Bachagha Fathi (ministre de l'intérieur du GNA)

  • Libye : 16 morts et 52 blessés au cours d'affrontements à Tripoli

    Imprimer

    De violents affrontements ont eu lieu dans la capitale libyenne, Tripoli, vendredi 22 juillet 2022, entre les forces affiliées à la Garde du Conseil présidentiel et la Force al-Radaa (Force spéciale de dissuasion). Les combats ont fait 16 morts et 52 blessés selon un récent bilan. Les combats se sont déroulés dans les secteurs de Zawiyat Dahmani, Jazirat Al-Fornaj et d'autres régions comme Ain Zara et Tariq Al-Shouk. Vidéo.

    Oussama Ali, le porte-parole des services de secours libyens (gouvernemental), a affirmé que parmi les victimes figurent des soldats et des civils, dont un enfant.

    Le chef du gouvernement Abdulhamid Dbeibah, le président du Conseil présidentiel libyen, Mohamed al-Menfi, et les chefs des services sécuritaire et militaire, se sont réunis pour discuter de la situation à Tripoli.

    Le Conseil présidentiel libyen a exigé, dans un communiqué rendu public vendredi matin, un cessez-le-feu entre les deux parties au conflit, et exhorté les deux forces à regagner immédiatement leurs quartiers généraux.

    De son côté, la Force al-Radaa a annoncé son engagement à arrêter les combats".

    Selon une source sécuritaire à l'aéroport international de Mitiga à Tripoli, le trafic aérien a été suspendu en raison des affrontements qui ont débuté jeudi soir et se sont renouvelés vendredi matin.

    La brigade 444, affiliée à l'état-major de l'armée libyenne, est intervenue vendredi matin pour engager une médiation, en positionnant ses véhicules armés dans une zone tampon sur le rond-point de Fornaj (est de Tripoli) dans le but de mettre fin aux affrontements.

    La Libye, pays riche en pétrole, est en proie à une scission politique, après l'installation par la Chambre des députés de Tobrouk (est) de Fathi Bachagha au poste de chef d'un nouveau gouvernement en lieu et place du gouvernement de Dbeibah, qui exige de transmettre le pouvoir qu’à un gouvernement, résultant d'un nouveau Parlement élu.

  • Libye : Des groupes armés rivaux dans le centre et l'ouest de Tripoli

    Imprimer

    Les entrées de la capitale libyenne , Tripoli , ont été le théâtre de mobilisations armées samedi soir 16 et tôt dimanche matin 17 juillet 2022. Vidéo.

    Les réseaux sociaux ont transmis des images et des vidéos de convois équipés d'armes moyennes, apparemment « se déplaçant d'Al-Zawiya (port pétrolier situé à 40 km à l'ouest de Tripoli) et stationnés à la porte du « pont 27 », à l'ouest de la capitale, avec l'intention de ré-installer le président du conseil d'administration de la National Oil Corporation, Mustafa Sanalla, révoqué par le Premier ministre du gouvernement d'union nationale, Abdel Hamid Dbeibah et remplacé par Farhat Omar bin Qadara.

    Le lendemain, depuis Benghazi, il a été annoncé la reprise de la production et de l'exportation de pétrole et la levée de l'état de "force majeure" sur les champs pétrolifères et les ports, dans une décision qui aurait été convenue entre Dbeibah et le commandant en chef de l'Armée Nationale Libyenne (ANL), le maréchal Khalifa Haftar.

    En revanche, d'autres colonnes soutenant Dbeibah se sont déployées et retranchées à l'entrée ouest de Tripoli dans la zone « Al-Ghiran », avec des mouvements militaires à l'entrée est de la ville à Tajoura, et au sud sur la route de l'aéroport, ainsi que devant le siège de la National Oil Corporation (NOC), au centre de la ville.

    De son côté, Jamal al-Kafali, journaliste et diplomate proche du commandant de la Région militaire de l'Ouest, le général de l'Armée Nationale Libyenne Oussama Jawili, a nié l'existence de tout mouvement des forces de la région (qui soutient le Premier ministre nommé par la Chambre des représentants , Fathi Bashagha).

    Al-Kafali a indiqué sur sa page Facebook que certaines forces militaires avaient été activées dans la région et que des ordres avaient été donnés de ne pas quitter les casernes. Des proches de Jawili ont  confirmé que "l'Armée Nationale Libyenne n'interférera pas dans tout conflit lié à la société pétrolière ou à toute autre institution".

    Dans le même contexte, Ahmed al-Ruwati, un homme politique proche de Bashagha, a nié un quelconque lien de ses forces à ces mouvements. Il a réfuté la présence de Bashagha à Tripoli, et a confirmé sur sa page Facebook que Bashagha se trouvait toujours  à Syrte, "où se trouve le siège de son gouvernement", expliquant que tout le monde connaît les raisons du mouvement militaire dans la capitale et ses environs. Il est lié "contrebandiers de carburant".

    Et dans ce qui peut être considéré comme une confirmation de cela, des informations ont circulé sur l'affiliation de ces forces à l'un des plus célèbres contrebandiers appartenant à la ville d'Al-Zawiya, Muhammad Kashlaf, connu sous le nom d'"Al-Qasab".

    Alors qu'aucun coup de feu n'a été entendu aux alentours et qu'aucun commentaire officiel n'a été émis, des nouvelles ont circulé sur le début du retrait des forces venant de l'ouest après la montée en puissance de la contre-mobilisation en soutien au gouvernement de Dbeibah à Tripoli.

    Ces événements surviennent à un moment où le gouvernement de Dbeibah envisage de convertir la subvention au carburant en une forme monétaire versée directement aux Libyens via le système national de numérotation, au lieu de la subvention aux produits de base, dont les dépenses l'année dernière ont dépassé 20 milliards de dinars. Au cours des cinq premiers mois de cette année, la subvention aux produits de base s'est élevée à 6,8 milliards de dinars, selon les données de la Banque centrale de Libye.

     

     

     

  • Libye: affrontements à Tripoli peu après l'arrivée du Premier ministre désigné, Fathi Bashagha

    Imprimer

    Des affrontements ont éclaté mardi 17 mai 2022 à Tripoli entre des groupes armés soutenant le gouvernement d'union nationale dirigé par Abdulhamid Dbeibah et ceux affiliés au Premier ministre désigné par la Chambre des représentants Fathi Bashagha, quelques heures après son arrivée dans la ville pour y débuter ses travaux.

    Des tirs intermittents ont été entendus dans les quartiers de Mansoura et Souq Al-Tulath.

    Les affrontements ont éclaté quelques heures après l'arrivée du gouvernement de Bashagha à Tripoli pour y débuter ses travaux.

    Par voie de communiqué, la "huitième force Nawasi" affiliée au ministère de l'Intérieur, a exprimé sa volonté d'apporter tout son appui suite à ces affrontements.

    Selon des informations recueillies et non confirmées, le quartier général du bataillon "Al-Nawasi", où se trouve Bashagha, a été la cible d'une attaque armée.

    Lundi, le bureau des médias du gouvernement libyen désigné par la Chambre des représentants a annoncé, dans un bref communiqué, l'arrivée de la délégation de Bashagha, à Tripoli en vue de commencer ses travaux.

  • Libye : Les vols reprennent entre les deux parties du pays après trois semaines d'arrêt

    Imprimer

    Les autorités de l'aviation de l'est et de l'ouest de la Libye ont annoncé mardi 22 mars 2022 la reprise des vols entre elles après une interruption d'environ trois semaines en raison de la fermeture de l'espace aérien intérieur après des divergences entre les forces en conflit dans le pays.

    "Nous annonçons la reprise des vols intérieurs de l'aéroport international de Mitiga vers les aéroports internationaux de Benina, Tobrouk et Al-Abraq (est)", a indiqué l'administration de l'aéroport international de Mitiga, l'aéroport de la capitale, Tripoli, sur sa page Facebook.

    Pour sa part, l'administration de l'aéroport de Misrata a déclaré dans un communiqué similaire : "Nous vous informons que l'espace aérien a été ouvert de l'aéroport de Misrata à l'aéroport de Benghazi (est) à partir d'aujourd'hui, mardi, et les premiers vols opéreront demain, mercredi".

    Depuis le début du mois de mars, l'espace aérien libyen était fermé aux vols civils intérieurs, après que le parlement de Tobrouk ait chargé Fathi Bachagha de diriger un nouveau gouvernement à la place du gouvernement d'union nationale dirigé par Abdel Hamid Dbeiba, qui refuse de céder le pouvoir sauf à un futur gouvernement par l'intermédiaire d'un nouveau parlement élu.

    Bachagha accuse Dbeiba de fermer l'espace aérien pour empêcher son gouvernement d'atteindre Tripoli et de prendre le pouvoir, malgré les appels de la mission des Nations Unies et de l'ambassadeur américain en Libye de l'ouvrir.

    Dans le contexte de l'assignation de Bachagha par le Parlement et de l'insistance de Dbeiba à ne pas se rendre, les craintes montent en Libye que le pays glisse vers une division politique institutionnelle ou une nouvelle guerre civile qui exacerbera ses crises.

     

     

  • Libye: les consultations se poursuivent, mais des "désaccords" éclatent

    Imprimer

    Les 75 représentants libyens, membres du Forum de dialogue politique, continuent de se consulter pour déterminer qui dirigera le pays dans la phase de transition. Cependant, les controverses et les désaccords ne manquent pas.

    Le cycle de négociations a commencé le 1er février et devrait durer jusqu'au 5 février. La réunion a lieu à Genève, sous les auspices des Nations Unies, et devrait conduire à la nomination d'un nouveau chef du Conseil présidentiel et d'un nouveau Premier ministre, en remplacement de celui qui occupe actuellement les deux bureaux, Fayez al-Sarraj . Cependant, comme le rapporte le journal al-Arabiya , il existe des "différends juridiques" impliquant certains candidats, dont le président de la Chambre des représentants de Tobrouk, Aguila Saleh, l'actuel ministre de l'Intérieur du Gouvernement d'accord national (GNA), Fathi Bashagha, et le ministre de la Défense, Salah al-Din al-Namroush, accusés par certains d'avoir violé certaines règles et réglementations.

    Comme l'explique le journal, parmi les 45 personnes qui ont présenté leur candidature au poste de Premier ministre ou parmi les dirigeants du Conseil présidentiel, 11 candidats occupent actuellement des postes politiques, judiciaires et militaires élevés et 5 candidats ont la double nationalité. À la lumière de cela, certains membres du Forum ont déclenché un débat, invoquant l'article 177 du règlement intérieur de la Chambre des représentants libyenne, qui établit qu'un membre de la Chambre, toujours en fonction, ne peut pas se porter candidat au poste de premier ministre ou de ministre. En outre, ceux qui possèdent la double nationalité, en vertu de la loi libyenne, ne peuvent pas occuper des postes  souverains, tout comme ceux qui travaillent dans l'armée ou dans la magistrature ne peuvent pas postuler à des postes similaires,

    À la lumière de cela, certains représentants du Forum ont demandé l'exclusion des candidats qui enfreignent ces règles, comme établi avec la feuille de route esquissée à Tunis. Cependant, certains juristes ont souligné que la candidature des personnalités dont l'exclusion est demandée, dont Saleh, al-Nimroush et Bashagha, s'inscrit dans le cadre d'un accord politique, qui n'est pas soumis aux règles précitées. Celles-ci, a-t-on précisé, s'appliquent en cas de candidature aux élections générales, tandis que les organes qui devraient être constitués avant le 5 février sont temporaires, en attendant ceux qui seront démocratiquement élus le 24 décembre 2021. En tout cas, il est demandé que les personnalités considérées responsables de "l'effusion de sang" provoquée par la crise libyenne soient exclues.

    De son côté, Aguila Saleh a déclaré, à l'ouverture du cycle, qu'il s'engagera à respecter les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et ce qui a été établi au cours des forums internationaux et du Forum de dialogue politique. Pour le président de la chambre de Tobrouk, les priorités sont l'unification des institutions et la réconciliation nationale. 

    L'Envoyée spéciale intérimaire de l'ONU, Stephanie Williams, a souligné à quel point les 75 représentants libyens ont beaucoup de travail à faire, mais en même temps ils ont une belle opportunité à saisir, ce qui pourrait permettre à la Libye d'avoir un gouvernement unitaire. Le but ultime est de mettre fin à la crise persistante qui caractérise le pays d'Afrique du Nord depuis le 15 février 2011, date du début de la révolution et de la guerre civile. L'Armée nationale libyenne (ANL), dirigée par le général Khalifa Haftar, et le gouvernement de Tripoli (GNA), dirigé par le Premier ministre al-Sarraj, se sont affrontés sur les fronts de combat. L'accord de cessez-le-feu a été signé le 23 octobre 2020, lors d'une réunion du Comité militaire mixte 5 + 5, formé par des représentants des deux camps en guerre. Bien que des progrès aient été accomplis sur la voie politique, nous attendons le retrait des forces étrangères et des mercenaires, principalement turcs et russes, comme prévu par l'accord du 23 octobre.

  • Libye : Une délégation égyptienne en visite à Tripoli, une première depuis 2014

    Imprimer

    Une délégation égyptienne a rencontré dimanche dans la capitale libyenne de hauts responsables du Gouvernement d'union nationale (GNA), une première depuis six ans alors que l'Egypte est considérée comme un soutien du camp rival à l'exécutif basé à Tripoli. Plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est dirigée depuis 2015 par deux autorités rivales: le GNA, reconnu par l'ONU et soutenu par la Turquie, et une assemblée (House of Representatives) basé à Tobrouk, soutenue par le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est du pays, assisté par la Russie, les Emirats arabes unis et l'Egypte.
     
    Le ministre libyen de l'Intérieur Fathi Bachagha a tenu "une réunion de haut niveau" avec la délégation égyptienne composée notamment du vice-directeur des services de renseignement, a annoncé son ministère dans un communiqué. A l'ordre du jour de cette visite, à laquelle assistait Imed Trabelsi, chef de l'Organe libyen de la Sûreté générale, "les moyens de renforcer la coopération sécuritaire" ainsi que "l'appui au cessez-le-feu", selon le ministère.
     
    Les camps rivaux libyens ont conclu un accord de cessez-le-feu en octobre dernier sous l'égide de l'ONU, mettant fin à plus d'un an de conflit déclenché par une offensive sur Tripoli des forces du maréchal Khalifa Haftar en avril 2019. Dimanche, les deux parties ont "examiné les conclusions de la commission militaire conjointe 5+5 en appui aux efforts déployés par l'ONU (...) pour une sortie de crise par des voies politiques et pacifiques", selon le communiqué.
     
    C'est la première visite d'une délégation officielle égyptienne à Tripoli depuis 2014, date à laquelle l'Egypte avait fermé son ambassade à Tripoli en raison de violences. La délégation égyptienne a également été reçue par le chef de la diplomatie libyenne Mohamad Taher Siala. Le but est de "normaliser les relations diplomatiques" entre Tripoli et Le Caire et d'évoquer "la coopération dans divers domaines", a précisé sur Twitter Mohamad Elgeblawi, porte-parole du ministère libyen des Affaires étrangères. Selon M. Elgeblawi, la délégation égyptienne s'est engagée à rouvrir l'ambassade égyptienne "le plus tôt possible" et rétablir les liaisons aériennes entre les deux capitales, interrompues depuis plusieurs années.
     
    Cette visite intervient après que Khalifa Haftar a menacé jeudi de "chasser l'occupant" turc en Libye, où Ankara a envoyé des troupes pour soutenir le GNA. Lors d'une visite samedi à Tripoli, le ministre turc de la Défense Hulusi Akar a lui promis de riposter à toute attaque contre les forces turques.

  • Libye: Les pourparlers de paix en Tunisie confirment des élections dans 18 mois

    Imprimer

    Les participants au Forum de dialogue politique de Tunis sont parvenus à un accord sur une feuille de route pour l'avenir politique de la Libye, qui prévoit l'organisation d'élections dans un délai maximum de 18 mois.

    Selon ce qui a été rapporté par l'envoyée spéciale par intérim de l'ONU, Stephanie Williams , dans la soirée du 11 novembre, les 75 participants au Forum tunisien ont fait des progrès significatifs sur la voie tant politique que militaire, marquant un tournant vers une résolution de la crise libyenne. Les pourparlers organisés en Tunisie, dans le district de Gammarth, ont débuté le 9 novembre. L'objectif principal était de mettre fin à la situation instable en Libye, par la formation de nouveaux organes exécutifs et l'organisation d'élections présidentielles et parlementaires, sur la base de la résolution 2510 du Conseil de sécurité des Nations unies et des résultats de la conférence de Berlin. du 19 janvier.

    Pour Williams, la Libye a actuellement la meilleure opportunité de mettre un terme aux divisions internes. Selon ce qui a émergé des discussions du 11 novembre, les parties sont parvenues à un accord préliminaire sur un plan qui conduira à des élections parlementaires et présidentielles, ainsi qu'à des élections "libres, justes et inclusives", ce qui devrait faciliter l'unification des différentes institutions libyennes. Les discussions doivent maintenant porter sur la formation d'un gouvernement de transition, dont la tâche sera de surveiller le processus électoral. Les 75 participants sont appelés, en particulier, à définir les rôles et compétences exigés des membres qui formeront les nouveaux organes exécutifs, à savoir le gouvernement et le Conseil présidentiel.

    Selon Williams, la mission principale du futur gouvernement sera de lutter contre le phénomène de la corruption et de restaurer la détérioration continue des services publics. Ces deux questions ont été à l’origine des mouvements de protestation ces derniers mois. L'envoyé spécial de l’ONU a également déclaré que la feuille de route prévoyait les étapes à suivre pour lancer un processus de « réconciliation nationale et de justice transitionnelle» et pour mettre fin aux difficultés des personnes déplacées. Concernant l’aspect militaire, Stephanie Williams a indiqué que les participants au Forum avaient confirmé les résultats positifs en ce qui concerne la mise en œuvre de l'accord de cessez-le-feu signé à Genève le 23 octobre.

    Comme l'a précisé l'envoyé de l'ONU, cette question était au centre des discussions qui ont eu lieu, à partir du 10 novembre, à Syrte, et qui ont impliqué les délégations du Comité militaire mixte 5 + 5. Pour Williams, les résultats obtenus jusqu'à présent par le Comité doivent être préservés et, en parallèle, on espère que les pourparlers de Tunis seront également couronnés de succès, sachant que la Libye a devant elle une occasion historique de créer un système de gouvernement unifié et la tenue d'élections démocratiques.

    Selon ce qui a fui d'un projet d'accord final éventuel, la nouvelle autorité exécutive en Libye sera composée d'un conseil présidentiel, à son tour formé d'un président et de deux vice-présidents qui refléteront l'équilibre géographique entre les régions du pays, et par un gouvernement unifié composé d'un Premier ministre, qui devra alors prendre en charge la formation du gouvernement. Contrairement à ce qui s'est passé jusqu'à présent, le premier ministre de l'exécutif sera différent du chef du conseil présidentiel.

    Le plus grand défi pour les 75 représentants de Tunis semble être la nomination de ceux qui participeront au nouveau gouvernement, ainsi que de surmonter les divisions internes persistantes. Jusqu'à présent, le nom de la Présidente du Parlement, Aguila Saleh, a circulé en tant que chef du nouveau Conseil présidentiel et représentant de la région orientale de la Cyrénaïque. Un de ses adjoints devrait donc venir du Sud, de la région du Fezzan, et l'ambassadeur de Libye au Maroc, Abd al-Majid Saif al-Nasr, du gouvernorat de Sabha est l'un des candidats favoris à ce poste. Le troisième adjoint devra venir de la région ouest de Tripoli, où plusieurs personnalités semblent se disputer le rôle.

    Quant aux candidats potentiels au poste de Premier ministre, on pense au ministre de l'Intérieur Fathi Bashagha, soutenu par des alliés extérieurs tels que les États-Unis, la Turquie, la Grande-Bretagne et l'Égypte. Cependant, Bashagha fera face à un concurrent tout aussi puissant, l'homme d'affaires Ahmed Maitiq, ancien premier ministre et vice-président du Conseil présidentiel. Maitiq semble être particulièrement favorisé dans l'est de la Libye, surtout après avoir conclu un accord avec les représentants de l'ANL (Armée Nationale Libyenne – fidèle au maréchal Haftar) pour reprendre les activités pétrolières.

    La Libye connaît une crise continue depuis le 15 février 2011, date du début de la révolution et de la guerre civile. Après le cessez-le-feu annoncé le 21 août par le Premier ministre de Tripoli, Fayez al-Sarraj, et par le président de la Chambre des représentants de Tobrouk, Aguila Saleh, le 23 octobre, les délégations du GNA et de l'Armée nationale libyenne (ANL), participants au Comité militaire mixte 5 + 5, ont signé un accord avec lequel ils s'engagent officiellement à garantir une trêve permanente dans le pays, sous les auspices des Nations Unies.