Barkat Noreen

  • Soudan : Montée des tensions à la frontière avec l'Ethiopie

    Imprimer

    Lundi 29 novembre 2021, le lieutenant-général Abdel-Fattah Al-Burhan, commandant de l'armée soudanaise, a inspecté  la zone frontalière d'Al-Fashqa avec l'Éthiopie, à la suite de la récente attaque des forces éthiopiennes contre Al-Qafsha dans l'est du pays.
    fash.jpeg

    Des sources militaires ont déclaré que la dernière attaque éthiopienne avait causé la mort de 23 officiers et soldats soudanais. Des dizaines de civils ont également été tués et blessés.

    Le  porte-parole des forces armées a déclaré : « Nos forces travaillant pour sécuriser la récolte à Al-Fashqa Al-Saghira dans la région de Barakat Noreen qui a été attaquée par des groupes de l'armée éthiopienne et des milices visant à intimider les agriculteurs, sabotant le la saison des récoltes sur nos terres. Et les forces armées ont compté un certain nombre de martyrs, et elles continueront à protéger la patrie et à défendre nos terres. »
    fashaqa.jpeg

    L'armée soudanaise avait annoncé, samedi 27 novembre, que l'armée éthiopienne et les milices qui lui sont fidèles, avaient attaqué la zone frontalière d'Al-Fashqa, une zone agricole disputée entre les deux pays.

    protéger les agriculteurs
    L'agence de presse officielle soudanaise "SUNA" a rapporté que les forces soudanaises étaient présentes dans la région pour protéger les agriculteurs pendant la saison des récoltes.

    Le conflit vieux de plusieurs décennies avec l'Éthiopie est centré sur de vastes étendues de terres agricoles, situées à l'intérieur des frontières du Soudan, selon un accord qui a défini la ligne de démarcation entre les deux pays au début du XXe siècle.

    Les deux pays ont tenu des séries de négociations, le plus récemment à Khartoum en décembre 2020, pour régler le différend, mais ils n'ont fait aucun progrès.

    Les tensions montent
    Les tensions se sont intensifiées à la fin de l'année dernière après que le Soudan a déployé ses forces à Al-Fashqa.

    Le conflit frontalier entre le Soudan et l'Éthiopie concerne 3 régions, à savoir, le Petit Fashqa, le Grand Fashqa et les régions du sud, d'une superficie d'environ deux millions d'acres et situées entre 3 fleuves, à savoir Setit, Atbara et Baslam, ce qui les rend très fertiles.

    Al-Fashqa s'étend sur une distance de 168 km avec la frontière éthiopienne sur la distance frontalière totale de l'État de Qadarif (Gedaref) avec l'Éthiopie, qui est d'environ 265 km.

    À la suite d'opérations militaires, le Soudan a récupéré 92% de ces terres fertiles, il y a des mois, pour la première fois depuis que l'armée soudanaise s'en était retirée il y a 25 ans.

    Le commandant de l'armée soudanaise, Abdel Fattah Al-Burhan, avait auparavant promis que son pays récupérerait sept sites frontaliers avec l'Éthiopie par la diplomatie et non par la force.
    Al_Qadarif_in_Sudan_(Kafia_Kingi_disputed).svg.png

     

     

     

     

  • Soudan : Violents affrontements entre l'armée soudanaise et les forces éthiopiennes

    Imprimer

    De violents affrontements à l'arme lourde ont éclaté, samedi 27 novembre 2021, entre l'armée soudanaise, les forces armées éthiopiennes et la milice Amhara, qui ont lancé une attaque à l'intérieur des frontières orientales du Soudan. 

    Le journal "Sudan Tribune", citant des sources militaires, a déclaré que l'armée soudanaise a repoussé, samedi à l'aube, une attaque à l'intérieur de la frontière orientale menée par les forces éthiopiennes et la milice Amhara.

    Les sources ont ajouté que l'armée soudanaise a répondu à l'incursion des forces éthiopiennes et de la milice Amhara sur les terres soudanaises à l'est de Barkat Noreen dans la colonie de Malakawa, à une profondeur de 17 kilomètres.

    Elle a souligné que les affrontements qui ont éclaté avec des armes lourdes se poursuivaient samedi midi.

    Du côté soudanais, les pertes s'élèvent 21 soldats tués, dont plusieurs officiers supérieurs, et 33 blessés. 

    Les sources ont souligné que la nouvelle incursion éthiopienne visait à atteindre deux objectifs : le premier est de protéger les agriculteurs amhara qui travaillent pour récolter environ 10 000 feddans plantés à l'intérieur du Soudan.  Le Feddan est une ancienne unité de superficie agraire.

    Quant au deuxième objectif, il est de bloquer la voie aux forces du Front de libération du Tigray pour avancer sur la région éthiopienne de Bahir Dar.

    Les forces du Front de libération du Tigray se dirigent vers Bahir Dar et la capitale, Addis-Abeba.

    Le Front de libération du Tigray a promis, la semaine dernière, qu'il n'y aurait pas de "bain de sang" si ses combattants entraient dans la capitale, Addis-Abeba, pour renverser le gouvernement central, et a confirmé qu'il avançait vers la capitale.