Badia

  • Syrie : L'Etat islamique attaque un convoi militaire syrien dans le désert de Homs - des dizaines de soldats tués

    Imprimer

    L'agence de presse de l'Etat islamique, Amaq, a annoncé, dimanche 29 novembre, que le groupe islamiste radical avait tendu une embuscade à un convoi militaire de l'armée arabe syrienne (AAS) dans l'est de la province de Homs.

    L'embuscade a eu lieu le samedi 28 novembre, à l'ouest de la ville de Sukhnah. Le convoi de l'AAS a été ciblé avec un certain nombre d'engins explosifs improvisés (IED), selon Amaq.

    "Deux chars de combat et un véhicule 4×4 ont été détruits", a ajouté Amaq. "20 soldats de l'armée syrienne qui se trouvaient dans le convoi militaire ont été tués.

    Après l'embuscade, les cellules de Daech ont ciblé deux autres véhicules de l'AAS à l'aide de mitrailleuses lourdes et un IED, toujours dans les environs Sukhnah. Amaq affirme que plusieurs soldats ont été tués ou blessés.

    Les jihadistes venaient probablement du désert de Homs, qui s'étend entre l'est de Homs et l'ouest de Deir Ezzor. Le désert est infesté de terroristes.

    Un jour plus tôt, les forces gouvernementales avaient lancé une nouvelle opération de ratissage dans le sud et l'ouest de Deir Ezzor afin de limiter les activités de l'Etat islamique dans cette région.

    Selon un récent rapport de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les jihadistes de Daech ont tué au moins 95 membres des services syriens dans la région centrale au cours du mois dernier.

    Les forces aérospatiales russes soutiennent les opérations des forces gouvernementales syriennes contre Daech dans la région centrale. Cependant, la situation ne s'y améliore pas et le groupe reste solidement retranché dans la région.

  • Syrie : Onze forces gouvernementales ont été tuées dans une embuscade de l'Etat islamique dans l'est du pays

    Imprimer

    Onze membres des forces gouvernementales syriennes et militants pro-régime ont été tués mercredi 18 novembre dans des affrontements avec l'État islamique (Daechà dans le gouvernorat de Deir Ezzor, à l'est du pays, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    Général Bachir Ismaïl.jpegLe général de brigade Bashir Ismail (photo ci-contre) fait partie des personnes décédées au cours de l'embuscade. Il commandait le 137ème Régiment. Il était originaire de la province de #Tartous, une place-forte de la communauté alaouite à laquelle appartient Bachar al-Assad..

    L'OSDH a rapporté que les jihadistes "ont dressé une embuscade à un convoi des forces du régime qui menaient des opérations de ratissage dans la campagne orientale de Deir Ezzor", provoquant de violents affrontements entre les deux parties.

    Les affrontements, au sud d'Al-Mayadin, ont entraîné la mort de 11 membres des forces gouvernementales et miliciens pro-régime et en ont blessé 17 autres, selon l'observatoire, qui n'a pas précisé les pertes au sein de l'organisation islamiste.

    L'Etat islamique est toujours très présent dans le vaste désert syrien, s'étendant de la partie orientale des provinces de Homs et Hama jusqu'aux frontières irakiennes, en passant par les provinces de Raqqa, Deir Ezzor et Alep.

    L'activité de l'Etat islamique a augmenté ces derniers temps dans la partie orientale de la province de Deir Ezzor, imposant le paiement de la zakat aux habitants de l'une des villes de la région.

    Depuis le désert, les jihadistes lancent des attaques de temps en temps contre les positions des forces du régime, ciblant parfois des installations pétrolières et gazières. Les affrontements se renouvellent sans cesse entre les deux parties et les avions russes interviennent fréquemment pour soutenir les forces du régime au sol.

    Depuis mars 2019, dans la région désertique de la Badia, l'observatoire a documenté la mort au combat de plus de 980 membres des forces du régime et de 140 combattants de groupes pro-iraniens qui combattent aux côtés des forces de Bachar al-Assad, ainsi que de plus de 530 militants pro-régime.

    Les analystes et les experts militaires confirment que l'élimination du «califat» ne signifie pas que le danger de l'organisation islamiste a disparu avec sa capacité à déplacer ses éléments cachés dans les zones d'où elle a été expulsée du désert syrien.

    Ils mènent souvent des enlèvements, des attentats à l'explosif, des attentats suicides et des assassinats qui visent à la fois des cibles civiles et militaires. Les Forces Démocratiques Syriennes, une coalition en majorité kurde, est également la cible des attaques dans l'est de Deir Ezzor.

  • Syrie :L'Etat islamique attaque trois bases militaires dans le centre de la Syrie - 12 militaires tués

    Imprimer

    Les terroristes de l'Etat islamique ont lancé une série d'attaques contre l'armée arabe syrienne (AAS) et les forces de défense nationale (FDN) dans la partie orientale de la province de Homs, au centre du pays

    L'attaque, qui a eu lieu le 11 novembre. Elle a visé trois bases situées au nord de la ville de Sukhnah. L'agence de presse de Daech, Amaq, a déclaré que les jihadistes avaient pris d'assaut les bases à la suite de violents affrontements avec les troupes gouvernementales.

    Avant de se retirer, les terroristes de l'Etat islamique ont incendié les trois bases. Les jihadistes ont également fait sauter un gazoduc qui traverse la zone.

    Les terroristes de Daech ont lancé l'attaque depuis leur bastion dans le désert de Homs. Ce vaste désert s'étend entre l'est de Homs et l'ouest de Deir Ezzor.

    L'AA et ses alliés répondent généralement à de telles attaques en lançant des opérations de ratissage autour du désert de Homs à la poursuite des terroristes de l'Etat islamique.

    photo_2020-11-12_17-21-36-768x378.jpgAmaq a affirmé que 11 soldats syriens au cours de ces attaques. Un combattant des FDN a également été capturé puis décapité par les terroristes de Daech. De son côté, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), a déclaré que 14 soldats avaient été tués dans l'attaque.

     

  • Syrie : Près de 30 morts dans des combats entre le régime et l'Etat islamique (Daech)

    Imprimer

    Près de 30 combattants ont été tués mardi dans des affrontements dans le désert central de Syrie entre les forces du régime et l'Etat islamique (EI), a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    Ces combats font rage depuis début octobre dans le vaste désert de la Badiya, à cheval notamment sur les provinces de Homs, Hama, Raqqa et Deir ez-Zor.

    Mardi, les affrontements au sol et les frappes aériennes de Moscou, allié du régime syrien, ont tué 13 jihadistes, tandis que 16 combattants des forces gouvernementales étaient tués, selon l'OSDH.

    Les combats se concentrent dans le nord de la province de Hama ainsi que dans une autre zone plus à l'est, aux confins des provinces de Raqqa, Alep et Hama, d'après la même source.

    Selon l'OSDH, les aviations syrienne et russe se livrent à des bombardements contre des positions de l'EI dans cette zone désertique.

    Malgré sa mise en déroute avec la chute de son califat en mars 2019, l'Etat islamique mène encore des attaques meurtrières, notamment dans le désert. Ces attaques ciblent aussi bien l'armée syrienne et ses alliés que les forces kurdes, longtemps soutenues par les Etats-Unis dans leur lutte contre l'EI.

    Depuis mars 2019, plus de 900 combattants du régime ont été tués dans ces affrontements, ainsi que 140 membres de milices alliées, contre environ 500 jihadistes de l'EI, selon l'OSDH. L'EI a revendiqué en août un attentat qui a coûté la vie à un général russe et blessé deux militaires près de la ville de Deir ez-Zor.

  • Syrie : La coalition internationale cible les camps de l'Etat islamique dans le désert syrien

    Imprimer

    Le porte-parole de la Coalition internationale contre l'Etat islamique, Wayne Maruto, a annoncé que les forces de la coalition avaient mené des frappes aériennes contre les camps de l'organisation islamiste dans le désert syrien.

    Un porte-parole de la Coalition internationale a déclaré sur "Twitter", dimanche 4 octobre, que "le groupe de travail conjoint - Operation Inherent Resolve, a utilisé la puissance aérienne pour frapper le cœur de l'Etat islamique ce matin et détruire les camps d'entraînement terroristes dans le désert reculé de Badia en Syrie".

    Il a ajouté que la coalition et les "Forces démocratiques syriennes" restaient la force la plus capable d'empêcher "l'Etat islamique" de lancer des attaques à l'intérieur et à l'extérieur de la Syrie.

  • Syrie : L'Etat islamique a fait sauter un gazoduc dans la région orientale d'al-Shaddadi

    Imprimer

    Vendredi 2 octobre, des personnes non identifiées ont fait sauter une section d'un gazoduc reliant la station de Talje à une usine dans la région d'Al-Shaddadi, dans l'est syrien.

    L'Etat islamique a revendiqué l'attaque samedi 3 octobre. L'attaque a eu lieu sur le territoire contrôlé par les "Forces Démocratiques Syriennes" (FDS) majoritairement kurdes.

    Un mois plus tôt, fin août 2020, un attentat contre un pipeline avait provoqué un black-out dans tout le pays.

    Selon SANA, l'agence officielle syrienne, le ministre de l'électricité, Zuhair Kharbotli, a déclaré que l'explosion du gazoduc s'était produite après minuit entre Adra et Al-Dhamir, dans la banlieue nord-est de Damas.

    Il a déclaré que c'était la sixième fois que le gazoduc était visé. Il a ajouté que des techniciens travaillaient pour résoudre le problème et que l'électricité devrait être rétablie dans les heures à venir.

    Le représentant spécial des Etats-Unis pour l'engagement en Syrie, James Jeffrey, a déclaré qu'il pensait qu'il s'agissait d'une attaque de l'Etat Islamique, mais qu'aucune responsabilité n'avait encore été revendiquée.

    "Il s'agit presque certainement d'une attaque de l'Etat islamique", a déclaré M. Jeffrey.

    Jeffrey a ajouté : "En Syrie, en particulier dans le désert de Badia au sud de l'Euphrate ... nous constatons une recrudescence de l'activité de l'Etat islamique"

  • Syrie: 18 combattants tués dans des affrontements entre le régime et l'Etat islamique

    Imprimer

    Au moins 18 combattants du régime syrien et du groupe jihadiste Etat islamique (Daech) ont péri ces dernières 24 heures dans le nord de la Syrie, dans des affrontements entre les deux camps et des raids anti-Etat islamique, selon l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH.

    L'OSDH a rapporté la mort de sept membres des forces du régime et de onze jihadistes de l'Etat islamique dans le désert de la Badia, au croisement des provinces de Raqqa, d'Alep et de Hama.

    Selon l'OSDH, des raids ont été menés par l'aviation russe --qui soutient Damas-- contre les jihadistes.

    Treize membres du régime et quinze jihadistes avaient péri le 22 septembre dans des combats et bombardements similaires.

    Depuis sa défaite en Syrie en mars 2019, l'Etat islamique mène régulièrement des attaques meurtrières, notamment dans le vaste désert qui s'étend de la province centrale de Homs à celle de Deir Ezzor (est).

    Ces attaques ciblent aussi bien l'armée syrienne et ses alliés que les forces kurdes, longtemps soutenues par Washington dans leur lutte anti-EI.

    L'EI a revendiqué en août l'attentat ayant couté la vie à un général russe et blessé deux militaires près de la ville de Deir Ezzor.

    Et des affrontements féroces début juillet entre les deux camps avaient fait une cinquantaine de morts en 48 heures dans le centre désertique, dont 20 combattants pro-régime et 31 jihadistes.