Balad (base aérienne)

  • Irak : La base de Balad abritant des soldats américains et l'aéroport de Bagdad bombardés

    Imprimer

    La base de Balad, abritant des Américains, visée par cinq roquettes
    Cinq roquettes ont visé mercredi soir 9 juin 2021 a base aérienne de Balad, au nord de Bagdad. Deux roquettes se sont abattues à proximité des locaux la société militaire américaine privée Sallyport Global, a indiqué à l'AFP un responsable des services de sécurité. "Il n'y a eu ni victime ni dégât", a précisé ce responsable sous le couvert de l'anonymat. Des Américains sont stationnés sur cette base pour entretenir les avions F-16 irakiens. La base de Balad est  régulièrement visée par des roquettes tirées --selon Washington-- par les groupes armés pro-Iraniens. La fréquence de ces bombardements a contraint l'entreprise américaine de défense Lockheed Martin de s'en retirer il y a un mois. 

    Trois "drones piégés" ont visé l'aéroport de Bagdad
    Une heure après l'attaque de la base de Balad, une autre attaque a visé mercredi soir l'aéroport de Bagdad où sont postés des soldats américains a été perpétrée à l'aide de "drones piégés", dont un a été intercepté, a expliqué jeudi matin l'armée irakienne dans un communiqué.

    Les attaques au drone piégé, dont la première contre des intérêts américains en Irak a eu lieu il y a moins de deux mois, sont une technique attribuée par les experts aux forces pro-Iraniennes dans ce pays, sur le modèle des attaques menées par les rebelles houthis du Yémen contre l'Arabie saoudite.

    Mercredi soir, ces engins volants chargés d'explosifs étaient mobilisés pour la première fois contre des objectifs dans la capitale irakienne, la deuxième plus peuplée du monde arabe, et pour la quatrième fois depuis mi-avril dans le pays.

    L'armée irakienne a indiqué dans son communiqué que de plus amples informations seraient données plus tard sur les deux drones qui n'ont pas été interceptés au-dessus de l'aéroport international de Bagdad, où sont postés des soldats américains et de la coalition antijihadiste sur une base irakienne.

  • Irak : Attaque au drone piégé contre des Américains

    Imprimer

    Un "drone piégé" s'est écrasé tôt samedi 8. mai 2021 sur une base aérienne irakienne abritant des Américains, a indiqué l'armée irakienne, un mode opératoire déjà utilisé par les factions pro-Iran en Irak et ailleurs au Moyen-Orient.

    De son côté, la coalition anti-jihadistes emmenée par Washington en Irak a précisé que l'attaque -- la quatrième en moins d'une semaine -- n'avait fait "aucune victime" mais qu'"un hangar a(vait) été endommagé" sur la base aérienne d'Aïn al-Assad, dans l'ouest désertique de l'Irak.

    Les pro-Iraniens, qui veulent en finir avec toute présence militaire étrangère en Irak, ont franchi un nouveau palier à la mi-avril avec une attaque spectaculaire. Un drone "chargé de TNT", selon les autorités kurdes, s'était alors écrasé sur le QG de la coalition antijihadistes à l'aéroport international d'Erbil. La nouvelle avait provoqué un choc car c'était la première fois que les autorités irakiennes rapportaient un tel mode opératoire. "D'autres attaques ont toutefois eu lieu auparavant sur le sol irakien", affirme un responsable gouvernemental irakien à l'AFP. Et surtout, selon les Américains, les pro-Iraniens d'Irak et du Yémen ont déjà coordonné leurs efforts pour mener une telle attaque au-dessus d'un palais royal saoudien à Riyad. Le drone en question avait été intercepté avant de frapper, a expliqué à l'AFP un haut gradé américain.

    Depuis un an et demi, les pro-Iraniens -- parfois sous des prête-noms, parfois sans revendication -- tirent à intervalles réguliers des salves de roquettes ciblant les 2.500 soldats américains toujours présents en Irak ainsi que l'ambassade des Etats-Unis à Bagdad. Depuis dimanche, ils ont ainsi tiré deux roquettes sur la même base d'Aïn al-Assad, six autres sur une autre base aérienne, Balad, où des Américains entretiennent la flotte de F-16 irakiens, et enfin deux roquettes sur l'aéroport de Bagdad où sont également postés des soldats américains. Face à ces projectiles qui ont déjà tué des Américains, des Britanniques et des Irakiens, les Etats-Unis ont installé des systèmes de défense C-RAM, des batteries anti-aériennes, à Bagdad et Erbil.

  • Irak : Attaque à la roquette contre un base abritant des Américains - la 3e en 72 heures

    Imprimer

    Deux roquettes ont été tirées, mardi 4 mai 2021, sur une base abritant des Américains, a indiqué l'armée irakienne, la troisième attaque du genre en trois jours, intervenue au moment même où Bagdad recevait une délégation gouvernementale américaine.

    Les deux Katioucha se sont écrasées sur un espace non occupé de la base aérienne d'Aïn al-Assad "sans faire de dégât ni de victime", a précisé l'armée. Dimanche et lundi déjà, des salves de roquettes avaient touché des bases où sont stationnés des Américains à l'aéroport de Bagdad et à Balad, au nord de la capitale. Ces attaques n'ont pas jusqu'ici été revendiquées mais Washington accuse régulièrement les groupes armés irakiens proches de l'Iran  de viser ses troupes et ses diplomates.

    Près d'une trentaine d'attaques, à la bombe ou à la roquette, ont visé des convois logistiques irakiens de la coalition, des bases abritant des soldats américains ou des représentations diplomatiques américaines depuis l'arrivée au pouvoir fin janvier du président américain Joe Biden. Les tirs ont causé la mort de deux sous-traitants étrangers, un sous-traitant irakien et huit civils irakiens.

    Bagdad est pris en étau entre ses deux alliés. D'un côté, l'Iran voisin, dont il dépend pour ses importations et son électricité, qui pousse, à travers ses alliés armés, pour un départ pur et simple des soldats étrangers revenus en Irak pour combattre les jihadistes en 2014. De l'autre, Washington qui n'a pas hésité à mener des raids anti-iraniens sur le sol irakien, qui ont notamment tué le général Qassem Soleimani, et pousse pour réduire l'influence grandissante de l'Iran en Irak.

    Le Premier ministre Moustafa al-Kazimi, plus pro-Washington que son prédécesseur, a une nouvelle fois évoqué mardi le sort des 2.500 soldats américains sur le sol irakien avec Brett McGurk, émissaire de la Maison Blanche pour le Moyen-Orient.

    Les deux hommes se connaissent bien: le premier, patron du renseignement jusqu'aujourd'hui, et le second, ancien représentant de la coalition antijihadistes emmenée par les Etats-Unis en Irak et en Syrie, ont longtemps travaillé main dans la main contre l'Etat islamique.

    Aujourd'hui, ils s'attellent à dessiner un calendrier de "retrait des forces combattantes d'Irak", selon un communiqué du bureau de M. Kazimi.

    Pour experts, diplomates occidentaux et responsables irakiens, ce calendrier --principalement à destination d'une opinion publique chiite acquise à la cause de l'Iran face aux Etats-Unis-- devrait s'étaler sur plusieurs années. Avec la possibilité que les "combattants" soient transformés en "formateurs" et restent sous cette étiquette en Irak.
    Bases US en Irak.png

  • Irak : Trois roquettes tirées sur la base de Balad abritant des Américains

    Imprimer

    Trois roquettes ont été tirées lundi soir sur la base aérienne de Balad au nord de Bagdad abritant des soldats américains, a indiqué un responsable des services de sécurité à l'AFP. Il s'agit de la deuxième attaque de ce type en moins de 24 heures, alors que deux roquettes ont visé dimanche soir l'aéroport de Bagdad où sont également postés des soldats américains déployés dans le cadre de la coalition contre le groupe Etat islamique.

  • Irak : Cinq roquettes visent la base de Balad abritant des Américains

    Imprimer

    Cinq roquettes ont visé dimanche soir 18 avril 2021 une base aérienne irakienne abritant des Américains en Irak, dont deux au moins ont touché les locaux d'entreprises américaines de sous-traitance, a indiqué une source de sécurité à l'AFP.

    Des avions F-16 sont stationnés sur la base de Balad, au nord de Bagdad, et diverses entreprises y sont présentes pour la maintenance avec des employés irakiens et étrangers. L'un d'eux, un Irakien, a été blessé dans une attaque similaire contre cette base le 21 février.

  • Irak : Des miliciens pro-iraniens font sauter cinq convois de ravitaillement américains à travers le pays

    Imprimer

    Mercredi 7 avril 2021, cinq convois transportant des fournitures et du matériel logistiques pour la coalition dirigée par les États-Unis ont été attaqués dans l'ouest, le nord et le centre de l'Irak.

    Le premier convoi a été attaqué dans une partie non spécifiée de la province centrale de Babylone. Un groupe se faisant appeler Saryat Qasim al-Jabbarin a revendiqué la responsabilité de l'attaque.
    Le deuxième convoi a été pris pour cible près de la zone de Jableh à Babylone. Aucun groupe n'a encore revendiqué la responsabilité de l'attaque.
    Le troisième convoi a explosé dans une partie non spécifiée de Babylone. Aucun groupe n'a encore revendiqué la responsabilité de l'attaque.
    Le quatrième convoi a été attaqué près de la ville de Ramadi dans la province sunnite d'al-Anbar. Un groupe se faisant appeler la Résistance internationale a revendiqué la responsabilité de l'attaque.
    Le cinquième convoi a été pris pour cible près de la ville de Balad, dans la province septentrionale de Saladin. La Résistance internationale a revendiqué la responsabilité de l'attaque.
    Comme d'habitude, les cinq convois de ravitaillement ont été ciblés avec des engins explosifs improvisés, l'arme de choix des combattants pro-iraniens en Irak.

    Ces attaques, ainsi que les précédentes, sont une réponse à l'assassinat d'Abu Mahdi al-Muhandis, commandant adjoint des unités du Hashd al-chaabi, une coalition de groupes armés chiites pro-iraniens, et du commandant de la force iranienne al-Qods Qassim Soleimani. Les attaques visent à pousser les forces américaines hors du pays.

    Malgré de lourdes pertes matérielles, les États-Unis sont toujours déterminés à garder des milliers de soldats en Irak. Pour cette raison, les attaques ne s'arrêteront probablement pas de sitôt.

  • Irak : Deux roquettes visent une base abritant des soldats américains

    Imprimer

    Deux roquettes se sont abattues dimanche 4 avril 2021 près de la base aérienne de Balad qui abrite des soldats américains au nord de Bagdad, trois jours avant la reprise du "dialogue stratégique" avec la nouvelle administration américaine, a indiqué une source de sécurité à l'AFP. 

    Ces tirs qui n'ont fait ni victime ni dégât n'ont pas été revendiqués dans l'immédiat mais Washington accuse régulièrement les groupes armés irakiens pro-Iran de viser ses troupes et ses diplomates.