Barzani Masrour

  • Turquie : Le meurtre d'une famille kurde en Turquie met en colère les Kurdes d'Irak

    Imprimer

    Des responsables kurdes de la région du Kurdistan d'Irak ont ​​appelé les autorités turques à « rendre justice » après l'attaque armée qui a tué 7 membres d'une famille kurde à Konya, dans le centre de la Turquie.

    Samedi 31 juillet, la présidence du Kurdistan irakien a souligné la nécessité de traduire en justice les responsables de ce crime odieux et a déclaré : « Nous condamnons l'attaque contre une famille kurde en Turquie. Nos cœurs et nos prières accompagnent les familles et proches des victimes."

    Pour sa part, le président du gouvernement régional du Kurdistan, Masrour Barzani, a déclaré : « Je suis profondément attristé par les informations faisant état d'une attaque vicieuse contre une famille kurde à Konya, en Turquie. Je transmets les plus sincères condoléances de mon gouvernement à la famille, et je m'attends à ce que les auteurs soient pleinement tenus responsables. »

    Le vice-président de la région du Kurdistan, Hemin Hawrami, a également condamné le meurtre de la famille kurde à Konya et a souligné « la nécessité de traduire en justice les responsables de ce crime de manière transparente dans les plus brefs délais.

    Selon les médias turcs, les sept membres de la famille Dedeoglu ont été tués par des hommes armés qui ont attaqué leur maison et tenté de l'incendier.

    Des membres de cette famille avaient été grièvement blessés en mai dernier lors d'une attaque perpétrée par un certain nombre de leurs voisins en raison de leur nationalisme kurde, leur disant : « Les Kurdes n'ont pas le droit de vivre ici », a rapporté le site d'information « Gazit Duvar », à la mi-journée. 

    Les victimes de l'attaque du mois de mai avaient accusé la police et la justice de favoriser les agresseurs, ajoutant que tous les membres de la famille craignaient pour leur vie.

    Selon l'avocat de la défense des victimes, Abdurrahman Karabulut, la libération des auteurs de la première attaque leur a donné un sentiment d'impunité.

    "C'est une attaque complètement raciste", a déclaré Karabulut à la chaîne de télévision Arte. "La justice et l'autorité portent leur part de responsabilité dans ce qui s'est passé".

    Mais les autorités se sont empressées de nier le caractère raciste du crime. Pour le ministre turc de l'Intérieur, Suleyman Soylu, le crime est le résultat d'une animosité chronique entre deux familles, considérant que c'était une "provocation" de considérer ce qui s'était passé comme un crime raciste.

    "Il n'y a aucun lien entre cette attaque et la question turco-kurde. Le lien entre ces deux affaires est aussi dangereux que l'attaque", a-t-il ajouté.

    Cependant, le Parti démocratique des peuples (HDP) pro-kurde a rejeté la déclaration du ministre, affirmant que les crimes dont Konya a été le théâtre, qui a coûté la vie à des citoyens kurdes, s'inscrivent dans le cadre des attaques visant les Kurdes, qui se sont multipliées en dernières années.

    Il s'agit de la deuxième attaque meurtrière visant les Kurdes à Konya en un mois.

    Le 21 juillet, un agriculteur kurde avait été tué à Konya par des assaillants qui l'avaient auparavant menacé en lui disant : « Nous ne voulons pas de Kurdes ici », selon les déclarations des proches du mort, relayées par les médias locaux.

    Les autorités du gouvernorat de Konya ont nié le caractère raciste de ce crime, soulignant qu'il résultait d'une dispute qui avait éclaté à propos du bétail entré dans les champs d'un autre village.

     

     

  • Irak : Des militants kurdes syriens attaquent des Peshmergas (Kurdes irakiens) à partir du nord-est syrien 

    Imprimer

    Le ministère des Affaires Peshmergas du gouvernement régional du Kurdistan irakien (KRG) a annoncé le 16 décembre que ses forces avaient été attaquées par les Unités de protection du peuple (YPG).

    Le vice-ministre des Peshmergas, Sarbast Lazgin, a déclaré aux journalistes qu'un groupe de huit combattants des YPG avait tenté de se faufiler du nord-est de la Syrie vers le territoire du KRG tôt le matin. Les Peshmergas ont averti le groupe de Kurdes syriens de rebrousser chemin. Cependant, cinq des combattants syriens ont ignoré les avertissements des Kurdes irakiens

    Un peu plus tard, une position frontalière peshmerga dans la région, où la tentative d'infiltration a eu lieu, a été attaquée par 50 à 60 hommes armés venant du nord-est de la Syrie.

    Le nord-est de la Syrie est contrôlé par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), soutenues par les États-Unis. Les YPG  (Kurdes syriens) constituent l'essentiel des Forces Démocratiques Syriennes.

    L'attaque contre les Peshmergas a été condamnée par le Premier ministre du KRG Masrour Barzani, qui l'a qualifiée d '«attaque non provoquée des YPG».

    «Il s'agit d'une violation claire et illégale du territoire de la région du Kurdistan et de l'autorité du gouvernement régional du Kurdistan», a déclaré Barzani. «Les YPG ne sont pas  autorisés à utiliser l'aide étrangère pour lancer des attaques sur notre territoire. Toute répétition porterait gravement atteinte à la sécurité régionale. »

    Barzani a appelé la coalition dirigée par les États-Unis à veiller à ce que les YPG ne lancent aucune nouvelle attaque contre les Peshmergas depuis la région du nord-est de la Syrie.

    Le commandant en chef des FDS, Mazloum Abdi, a qualifié l'attaque contre les Peshmergas de «honteuse», affirmant sur Twitter que toutes les attaques contre le KRG et les Peshmergas devaient cesser.

    Ce n'est pas le premier incident de ce genre. Deux jours plus tôt, un peshmerga avait été tué dans des affrontements avec des combattants du PKK,  dans la région d'Amedi, dans la province de Duhok.