BELGIQUE

  • Belgique : Une association soupçonnée de vouloir relancer le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) dissous en France

    Imprimer

    Belgique : Une association soupçonnée de vouloir relancer le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) dissous en France
    Une association belge baptisée "Collectif contre l'islamophobie en Europe" est soupçonnée de vouloir poursuivre depuis Bruxelles les activités du CCIF récemment dissous en France, ce qui a valu au ministre belge de la Justice de devoir s'expliquer mercredi à la Chambre des députés.

    Le CCIF (Collectif contre l'islamophobie en France) a été dissous début décembre par le gouvernement français, qui a reproché à cette organisation de faire de la "propagande islamiste" dans le contexte de l'assassinat mi-octobre de l'enseignant Samuel Paty, décapité pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet.

    L'organisation, qui conteste la décision devant le Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative française, a dénoncé un "acharnement". En Belgique, une association reprenant quasiment le même intitulé a été créée le 1er novembre 2020, avec des statuts publiés officiellement le 13 janvier 2021, a expliqué mercredi le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne.

    Mais "même s'il existe des liens entre cette organisation et celle dissoute en France, la Sûreté de l'Etat (le service de renseignement civil belge) indique que l'association n'a jusqu'à présent pas encore développé d'activités concrètes", a-t-il ajouté. Le ministre a insisté sur le nécessaire respect de la liberté d'association, et rappelé qu'en l'état actuel de la loi belge le pouvoir exécutif n'était pas habilité à dissoudre une association, seule la justice pouvant se saisir de faits délictueux.

    M. Van Quickenborne était interpellé par plusieurs députés jugeant "inacceptable" qu'une telle association puisse s'installer en Belgique pour "propager l'islam radical", selon eux.

    "Aucun d'entre nous n'a oublié que les terroristes qui ont frappé la France le 13 novembre (2015) venaient de Belgique, avaient créé un réseau ici, s'étaient radicalisés à partir de la Belgique", a affirmé l'un de ces députés, Georges Dallemagne (centriste). "Cela crée une responsabilité particulière de notre pays, notamment à l'égard de la France, mais aussi en termes de coordination et de cohésion européenne par rapport à la menace radicale islamiste", a-t-il poursuivi.

    Le ministre de la Justice a dit "comprendre l'inquiétude" à propos du CCIE, établi à Bruxelles, et promis la vigilance de l'Etat belge. "La Sûreté de l'Etat consacrera l'attention nécessaire à cette association si elle devait développer des activités dans notre pays, et la justice interviendra comme il se doit", a assuré le ministre libéral flamand.

    En France, la dissolution du CCIF avait été annoncée par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin dans la foulée de la décapitation, le 16 octobre, de Samuel Paty par un extrémiste islamiste. Avant même cette mesure, le collectif avait annoncé s'être auto-dissous et avoir redéployé des activités à l'étranger.

  • France : Un combattant jihadiste Français expulsé de Turquie et écroué en France

    Imprimer

    Un jihadiste originaire de l'île française de La Réunion dans l'océan Indien, Anthony Maurice, parti fin 2014 en Syrie, a été mis en examen et écroué en France continentale vendredi après son expulsion par la Turquie, a-t-on appris samedi de sources judiciaire et proches du dossier.

    L'homme avait été expulsé lundi par Ankara, comme l'a dévoilé vendredi le quotidien français Le Figaro, aux termes d'un accord de coopération policière franco-turc conclu en 2014 pour organiser le retour des jihadistes français aux mains des autorités turques.

    Après quatre jours de garde à vue dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), Anthony Maurice a été mis en examen vendredi pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" puis placé en détention provisoire, selon la source judiciaire.

    Cette mise en examen vise la période 2016-2019 de son séjour, la période 2014-2016 ayant déjà fait l'objet d'investigations qui devaient être jugées prochainement aux assises en son absence. Compte tenu de son retour, "les deux volets de l'affaire seront joints et jugés ensemble", a précisé cette source.

    "C'est un profil de combattant", a indiqué l'une des sources proches du dossier, car "il est resté longtemps sur zone" et "on a documenté" sur lui "des manipulations d'armes" et "la participation à des exactions".

    "Il est passé par plusieurs groupes jihadistes dans le Nord-Ouest syrien, notamment dans la +katiba+ d'Omar Diaby", alias Omar Omsen, un Français soupçonné d'avoir convaincu de nombreux compatriotes de rejoindre la Syrie pendant les grandes heures du califat auto-proclamé de l'Etat islamique (2014-2019), a-t-on ajouté de même source.

    Cette "katiba" (unité de combattants) était affiliée au Front al-Nosra (ex-branche syrienne d'Al-Qaïda).

    Anthony Maurice, qui avait été arrêté en Turquie en 2019 laissant derrière lui sa femme et ses enfants dans la zone irako-syrienne, "a minoré son rôle et contesté avoir combattu mais des éléments de l'enquête le contredisent", selon une autre source proche du dossier.

    Il faisait partie d'une filière jihadiste organisée depuis La Réunion, la première en Outre-mer français, qui avait été démantelée en juin 2015, quelques mois après son départ dans la zone irako-syrienne.

    Cette filière était dirigée par un Réunionnais, un prédicateur salafiste âgé de 21 ans à l'époque surnommé "l'Égyptien" en raison de ses voyages dans ce pays, et accusé d'avoir incité plusieurs hommes à partir faire le jihad en Syrie. L'un de ces hommes a ensuite été tué en Irak.

    Depuis 2014, plus de 250 personnes ont été renvoyées en France depuis la Turquie en vertu de l'accord bilatéral.

    JTKfcjB-.jpegMort d'un jihadiste belge dans une prison du nord-est de la Syrie
    Par ailleurs, on a appris qu'Abdellah Nouamane (photo), alias Abu Jihad al Belgiki, un jihadiste anversois membre de l'organisation islamiste radicale Sharia4Belgium, était décédé dans une prison du nord-est de la Syrie. Il avait donné plusieurs interview depuis sa prison. Alors que l'Etat islamique était encore tout puissant, il avait enregistré une vidéo menaçant la Belgique. Il Dans la vidéo, il encourageait les musulmans de Belgique à se rebeller et à prendre les armes contre les "mécréants". 

    Abdellah Nouamane, considéré comme l'un des jihaditstes belges les plus dangereux, avait récemment été interviewé par des journalistes de VTM et leur avait déclaré qu'il rêvait de rentrer en Belgique. 

  • Belgique : Interpellations de deux mineurs qui avaient prêté allégeance à l'Etat islamique

    Imprimer

    Deux mineurs qui avaient prêté allégeance à l'Etat islamique et projetaient d'attaquer des policiers à l'arme blanche ont été interpellés samedi en Belgique, a-t-on appris jeudi de source judiciaire. Âgés de 16 et 17 ans, ils avaient enregistré une vidéo pour revendiquer leur appartenance à cette organisation, a précisé cette source, confirmant une information de la radio-télévision publique RTBF.

    Ils ont été interpellés dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre dans la région d'Eupen (est), dans la partie germanophone de la Belgique. Le parquet d'Eupen a été saisi de l'enquête et les deux suspects placés en IPPJ (institution publique de protection de la jeunesse), une structure chargée d'accueillir certains mineurs délinquants, a précisé cette source.

    «Grâce à la très bonne coopération entre les procureurs et à l'excellent travail de la police judiciaire fédérale d'Eupen et de Liège, il a été possible d'intervenir très rapidement», indique la police dans un communiqué. «Tous les crimes pourraient être évités de cette manière. L'enquête est en cours. Puisqu'il s'agit de mineurs, aucune information complémentaire sur le dossier n'est donnée. "

    Le niveau de menace en Belgique reste à 2. L'OCAD avait déjà pris en compte ce cas dans sa dernière analyse. «Aucun changement n'était nécessaire car la situation était toujours sous contrôle», dit-il. Après les attentats de Paris en novembre 2015, il est resté longtemps au niveau 3, et à certaines périodes nous sommes même passés au niveau 4.

    Le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, était au courant de l'affaire depuis un certain temps. "Depuis les attentats en France et à Vienne, nos services de sécurité travaillent jour et nuit", a déclaré son cabinet. «Ils surveillent également de près les réseaux sociaux. Malgré une coopération étroite entre les services de renseignement, la police et l'OCAD, nous nous rendons compte que le risque zéro n'existe pas.

     

  • Maroc: Un enseignant demande que des volontaires belges vêtues de short soient décapitées

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais) pt-ptPortuguês (Portugais - du Portugal)

    La police marocaine a arrêté un homme qui, sur Facebook, avait appelé à la décapitation de volontaires belges au Maroc. Les jeunes femmes de « Bouworde vzw » avaient partagé une vidéo de leur travail sur un chantier dans le sud du Maroc qui les montrait en short sous un soleil radieux.
    L’homme qui a diffusé le message de haine est un enseignant de 26 ans originaire du nord du Maroc. Il a été arrêté lundi. Selon les services de sécurité de l’Etat marocain, il sera poursuivi pour « incitation a des actes terroristes ».
    La vidéo des volontaires belges, tournée dans un village près de Taroudant, a été diffusée il y a trois jours sur YouTube et à la télévision marocaine. Ali El Asri, du Parti au pouvoir pour la justice et le développement (PJD), a également exprimé sa colère face au choix des vêtements des volontaires. « Depuis quand les Européens commencent à travailler en maillot de bain « , écrit l’homme sur Facebook.
    « Pas de danger »
    Cependant, de nombreux autres commentaires ont fait l’éloge du « dévouement » des volontaires, qui « sont venus pour faire le travail à la place des responsables locaux ». Les Belges, en collaboration avec une association locale, ont réparé une rue à Adar, un village du sud du pays. « Les gens sont très gentils et amicaux, j’aime le Maroc », a dit Luna, l’une des jeunes qui a été interviewée.
    Selon « Bouworde vzw », les volontaires sur place n’ont jamais été en danger. « Ils n’étaient même pas conscients de toute cette agitation. Nos volontaires sont toujours reçus avec hospitalité à Adar et ont été accueillis par la population. » Bouworde vzw » est une association qui organise des voyages de volontariat dans le monde entier pour les jeunes de 15 à 30 ans.

    Lire la suite

  • Frontlive-Chrono – Lundi 24 juin 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono du lundi 24 juin 2019

    • Arabie saoudite : Les Houthis ont attaqué l’aéroport d’Abah – un civil syrien tué – Abonnés
    • Belgique : arrestation d’un homme suspecté de préparer un attentat contre l’ambassade des USA – Abonnés
    • Belgique : Une « revenante » de Daech libérée par le tribunal de Bruges – Abonnés
    • Burkina Faso : 15 morts dans deux attaques de jihadistes dans le nord – Abonnés
    • Etats-Unis – Iran: Donald Trump annonce des sanctions « dures » visant le Guide suprême – Abonnés
    • Yémen : 30 000 soldats soudanais combattent au Yémen : Officiel – Abonnés
  • Frontlive-Chrono – Mercredi 29 mai 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le mercredi 29 mai 2019

    • Afghanistan: Attaque près de l’antique minaret de Jam : 18 morts – Abonnés
    • La Belgique livre à la Russie un membre de Daech qui a combattu en Syrie depuis 2014 – Abonnés
    • Égypte : Le tribunal confirme l’exécution de 17 personnes et la condamnation à perpétuité de 19 autres pour des attentats à la bombe perpétrés dans des églises – Abonnés
    • Irak : un Tunisien condamné à la peine de mort pour appartenance à Daech – Abonnés
    • Irak : un 7e Français condamné à mort pour appartenance au groupe EI – Abonnés
    • L’Irak a remis 188 enfants turcs de membres de Daech à la Turquie – Abonnés
    • Irak : 14 terroristes de Daech éliminés dans le nord du pays – Abonnés
    • Libye : Haftar remet au Caire un chef jihadiste égyptien – Abonnés
    • Syrie : 10 civils tués dans des raids aériens du régime sur Idleb – Abonnés
  • Irak: Deux nouveaux Français condamnés à mort pour appartenance à l’Etat islamique

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

    Deux Français ont été condamnés à mort mardi en Irak, portant à six le nombre de ressortissants de ce pays ayant écopé depuis dimanche de la peine capitale pour avoir rejoint le groupe Etat islamique (EI), a constaté un journaliste de l’AFP.
    Brahim Nejara, 33 ans, accusé par le renseignement français d’avoir facilité l’envoi de jihadistes vers la Syrie, et Karam El Harchaoui, qui aura 33 ans jeudi, avaient été transférés fin janvier de Syrie, où ils étaient détenus par une alliance arabo-kurde antijihadistes, vers l’Irak pour y être jugés.

    Brahim Nejara
    Le jihadiste français Brahim Nejara, condamné à mort par la justice irakienne pour appartenance à l’EI, est originaire de Meyzieu. Il aurait facilité l’acheminement de combattants sur zone et incité un de ses frères à commettre un attentat en France.

    el-Harchaoui Karim.jpegKarim al-Harchaoui
    El Harchaoui est un Français qui a des racines au Maroc. Mais quand il est parti pour la Syrie il y a cinq ans, il vivait à Etterbeek en Belgique. C’est pourquoi il est également inscrit sur la liste des jihadistes belges. En octobre 2015, il a épousé une femme de 31 ans originaire du quartier bruxellois de Laeken.
    Le couple, qui avait gagné la Syrie, s’est rendu aux Kurdes syriens des mois avant la chute de l’Etat islamiqueI – après quoi l’homme a été transféré en Irak au début de 2019.
    El Harchaoui est le troisième combattant sur la liste des jihadistes belges à être condamné à mort en Irak. Le premier est Tarik Jadaoun de Verviers, dont il a été prouvé qu’il avait effectivement combattu en Irak.

    Articles publiés sur Frontlive-Chrono le 28 mai 2019

    • Irak: Deux nouveaux Français condamnés à mort pour appartenance à l’EI – Abonnés
    • Irak : Derniers incidents de sécurité – Abonnés
    • Liban : L’armée de l’air israélienne a frappé la région de Nabatiye – Abonnés
    • Libye: l’Armée Nationale Libyenne (ANL) se rapproche du centre de Tripoli – Abonnés
    • Syrie : Deux soldats syriens tués lors d’une attaque de l’armée israélienne à Quneitra – Abonnés
    • Syrie: Raids incessants du régime sur Idleb – 21 civils tués – Abonnés