Baghuz

  • Syrie : l'Etat islamique frappe des milices affiliées à Téhéran

    Imprimer

    Des cellules de l'État islamique ont mené une attaque à grande échelle à l'est du gouvernorat de Homs, dans le centre-sud de la Syrie, faisant des morts et des blessés. Des groupes armés pro-iraniens soutenus par le Corps des Gardiens de laRévolution Islamique d'Iran (CGRI) ont été pris pour cible.

    L'attaque a été menée le matin du 7 février à l'aide d'armes lourdes moyennes, notamment des canons de calibre 106, des obus de mortier, des missiles Kornet et des mitrailleuses montées sur des véhicules à quatre roues. 

    La cible était un camp appartenant à la Brigade Fatemiyoun, une milice chiite afghane formée en 2014 pour combattre en Syrie et soutenue par les gardes iraniens. Le camp est situé sur la route reliant les villes de Palmyre et Sukhna et a été touché par les versants nord et est pendant environ une heure et demie. Le bilan est de 8 membres de la brigade pro-iranienne tués et de "nombreux" blessés, qui ont été transférés à l'hôpital de Palmyre, placé sous le contrôle de milices liées à Téhéran. 

    Les jours précédents l'attaque du 7 février, la même brigade Fatemiyoun avait lancé une opération militaire contre les cellules de l'Etat islamique encore actives dans les zones à l'est de Homs et surtout dans les zones désertiques de Palmyre et le long des montagnes d'al-'Amour. L'opération a été menée non seulement par des groupes armés pro-iraniens, mais aussi par des avions de guerre russes, toujours engagés dans la lutte contre l'État islamique dans la région désertique de Badia,  dans le sud-est du gouvernorat de Hama, au sud et à l'ouest du gouvernorat de Raqqa, à l'est du gouvernorat de Homs et dans la région de Deir Ezzor. L'objectif des raids sont toujours et encore les grottes et les caches utilisées par les jihadistes de l'Etat islamique.

    La fin du califat islamique en Syrie remonte au 23 mars 2019, date à laquelle les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont officiellement annoncé la conquête de la dernière enclave sous contrôle de l'Etat islamique, Baghouz, dans l'est de la Syrie. Cependant, comme le soulignent également les  rapports nationaux sur le terrorisme 2020, développé par le département d'État américain, l'État islamique, tant en Syrie qu'en Irak, continue de conserver une "présence active", et mène une "insurrection de bas niveau". Au premier semestre 2020, il y a eu une augmentation du nombre d'attaques perpétrées par l'organisation islamique dans les deux pays. En Syrie, en 2020, les attaques, bombardements et embuscades ont principalement concerné la région ouest de l'Euphrate, la vallée de Deir Ezzor, ainsi que Raqqa, Homs et Souheida, ainsi que les zones contrôlées par les Forces démocratiques syriennes.

    Dans le même temps, le rapport national sur le terrorisme inclut la Syrie parmi les États parrains du terrorisme, une désignation acquise en 1979, et souligne comment le gouvernement de Damas continue de fournir des armes et un soutien à divers groupes terroristes, dont le Hezbollah, permettant leur réarmement également à partir de l'Iran. Le régime syrien, selon le Département d'État, a continué d'entretenir des liens étroits avec Téhéran et le Hezbollah en 2020. Le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) reste présent et actif en Syrie, avec l'autorisation du président Bachar al-Assad, qui dépend de plus en plus d'acteurs extérieurs pour protéger ses territoires des ennemis étrangers. Enfin, des groupes pro-iraniens basés en Irak continuent de se rendre en Syrie pour épauler l'armée de Damas.

    Enfin et surtout, le gouvernement syrien, tout comme le gouvernement turc, est accusé de ne pas avoir renoncé à manipuler   les organisations terroristes, telles qu'Al-Qaïda et Etat islamique, comme il l'a fait dans le passé, pour éventuellement les utiliser contre leurs adversaires, les Forces Démocratiques Syriennes et la coalition internationale qui occupent de facto le nord est du pays, bien que le gouvernement de Damas s'affirme lui-même être victime du terrorisme islamique. 

  • Syrie : Dix personnes exécutées à un faux check-point installé par Daech

    Imprimer

    Jeudi 2 décembre, des jihadistes de l'Etat islamique ont massacré dix personnes après avoir installé un faux poste de contrôle sur une route clé dans l'ouest de la province de Deir Ezzor, qui est contrôlée par les forces gouvernementales syriennes.
    261816012_442105884185325_12580567380570914_n.jpeg

    Les jihadistes ont réussi à atteindre la route qui relie les villes d'al-Madhul et d'al-Bu Juma'a, après une infiltration réussie. Là, ils ont installé leur poste de contrôle pendant un bon moment.
    261778357_442106447518602_3394679873159249991_n.jpeg

    Au poste de contrôle, les jihadistes ont arrêté un mini-camion qui transportait deux bergers locaux, une mini-fourgonnette transportant sept travailleurs de la compagnie pétrolière syrienne qui revenaient du champ pétrolifère d'al-Kharata et une moto avec un militaire appartenant à la 17e Division de l'armée arabe syrienne. .

    Les dix personnes ont été exécutées par les jihadistes qui ont incendié les cadavres et les véhicules avant de se retirer dans le désert.

    Après l'attaque meurtrière, les Forces de défense nationale (FDN) ont déployé une importante force le long de la route al-Madhul-al-Bu Jama'a. Les combattants des FDN ont secouru un homme qui avait été blessé par les jihadistes et ils procèdent actuellement à la sécurisation de la zone.

    Le champ pétrolier d'al-Kharata se situe à 20 kilomètres au sud-est de la ville de Deir ez-Zor, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    Cette attaque n'a pas immédiatement été revendiquée. Toutefois, le groupe Etat islamique a revendiqué plusieurs opérations similaires dans cette région riche en pétrole qui faisait jadis partie de son proto-Etat, qui s'étendait sur des larges pans des territoires syrien et irakien. L'OSDH a affirmé qu'un engin explosif avait été utilisé dans l'attaque de jeudi dans un secteur de Deir ez-Zor où des cellules de l'Etat islamique sont toujours actives. Le 13 novembre, au moins sept combattants d'une formation tribale pro-gouvernementale connue sous le nom d'« Usud al-Sharqiyah » avaient été tués dans une  embuscade  tendue par les jihadistes près de la ville d'al-Masrab, dans le nord de la province.. Cinq soldats syriens ont par ailleurs été tués par une explosion à Deir ez-Zor cette semaine, selon les médias d'Etat.

    Al-Kharata a été repris par le régime en 2017 après que les jihadistes de l'Etat islamique aient été expulsés de la région. Le califat autoproclamé de l'Etat islamique a été déclaré définitivement vaincu dans le petit village syrien de Baghouz en mars 2019 au terme d'une longue offensive soutenue par une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis. Mais le groupe continue de harceler les forces gouvernementales dans le vaste désert syrien qui s'étend tout le long des faubourgs de Damas jusqu'à la frontière irakienne.

    La Russie, alliée du régime syrien, a mené d'intenses raids aériens ciblant des positions de l'Etat islamique dans le désert syrien au cours des deux derniers jours, rapporte l'OSDH. 

  • Daech renaît déjà de ses cendres

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

    (Foreign Affairs)
    La coalition militaire dirigée par les États-Unis a réussi à écraser en mars dernier le califat autoproclamé de l’État islamique. Il est remarquable qu’environ 2 000 soldats américains seulement ont pris part à cet effort, une infime fraction par rapport au nombre déployé en Irak ou en Afghanistan au plus fort de ces guerres. La clé du succès en Syrie réside dans le fait que les États-Unis ont opéré par, avec et à travers les milices locales, à savoir les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), dont l’épine dorsale était la milice kurde connue sous le nom d’unités de protection populaire (YPG).
    Pourtant, en un seul appel au président turc Recep Tayyip Erdogan, le président américain Donald Trump aurait donné son feu vert à une offensive turque contre ces mêmes partenaires kurdes, dont les liens étroits avec les militants kurdes en Turquie avaient longtemps irrité Ankara.
    Trump a ordonné le retrait des troupes américaines qui avaient entraîné et assisté les FDS dans le cadre de l’effort de la coalition contre Daech. La Turquie a maintenant lancé une campagne sanglante pour déloger les Kurdes de la frontière turco-syrienne. Les FDS sont occupées à se défendre et on peut être sûr que Daech, qui a fait preuve d’une capacité de résistance et d’adaptation, va savoir, comme toujours, exploiter le chaos. Les informations selon lesquelles des militants de Daech se seraient déjà évadés de prisons gardées par des Kurdes font craindre que l’extrémisme islamiste ne renaisse de ses cendres en Syrie.
    La réalité est que Daech et Al-Qaïda ont connu une résurgence avant même la décision de Trump de retirer ses troupes et l’invasion turque – Daech est barricadé en Syrie orientale et Al-Qaïda solidement installé à l’ouest du pays. Maintenant que les États-Unis s’apprêtent à se retirer, que les Kurdes sont occupés à combattre la Turquie et que le régime d’Assad et ses partisans poursuivent d’autres priorités, il ne reste aucune force pour contrer un renouveau extrémiste islamiste. La poursuite du conflit ne fera qu’alimenter la radicalisation, qui déstabilisera à nouveau la région et constituera une menace pour l’Europe, et même les États-Unis. Malheureusement, dans quelques années, la Syrie sera revenue au point où elle se trouvait avant la campagne militaire contre Daech : elle souffrira du chaos et du conflit, avec un terrorisme islamiste croissant.
    LA TEMPÊTE QUI S’ANNONCE
    Le dernier bastion du califat de l’Etat islamique, à Baghouz, en Syrie, est tombé aux mains des forces de la coalition en mars 2019. Mais même avant la chute de Baghouz, les dirigeants de Daech étaient déjà occupés à reconstituer leur groupe en tant que mouvement d'insurrection rurale. Des dizaines de milliers de combattants sont morts en défendant les bastions de l’ISIS dans la vallée de l’Euphrate, mais des milliers d’autres se sont retirés dans des refuges sûrs dans les campagnes syrienne et irakienne et ils ont survécu. Parmi eux se trouve le chef du groupe, Abu Bakr al-Baghdadi.
    L’Etat islamique a passé les derniers mois à se regrouper dans des sanctuaires ruraux, à mener des attaques de guérilla contre les patrouilles des FDS et à rassembler ses forces pour des attaques ultérieures contre des villes et villages importants. A Raqqa et Deir ez-Zor, des cellules clandestines de Daech recueillent des renseignements qui aideront le groupe à planifier des assassinats, des attentats suicides et des enlèvements. Ces opérations visent à éliminer les commandants compétents des FDS et à faire pression sur les chefs tribaux arabes pour qu’ils coopèrent avec Daech plutôt qu’avec les FDS. En bref, l’Etat islamique prépare le champ de bataille militairement, politiquement et psychologiquement pour pouvoir passer à l’offensive dès que la coalition dirigée par les États-Unis se retirera.
    Al-Qaïda est également en train de s’adapter et de se renforcer en Syrie occidentale. Le groupe a prospéré dans le chaos régnant dans la province d’Idlib, le dernier bastion de l’opposition, qui a été attaqué par les forces pro-régime plus tôt cette année. Autrefois le foyer d’un mélange de groupes modérés, durs et extrémistes, Idlib est maintenant un bastion des jihadistes salafistes, dominé par le groupe Hay’at Tahrir al Sham (HTS), ex-associé d’al Qaïda. Un groupe d’anciens combattants d’Al-Qaïda s’est séparé de HTS en 2017 pour former un nouveau groupe appelé Houras al-Din. Sous la direction du chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri, ce groupe se consacre d’abord et avant tout à attaquer l’Occident. Il a trouvé des recrues volontaires parmi les milliers de combattants idéologiquement alignés et aguerris à Idlib.
    Le régime d’Assad a aggravé la situation à Idlib en suivant ses vieux schémas offensifs depuis Homs, Alep et la banlieue de Damas. Avec l’appui de l’Iran et de la Russie, les forces d’Assad ont cherché à maximiser les pertes civiles afin de pousser la population à la soumission ou à l'exil. De telles tactiques ont donné lieu à des victoires à court terme sur les champs de bataille, mais à long terme, elles radicalisent la population locale et fournissent légitimité, sanctuaire et main-d’œuvre à Al-Qaïda. En outre, pour accroître la pression sur Idlib, les forces pro-régime ont dû réduire leurs opérations contre Daech dans le centre et le sud-est de la Syrie. La Russie a également concentré son attention sur Idlib, tandis que l’Iran et le Hezbollah sont plus préoccupés par la préparation d’une guerre potentielle avec Israël, ce qui donne à Daech un espace supplémentaire pour se regrouper.
    Daech et Al-Qaïda ont déjà profité du désengagement des États-Unis pour reprendre des forces. Dès le mois d’avril, après la chute du califat, les Etats-Unis ont réduit de moitié leur présence en Syrie à 1.000 hommes. Le Département de la Défense a rapporté en août que  "la réduction des forces américaines a diminué le soutien disponible pour les forces partenaires en Syrie " et que les FDS n’étaient plus en mesure de  "soutenir des opérations à long terme contre les militants de Daech" .
    Le soutien des États-Unis aux forces kurdes dans l’est de la Syrie, qui comprenait une formation spécialisée en matière de patrouille, de maintien de l’ordre, de gouvernance et de collecte de renseignements, va maintenant disparaître à mesure que les troupes américaines vont partir. Dans l’ouest de la Syrie, la situation est tout aussi désastreuse : des frappes aériennes américaines occasionnelles visaient des dirigeants d’Al-Qaïda à Idlib, avec l’aide de renseignements recueillis par des forces modérées sur le terrain. Mais les États-Unis ont cessé de soutenir les combattants de l’opposition en 2017 et n’ont depuis lors pas été en mesure de contrecarrer la prise de pouvoir par les jihadistes.
    L’ASCENSION DE L’EXTRÉMISME
    L’invasion de la Syrie par la Turquie fait de la résurrection de l’Etat islamique un fait accompli. L’objectif primordial d’Ankara est d’anéantir le proto-état kurde de Rojava dans le nord de la Syrie, qui est actuellement un rempart contre la domination de l’Etat islamique dans cette région. Face à une telle menace existentielle, la milice kurde YPG utilisera certainement ses liens étroits avec les militants kurdes en Turquie pour y intensifier l’insurrection kurde. Le YPG portera donc son attention non plus sur la lutte contre Daech mais sur la lutte contre la Turquie.
    Déjà, les FDS semblent incapables de sécuriser les milliers de combattants jihadistes qu’elles détiennent. Elles ne peuvent pas non plus garder les dizaines de milliers de membres des familles jihadistes dans le camp de réfugiés d’Al Hol soumis à une sécurité minimale et pratiquement sans soutien international. Si le chaos s’installe dans le nord-est de la Syrie dans les mois à venir, l’Etat islamique pourrait à nouveau s’emparer de pans entiers du territoire pour former un nouveau califat et envoyer des combattants au-delà des frontières non sécurisées pour mener des attaques terroristes.
    L’assaut turc a également contraint les FDS à conclure un accord avec Damas. Le régime d’Assad vise à réaffirmer sa souveraineté sur l’ensemble du territoire syrien et à prévenir de nouvelles incursions étrangères. En tant que tel, le gouvernement syrien partage avec les FDS le point de vue que la Turquie est l’ennemi commun, et les deux ont occasionnellement collaboré tout au long de la guerre civile. En 2016, à Alep, ils ont travaillé ensemble pour éliminer ce qui restait de l’opposition syrienne dans l’est de la ville. En échange d’un soutien du régime contre la Turquie, et peut-être d’un statut semi-autonome pour Rojava, le YPG pourrait être disposé à laisser Assad arborer le drapeau syrien et exercer son autorité nominale dans les villes sous contrôle kurde. Déjà, les Kurdes semblent prêts à céder au régime et aux forces russes le contrôle des villes de Manbij et de Kobani, au nord du pays, lieux de batailles cruciales contre Daech.
    Un tel accord devrait permettre à Daech de poursuivre sa renaissance. De nombreux Arabes sunnites de l’est de la Syrie se sont rebellés contre Assad et considèrent le YPG comme des usurpateurs. Pour cette population, une entente du YPG avec Damas sera mal reçue. Daech aura un nouveau récit à diffuser, se positionnant comme l’avant-garde de la résistance arabe sunnite, que ce soit contre les Turcs, les Kurdes, les Assyriens ou tout ceux dont on a parlé plus haut.
    Daech exploitera la frustration des Arabes sunnites pour obtenir le soutien de la population, peu importe ce que les FDS choisiront de faire. Avant l’invasion turque, les FDS, encouragées par les États-Unis, amélioraient leurs relations avec la population arabe sous leur contrôle. La campagne contre l’Etat islamique avait particulièrement dévasté les parties arabes de la région et les habitants de ces régions étaient sceptiques à l’égard du YPG, mais le groupe avait fait des progrès vers une gouvernance meilleure et plus inclusive. Cependant, au fur et à mesure que le YPG combattra la Turquie, ces efforts de gouvernance s’effondreront et la tension montera entre les factions kurdes, arabes et, éventuellement celles soutenues par le régime syrien. En 2013, lorsque les villes de Raqqa et Deir Ez-Zor se sont révoltées contre Assad, Daech a exploité l’anarchie qui en a résulté en se positionnant comme le seul groupe capable de fournir sécurité et justice. Tel sera probablement son plan aujourd’hui.
    TOUT FOUT LE CAMP
    Qui sera le grand gagnant de ce chaudron jihadiste une fois que les États-Unis se seront retirés ? La réponse est probablement personne. Après huit années de guerre,, l’armée syrienne manque de personnel et de motivation pour un autre combat. L’Iran et le Hezbollah sont également lassés de la guerre et ne seraient prêts à combattre un Etat islamique résurgent que si le groupe menace à nouveau des villes clés en Syrie occidentale et le long de la frontière libanaise. De plus, le fait de permettre à la menace jihadiste de se renforcer en Syrie permettra aux deux puissances chiites de justifier le maintien d’une présence antiterroriste sur place, alors que leur but réel est de préparer un conflit avec Israël.
    La Russie n’est pas non plus très incitée à s’attaquer à un renouveau jihadiste. Le président russe Vladimir Poutine veut surtout devenir le médiateur indispensable du Moyen-Orient. Il se soucie peu des flux de réfugiés, de l’extrémisme croissant et de l’instabilité régionale. Au contraire, plus la Syrie devient précaire, plus Poutine aura d’influence dans la région.
    Les responsables militaires et du renseignement russes ont compris que les tactiques militaires brutales du régime Assad radicalisaient les sunnites et les poussaient vers des groupes tels que l'Etat islamique et Al-Qaeda. Mais pour Moscou une victoire par les armes du régime de Bachar al-Assad était la priorité. Pour les Russes, la croissance de groupes terroristes islamistes était plutôt un problème pour ses adversaires - l'Europe et les États-Unis - que pour elle-même.
    Après des décennies de participation des États-Unis à des conflits au Moyen-Orient qui ont fait d'innombrables victimes, épuisé les ressources économiques et fait des États-Unis une puissance occupante, les Américains craignent à juste titre de s'enliser dans des guerres interminables ou de contribuer à l'édification d'une nation intenable. Mais la coalition dirigée par les États-Unis qui a renversé le califat territorial de l'Etat islamique plus tôt cette année a été parmi les opérations militaires les plus efficaces et les plus rentables de l'histoire.
    Malheureusement, non seulement l'administration Trump a jeté aux oubliettes ses gains durement gagnés en retirant les troupes américaines et en abandonnant ses partenaires kurdes, mais elle a garanti la résurgence d'une menace extrémiste dans la région, en Europe et aux Etats-Unis. Bientôt, les États-Unis devront tenir compte des conséquences désastreuses de cette décision.

    Plus d'articles sur notre site web Frontlive-Chrono

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel du 29 mars 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le vendredi 29 mars 2019.


    Les principales informations à suivre ce vendredi 29 mars sont les manifestations en Algérie contre l’extension du mandat de Bouteflika, devenues rejet du régime tout entier et la commémoration du premier anniversaire de la « marche du retour » à Gaza. 


     FRANÇAIS

    • Algérie: Vendredi 29 mars – journée de manifestations de masse – Abonnés
    • Etats-Unis: Un nouveau général à la tête des opérations du Pentagone au Moyen-Orient (Centcom) – Abonnés
    • Gaza : « Marche des millions » – Abonnés
    • Syrie : Plus de 50 jihadistes de l’État islamique tués par des frappes aériennes à Baghouz – Abonnés

     

    ENGLISH

    • Algérie: Vendredi 29 mars – journée de manifestations de masse – Abonnés
    • Etats-Unis: Un nouveau général à la tête des opérations du Pentagone au Moyen-Orient (Centcom) – Abonnés
    • Gaza : « Marche des millions » – Abonnés
    • Syrie : Plus de 50 jihadistes de l’État islamique tués par des frappes aériennes à Baghouz – Abonnés

     

    DEUTSCH

    • Algerien: Freitag, 29. März – Tag der Massendemonstrationen – Abonnenten
    • Gaza: „Millionenmarsch“ – Abonnenten
    • Syrien: Über 50 Kämpfer des islamischen Staates getötet durch US-geführte Luftangriffe in Baghouz – Abonnenten
    • US Marine Corps General McKenzie ersetzt den pensionierten General Votel als CENTCOM Commander – Abonnenten

     

    ESPAÑOL

    • Argelia: Viernes 29 de marzo – día de las manifestaciones masivas – Suscriptores
    • Estados Unidos: Un nuevo general al frente de las operaciones del Pentágono en Oriente Medio (Centcom) – Suscriptores
    • Gaza: ” Marcha de millones “ – Suscriptores
    • Siria: Más de 50 yihadistas del Estado Islámico muertos en ataques aéreos en Baghouz – Suscriptores

     

    ITALIANO

    • Algeria: Venerdì 29 marzo – giorno delle manifestazioni di massa – Abbonati
    • Gaza: “marcia di milioni” – Abbonati
    • Siria: Più di 50 jihadisti dello Stato islamico uccisi da attacchi aerei a Baghouz – Abbonati
    • Stati Uniti: un nuovo generale a capo delle operazioni del Pentagono in Medio Oriente (Centcom) – Abbonati

     

    NEDERLANDS

    • Algerije: Vrijdag 29 maart – dag van de massademonstraties – Abonnees
    • Gaza: “Miljoen mensenmars” – Abonnees
    • Syrië: Meer dan 50 islamitische staatsmilitanten gedood door Amerikaanse luchtaanvallen in Baghouz – Abonnees
    • US Marine Corps General McKenzie vervangt aftredend generaal Votel als CENTCOM-commandant – Abonnees

     

    POLSKI

    • Algieria: piątek 29 marca – dzień masowych demonstracji – Subskrybenci
    • Gaza: „Marsz milionów” – Subskrybenci
    • Syria: Ponad 50 bojowników Państwa Islamskiego zabitych w strajkach lotniczych w USA w Baghauz – Subskrybenci
    • USA: Generał Mackenzie zastępuje generała Votela na stanowisku dowódcy CENTCOM – Subskrybenci

     

    PORTUGUÊS

    • Argélia: Sexta-feira, 29 de Março – dia das manifestações de massas – Assinantes
    • Estados Unidos: Um novo general à frente das operações do Pentágono no Médio Oriente (Centcom) – Assinantes
    • Gaza: ” Marcha de milhões” – Assinantes
    • Síria: Mais de 50 jihadistas do Estado Islâmico mortos por ataques aéreos em Baghouz – Assinantes

     

    РУССКИЙ ЯЗЫК

    • Алжир: Пятница 29 марта — день массовых демонстраций — Подписчики
    • Газa: «марш миллионов» — Подписчики
    • США: Генерал морской пехоты США Маккензи заменяет генерала Votel на посту командующего ЦЕНТКОМа. — Подписчики
    • Сирия: Более 50 боевиков Исламского государства, убитых в результате авиаударов США в Багхаузе — Подписчики

    ptolemee@belliard74.com


     

     

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel du 28 mars 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le jeudi 28 mars 2019.


    Abonnement nécessaire pour lire les articles ci-dessous
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois / 12€ par mois


     FRANÇAIS

    • Burkina: quatre gendarmes tués lors d’une attaque près de la frontière malienne – Abonnés
    • Des migrants ont capturé un pétrolier qui les avait sauvés et ont forcé l’équipage à se diriger vers l’Europe – Abonnés
    • Somalie : puissante explosion à Mogadiscio – au moins quinze morts – Abonnés
    • Syrie: L’armée de l’air israélienne attaque des cibles iraniennes près d’Alep – Abonnés
    • Syrie: La localité de Baghouz après la bataille – Abonnés

     

    ENGLISH

    • Burkina Faso: Four gendarmes killed in attack on base in Barani near Mali border – Subscribers
    • Migrants captured an oil tanker that rescued them and forced the crew to head for Europe – Subscribers
    • Somalia: Car bomb outside hotel kills at least 15 people in Mogadishu – Subscribers
    • Syria: Israeli Air Force attacks Iranian targets near Aleppo – Subscribers
    • Syria: The city of Baghouz after the battle – Subscribers

     

    DEUTSCH

    • Burkina Faso: Vier Gendarmen bei einem Angriff auf ihren Stützpunkt in Barani nahe der Grenze zu Mali getötet – Abonnenten
    • Migranten: Gerettete Bootsflüchtlinge entführen Frachtschiff vor der libyschen Küste – Abonnenten
    • Somalia: Autobombe vor dem Hotel Wehliye tötet mindestens 15 Menschen in Mogadischu – Abonnenten
    • Syrien: Israelische Luftwaffe greift iranische Ziele bei Aleppo an – Abonnenten
    • Syrien: Die Stadt Baghuz nach der Schlacht – Abonnenten

     

    ESPAÑOL

    • Burkina Faso: cuatro gendarmes muertos en un ataque cerca de la frontera con Malí – Suscriptores
    • Migrantes capturaron un petrolero que los salvó y obligó a la tripulación a dirigirse a Europa – Suscriptores
    • Siria: La Fuerza Aérea israelí ataca objetivos iraníes cerca a Aleppo – Suscriptores
    • Siria: La ciudad de Baghuz después de la batalla – Suscriptores
    • Somalia: Coche bomba en las afueras del hotel Wehliye mata al menos a 15 personas en Mogadiscio – Suscriptores

     

    ITALIANO

    • Burkina Faso: quattro gendarmi uccisi in un attacco vicino al confine con il Mali – Abbonati
    • Migranti hanno catturato una petroliera che li aveva salvati e hanno costretto l’equipaggio a dirigersi verso l’Europa – Abbonati
    • Siria: l’aviazione israeliana attacca obiettivi iraniani vicino ad Aleppo – Abbonati
    • Siria: La città di Baghuz dopo la battaglia – Abbonati
    • Somalia: esplosione a Mogadiscio, almeno 15 morti e 16 feriti – Abbonati

     

    NEDERLANDS

    • Burkina Faso: Vier gendarmes gedood bij een aanval op hun basis in Barani bij de grens met Mali – Abonnees
    • Migranten: Geredde bootvluchtelingen kapen vrachtschip voor Libische kust – Abonnees
    • Somalië: Autobom buiten het hotel Wehliye doodt minstens 15 in Mogadishu – Abonnees
    • Syrië: Israëlische luchtmacht valt Iraanse doelen aan bij Aleppo – Abonnees
    • Syrië: de stad Baghuz na de slag – Abonnees

     

    POLSKI

    • Burkina Faso: W ataku na bazę w Barani niedaleko granicy z Mali zginęły cztery żandarmy – Subskrybenci
    • Migranci przejęli statek, który ich uratował i zmusił załogę do udania się do Europy – Subskrybenci
    • Somalia: atak terrorystyczny w Mogadiszu: co najmniej 15 osób zabitych – Subskrybenci
    • Syria: izraelskie siły powietrzne atakują irańskie cele w pobliżu Aleppo – Subskrybenci
    • Syria: miasto Baghuz po bitwie – Subskrybenci

     

    PORTUGUÊS

    • Burkina Faso: quatro gendarmes mortos num ataque perto da fronteira com o Mali – Assinantes
    • Migrantes capturaram um petroleiro que os tinha salvado e forçado a tripulação a dirigir-se para a Europa – Assinantes
    • Síria: Força Aérea Israelense ataca alvos iranianos perto de Alepo – Assinantes
    • Síria: A cidade de Baghuz depois da batalha – Assinantes
    • Somália: Carro-bomba fora do hotel Wehliye mata pelo menos 15 pessoas em Mogadíscio – Assinantes

     

    РУССКИЙ ЯЗЫК

    • Буркина-Фасо: Четыре жандармов погибли в результате нападения на базу в Барани близ границы с Мали — Подписчики
    • Мигранты захватили спасший их корабль и заставили экипаж взять курс на Европу — Подписчики
    • Сирия: израильские военно-воздушные силы атакуют иранские цели вблизи Алеппо — Подписчики
    • Сирия: Город Багхауз после боя — Подписчики
    • Сомали: Теракт в Могадишо: погибли не менее 15 человек — Подписчики

    ptolemee@belliard74.com


     

     

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel des 23 et 24 mars 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le lundi 18 mars 2019.


    Abonnement nécessaire pour lire les articles ci-dessous
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois / 12€ par mois


     

    FRANÇAIS

    Samedi 23 mars

    • Afghanistan: Explosions dans un stade dans la province du Helmand: au moins trois morts et 30 blessés – Abonnés
    • Hongrie: Arrestation d’un Syrien cadre présumé de l’Etat islamique – Abonnés
    • Irak : Un troisième jihadiste belge risque la peine de mort – Abonnés
    • Mali: 115 tués dans l’attaque d’un village peul du centre du pays – Abonnés
    • Somalie: Deux puissantes explosions entendues dans le centre de Mogadiscio – Abonnés
    • Syrie: L’Etat islamique totalement éliminé de la poche de Baghouz – Abonnés

    Dimanche 24 mars

    • Irak : 3 kamikazes de Daech tués dans le nord proche de la Syrie – Abonnés
    • Maroc : nouvelle manifestation d’enseignants à Rabat – Abonnés
    • Syrie: des jihadistes cachés dans des tunnels se rendent aux forces arabo-kurdes – Abonnés

     

    ENGLISH

    Saturday, March 23

    • Afghanistan: Explosions in a stadium in Helmand province: at least three dead and 30 injured – Subscribers
    • Hungary detains Syrian Daesh member accused of killings – Subscribers
    • Iraq: Third Belgian Syrian fighter on his way to the death penalty – Subscribers
    • Mali: 115 killed in an attack on a Fulani village in central Mali – Subscribers
    • Somalia: Two big explosions heard in capital Mogadishu – Subscribers
    • Syria: Islamic State totally totally defeated in the Baghuz pocket – Subscribers

    Sunday, March 24

    • Iraq: 3 suicide bombers from Daech blow themselves up in the north near Syria – Subscribers
    • Morocco: Police use water cannon at teacher protest – Subscribers
    • Syria: Jihadists emerge from tunnels to surrender after ‘Baghuz’ falls – Subscribers

     

    DEUTSCH

    Samstag, den 23. März

    • Ungarn verhaftet syrisches Daesh-Mitglied, das wegen Morden angeklagt ist – Abonnenten
    • Syrien: Totalsieg verkündet: „IS verliert seine letzte Bastion“ – Abonnenten

    Sonntag, den 24. März

    • Irak: IS-Mitglieder sprengen sich selbst während eines Zusammenstoßes mit irakischen Streitkräften bei Shingal – Abonnenten
    • Marokkos Polizei geht gegen Lehrer-Protest vor – Abonnenten
    • Syrien: Dschihadisten tauchen aus Tunneln auf, um sich nach den Stürzen von Baghuz zu ergeben – Abonnenten

     

    NEDERLANDS

    Zaterdag 23 maart

    • Irak: Derde Belgische Syriëstrijder op weg naar de doodstraf – Abonnees
    • Somalië: Minstens elf doden bij bomaanslag op overheidsgebouw Mogadishu – Abonnees
    • Syrië: Totale overwinning uitgeroepen: “IS verliest laatste bastion” – Abonnees

    Zondag 24 maart

    • Irak: IS kamikazes ontploffen zichzelf tijdens een botsing met de Iraakse strijdkrachten in de buurt van Shingal – Abonnees
    • Marokkaanse politie treedt op tegen protest van leraren – Abonnees
    • Syrië: Jihadisten komen uit tunnels om zich over te geven na de val van ‘Baghuz’ – Abonnees

     

    РУССКИЙ ЯЗЫК

    Суббота, 23 марта

    • В афганской провинции Гильменд прогремели два взрыва — Подписчики
    • Ирак Третий бельгийский боец на пути к смертной казни — Подписчики
    • В Мали неизвестные убили более ста человек — Подписчики
    • Сомали: В центре Могадишо прогремел мощный взрыв — Подписчики

    Воскресенье, 24 марта

    • Ирак: Камикадзы ИГ взрываются во время столкновения с иракскими силами вблизи Шингаля — Подписчики
    • Марокко: Полиция разогнала учителей водомётами — Подписчики
    • Сирия: Джихадисты выходят из туннелей, чтобы сдаться после падения «Багхуза» — Подписчики

     


    ptolemee@belliard74.com


     

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel du 16 mars 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le samedi 16 mars 2019.


    Abonnement nécessaire pour lire les articles ci-dessous
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois / 12€ par mois

     

    FRANÇAIS

    • Algérie: Un dirigeant des Frères Musulmans chassé de la rue par les manifestants vendredi 15 mars – Abonnés
    • Gaza : Les manifestations contre la politique économique du Hamas se poursuivent – Abonnés
    • Mozambique: 13 civils tués dans des attaques attribuées aux islamistes – Abonnés
    • Syrie: Combats sporadiques sur le front de Baghouz – Abonnés

     

    ENGLISH

    • Algeria: A Muslim Brotherhood leader chased off the street by demonstrators on Friday, March 15 – Subscribers
    • Gazans protest demanding better living conditions – Subscribers
    • Mozambique: Suspected jihadists kill 13 civilians – Subscribers
    • Syria: Sporadic fightings on the Baghouz front – Subscribers

    العربية (ARABIC)

    موزامبيق : الجهاديين المشتبه تقتل 13
    غزة- اتساع رقعة مظاهرات “الغلاء” وصدامات مع الأمن
    الجزائر
    من هو “رأس الإخوان” بالجزائر الذي تصدّى له المتظاهرون

    DEUTSCH

    • Algerien: Ein Führer der Muslimbruderschaft wurde am Freitag, den 15. März, von Demonstranten verjagt – Abonnenten
    • Gaza-Bewohner protestieren um besseren Lebensbedingungen – Abonnenten
    • Mosambik: Verdächtige Dschihadisten töten 13 Zivilisten – Abonnenten
    • Syrien: Sporadische Kämpfe an der Baghouz-Front – Abonnenten

     

    ESPAÑOL

    • Argelia: Un líder de la Hermandad Musulmana fue expulsado de la calle por los manifestantes el viernes 15 de marzo – Suscriptores
    • Gaza: Continúan las manifestaciones contra la política económica de Hamás – Suscriptores
    • Mozambique: 13 civiles muertos en ataques atribuidos a islamistas – Suscriptores
    • Siria: combates esporádicos en el frente de Baghouz – Suscriptores

     

    ITALIANO

    • Algeria: Un leader dei Fratelli Musulmani cacciato dalla strada dai manifestanti venerdì 15 marzo – Abbonati
    • Gaza: continuano le dimostrazioni contro la politica economica di Hamas – Abbonati
    • Mozambico: 13 civili uccisi in attacchi attribuiti agli islamisti – Abbonati
    • Siria: combattimenti sporadici sul fronte Baghouz – Abbonati

     

    NEDERLANDS

    • Algerije: Een leider van de Moslimbroederschap verjaagd door demonstranten op vrijdag 15 maart – Abonnees
    • Gazanen protesteren om betere levensomstandigheden te eisen – Abonnees
    • Mozambique: Verdachte jihadisten doden 13 burgers – Abonnees
    • Syrië: Sporadische gevechten op het Baghouz front – Abonnees

     

    POLSKI

    • Algieria: przywódca Bractwa Muzułmańskiego wydalony z ulicy przez demonstrantów w piątek 15 marca – Subskrybenci
    • Strefa Gazy: kontynuacja protestów przeciwko polityce gospodarczej Hamasu – Subskrybenci
    • Mozambik: Podejrzani dżihadu zabili 13 cywilów – Subskrybenci
    • Syria: Sporadyczne walki na froncie Baghuz – Subskrybenci

     

    PORTUGUÊS

    • Argélia: Um líder da Irmandade Muçulmana foi expulso da rua por manifestantes na sexta-feira, 15 de março – Assinantes
    • Gaza: Prosseguem as manifestações contra a política económica do Hamas – Assinantes
    • Moçambique: 13 civis mortos em ataques atribuídos a islamistas – Assinantes
    • Síria: combates esporádicos na frente de Baghouz – Assinantes

     

    РУССКИЙ ЯЗЫК

    • Алжир: Лидер «Братьев-мусульман», изгнанный с улицы демонстрантами в пятницу, 15 марта — Подписчики
    • Газa: продолжаются акции протеста против экономической политики ХАМАСа — Подписчики
    • Мозамбик: Подозреваемые джихадисты убили 13 гражданских лиц — Подписчики
    • Сирия: Спорадические бои на Багхузском фронте — Подписчики

    ptolemee@belliard74.com