Banibangou

  • Niger : Une dizaine de civils tués dans une attaque près du Mali

    Imprimer

    Une dizaine de civils ont été tués mardi dans une attaque de jihadistes dans l'ouest du Niger, près du Mali, ont indiqué, mercredi 17 novembre 2021, des sources locales.

    "Il y a eu une attaque d'hommes armés à Bakorat et il y a eu plus de dix morts", a affirmé à l'AFP un responsable municipal de Tillia, chef-lieu du département qui administre Bakorat. "Un violent affrontement a eu lieu hier (mardi), entre un groupe d'hommes armés et une milice d'auto-défense à Bakorat. Un bilan provisoire annoncé par les villageois fait état d'une dizaine de tués côté miliciens", selon un autre élu local. Le bilan pourrait toutefois être plus lourd, le journal Aïr Info affirmant qu'"une vingtaine de jeunes civils" ont été tués. "Les assaillants sont arrivés vers 14h00 à bord de 6 véhicules 4x4 devancés par plusieurs motos", affirme ce journal citant "un rescapé".

    C'est dans ce même département de Tillia, situé dans la région de Tahoua, que 141 civils avaient été massacrés le 21 mars dernier par des jihadistes dans plusieurs attaques menées contre les localités de Bakorat, Intezayane, Woursanat et plusieurs autres hameaux et campements, selon un bilan officiel. Il s'agissait des attaques les plus meurtrières commises ces dernières années, dans ce pays régulièrement endeuillé par ce type d'actions.

    Tillabéri - dans la zone des trois frontières, aux confins du Burkina Faso et du Mali - et Tahoua, deux régions immenses et instables, sont le théâtre, depuis 2017, d'actions meurtrières de groupes armés liés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique (EI). Ces dernières semaines, des milices d'auto-défense ont vu le jour dans plusieurs localités visées de ces deux régions.

    Début novembre, au moins 69 villageois, dont le maire de la commune de Banibangou, ont été tués par des jihadistes dans la région de Tillabéri (ouest) également proche du Mali. Selon des sources locales interrogées par l'AFP, le maire était à la tête de "Comités de vigilance" de plusieurs villages du territoire de sa commune lorsqu'il était tombé dans "une embuscade" des hommes armés.

    Lien permanent Catégories : Bakorat, Banibangou, NIGER, Tahoua, Tillaberi, Tillia 0 commentaire
  • Niger : 69 civils tués dans une embuscade près des frontières maliennes

    Imprimer

    Le gouvernement nigérien a annoncé que soixante-neuf civils ont été tués, mardi 2 novembre 2021, dans une embuscade près de la frontière malienne.

    "Le mardi 2 novembre 2021, vers 9h30, le maire de la commune de Banibangou, en déplacement avec une délégation des ressortissants de ladite commune, sont tombés dans une embuscade tendue par des bandits armés non identifiés", a indiqué un communiqué du ministère de l'Intérieur diffusé jeudi soir 4 novembre à la télévision publique.

    "Le bilan provisoire de l'attaque fait état de 69 morts, dont le maire et 15 rescapés", a ajouté la même source.

    Soulignant qu'une "vaste opération de ratissage a été engagée dans la zone", le communiqué a indiqué qu'un deuil national de 48h avait été décrété à partir de vendredi.

    Un peu plus tôt dans la journée, plusieurs médias nigériens et étrangers avaient rapporté l'attaque.

    Citant des sources locales, certains médias ont indiqué que les civils tués seraient des membres d'une milice locale d'autodéfense, de retour d'une poursuite engagée contre des hommes armés non identifiés ayant attaqué des villages.

    Le département de Banibangou est situé dans la région de Tillaberi, dans l'ouest du Niger, près de la frontière malienne.

    En août dernier , au moins 37 autres civils avaient été tués dans le même département par des hommes armés non identifiés.

    La région de Tillaberi fait face depuis 2017 à des attaques attribuées aux groupes terroristes opérant dans le nord du Mali.

    Dans le but de circonscrire ces attaques, le gouvernement nigérien a placé toute la région en état d'urgence.
    Banibangou-Niger-01.jpeg

  • Niger : 10 morts dans l'attaque d'une mosquée perpétrée dans l'ouest du pays

    Imprimer

    Le ministère de la Défense du Niger a annoncé qu'au moins 10 personnes avaient été tuées dans une attaque armée perpétrée contre une mosquée dans l'ouest du pays.

    L'attaque a eu lieu lundi 11 octobre, dans le village de Tizi Goro, dans une zone d'intersection entre le Niger, le Mali et le Burkina Faso, selon un communiqué rendu public mercredi 12 octobre, par le ministère de la Défense.

    "Des assaillants à moto ont pris pour cible des fidèles d'une mosquée située dans le district de Bani Bangou de la région de Tillabéri", indique la même source.

    Depuis le début de cette année, plus de cinq-cents personnes ont été tuées et des milliers d'autres déplacées en raison des violences, selon les données officielles.

    Suite à cette dernière attaque, les autorités locales ont rétabli mercredi, l'interdiction des motos dans plusieurs endroits de la région de Tillabéri.

    L'interdiction des motos -imposée par les autorités pour la première fois l'année dernière pour lutter contre les attaques armées- avait été levée, début septembre, après que les forces gouvernementales aient réussi à contrôler, relativement, la situation sécuritaire.

    Les motos -utilisés par les groupes armés pour attaquer les civils et l'armée- sont le principal moyen de transport pour les habitants de Tillabéri. Ces derniers ont, en effet, exprimé leur préoccupation quant à la restauration de l'interdiction et à son impact sur leur vie quotidienne.

    La région de Tillabéri fait face à une crise alimentaire majeure, avec près de 600 000 personnes souffrant d'insécurité alimentaire, en raison de la crise sécuritaire et des attaques fréquentes de groupes armés qui prennent pour cible les agriculteurs et les civils, selon les Nations Unies.
    Banibangou-Niger-01.jpeg

  • Niger : 7 civils tués dans une attaque près de la frontière malienne

    Imprimer

    Au moins sept civils ont été tués, jeudi 9 septembre 2021, dans l'attaque d'un village de la région de Tillabéri, dans l'ouest du Niger et près de la frontière malienne, a rapporté une source de la société civile locale.

    "Le jeudi 09 septembre, aux environs de 18h30, des hommes armés à bord de motos, ont attaqué le village de Tcharba Koira, situé à quelques 35 km au nord-ouest de la commune de Tondikiwindi", a indiqué le mouvement de veille sécuritaire"Urgence Tillabéri" dans un communiqué.

    "Les assaillants ont tué 7 personnes et emporté du bétail", a précisé la même source, ajoutant que "cette attaque intervient quelques heures seulement avant le déplacement officiel du président de la République Mohamed Bazoum dans la région de Tillabéri".

    La commune de Tondikiwindi est située dans le département de Ouallam de la région de Tillabéri. Ces derniers mois, ce département et le département voisin de Banibangou enregistrent des attaques armées au cours desquelles de nombreux civils ont été tués.

    En août dernier, 37 civils ont été tués dans l'attaque du village de Darey Dey situé dans la commune de Banibangou.

    Depuis 2017 la région de Tillabéri est en proie à des attaques armées attribuées aux groupes terroristes opérant dans le nord du Mali.

    Un état d'urgence a été instauré dans toutes la région appuyé des mesures restrictives comme l'interdiction de circulation des motos au cours de la journée.

    Face à la pression des organisations de la société civile de la région, cette mesure a été levée le 1er septembre courant.

  • Niger : nouveau massacre de civils à Banibangou, près de la frontière malienne

    Imprimer

    Au moins 37 civils dont quatre femmes et quatorze  enfants ont été tués lundi 16 août 2021 dans l’après midi, dans le village de Darey Dey, à 45 km à l’ouest de Banibangou dans la région de Tillabéri, dans le nord-ouest du Niger, près de la frontière malienne. Selon des sources locales qui ont confirmé l’information déjà relayée sur les réseaux sociaux depuis la soirée du lundi, les assaillants présumés membres de l’EIGS (Etat islamique dans le Grand Sahara) étaient venus à bord de plusieurs motos et ont pris pour cibles des paysans qui travaillaient dans les champs.

    C’est la seconde attaque qui cible ce village du département de Banibangou en moins d’un mois et cette fois encore, le bilan qui est encore provisoire est très lourd !  Le village de Darey Dey avait connu, fin juillet 2021, une attaque du même genre et qui avait fait plus d’une dizaine de victimes.

    Ces attaques, qui visent des civils depuis quelques mois dans cette zone située près de la frontière malienne intervient une semaine après celle qui a visée, le lundi 9 Août 2021, les populations du village de Falanzandan, toujours dans le département de Banibangou, et qui s’est soldée par le massacre de 15 personnes avec toujours le même mode opératoire. Les assaillants arrivent à motos et prennent pour cibles les habitants qui vaquent à leurs travaux champêtres.

    450 morts dus aux attaques des djihadistes depuis le début de 2021 dans l'ouest du Niger
    Les attaques djihadistes ont tué, depuis le début de l'année 2021, selon un bilan officieux, dans l'ouest du Niger, plus de 450 personnes. La dernière attaque est la cinquième attaque dans la zone de Tillaberi en autant de mois, faisant un total de 151 morts.

    Déjà, à la suite des précédentes attaques, le gouvernement avait annoncé dans un communiqué du ministère de l’Intérieur, avoir renforcé « les dispositions sécuritaires et sanitaires » et  qu’« une enquête avait été ouverte pour retrouver et traduire devant les tribunaux les auteurs de ces crimes lâches et barbares ».

    La multiplication de ces attaques contre les civils a poussé les populations à se réfugier un peu plus au sud, vers la zone de Balleyera, amplifiant ainsi une situation humanitaire déjà très critique.
    Banibangou-Niger-01.jpeg

  • Niger : quatorze civils tués dans une attaque près la frontière malienne

    Imprimer

    Quatorze civils ont été tués et un autre a été blessé dans une nouvelle attaque menée par des hommes armés non identifiés contre un village situé près de la frontière avec le Mali, ont annoncé, lundi soir, les autorités nigériennes.

    "Le dimanche 25 juillet 2021, aux environs de 15h, des individus armés non encore identifiés, à bord de motos, ont perpétré une attaque contre le village de Wiyé dans la commune de Banibangou", précise un communiqué du ministère de l'Intérieur et de la décentralisation lu à la télévision publique.

    "L'attaque qui a visé des populations civiles fait état de quatorze morts, dont neuf dans leur champ, trois dans le village, deux sur leur chemin de retour et un blessé évacué à l'hôpital national de Niamey", a précisé la même source, ajoutant qu'une enquête a été ouverte.

    La commune de Banibangou est située dans la région de Tillabéri, à l'ouest du Niger, près la frontière malienne.

    Le 11 juillet courant, une autre attaque a visé le village de Tchomangou situé dans le département voisin de Ouallam. Selon un bilan publié par le ministère de l'Intérieur, quatre militaires et cinq civils nigériens avaient été tués dans cette attaque.

    Le 28 juin dernier, le village de Mougoudyougou, situé dans le même département de Ouallam, avait été attaqué par des hommes armés à bord des motos. Au moins trois villageois ont été tués dans cette attaque.

    Le 25 du même mois, trois autres villages du département de Ouallam ont été attaqués. Selon le ministère de l'Intérieur, dix-neuf civils ont été tués par les assaillants qui ont brûlé une vingtaine de greniers, pillé deux commerces et endommagé un camion.

  • Niger : cinq civils tués dans une attaque près la frontière du Burkina Faso

    Imprimer

    Cinq civils nigériens ont été tués et deux autres ont été blessés, mercredi 12 mai, dans une attaque perpétrée par des hommes armés non identifiés dans le village de Fantio, dans l'ouest du Niger, près de la frontière du Burkina Faso, a annoncé la société civile locale.

    "La région de Tillabéri est endeuillée de nouveau avec l'attaque du village de Fantio", a rapporté le mouvement de veille sécuritaire de la société civile "Urgence Tillabéri" dans un communiqué.

    Cinq villageois ont été tués et deux autres ont été blessés dans cette attaque, a précisé la même source, ajoutant que les assaillants ont également vandalisé une église.

    Aucune partie n'a encore revendiqué l'attaque et aucune déclaration officielle n'a été faite à ce propos, jeudi à 14h30 GMT.

    Ces dernières semaines les attaques armées se sont multipliées dans la région de Tillabéri, frontalière du Burkina Faso et du Mali.

    Le mardi 4 mai courant, des hommes armés non identifiés ont attaqué le village de Intoussane situé dans le département de Banibangou, près de la frontière malienne. Selon un bilan publié par le gouvernement, quinze militaires nigériens avaient été tués et six autres blessés dans cette attaque.

    "Urgence Tillabéri" a rapporté que dans la nuit de dimanche 2 au lundi 3 mai, d'autres hommes armés avaient tué le fondateur d'un complexe scolaire privé du village de Dessa situé dans le département d'Ayorou, près de la même frontière malienne.

    Depuis 2017 la région nigérienne de Tillaberi fait face à des attaques attribuées aux groupes terroristes opérant dans la "zone des trois frontières" située entre le Burkina, le Mali et le Niger.

    Face à la récurrence des attaques, le gouvernement nigérien a instauré l'état d'urgence dans la plupart des départements de cette région.