Bataillon Somali

  • Ukraine : Choïgou a rapporté à Poutine la "libération" de Marioupol

    Imprimer

    Dans la matinée du jeudi 21 avril, le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a informé le président russe Vladimir Poutine de la « libération de Marioupol ».

    "Les forces armées de la Fédération de Russie et la milice populaire de la République populaire de Donetsk ont ​​libéré Murioupol. Les restes des formations nationalistes se sont réfugiés dans la zone industrielle", a rapporté Choïgou à Poutine.

    En réponse, Poutine a déclaré qu'il avait interdit à l'armée russe de prendre d'assaut le territoire de l'usine d'Azovstal à Marioupol, mais avait ordonné de la bloquer "afin qu'aucune mouche n'y vole". "assiégez-le jusqu'à la reddition.. et préservez la vie et la santé de nos officiers et soldats, a ordonné Vladimir Poutine.

    Choigu a déclaré qu'il faudrait jusqu'à quatre jours à l'armée russe pour terminer les opérations à l'usine d'Azovstal.
    FQ3S6DxWQAECU0G.jpeg

    En application des ordres donnés par Vladimir Poutine, le bataillon Somali (un bataillon formé par des indépendantistes du Donbass) a fait mouvement vers un autre secteur du front. Vidéo.

    Aleksey Nikanorov, chef de l'administration de la RPD, a déclaré de son côté que des renforts seraient pourtant nécessaires pour bloquer Azovstal.

    Ainsi, dès le matin du 21 avril, les forces armées de la Fédération de Russie et de la RPD, malgré l'utilisation de bombes super puissantes, n'ont pas réussi à venir à bout de la résistance des forces armées ukrainiennes à l'usine d'Azovstal.

    Comme indiqué précédemment par des représentants de la direction de l'administration municipale de Marioupol, des dizaines de milliers de civils ont été victimes des actions des forces russes et pro-russes dans la ville. Les autorités de la Fédération de Russie ignorent ces informations, continuant accuser les "nationalistes ukrainiens" d'être responsables de la mort des civils à Marioupol.