Bakershahr

  • Iran : Les explosions mystérieuses se poursuivent en Iran: état d'urgence dans une usine de Fariman

    Imprimer

    Lundi 13 juillet, un incendie s'est déclaré dans l'usine de gaz naturel liquéfié "Kawyan Freeman Industrial Complex" situé près de la ville de Fariman, à environ 32 km au sud de la ville de Mashhad, dans le nord-est de l'Iran, a rapporté l'agence de presse turque Anadolu , citant la télévision publique iranienne.
    Selon Jawad Jahan Dost, le chef des pompiers du "Kawyan Freeman Industrial Complex", un réservoir de gaz à explosé et cinq autres ont pris feu.
    Il n'y a aucune information sur les causes de l'incendie. Les autorités iraniennes disent qu'une enquête est en cours.
    Il y a eu plusieurs explosions et incendies à proximité d'installations militaires, nucléaires et industrielles en Iran depuis fin juin.
    Le 12 juillet, les transformateurs d'une compagnie d'électricité ont explosé rue Enheleb, dans le centre de Téhéran.
    Dans la nuit du 7 juillet, une explosion massive s'est produite dans l'usine Sepahan Boresh à Bakershahr, au sud de la capitale.
    Le 2 juillet, une explosion a causé d'importants dégâts dans une usine d'enrichissement d'uranium à Natanz.
    Dans la nuit du 26 juin, des explosions se sont produites sur une base militaire à Parchin, au sud-est de Téhéran.

  • Iran : Deux explosions ont retenti dans la banlieue de Téhéran - les habitants signalent des pannes de courant

    Imprimer

    Vendredi 10 juillet, vers 01h00, deux puissantes explosions ont retenti dans le secteur de la ville de Keredzh, dans la banlieue ouest de Téhéran. Selon les habitants, l'onde de choc a brisé les vitres dans un large périmètre et des coupures de courant ont été signalées, notamment dans les localités de Shahriar et Quds.

    lu7riZD5.jpeg

    Des images satellite prises par la société Planet Labs ont montré que l'explosion, qui s'est produite dans la région de Ghamdarah, à l'ouest de Téhéran , visait une force aérienne des Gardiens de la révolution.
    Les photos satellites prises cinq jours après l'explosion montrent que des incendies se sont déclarés sur une zone de 22 000 mètres carrés.
    La télévision iranienne, à travers sa chaîne sur l'application de "Telegram", a confirmé la survenue d'explosions dans l'ouest de Téhéran, dans les régions de Ghamdarah et de la ville de Qods, mais a par la suite nié l'existence de toute explosion.
    Après l'explosion, plusieurs médias iraniens ont rapporté que des pannes se sont produites dans des zones de l'ouest de Téhéran, telles que Shahryar, Gardadra et la ville de Qods (Qasr Hasan Khan), à l'ouest de Téhéran.
    La BBC "Perse" suggère que l'explosion s'est produite sur une base aérienne des Gardiens de la révolution, des informations non confirmées ont indiqué que l'explosion avait visé les entrepôts de missiles des Gardiens de la révolution au sud-ouest de Téhéran.
    Des témoins ont déclaré avoir entendu le bruit de l'explosion et vu de la fumée s'échapper de la base des gardiens de la révolution entre Garmdarah et la ville de Qods, à l'ouest de Téhéran. D'autres ont dit que l'explosion avait visé le camp "Hassan Al-Mujtaba" de la Force alQods, l'unité d'élite les Gardiens de la Révolution.
    Cette explosion est survenue après une série d'explosions et d'incidents "mystérieux" impliquant des installations nucléaires et militaires iraniennes, dont le plus important était l'explosion de la base de missiles "Khijir" à l'est de Téhéran près du site militaire de Parchin, le 26 juin,. Une autre avait visé des centrifugeuses pour enrichir de l'uranium à Natanz en Ispahan, le 2 juillet.

    Site militaire .jpeg

    Il s'agit de la troisième explosion importante au cours de la semaine dans les environs de Téhéran et la cinquième explosion au cours des deux dernières semaines. Elles se sont toutes produites entre minuit et 03h00.
    Le 26 juin, deux explosions puissantes ont retenti au sud-est de la capitale, provoquant une lueur rouge visible depuis Téhéran. Selon des sources iraniennes non officielles, l'explosion s'est produite sur le territoire de la base militaire secrète de Parchin, qui figure sur la liste des installations nucléaires iraniennes, que les agents de l'AIEA ont vainement cherché à inspecter pendant de nombreuses années.
    Le 30 juin, une puissante explosion s'est produite au centre médical Sina Athar tuant 19 personnes, tandis que 24 autres étaient hospitalisées pour des blessures graves.
    Le 2 juillet, une explosion et un incendie se sont produits dans une installation nucléaire de Natanz. Quelques jours plus tard, l'Iran reconnaissait que l'installation avait subi des dommages importants.
    Le 7 juillet, une puissante explosion a éclaté à quelques kilomètres au sud de Téhéran. Les médias iraniens ont rapporté que l'explosion avait eu lieu dans l'usine Sepahan Boresh à Bakershahr, provoquant un incendie.

  • Iran: Nouvelle explosion au sud de Téhéran

    Imprimer

    Dans la nuit du mardi 7 juillet, à plusieurs kilomètres au sud de Téhéran, il y a eu une puissante explosion. Les médias iraniens ont rapporté une explosion et un incendie à l'usine Sepahan Boresh à Bakershahr.
    Selon les données préliminaires, au moins deux travailleurs ont été tués et trois ont été blessés. L'usine Sepahan Boresh et le bâtiment voisin de la Saipa Press ont été endommagés.
    La version officielle est une explosion due à une négligence dans le remplissage des réservoirs d'oxygène.
    Le lieu de l'incident n'est pas tout à fait clair. L'usine Sepahan Boresh semble appartenir à Boresh Kooh, une entreprise pétrochimique. Mais selon le site web de cette entreprise, toute sa production se trouve à Ispahan.
    Certains médias rapportent que l'explosion n'était pas à Bakershakhr, mais un peu plus loin à Kahrizak.
    Saipa Press, qui produit des pièces extrudées pour voitures, est en effet située à Bakershakhr.
    Les médias internationaux notent qu'il s'agit de la quatrième explosion en Iran au cours des deux dernières semaines. Des explosions ont eu lieu à Parchin, Natanz et dans le nord de Téhéran. Les autorités iraniennes ont accusé les Etats-Unis et Israël d'être derrière ces explosions.