Béni

  • République Démocratique du Congo : RDC : 39 rebelles neutralisés en Ituri 

    Imprimer

    L'armée congolaise a annoncé avoir tué sept rebelles des forces démocratiques alliées (ADF) et 31 miliciens CODECO dans des offensives en Ituri, province secouée par les violences dans le Nord-Est de la République démocratique du Congo (RDC).

    Dans la localité de Badiese située dans le territoire de Djugu, « 7 terroristes ADF de nationalité tchadienne et somalienne ont été neutralisés lundi », a déclaré le lieutenant Jules Ngongo, porte-parole de l’armée en Ituri.

    Par ailleurs, les troupes congolaises ont mené des "opérations avec des hélicoptères" dans le bastions des miliciens de la Codeco (coopérative pour le développement du Congo), à Mungwalu, dans le territoire de Djugu du 23 au 26 décembre, a indiqué la même source précisant que le bilan de ces opération est de "31 éléments de la milice Codeco neutralisés et plusieurs blessés dans le camp ennemi".

    La milice Codeco prétend défendre les intérêts des Lendu, une des communautés de l'Ituri contre des membres de la communauté rivale, Hema.

    Les affrontements entre miliciens de ces deux communautés dans les années 2000 avaient dégénéré en une guerre civile ayant fait plus de 60 000 morts, selon les Nations Unies. La guerre avait pris fin grâce à l’intervention de la force « artemis » de l’Union européenne sous commandement français.

    Ces tentions ont repris en 2017, faisant à ce jour des milliers de morts, d’après la société civile.

    Les ADF, très actifs dans le territoire de Beni, situé dans la province du Nord - Kivu, ont progressivement étendu leurs exactions en Ituri à partir de 2019. 

    Les ADF et la CODECO sont les principales cibles des opérations militaires dans les deux provinces placées sous état de siège par le Président Felix Tshisekedi depuis sept mois.

    Cet état de siège, au bilan mitigé, a été renforcé par le déploiement des troupes ougandaises depuis, fin novembre, pour des opérations conjointes essentiellement dans le territoire de Beni au Nord-Kivu et Irumu et Djugu en Ituri.

     

  • République Démocratique du Congo : Un kamikaze tue six personnes à Beni

    Imprimer

    Un kamikaze a tué au moins six personnes en faisant exploser sa bombe, samedi 25 décembre 2021 à Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo, où les autorités provinciales accusent les rebelles du groupe Forces Démocratiques Alliées (ADF), dans un communiqué officiel.

    "Le kamikaze, empêché par les vigiles d'accéder au bar bondé de clients, a activé la bombe à l'entrée. Le bilan encore provisoire fait état de six morts, dont le kamikaze, et 13 blessés admis dans les hôpitaux de la place", a écrit le général de brigade Sylvain Ekenge, porte-parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu. Une source de la mairie de Beni a indiqué à l'AFP que parmi les personnes tuées, "il y a deux enfants". "Parmi les blessés se trouvent les deux Bourgmestres adjoints des Communes de Mulekera et de Ruwenzori", a-t-elle ajouté, indiquant que "les terroristes d'ADF aux abois ont actionné leurs cellules dormantes dans la ville de Beni en vue de déclencher des actions contre les paisibles citoyens".

    La bombe a explosé à l'intérieur du restaurant "In Box", situé dans le centre de la ville de Beni, où plus d'une trentaine de personnes célébraient la fête de Noël, selon deux témoins interrogés par l'AFP. 

    FIv1PayXMAkWU5a.jpegL'État islamique a revendiqué l'attentat suicide, précisant que le kamikaze (photo ci-contre) était un Ougandais.

    Le 27 juin, l'explosion d'une bombe artisanale dans une église catholique avait blessé deux femmes. Le même jour, le porteur d'une bombe avait été tué dans l'explosion de son engin près d'un bar et non loin d'une mosquée. La veille un autre engin avait explosé, non loin d'une station-service, sans faire de dégâts. Les autorités avaient accusé les rebelles d'ADF d'être responsables de ces attentats dans la ville de Beni.

    Le Nord-Kivu et l'Ituri sont depuis début mai sous état de siège, une mesure exceptionnelle qui a donné les pleins pouvoirs aux militaires, mais qui n'a pas permis jusqu'à présent de stopper les exactions des groupes armés. Dans ces deux provinces de la RDC, les armées congolaise et ougandaise mènent depuis le 30 novembre des opérations militaires conjointes contre des positions des rebelles du groupe d'origine ougandaise Forces Démocratiques Alliées (ADF).

    Groupe le plus meurtrier en RDC, les ADF sont aussi accusés par Kampala d'être responsables de récents attentats sur son sol, revendiqués par l'État islamique, qui présente ce groupe comme sa "province" (wilayat) en Afrique centrale (ISCAP).
    istockphoto-509252743-612x612-e1638369954723-800x450_center_center.jpeg

  • RDC : 7 morts dans des offensives de l’armée contre un groupe armé affilié à Daech à Beni

    Imprimer

    L’armée congolaise a annoncé avoir « neutralisé » six éléments des forces démocratiques alliés (ADF) et perdu un soldat lors des offensives lancées, vendredi matin 5 novembre 2021 dans une localité du territoire de Beni, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC).

    Les offensives militaires sont menées entre la rivière Mahiya et Taliha depuis 5h du matin, a indiqué le capitaine Antony Mwalushay, faisant état de 6 terroristes neutralisés.

    “Côté FARDC ( forces armées de la RDC), un soldat est tombé sur le champ d'honneur et un autre grièvement blessé”, a précisé la même source

    Jeudi, une attaque des rebelles du ADF à Beni s'est soldée par 7 morts dont 4 assaillants, d’après l’armée.

    La persistance des attaques armées dans le territoire de Beni, a entrainé l’arrêt des interventions de 10 organisations humanitaires, privant 116 000 personnes déplacées d’une assistance vitale, a affirmé, jeudi, le bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) dans une note aux médias.

    Les ADF sont de loin le groupe armé le plus sanglant parmi les 122 actifs et recensés actuellement dans l'Est de la RDC par les experts indépendants et les Nations Unies.

    Depuis début 2021, plus de 25 villages ont été attaqués et plus de 200 personnes tuées par ce groupe en Ituri et dans le Nord-Kivu, selon le dernier rapport de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) qui faisait état de son inquiétude face à l’afflux de déplacés sur fond de persistance des violences armées.

    Le 11 mars, les États-Unis ont placé, le groupe ADF, actif dans l'est de la RDC depuis 1995, parmi les « groupes terroristes » affiliés à Daech.

    Pour tenter d’enrayer la violence dans la région, le Président Félix Tshisekedi a placé les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri, sanctuaires des ADF, sous état de siège.

    Cette mesure a consacré la gestion des provinces par l'armée mais son bilan reste controversé du fait de la persistance des attaques.

    En visite dans la région, le secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a récemment affirmé que les assaillants multiplient les attaques contre les civils en réponse à la pression militaire conjointe entre forces armées congolaises et casques bleus.
    Carte.jpg

  • République Démocratique du Congo : La situation à Beni en “détérioration continue" (ONU)

    Imprimer

    Les Nations Unies ont déploré, lundi soir 23 août 2021, une "détérioration continue" de la situation à Beni, dans le Nord-Kivu, province de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) en proie à des attaques de groupes armés depuis plusieurs décennies.

    Dans un bulletin d’informations, le bureau de coordination des affaires de l’ONU (OCHA) estime que "la protection des civils dans le territoire de Beni, notamment dans la zone d'Oicha, ne cesse de se détériorer à cause des attaques armées".

    Durant la première quinzaine d'août, détaille OCHA, "au moins 27 civils ont été tués dans cette zone", la majorité étant morts dans la localité de Mamove, à l'ouest d'Oicha, "où 37 autres civils avaient déjà été tués en juillet 2021".

    Ces exactions provoquent également d'importants déplacements de populations parce qu’à ce jour, “plus de 710 000 personnes sont déplacées dans le territoire de Beni", affirme OCHA.

    Le Nord-Kivu et l'Ituri, voisine, sont depuis début mai en état de siège. Cette mesure exceptionnelle, forme aggravée de l’état de siège, avait été décrétée par le président Felix Tshisekedi pour tenter de mettre fin à la violence des groupes armés.

    Le Premier ministre Jean - Michel Sama Lukonde en déplacement, lundi, à Beni après avoir passé un week-end en Ituri a appelé à “soutenir l'état de siège pour ramener la paix et la sécurité”.

    Il a insisté : "Soutenons les policiers et les Forces armées", a-t-il déclaré adressant un message aux jeunes à se détourner des groupes armés qui cherchent à les enrôler.

    L’armée a récemment affirmé que les rangs du groupe armé le plus sanglant dans la région depuis 2014, Forces démocratiques alliés (ADF), sont à 90 % composés des Congolais.

    Les Forces démocratiques alliées (ADF) sont présentées par l’organisation terroriste Daech comme sa branche en Afrique centrale.

    L’armée américaine a dépêché une mission des forces spéciales pour évaluer les capacités de l’armée congolaise et lui apporter un appui.

  • République Démocratique du Congo : 8 civils tués lors d’une nouvelle incursion de rebelles affiliés à l'Etat islamique dans l’Est

    Imprimer

    Au moins huit civils dont trois femmes ont été tués par balles et à coups de machette, jeudi soir 5 août 2021, lors d’une attaque des rebelles ADF (Forces démocratiques alliées), dans un village du territoire de Beni, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), a annoncé la société civile locale.

    Les assaillants sont venus du village voisin de Tchanitchani et ont visé notamment les villageois qui se rendaient aux champs, a indiqué Kinos Katuho, président de la société civile de Mamove.

    « Le bilan est de 8 morts et quatre blessés », a-t- il ajouté, faisant également état de « plusieurs personnes qui manquent à l’appel et qui pourraient avoir été kidnappées par les assaillants ».

    L’attaque de jeudi survient après celle du 22 juillet dernier, perpétrée dans le village de Kapoka, faisant 16 morts.

    Le lieutenant Anthony Mwalwishay, porte-parole de l’armée dans la région a attribué les exactions au groupe armé, Forces démocratiques alliés (ADF), présenté depuis 2019 par Daesh comme sa branche en Afrique centrale.

    En mars, les États-Unis ont placé les ADF sur la liste des "organisations terroristes" affiliées à Daesh.

    A l'origine des rebelles ougandais opposés au régime de Yoweri Museveni, les ADF se sont établis depuis près de 30 ans dans l'est de la RDC où ils sont accusés d'être responsables des massacres de plus de 6.000 civils depuis 2013, d'après un bilan de la conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO).

    Mi-juillet, 13 chefs de villages du territoire de Beni et une trentaine de collaborateurs ont été arrêtés par l'armée pour leur complicité présumée avec des rebelles ADF, selon l'armée.

  • Congo : Au moins 22 personnes massacrées par des islamistes 

    Imprimer

    Jeudi 26 mai 2021, des militants islamistes ont tué au moins 22 civils au couteau et à la machette au cours d'une attaque de nuit contre les villages près de la ville de Beni en République démocratique du Congo.

    Il y a un peu plus de trois semaines, le gouvernement avait déclaré la loi martiale au Nord-Kivu et en Ituri, deux provinces limitrophes de l'Ouganda.

    Un bébé de quatre mois a été retrouvé vivant sur le dos de l'une des victimes, l'un des sept enfants d'une même famille qui auraient été orphelins lors des dernières violences qui ont frappé plusieurs villages à environ 40 km à l'est de Beni.

    Jean-Paul Katembo, chef de la commune de Bulongo, a déclaré que le nombre de morts se montait à 22. En outre, plusieurs villageois auraient été enlevés.

    Il a déclaré que les Forces démocratiques alliées (ADF) étaient responsables de la tuerie. Les ADF sont une milice ougandaise active dans l'est du Congo depuis les années 1990.

    Plus de 1200 civils ont été tués dans le territoire de Beni depuis novembre 2019, selon le Kivu Security Tracker. Pour mettre fin à l'insurrection des ADF, l'armée a lancé une opération sécuritaire.

    L'offensive a déraciné les ADF de ses bases et elles se sont divisées en groupes plus petits, mais le groupe armé a réagi en intensifiant les attaques de représailles contre les civils.

    Le 17 mai, l'Ouganda a annoncé qu'il avait accepté de partager des renseignements et de coordonner les opérations contre les rebelles, mais qu'il ne déploierait pas de troupes au Congo.

    Cette décision est intervenue une semaine après que les responsables congolais aient déclaré que les deux pays allaient mettre en place un centre d'opérations dans l'est du Congo pour combattre les ADF.

    "Certainement, il y aura coordination, partage de renseignements, partage d'informations et toutes sortes d'activités de nature sécuritaire", a déclaré le Brigadier Flavia Byekwaso, porte-parole des Forces de défense du peuple ougandais (UPDF).

    Le président rwandais Paul Kagame, à la suite d'une rencontre à Paris avec le président congolais Félix Tshisekedi, a également affirmé sa collaboration avec le Congo dans la lutte contre les rebelles.

    «Nous serons également aux côtés de la RDC pour toutes les initiatives mises en place pour renforcer la sécurité à l'est de son territoire, qui borde notre pays», a déclaré Kagame.

    En mars, les États-Unis ont qualifié les ADF d'organisation terroriste étrangère en raison de ses liens présumés avec le groupe État islamique, bien que les Nations Unies aient minimisé la force et la nature de l'influence de l'Etat islamique au Congo.

  • République Démocratique du Congo : un imam tué en plein culte à Béni

    Imprimer

    L’imam représentant la communauté islamique à Beni dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), cheikh Ali Amin, a été tué d'une balle dans la tête samedi soir 1er mai  en pleine prière à la mosquée, ont indiqué dimanche les autorités locales.

    C’est vers 19 heures que ce prédicateur musulman, qui a récemment été entendu par les renseignements militaires, a été tué, rapporte le maire de la ville de Béni dans la province du Nord - Kivu, Modeste Bakwanamaha.

    Des responsables militaires dans la région  ont fait état de « menaces sérieuses » qui pesaient contre l’imam engagé contre le radicalisme et les groupes armés locaux.

    Les meurtriers n’ont pas encore été identifiés. Cependant, dans cette région, une faction insurrectionnelle ougandaise est active dans l’est du Congo depuis les années 1990, à savoir les Forces démocratiques alliées (ADF).

    Ce groupe armé est accusé par Kinshasa et l’ONU d’être responsable d'un bain de sang dans le territoire de Beni depuis 2014.

    Pour endiguer le groupe armé, le président Félix Tshisekedi a déclaré vendredi l’état de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri, frontalières avec l’Ouganda.

    Il n’a pas précisé quelles seraient les mesures seraient qui seraient adoptées dans le cadre de cet état de siège.

    Les ADF ont fait une incursion dans le village Kyaninga, frontalier avec l'Ouganda, dans la nuit de jeudi à vendredi, tuant six civils à l'arme blanche, selon les autorités locales.

    Lien permanent Catégories : Béni, RD CONGO 0 commentaire