Bachagha Fathi (ministre de l'intérieur du GNA)

  • Libye: Les pourparlers de paix en Tunisie confirment des élections dans 18 mois

    Imprimer

    Les participants au Forum de dialogue politique de Tunis sont parvenus à un accord sur une feuille de route pour l'avenir politique de la Libye, qui prévoit l'organisation d'élections dans un délai maximum de 18 mois.

    Selon ce qui a été rapporté par l'envoyée spéciale par intérim de l'ONU, Stephanie Williams , dans la soirée du 11 novembre, les 75 participants au Forum tunisien ont fait des progrès significatifs sur la voie tant politique que militaire, marquant un tournant vers une résolution de la crise libyenne. Les pourparlers organisés en Tunisie, dans le district de Gammarth, ont débuté le 9 novembre. L'objectif principal était de mettre fin à la situation instable en Libye, par la formation de nouveaux organes exécutifs et l'organisation d'élections présidentielles et parlementaires, sur la base de la résolution 2510 du Conseil de sécurité des Nations unies et des résultats de la conférence de Berlin. du 19 janvier.

    Pour Williams, la Libye a actuellement la meilleure opportunité de mettre un terme aux divisions internes. Selon ce qui a émergé des discussions du 11 novembre, les parties sont parvenues à un accord préliminaire sur un plan qui conduira à des élections parlementaires et présidentielles, ainsi qu'à des élections "libres, justes et inclusives", ce qui devrait faciliter l'unification des différentes institutions libyennes. Les discussions doivent maintenant porter sur la formation d'un gouvernement de transition, dont la tâche sera de surveiller le processus électoral. Les 75 participants sont appelés, en particulier, à définir les rôles et compétences exigés des membres qui formeront les nouveaux organes exécutifs, à savoir le gouvernement et le Conseil présidentiel.

    Selon Williams, la mission principale du futur gouvernement sera de lutter contre le phénomène de la corruption et de restaurer la détérioration continue des services publics. Ces deux questions ont été à l’origine des mouvements de protestation ces derniers mois. L'envoyé spécial de l’ONU a également déclaré que la feuille de route prévoyait les étapes à suivre pour lancer un processus de « réconciliation nationale et de justice transitionnelle» et pour mettre fin aux difficultés des personnes déplacées. Concernant l’aspect militaire, Stephanie Williams a indiqué que les participants au Forum avaient confirmé les résultats positifs en ce qui concerne la mise en œuvre de l'accord de cessez-le-feu signé à Genève le 23 octobre.

    Comme l'a précisé l'envoyé de l'ONU, cette question était au centre des discussions qui ont eu lieu, à partir du 10 novembre, à Syrte, et qui ont impliqué les délégations du Comité militaire mixte 5 + 5. Pour Williams, les résultats obtenus jusqu'à présent par le Comité doivent être préservés et, en parallèle, on espère que les pourparlers de Tunis seront également couronnés de succès, sachant que la Libye a devant elle une occasion historique de créer un système de gouvernement unifié et la tenue d'élections démocratiques.

    Selon ce qui a fui d'un projet d'accord final éventuel, la nouvelle autorité exécutive en Libye sera composée d'un conseil présidentiel, à son tour formé d'un président et de deux vice-présidents qui refléteront l'équilibre géographique entre les régions du pays, et par un gouvernement unifié composé d'un Premier ministre, qui devra alors prendre en charge la formation du gouvernement. Contrairement à ce qui s'est passé jusqu'à présent, le premier ministre de l'exécutif sera différent du chef du conseil présidentiel.

    Le plus grand défi pour les 75 représentants de Tunis semble être la nomination de ceux qui participeront au nouveau gouvernement, ainsi que de surmonter les divisions internes persistantes. Jusqu'à présent, le nom de la Présidente du Parlement, Aguila Saleh, a circulé en tant que chef du nouveau Conseil présidentiel et représentant de la région orientale de la Cyrénaïque. Un de ses adjoints devrait donc venir du Sud, de la région du Fezzan, et l'ambassadeur de Libye au Maroc, Abd al-Majid Saif al-Nasr, du gouvernorat de Sabha est l'un des candidats favoris à ce poste. Le troisième adjoint devra venir de la région ouest de Tripoli, où plusieurs personnalités semblent se disputer le rôle.

    Quant aux candidats potentiels au poste de Premier ministre, on pense au ministre de l'Intérieur Fathi Bashagha, soutenu par des alliés extérieurs tels que les États-Unis, la Turquie, la Grande-Bretagne et l'Égypte. Cependant, Bashagha fera face à un concurrent tout aussi puissant, l'homme d'affaires Ahmed Maitiq, ancien premier ministre et vice-président du Conseil présidentiel. Maitiq semble être particulièrement favorisé dans l'est de la Libye, surtout après avoir conclu un accord avec les représentants de l'ANL (Armée Nationale Libyenne – fidèle au maréchal Haftar) pour reprendre les activités pétrolières.

    La Libye connaît une crise continue depuis le 15 février 2011, date du début de la révolution et de la guerre civile. Après le cessez-le-feu annoncé le 21 août par le Premier ministre de Tripoli, Fayez al-Sarraj, et par le président de la Chambre des représentants de Tobrouk, Aguila Saleh, le 23 octobre, les délégations du GNA et de l'Armée nationale libyenne (ANL), participants au Comité militaire mixte 5 + 5, ont signé un accord avec lequel ils s'engagent officiellement à garantir une trêve permanente dans le pays, sous les auspices des Nations Unies.

  • Libye : Le ministre de l'Intérieur du Gouvernement d'Accord National (GNA) rétabli dans ses fonctions

    Imprimer

    Bachaga.jpgFathi Bachagha (photo), le ministre de l'Intérieur du Gouvernement de Tripoli (GNA) a retrouvé jeudi 3 août ses fonctions après avoir été suspendu provisoirement par le Premier ministre pour une enquête sur ses déclarations à la suite d'incidents survenus lors de manifestations à Tripoli.

    Un décret signé par Fayez al-Sarraj, chef du GNA, "lève la mesure de suspension provisoire de M. Fathi Bachagha, ministre de l'Intérieur, et le rétablit dans ses fonctions à compter de cette date (jeudi)".

    Le décret, publié sur la page Facebook du GNA, ne fait pas mention de l'enquête ou de ses conclusions.

    Selon des vidéos et photos qui ont circulé sur les réseaux sociaux, M. Bachagha est arrivé à la mi-journée au siège du gouvernement à Tripoli, accompagné d'une forte présence policière, pour son audition qui s'est déroulée à huis clos contrairement à ce qu'il avait exigé.

    Le 23 août, M. Bachagha avait été "suspendu provisoirement" par M. Sarraj en attendant une "enquête administrative" sur "ses déclarations concernant les manifestations et les incidents survenus à Tripoli et dans d'autres villes".

    Le ministre avait "pris acte" de sa suspension mais avait demandé à ce que son audition soit "publique et retransmise en directe" par les médias pour qu'il puisse "exposer les faits" aux Libyens, par souci de "transparence et des principes démocratiques".

    Il y a près de deux semaines, des centaines de Libyens ont manifesté pendant plusieurs jours à Tripoli, siège du GNA --reconnu par l'ONU et qui s'oppose au maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est.

    Ils protestaient contre la corruption et la détérioration de leurs conditions de vie, privés des services les plus basiques et épuisés par des années de conflits depuis la fin de la dictature de Mouammar Kadhafi en 2011.

    A plusieurs reprises, des hommes armés ont tiré à balles réelles pour disperser les manifestants, blessant plusieurs d'entre eux tandis que d'autres ont été arrêtés, des incidents que M. Bachagha avait dénoncés.

    Le ministre avait alors accusé des groupes armés d'avoir "enlevé et séquestré" des manifestants pacifiques, les menaçant de "recourir à la force pour protéger les civils".

    En visite en Turquie, allié politique et militaire du GNA face aux pro-Haftar --soutenus eux par l'Egypte, les Emirats arabes unis, l'Arabie Saoudite et la Russie-- lorsque sa suspension avait été annoncée, M. Bachagha était rentré le lendemain à Tripoli.

  • Libye/Turquie : La Turquie est en colère contre Sarraj, président du Gouvernement de Tripoli

    Imprimer

    Des sources médiatiques libyennes ont rapporté qu'Ankara était en colère contre le président du Gouvernement d'Accord National (GNA), Fayez Al-Sarraj, dans le contexte de la déclaration qu'il a publiée concernant le cessez-le-feu en conjonction avec le Président du Parlement (HoR), Aguila Saleh, un accord applaudi par les Nations Unies, dla Mission d'appui des Nations Unies en Libye, la communauté internationale et les pays soutenant toute résolution de la crise libyenne.

    À un moment où la Turquie n'a pas encore officiellement commenté la déclaration de déclarer un cessez-le-feu, mais les sources ont confirmé que l'accord de cessez-le-feu avait été conclu entre Sarraj et Saleh après une forte pression allemande sur Al-Sarraj.

    Les sources ont révélé que le responsable du renseignements- turc, Hakan Fidan et le ministre turc de la Défense avaient eu des contacts séparés avec le président du Conseil suprême d'État, Khaled al-Mishri, et le ministre de l'Intérieur du gouvernement d'accord national, Fathi Bashagha suite à la déclaration publiée par Al-Sarraj.

    Les sources ont confirmé qu'Al-Mashri et Bashagha étaient ceux qui avaient pris l'initiative du contact avec les deux responsables turcs, affirmant leur position inébranlable concernant l'importance de l'alliance stratégique avec le gouvernement turc, exprimant leur manque absolu de confiance envers le maréchal Khalifa Haftar et ses partisans, y compris le président du Parlement, Aqila Saleh. Les sources ont révélé que la situation sur le terrain serait évaluée. À la lumière de l'annonce de "Al-Sarraj" lors de la session de sécurité nationale au milieu de cette semaine.

  • Libye: le GNA pourrait demander officiellement un soutien militaire turc

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    Le ministre libyen de l’Intérieur du gouvernement d’union nationale (GNA) Fathi Bachagha (photo) a annoncé jeudi à Tunis qu’il pourrait demander officiellement un soutien militaire turc en Libye pour faire face aux forces du maréchal Khalifa Haftar.
    Le maréchal Haftar a « fourni à des forces étrangères des bases militaires en Libye (…) et si cette position se poursuit, nous avons le droit de défendre Tripoli et nous demanderons officiellement au gouvernement turc son soutien militaire », a-t-il déclaré à la presse.
    L’objectif de ce soutien militaire turc sera d' »écarter les forces mercenaires et leurs bases (militaires) fournies par Haftar à des pays étrangers sans accord du GNA », a ajouté le ministre libyen.
    La Libye est déchirée entre deux pouvoirs rivaux: le GNA de Fayez al-Sarraj, basé à Tripoli (ouest) et, dans l’est, un pouvoir incarné par le maréchal Khalifa Haftar, qui a lancé début avril une offensive pour conquérir la capitale.
    Celui-ci est soutenu par l’Arabie saoudite, l’Egypte et les Emirats arabes unis, des pays avec lesquels la Turquie entretient des relations tendues.
    Jeudi, le président turc Recep Tayyip Erdogan a ouvert la voie à une intervention militaire turque directe en Libye en annonçant le prochain vote au Parlement sur l’envoi de troupes pour soutenir le gouvernement de Tripoli qui fait face depuis avril à une offensive du maréchal Haftar.
    « Nous allons présenter la motion pour l’envoi de soldats en Libye dès la reprise des travaux du Parlement », le 7 janvier, a déclaré M. Erdogan lors d’un discours à Ankara.
    Pour obtenir l’autorisation de déployer des forces combattantes en Libye, le gouvernement turc doit faire approuver par le Parlement un mandat séparé, comme il le fait tous les ans pour envoyer des militaires en Irak et en Syrie.
    « Si la Turquie est invitée (à envoyer des troupes en Libye), nous accepterons l’invitation », avait déclaré le président turc lors d’une visite surprise à Tunis.
    Un déploiement de soldats turcs sur le terrain est susceptible d’aggraver le conflit fratricide, alimenté par des puissances régionales rivales, qui déchire le pays depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.