Bahri

  • Soudan : Reprise des manifestations, au lendemain de la journée la plus sanglante depuis le début du coup d'État

    Imprimer

    Les forces de police soudanaises ont dispersé, vendredi 19 novembre 2021,  des manifestations qui ont eu lieu dans la capitale, Khartoum, pour condamner le meurtre de manifestants lors des manifestations de mercredi et pour exiger le retour d'un régime civil.

    Après les prières du vendredi, les manifestants ont défilé depuis la mosquée Al-Hijrah à Omdurman, la mosquée Kafouri et un certain nombre de mosquées de Khartoum, où ils avaient récité les prières des morts en hommages aux personnes tuées lors des manifestations de mercredi.

    Des centaines de manifestants ont défilé dans la ville de Bahri où 11 personnes ont été tuées sur 15 victimes de mercredi, selon le Comité central des médecins soudanais.

    Les manifestants ont brandi des slogans rejetant les décisions d'Al-Burhan et critiqué l'utilisation de balles réelles, appelant à des représailles.

    Des témoins ont déclaré que la police avait utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants dans le quartier "Al-Dim" dans le centre de Khartoum.

    Les forces de police ont tenté de retirer les barricades érigées par les manifestants dans une rue principale du quartier.

    Les manifestants avaient érigé des barricades pour empêcher la police de les poursuivre dans certains quartiers et ont mis le feu à des pneus dans une rue principale du quartier.

    Les comités de résistance de l'État de Khartoum et l'Association des professionnels soudanais ont déclaré que les manifestations se poursuivront dans les prochains jours.

    Des dizaines de milliers de Soudanais sont descendus dans la rue à deux reprises le 30 octobre et le 13 novembre pour protester contre le coup d'État.

    La répression a commencé le premier jour des manifestations, mais elle a atteint un nouveau niveau mercredi.