Bani Walid

  • Libye : manifestations nocturnes contre les coupures de courant

    Imprimer

    Des manifestants se sont rassemblés à Tripoli dans la nuit du dimanche 3 au lundi 4 juin 2022 pour protester contre la détérioration des conditions de vie en Libye, symbolisée par des coupures chroniques d'électricité.

    Des rassemblements épars ont eu lieu dans plusieurs quartiers de la capitale, selon un journaliste de l'AFP. Des jeunes, pour la plupart encagoulés, ont brûlé des pneus et fermé plusieurs routes, notamment la ceinture périphérique de la capitale et la route côtière qui relie Tripoli à ses banlieues ouest. Les forces de sécurité étaient absentes des lieux, selon la même source.

    Des rassemblements ont également eu lieu dans les villes de Beni Walid, Misrata et Sebha, selon des images diffusées par les médias locaux. Les manifestants s'insurgent contre les coupures de courant qui durent une douzaine de d'heures par jour en moyenne, en pleine canicule, et contre l'incurie des élites politiques, en exigeant leur départ.

    Englués dans une impasse politique inextricable, les dirigeants rivaux en Libye se trouvent depuis trois jours sous une pression croissante de la rue. Vendredi à Tobrouk, dans l'extrême est du pays, des manifestants ont forcé l'entrée du Parlement à l'aide d'un bulldozer avant d'y mettre le feu. Le Parlement est l'un des symboles de la division de la Libye entre un camp basé en Cyrénaïque (Est), dont le chef de file est le maréchal Khalifa Haftar, et un gouvernement basé à Tripoli.

    Le camp Haftar appuie un gouvernement rival formé en mars 2022. Ses partisans bloquent depuis mi-avril des installations pétrolières clefs comme moyen de pression pour déloger l'exécutif de Tripoli. Des pourparlers menés sous l'égide de l'ONU ont échoué la semaine dernière à résoudre les divergences entre les institutions libyennes rivales.

    Outre les coupures chroniques de courant, les contestataires s'insurgent contre l'inflation et les interminables files d'attente devant les stations d'essence, alors même que le pays dispose des réserves pétrolières les plus abondantes d'Afrique. La Libye peine à s'extirper de onze années de chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

  • Libye : Arrestation d'un chef de l'Etat islamique

    Imprimer

    Les forces antiterroristes libyennes ont capturé Moubarak al-Kharmi, un haut responsable de l'Etat islamique, lors d'une opération dans la ville de Bani Walidi.

    Dans un communiqué, les Forces d'opérations conjointes ont déclaré que deux autres membres de Daech ont également été capturés au cours de l'opération qui, selon elle, a été menée en coordination avec le bureau du procureur général libyen.

    La déclaration a décrit al-Kharmi comme une figure importante dans les activités du réseau terroriste en Afrique du Nord.

    Pour sa part, le Premier ministre libyen Abdul Hamid Dbeibah a salué l'arrestation d'al-Kharmi comme un "grand succès".

    "L'arrestation de Moubarak al-Kharmi est un grand succès pour nos forces de sécurité et nos vaillants jeunes des Forces d'opérations conjointes. La lutte contre le terrorisme se poursuivra dans toute notre patrie bien-aimée", a déclaré Dbeibah sur Twitter.

    Il a déclaré que la capture d'al-Kharmi allait permettre de « découvrir des renseignements vitaux sur Daech ».

  • Libye : Des officiers turcs infiltrés dans la zone contrôlée par l'Armée Nationale Libyenne du maréchal Haftar

    Imprimer

    Le site Web « 218 » a révélé que des officiers turcs avaient installé un système de défense aérienne et s'étaient installés à l'intérieur d'une usine de fabrication militaire à Bani Walid. 

    Les officiers turcs ont profité d'une opération militaire menée dans la ville de Beni Walid par la « brigade de combat 444 », sous le commandement de Mahmoud Hamza, , il y a quelques jours, pour entrer dans la localité et effectuer leur mission. Comme la brigade "444" se déplace sans consulter aucun appareil de sécurité du  gouvernement ou du Conseil présidentiel. En conséquence, ceux-ci  ne sont pas au courant de leurs mouvements et donc de l'activité des officiers turcs qui ont accompagné la brigade à l'intérieur de la ville de Bani Walid. Ankara se défend en affirmant être préoccupée par les mouvements de l'armée du maréchal Khalifa Haftar à Bani Walid, et la possibilité d'utiliser la ville comme place de transit ou de ravitaillement.

    L'Union Européenne prête à aider le gouvernement libyen à expulser les forces étrangères au pays sous l'égide de l'ONU
    Un document européen critique le rôle de la Turquie en Libye, sans la nommer. L'Union européenne déclare être prête à  mener une mission militaire sous tutelle de l'ONU dans le but de soutenir le gouvernement libyen pour expulser toutes les forces étrangères ou les mercenaires présents dans le pays. 

    En juin 2021, le gouvernement libyen avait affirmé l'importance urgente d'éliminer tous les mercenaires, forces étrangères et groupes armés, pour parvenir à la sécurité et à la stabilité dans le cadre d'un plan global.

    En plus des milliers de mercenaires syriens qu'Ankara a amenés ces derniers mois sur le territoire libyen, environ 6 000 d'entre eux y sont toujours stationnés, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen orient, Afrique du nord et Sahel du mardi 22 janvier 2019

    Imprimer

    Cisjordanie : l’armée israélienne dit avoir « neutralisé » un assaillant

     

    Gaza: Un Palestinien tué par un tir de char israélien

     

    Liban: L’armée annonce avoir arrêté un agent du Mossad impliqué dans un attentat contre un responsable du Hamas

     

    Libye : détails de l’accord de trêve à Tripoli

     

    La Libye se transforme en champ de bataille entre la France et l’Italie

     

    Syrie : explosion d’une « voiture piégée » à Lattaquié, fief du régime

     

    Syrie: Tensions croissantes entre la Russie et l’Iran en Syrie

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois