Beddaoui

  • Liban : Des manifestants bloquent les entrées de Beyrouth

    Imprimer

    Des manifestants en colère ont fermé, lundi matin 29 novembre 2021, les entrées de la capitale, Beyrouth, et de plusieurs autres régions du Liban, avec des pneus en feu, pour protester contre la détérioration des conditions économiques et la hausse des prix.

    Les manifestants à Beyrouth ont coupé la route de la Corniche Al-Mazraa et Qasqas et la route de la Cité sportive en direction de Kula. Ils ont également coupé la route de Khayat Hill devant Liban TV, et la route de Barbir - hypodrome. Les manifestants ont également fermé la Place des Martyrs au centre de la capitale.

    Les manifestants ont coupé la route internationale au niveau de Beddaoui, au nord de Tripoli,  dans les deux sens, et la route côtière de Beddaoui a été coupée.

    Dans la Bekaa, les manifestants ont bloqué la route de Talbaya dans les deux sens et l'autoroute Jab Jenin-Qaza, pour protester contre la détérioration des conditions économiques.
    toroqat.jpeg

    Le sud du Liban a également vu la fermeture de la route menant du rond-point Qanayeh à la place Elia avec des pneus en feu, et le « Centre du contrôle routier » a signalé que la circulation avait été coupée au rond-point al-saoudiya en direction de l'étoile à Saida dans les deux sens.

    Joumblatt : le pays patauge
    De son côté, le chef du Parti socialiste Progressiste (PSP), Walid Joumblatt, a déclaré dans un tweet : « Le pays patauge sous le poids de la faim, des prix des médicaments, des factures d'hôpital, et il n'y a pas de mot sur la carte de rationnement et il n'y a aucune indication. sur la réforme de l'électricité (...) à la lumière d'un désaveu complet quant à la responsabilité de l'effondrement de la lire."

    Il a ajouté : "Au fait, où est le soutien à l'armée, votre souci est de détruire la justice pour enterrer l'enquête (liée à l'explosion du port de Beyrouth en août 2020)."

    Appels à manifester 
    Dimanche, des appels ont circulé sur les réseaux sociaux pour exhorter à bloquer les routes, sans que l'identité des personnes qui ont lancé cet appel ne soit claire.

    Ces appels indiquaient : « En raison des conditions actuelles dans le pays, de la hausse insensée du taux de change du dollar, de la situation économique difficile et médicale humiliante, et du fait qu'on ait atteint le fond de l'Enfer, demain (lundi) les routes seront coupées à la circulation."

    Le blocage des routes est une méthode de protestation régulière au Liban, et cela s'est répété à plusieurs reprises depuis que la crise économique du pays s'est aggravée en 2019.

    La valeur de la livre libanaise s'est effondrée de façon spectaculaire, et le taux de change du dollar a atteint 25 000 livres ces derniers jours, sachant qu'un dollar valait 1500 livres il y a deux ans.

    La livre ayant perdu plus de 90 % de sa valeur par rapport au dollar sur le marché noir en deux ans, le pouvoir d'achat des Libanais s'est détérioré et le salaire minimum est désormais inférieur au seuil de 30 dollars.

    TV Live