation sur place d'un poste de commandement fédéral. L'attaque de mardi a eu lieu entre cinq et sept heures du matin, selon M. Aaron. Les victimes étaient âgées de deux à 45 ans. La Commission "essaie d'obtenir de plus amples informations sur les assaillants" et sur la manière dont les victimes ont été tuées, a ajouté le porte-parole.
     
    Violences intercommunautaires
    Un survivant, Ahmed Yimam, a expliqué à l'AFP avoir recensé 82 cadavres et 22 personnes blessées. "L'attaque a été menée principalement avec des couteaux, des armes à feu ont aussi été utilisées", a-t-il raconté. "J'ai peur que ça recommence car les assaillants ne sont pas sanctionnés et les autorités locales et régionales ne fonctionnent pas".
     
    En octobre, le Premier ministre avait attribué les violences dans la zone à des combattants venus de l'Etat voisin soudanais du Nil-Bleu, où ils sont "armés et entraînés". M. Abiy avait alors appelé Khartoum à régler le problème. A contrario, plusieurs leaders locaux de l'opposition assurent depuis des semaines que ces attaques sont menées par des membres de l'ethnie éthiopienne gumuz et motivées par des facteurs ethniques. Selon eux, les milices gumuz ciblent notamment les membres de la communauté Amhara, seconde ethnie du pays.
     
    Membre du Mouvement national amhara, un parti d'opposition, Dessalegn Chanie a expliqué à l'AFP soupçonner certains membres des autorités locales de la zone de coopérer avec les assaillants. "Le problème est très compliqué, car de nombreux responsables gumuz soutiennent ces milices. Ils leur fournissent des informations et une aide logistique", a-t-il assuré, sans fournir d'éléments pour étayer ses accusations.
     
    Plusieurs dirigeants du Benishangul-Gumuz ont été arrêtés en décembre. Ils sont soupçonnés d'avoir joué un rôle dans les violences commises dans la région le mois dernier. D'après M. Dessalegn, le bilan de l'attaque de mardi pourrait s'alourdir. Plusieurs sources, dont des travailleurs hospitaliers, lui ont rapporté qu'au moins 131 personnes auraient été tuées, a-t-il expliqué. 
     
    Lundi, la radio-télévision Fana BC, affiliée au pouvoir, assurait qu'une "paix relative a été restaurée à Metekel" grâce aux mesures prises par le gouvernement fédéral. Mais la Commission éthiopienne des droits de l'homme a appelé les autorités mercredi à intervenir davantage. Ces violences montrent que l'ouverture prônée par le Premier ministre Abiy Ahmed a libéré des ambitions territoriales locales et d'anciens différends intercommunautaires, qui ont débouché sur des violences meurtrières dans de nombreuses régions du pays.

  • Ethiopie: 207 morts dans l'attaque de Metakal, dans l'ouest du pays

    Imprimer
    L'attaque menée mercredi 23 décembre (voir notre blog du 23 décembre) dans l'ouest de l'Ethiopie par des hommes armés est monté à 207 morts, selon un communiqué consulté samedi par l'AFP de la Commission éthiopienne des droits de l'Homme (EHRC), qui faisait auparavant état de 100 victimes. Cet organisme indépendant, rattaché au gouvernement, avait annoncé que des résidents de Metakal, une zone de la région du Benishangul-Gumuz, avaient été attaqués mercredi avant l'aube, dans leur sommeil.
    Cette attaque est la dernière en date d'une série meurtrière ces derniers mois dans cette zone où vivent notamment des habitants des ethnies oromo, amhara - les deux plus nombreuses du pays - et shinasha. Selon des dirigeants locaux, ces attaques sont menées par des membres de l'ethnie gumuz et motivées par des facteurs ethniques.
     
    "(La Commission) continue de suivre avec les autorités compétentes la situation au Benishangul-Gumuz et confirme que le bilan de l'attaque qui a eu lieu (...) aux premières heures du 23 décembre 2020 est monté à 207 (morts)", indique ce texte publié vendredi soir.
     
    Ce bilan avait été évoqué vendredi par des autorités locales qui organisaient des funérailles.
     
    "L'effort continue pour identifier les victimes avec l'aide des survivants et des cartes d'identité", ajoute la Commission, précisant que les victimes, en majorité des hommes (133 tués), comptent aussi des femmes, des enfants et des personnes âgées.
     
    L'EHRC réitère son appel à l'envoi "en urgence d'aide humanitaire" et s'inquiète du nombre de déplacés, soulignant que plus de 10.000 résidents de la localité de Bekuji Kebele marchent vers la ville de Bulen, l'une des principales de la zone, qui accueille déjà "des milliers" de déplacés. "Un témoin raconte que "la ville de Bulen est submergée. Les routes menant à la ville sont pleines de personnes déplacées et de leur bétail, qui marchent vers la ville"", écrit la Commission.
     
    Jeudi, les autorités régionales ont annoncé que l'armée éthiopienne avait tué 42 hommes armés accusés d'avoir participé au massacre, sans préciser qui ils étaient.
     
    Le Premier ministre Abiy Ahmed, qui a qualifié cette attaque de "tragédie", avait attribué en octobre les violences dans la zone à des combattants venus de l'Etat voisin soudanais du Nil-Bleu, où ils sont "armés et entraînés" et appelé Khartoum à régler le problème. Il a affirmé jeudi que cette dernière attaque avait pour objectif "d'éparpiller l'importante force" mobilisée dans le cadre de l'opération militaire en cours au Tigray (nord), un conflit a priori sans rapport avec les violences dans le Benishangul-Gumuz.

    740px-Ethiopia_administrative_divisions_-_de_-_colored.svg_-800x450_center_center.png



  • Ethiopie : 34 morts dans une attaque armée contre un bus dans l'ouest de l'Éthiopie

    Imprimer

    La Commission nationale éthiopienne des droits de l'homme a annoncé, dimanche 15 novembre, que des militants dans l'ouest de l'Éthiopie avaient tué au moins 34 personnes dans une attaque contre un bus.

    Le comité a déclaré que les hommes armés avaient attaqué le bus samedi soir, craignant de plus en plus un vide sécuritaire tandis que s'étend la campagne militaire dans le nord du pays.

    La Commission éthiopienne des droits de l'homme a déclaré que le nombre de morts est susceptible d'augmenter après ce qu'elle a décrit comme une attaque "horrible" contre un bus de passagers dans la région de Benishangul-Gumuz.

    25.000 réfugiés au Soudan
    Pendant ce temps, les réfugiés éthiopiens continuent de s'amonceler au Soudan voisin, créant un nouveau problème humanitaire. Leur nombre dépasserait, dimanche 15 novembre, le chiffre de 25.000.

    Les autorités du Tigray accusent les Emirats Arabes Unis
    Les autorités de la région du Tigray affirment que des drones fournis par les Émirats arabes unis effectuent des frappes aériennes au-dessus du Tigray.

    Les EAU sont un allié très proche de l'Éthiopie et de l'Érythrée.

     

  • Éthiopie: au moins 12 personnes tuées à Metakal

    Imprimer

    Au moins 12 personnes ont été tuées dans la région de Metakal, y compris la région occidentale de Benishangul-Gumuz. Le porte-parole du gouvernement régional, Melese Beyene, a rapporté ce mardi 13 octobre.

    Les meurtres, qui ont eu lieu lundi soir, ont fait suite à deux attaques dans la même zone le mois dernier, précisément entre le 6 et le 13 septembre, au cours desquelles environ 45 personnes ont été tuées par des hommes armés non identifiés. L'incident met en évidence les obstacles sécuritaires pour le gouvernement d'Addis-Abeba.

    Les meurtres ont commencé par vengeance après le meurtre du frère d'un responsable local, a expliqué le porte-parole. Parmi les victimes du lundi 12 octobre, plusieurs femmes et enfants ont été identifiés, beaucoup massacrés à leur domicile. "J'ai vu une petite fille de six mois qui a été tuée chez elle et son petit corps jeté dans un champ", a déclaré à l'agence de presse Reuters un haut responsable du Mouvement national Amhara (NAMA) et un survivant local. ils ont tous deux demandé à rester anonymes par crainte de répercussions.

    Le vice-Premier ministre éthiopien Demeke Mekonnen a appelé les habitants de la région de Metakal à s'armer et à se défendre, car la situation sécuritaire dans la région semble être «tragique». Benishangul-Gumuz est situé à la frontière avec le Soudan. En septembre, la Commission éthiopienne des droits de l'homme a déclaré que des centaines de civils avaient été déplacés par la violence et a appelé les autorités régionales à ouvrir une enquête approfondie sur les événements.

    Le 24 juin de l'année dernière, un groupe d'hommes en tenue de camouflage a tué plus de 50 personnes dans la même zone. Pour le chef de la sécurité locale, les assaillants étaient les mêmes personnes impliquées dans le coup d'État manqué deux jours plus tôt. Le 22 juin, une tentative de coup d'État avait eu lieu à Bahir Dar, la capitale régionale de l'État d'Amhara. Les conspirateurs avaient l'intention de renverser Ambachew Mekonnen, le chef du gouvernement régional d'Amhara, situé au nord de la capitale. Mekonnen a été tué lors de la tentative de coup d'État , avec l'un de ses conseillers. Le 24 juin, les autorités éthiopiennes ont déclaré avoir tué le chef du coup d'État manqué, le général Asamnew Tsige.

    220px-Abiy_Ahmed_during_state_visit_of_Reuven_Rivlin_to_Ethiopia,_May_2018.jpgLe Premier ministre éthiopien est le plus jeune dirigeant du continent africain. Au cours de son mandat, Abiy (photo) a été le promoteur d'une série de réformes sociales, économiques et sécuritaires qui ont conduit à la fois à un tournant dans la politique intérieure et étrangère du pays, la plus peuplée d'Afrique après le Nigéria, et à un nouvel équilibre diplomatique dans la région de la Corne de l'Afrique. Son action de réforme est si déterminée que l'Éthiopie semble être à la croisée des chemins entre dictature et démocratie.

    Selon divers analystes, l'une des conséquences de la ligne dure du premier ministre a été d'élargir les divisions ethniques du pays. De cette façon, les partis ethnocentriques, tels que la NAMA, gagnent un soutien croissant et leur rhétorique alimente une forte violence interethnique. Depuis sa fondation en 2018, la NAMA s'est imposée comme le principal rival de la coalition au pouvoir, qui détient le pouvoir en Éthiopie depuis 1991.

     

     

     

     

  • Ethiopie : au moins 15 civils tués dans l'attaque d'une milice

    Imprimer

    Au moins 15 personnes ont été tuées, samedi, dans une attaque armée perpétrée dans la région éthiopienne de Benishangul-Gumuz, frontalière avec le Soudan.

    Le Comité éthiopien des droits de l'homme a indiqué dans un communiqué publié vendredi soir qu'une milice armée (dont le nom n'était pas mentionné) avait mené une attaque dans la région de Metakal, dans la région ouest du pays, tuant 15 civils, dont 4 femmes.

    Dans sa déclaration, le Comité a appelé les autorités fédérales et locales à prendre les mesures nécessaires pour imposer l'état de droit et tenir les auteurs pour responsables, notant que cette attaque est la troisième consécutive au cours du mois de septembre.

    L'attaque fait suite à des incidents similaires dans la même région, qui se sont produits entre le 6 et le 13 septembre, et ont entraîné le meurtre de 30 civils, dont des femmes et des enfants.