Bangassou

  • Centrafrique: deux Casques bleus tués par les rebelles

    Imprimer
    Deux casques bleus ont été tués par des rebelles lundi en Centrafrique, portant à 7 le nombre de morts parmi le contingent de la mission de l'ONU (Minusca) depuis le début de l'offensive des rebelles contre le régime du président Faustin Archange Touadéra, réélu officiellement dans la journée, a annoncé l'ONU.
     
    "Un Gabonais et un Marocain ont été tués lundi, à 17 km de Bangassou (préfecture du Mbomou), dans le sud de la RCA, suite à l'embuscade de leur convoi par des éléments des groupes armés coalisés", a annoncé la Minusca dans un communiqué.

    Serge Singha Bengba, député de Bangassou 1, a expliqué que « des rebelles de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC) ont fait face durant des heures aux forces de l’ONU, qui tentaient de bloquer leur progression vers la ville de Bangassou », où ils avaient été repoussés dans la nuit de vendredi à samedi.
     
    « Il y a des rebelles et des Casques bleus tués dans les combats. Nous aurons les détails exacts mardi », a précisé le député.
     
    Dans un communiqué publié lundi soir, le Représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en RCA, Mankeur Ndiaye,  a souligné que « la Minusca a payé un lourd tribut avec sept Casques bleus tombés au service de la paix, depuis le lancement des attaques coordonnées et simultanées par les anti-Balaka, le 3R, le MPC et l’UPC, alliés à l’ancien président François Bozizé ». 
     
    Il a néanmoins précisé que la force de l’ONU en RCA « reste engagée à poursuivre son mandat pour protéger les populations civiles et sécuriser les élections ».
     
    Samedi, les casques bleus ont repris le contrôle de la ville de Bangassou, occupée par des groupes rebelles depuis le 4 janvier 2021. La Minusca a annoncé dans un communiqué samedi, le contrôle total de la ville « suite à l’ultimatum lancé par la Force de la Mission aux groupes armés ».
     
    Le 17 décembre, les six plus puissants des groupes rebelles qui occupaient le nord de la Centrafrique se sont coalisés, puis ont annoncé le 19, une offensive dans le but d'empêcher le processus électoral qui était en cours.
     
    Le 27 décembre dernier, la Centrafrique a organisé des élections présidentielle et législatives. Faustin-Archange Touadéra a été proclamé Président, lundi, par la Cour constitutionnelle, pour un deuxième mandat de cinq ans, avec 53,16% des suffrages exprimés.

     

  • Centrafrique : la Minusca reprend le contrôle de Bangassou

    Imprimer

    La mission des Nations Unies en République centrafricaine (Minusca) a annoncé avoir repris le contrôle de l'ensemble de la ville de Bangassou (sud-est) dans un communiqué rendu public samedi soir 16 janvier 2021. La ville avait été attaquée par des rebelles, le 3 janvier.
     
    « La ville de Bangassou est sous contrôle total de la Minusca, suite à l’ultimatum lancé vendredi par la Force de la Mission aux groupes armés. Les rebelles ont abandonné les positions qu’ils occupaient et fui la ville dans la nuit de vendredi à samedi », a déclaré le 16 janvier, le porte-parole de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (Minusca), Vladimir Monteiro.
     
    Il a précisé que c’est au milieu de la semaine que des Casques bleus supplémentaires en provenance de Bria sont arrivés à Bangassou pour renforcer le dispositif en place et lancer une opération destinée à restaurer l’ordre et l’autorité effective de l’Etat dans la ville, et protéger la population civile.
     
    « Les Casques bleus ont intensifié les patrouilles dans la ville et contrôlent à présent tous les principaux axes. La base des FACA (Forces armées centrafricaines) et la brigade de gendarmerie sont également sous contrôle de la Force ».
     
    Les habitants qui avaient fui Bangassou suite aux attaques lancées le 3 janvier par des groupes rebelles contre la ville, ont commencé à revenir dans la ville, selon le Minusca.
     
    Dans un tweet dimanche matin, le Premier ministre de la RCA, Ngrebada Firmin, a souligné qu’il y a eu des incidents de « pillage de Bangassou par les rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) avant leur retrait » de la ville, dans la nuit de vendredi à samedi.
     
    « Le gouvernement est résolu à mettre fin aux pillages de nos richesses et les biens de notre peuple », a-t-il souligné.
     
    Le 19 décembre, une coalition de groupes armés avait lancé une offensive pour perturber les élections présidentielle et législatives et promis de «marcher sur Bangui».
     
    Dans la nuit de mardi à mercredi, les rebelles qui étaient jusque-là tenus à distance de la capitale par les Casques bleus de l'ONU et les forces armées de Centrafrique (FACA), avaient tenté de prendre le contrôle de Bangui, mais ils ont été repoussés.
     
    Le pouvoir traque les insurgés
    L’ancien chef d’état-major des armées centrafricaines, le général à la retraite, Ludovic Ngaïféi a été arrêté à son domicile par des militaires lourdement armés de même que le père et le frère de Stève Yambete, un proche de l'ancien président François Bozizé, arrêtés, eux aussi chez eux, a-t-on appris de l’avocat du Général et de sources familiales, dimanche.
     
    « Mon frère n’a pas été arrêté mais enlevé dans la nuit de vendredi aux environs de minuit. Des militaires lourdement armés sont entrés avec fracas chez lui. Ils l’ont emmené au Camp de Roux. Je demande que sa vie et son intégrité soient protégées. Mon frère n’est pas un rebelle. S’il voulait faire la rébellion, il serait rentré en brousse », a indiqué  Elie Ouefio, frère du Général Ludovic Ngaïféi.
     
    Selon Karim Doundembi, avocat du Général Ludovic, son client a été arrêté et conduit à la Section de recherches et d’investigation (SRI) où il a été auditionné samedi en journée.
     
    « Une procédure judiciaire a été ouverte mais aucune charge n’a été retenue contre lui. Sûrement lundi, nous serons mieux fixés sur sa situation », a-t-il précisé.
     
    Pour rappel, c’est le 14 mars 2020 que le Général de division Ludovic Ngaïféi avait été limogé de l’armée par un décret présidentiel, puis placé en position hors cadre et remis à la Fonction publique de la Centrafrique pour emploi.
     
    Après son limogeage de l’armée, le Général Ludovic a écrit un livre intitulé : « Quand la souffrance du peuple m’interpelle à plus d’un titre » où il a expliqué que la situation actuelle que traverse son pays est due à l’inaction du régime en place.
     
    « De mon humble avis ce serait indécent d’aller battre campagne et faire des promesses non tenues déjà faites il y a bientôt cinq ans devant une population qui n’a que ses yeux pour pleurer et le ventre vide depuis longtemps : pitié, un peu de sens de l’humanisme », a souligné le Général Ludovic dans son ouvrage.
     
    Dans la même nuit de vendredi, des forces de sécurité intérieure ont aussi procédé à l’arrestation du père et du frère de Stève Yambete, un ancien lieutenant de l’armée centrafricaine et un proche de François Bozizé.
     
    « Mon mari et mon fils ont été interpellés dans notre domicile et conduits à une destination inconnue. Je ne comprends pas cet acharnement contre ma famille, peut-être à cause de nos liens avec Bozize », a indiqué Yambete Alice.

    Un général français affirme que la Russie et la France "travaillent pour le même objectif"
    Le général Jean-Pierre Perrin, commandant des forces françaises au Gabon, a condamné vendredi les violences en cours en République centrafricaine, notamment de l’aventure militaire » de François Bozizé, qui n’a « aucun avenir », ont rapporté des médias français.
     
    Perrin s'est rendu mercredi en Centrafrique où il a rencontré notamment le président Faustin- Archange Touadéra, précise Radio France Internationale (RFI).
     
    Le général Jean-Pierre Perrin s’est adressé à la presse vendredi 15 janvier, selon la même source.
     
    Il a rappelé que la Centrafrique est engagée dans un processus électoral soutenu par les différents partenaires dont la France, rapporte le média français.
     
    Répondant à la question de l’engagement de la France en Centrafrique, Perrin a déclaré : « Nous ne sommes pas dans la même situation qu’en 2013. En 2013, nous nous sommes engagés, c’était Sangaris. Vous savez ce que Sangaris a réussi à faire et a fait. Aujourd’hui, nous ne sommes pas dans la même situation qu’en 2013, observe-t-il. On a quand même 11 000 hommes et un peu plus de la Minusca, Vous avez des partenaires bilatéraux de la Centrafrique, vous avez les Faca [Forces armées centrafricaines]. On n’est pas dans les mêmes conditions. »
     
    « Donc, chacun apporte sa contribution en complémentarité les uns des autres, en coordination chaque fois que c’est possible. Et la situation n’est pas la même. Par ailleurs, il n’y a pas que le côté militaire. La France est quand même le premier partenaire bilatéral de la Centrafrique en termes d’investissements pour le développement. 
     
    Le général Perrin a aussi précisé avoir rencontré le général russe Oleg Polguev, assurant que la Russie et la France en Centrafrique sont ensemble, travaillant pour le même objectif.
     

  • République centrafricaine : Cinq rebelles tués à Bangassou

    Imprimer

    Au moins cinq rebelles ont été tués suite à une attaque contre la ville de Bangassou, dans le sud-est de la République centrafricaine, dimanche à l'aube, a-t-on appris de sources concordantes.
     
    « La ville de Bangassou est attaquée depuis 5 heures (heure locale) ce dimanche matin et il y a des affrontements entre des rebelles et l’armée un peu partout dans la localité», a déclaré Rosevel Pierre Louis, chef du Bureau régional de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (Minusca) à Bangassou.
     
    Il a précisé que des éléments des forces armées de la Centrafrique (Faca) et de la Minusca ont été déployés dans la ville.
     
    Dans un tweet, le porte-parole de la Minusca, Vladimir Monteiro, a confirmé les attaques qui ont eu lieu dimanche matin, « suite à l’invasion des groupes armés dans la ville de Bangassou ».
     
    Selon la force onusienne en Centrafrique, au moins « cinq éléments armés » ont été retrouvés morts suite à ces affrontements.
     
    « Des jeunes de Bangassou se sont mobilisés et ont pu riposter contre les attaques des Anti-Balaka et FPRC qui se sont regroupés en la coalition des patriotes pour le changement (CPC). Cinq d’entre eux ont été tués par des jeunes du quartier Maliko dans le 2ème arrondissement de Bangassou », a précisé  le maire de Bangassou, M. Théophile Demba.
     
    Selon la même source, « une trentaine d’assaillants ont été arrêtés par les jeunes qui les ont plus tard remis aux forces centrafricaines et la Minusca ».
     
    D’après cette autorité municipale, plusieurs personnes ont fui les hostilités à Bangassou et ont trouvé refuge en République démocratique du Congo, voisin.
     
    sur son compte twitter, la Minusca a condamné « fermement » l’attaque de ce dimanche 3 janvier sur la ville de Bangassou, « menée par les groupes armés alliés à l’ancien président centrafricain Francois Bozizé ».
     
    La force de l’ONU « demande la cessation immédiate des violences dont les principales victimes sont les populations civiles ».
     
    Pour rappel, quelques jours avant les élections présidentielle et législatives du 27 décembre en République centrafricaine, des groupes armés se sont rassemblés autour de l'ancien président François Bozizé dans le cadre d'une coalition dite "des patriotes pour le changement" (CPC) et se sont opposés au processus électoral.