Ayman al-Zawahiri

  • Al-Qaïda : Des informations font état de la mort de Zawahiri, successeur de Ben Laden

    Imprimer

    Des journalistes, des militants et des politiciens ont diffusé sur les réseaux sociaux des informations affirmant que le dirigeant égyptien d'Al-Qaïda, Ayman Al-Zawahiri, âgé de 68 ans, était décédé.

    L'écrivain et journaliste syrien résidant aux États-Unis, Hassan Hassan, a déclaré que, selon les informations circulant parmi les groupes armés liés à Al-Qaïda, le chef de l'organisation jihadiste, Ayman Al-Zawahiri, serait décédé il y a un mois dans sa cache non spécifiée.

    L'écrivain syrien a expliqué sur son compte Twitter que les informations sur la mort d'Al-Zawahiri n'ont pas étéconfirmées ou annoncées par l'organisation, mais une source du groupe syrien Horas ad-Din, étroitement lié à Al-Qaïda, a confirmé l'information.

    Al-Zawahiri souffrait d'une maladie grave, mais on ignorer la gravité de ses problèmes de santé.

    Un responsable de la sécurité internationale avait déclaré en août 2019 qu'il y avait des informations indiquant que le chef d'al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, souffrait d'une maladie cardiaque.

    Selon le responsable, la possibilité qu'Al-Zawahiri, soit "gravement malade", voire décédé, augmente l'incertitude quant à l'avenir d'Al-Qaïda et quelle pourrait être sa future direction.

    Ayman Muhammad Rabi al-Zawahiri (né le 19 juin 1951) est le chef d'Al-Qaïda. Il a succédé à Oussama ben Laden après avoir été le deuxième dirigeant en importance de l'organisation militaire d'Al-Qaïda que la plupart des pays du monde classent comme une organisation terroriste.

    Le gouvernement américain a promis une récompense de 25 millions de dollars à quiconque fournirait des informations menant à son arrestation.

    Il a travaillé comme chirurgien (spécialisé en chirurgie générale) et a aidé à fonder le groupe du Jihad égyptien, et certains experts estiment qu'il est un élément clé des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis.

    Le nom d’Al-Zawahiri était en deuxième position, après Ben Laden, sur une liste de 22 noms des terroristes les plus recherchés aux États-Unis après 2001. 

    Al-Zawahiri, né dans la capitale égyptienne, Le Caire, est issu d'une famille de la classe moyenne qui comprend de nombreux médecins et érudits religieux. Son grand-père Rabi al-Zawahiri a assumé le poste de cheikh de la mosquée Al-Azhar, son père, le professeur Muhammad al-Shafi`i al-Zawahiri, était l'un des dermatologues égyptiens les plus célèbres. Quant à son grand-père maternel, il s’agit d’Abd al-Wahhab Azzam, un homme de lettres en Égypte avant la révolution de 1952, et l’oncle de sa mère est Abd al-Rahman Azzam, le premier secrétaire général de la Ligue arabe. L’une des personnes les plus proches de lui est son oncle Mahmoud al-Zawahiri, médecin spécialiste des maladies dans le monde. Ayman Al-Zawahiri a longtemps vécu dans le village de Rizeigat Bahary, dans le gouvernorat de Louxor, où il a pu diffuser ses idées d’obédience salafiste.

    Al-Zawahiri s'est impliqué très jeune dans les activités des mouvements politiques islamiques alors qu'il était encore à l'école. Il a été arrêté à l'âge de quinze ans pour avoir rejoint les Frères musulmans interdits. Les Frères musulmans sont l'un des groupes islamiques les plus anciens et les plus importants d'Égypte. L'activité politique d'Al-Zawahiri ne l'a pas empêché d'étudier la médecine à l'Université du Caire, dont il a obtenu son diplôme en 1974 et obtenu une maîtrise en chirurgie quatre ans plus tard.

    Au début, Al-Zawahiri a commencé à suivre les traditions familiales, en établissant une clinique médicale dans une banlieue du Caire, mais il a rapidement été attiré par les groupes islamistes qui réclamaient le renversement du gouvernement égyptien. Il a rejoint le Groupe du Jihad islamique égyptien dès sa création en 1973. En 1981, il a été arrêté parmi les personnes accusées d'avoir assassiné le président égyptien de l'époque, Anouar Sadate. Sadate avait mis en colère des militants islamistes en signant un accord de paix avec Israël et en arrêtant des centaines de ses détracteurs dans le cadre d'une répression sécuritaire.

    Au cours de l'une des sessions du tribunal, Al-Zawahiri a comparu en tant que porte-parole des accusés, en raison de sa maîtrise de la langue anglaise, et a été filmé en train de dire au tribunal: "Nous sommes des musulmans qui croyons en notre religion et cherchons à établir un État islamique et une société islamique." Bien qu'il ait été acquitté dans l'affaire de l'assassinat de Sadate, il a été reconnu coupable de possession illégale d'armes et condamné à trois ans de prison au cours desquels il a été régulièrement torturé par les autorités pendant son incarcération en Égypte, une expérience qui l’aurait rendu encore plus extrémiste. Après sa libération, il part pour l'Arabie saoudite

    Al-Zawahiri a pris la direction de l'organisation à la suite de l’élimination de Ben Laden par les forces américaines le 2 mai 2011. On l'appelait souvent le bras droit d'Oussama Ben Laden et le principal idéologue d'Al-Qaïda. Certains experts soulignent que l'organisation du Jihad égyptien a pris le contrôle d'Al-Qaïda lorsqu'elle a uni ses forces à la fin des années 90 du siècle dernier. Al-Zawahiri a été vu pour la dernière fois dans la ville orientale de Khost en octobre 2001, lorsque les États-Unis ont lancé une campagne militaire pour renverser le gouvernement taliban. Depuis lors, il avait réussi à échapper aux poursuites en se cachant dans les zones montagneuses le long de la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan, avec l'aide de membres de tribus islamistes.

    Lien permanent Catégories : AL-QAÏDA, Ayman al-Zawahiri 0 commentaire
  • Mali : El-Qaëda revendique l'attaque qui a tué un hussard parachutiste français

    Imprimer

    Dans une déclaration publiée en ligne plus tôt dans la journée du jeudi 30 juillet, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), affilié à al-Qaïda, a pris la responsabilité de l'attaque suicide contre les troupes françaises dans le nord du Mali la semaine dernière. Un soldat français avait été tué dans l'attaque.
    La déclaration du GSIM affirme que «les moudjahidines ont frappé la base française dans la région de Gossi [dans la région de Tombouctou au Mali] le 23 juillet». Le groupe djihadiste poursuit en ajoutant que «deux véhicules explosifs avaient été utilisés dans le raid».
    Le GSIM explique que deux voitures suicide ont explosé à l’entrée de la base, tandis qu'une troisième réussissait à exploser à l’intérieur du camp. Selon la branche d'al-Qaïda, des mortiers ont ensuite été tirés sur l'enceinte avant qu'une équipe d'assaut de deux autres djihadistes se lancent à l'assaut.
    Le raid du 23 juillet à Gossi a été confirmé par l'armée française à l'époque, bien que la déclaration officielle du ministère français de la Défense diffère grandement de la version des événements telle que l'explique le GSIM.
    L'armée française a confirmé qu'un soldat avait été tué dans l'attaque, mais cela est intervenu après qu'une patrouille de reconnaissance dans la région de Gossi ait essuyé des tirs et que son véhicule ait été touché par une voiture piégée . Deux autres soldats avaient également été blessés dans l'explosion .
    Des affrontements entre les forces françaises et les djihadistes ont alors éclaté. Des informations supplémentaires de France 24 ont également confirmé que les affrontements avaient eu lieu en dehors de la base militaire de Gossi.
    En ce qui concerne la présence de deux autres véhicules suicide, cette présence n'a été confirmée ni par les reportages locaux ni par la déclaration militaire française.
    La zone proche de Gossi a connu une importante activité militaire française ces derniers mois. En avril, un légionnaire étranger français a été tué par un engin piégé dans les régions frontalières entre le Mali et le Burkina Faso . En mai, un autre légionnaire a été tué dans la même région .
    L'attaque de la semaine dernière marque également le premier attentat suicide de GSIM cette année. Si le groupe djihadiste a mené plusieurs raids sur des bases militaires maliennes depuis janvier, il a néanmoins fait un usage modéré de cette tactique.
    Par exemple, le mois dernier, le GSIM a tué au moins 20 soldats maliens lors d'une attaque contre une base près de Sokolo dans la région centrale de Ségou au Mali. En mars, au moins 29 soldats maliens ont été tués à Tarkint dans la région de Gao. Et en avril, 25 autres soldats ont été tués à Bamba également dans la région de Gao.
    Aucun de ces cas n'a vu l'utilisation de voitures piégées.
    Le GSIM continue de constituer une menace sérieuse non seulement pour la sécurité malienne, mais aussi pour la situation sécuritaire globale au Sahel. Malgré une mission antiterroriste dirigée par la France, des troupes du G5 Sahel et une force de maintien de la paix des Nations Unies, Al-Qaïda conserve toujours la capacité d'opérer ouvertement à l'intérieur du Mali et de la région au sens large.
    GSIM
    Le GSIM est dirigé par Iyad Ag Ghaly, un membre de la tribu touareg des Ifoghas, originaire de Kidal (nord du Mali), incontournable depuis plusieurs décennies sur l'échiquier sahélien, d'abord à la tête d'une rébellion touareg dans les années 1990, puis en tant que chef de groupes islamistes armés. Il est aujourd'hui le représentant au Sahel du chef suprême d'el-Qaëda, Ayman Zawahiri. L'armée française avait annoncé la semaine dernière la mort d'un parachutiste, survenue lorsque "son engin blindé avait sauté au contact d'un véhicule suicide chargé d'explosifs", au cours d'une mission de reconnaissance.
    Barkhane
    L'opération française antijihadiste au Sahel, Barkhane, compte autour de 5.100 soldats. Ces derniers mois, l'armée française et celles des pays du G5 Sahel ont multiplié les offensives dans la région, en particulier dans la zone dite des "trois frontières" entre Mali, Niger et Burkina Faso. Paris a revendiqué la "neutralisation" de plusieurs dizaines de jihadistes au total, dont en juin l'émir d'el-Qaëda au Maghreb islamique (Aqmi), l'Algérien Abdelmalek Droukdal, figure du jihadisme dans la région depuis 20 ans.

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel du 14 mars 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le jeudi 14 mars 2019.


    Abonnement nécessaire pour lire les articles ci-dessous
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois / 12€ par mois

     

    FRANÇAIS

    • Afghanistan : 31 insurgés tués dans des frappes aériennes – Abonnés
    • Algérie – Le pouvoir tente de reprendre le contrôle – Évènements minute par minute – Abonnés
    • Indonésie: l’épouse du terroriste Abou Hamzah se fait sauter à Sibolga au moment de son arrestation – Abonnés
    • Maroc: Démantèlement d’une cellule de l’Etat islamique qui tentait de planifier des attentats – Abonnés
    • Philippines: Les combats entre l’armée philippine et l’Etat islamique font rage à Datu Piang (île de Mindanao) – Abonnés
    • Syrie : Nouvelle reddition de centaines de jihadistes à Baghouz – Abonnés
    • Syrie : l’armée de l’air russe attaque Idlib, des dizaines de morts et de blessés – Abonnés

     

    ENGLISH

    • Afghanistan: 31 insurgents killed in air strikes – Subscribers
    • Algeria – The power launches its media counter-offensive – Events Minute by minute – Subscribers
    • Indonesia: Terrorist Abu Hamzah’s wife blows herself up in Sibolga at the time of her arrest – Subscribers
    • Morocco: Dismantling of an Islamic state cell that was planning attacks in the Kingdom – Subscribers
    • Philippines: Fighting between the Philippine army and the Islamic state rages in Datu Piang (Mindanao Island) – Subscribers
    • Syria: ISIS Militants, Families Surrender in Baghuz – Subscribers
    • Syria: Russian Air Force attacks Idlib, dozens killed and wounded – Subscribers

     

    العربية (ARABIC)

    سوريا: 13 قتيلاً في ضربات روسيّة هي الأولى على إدلب منذ الاتفاق الروسي التركي
    سوريا: 
    استسلام عشرات الدواعش وأسرهم.. وقسد تتوغل في الباغوز
    المغرب
     يفكك خلية موالية لداعش سعت للتخطيط لعمليات إرهابية

    ESPAÑOL

    • Afganistán: 31 insurgentes muertos en ataques aéreos – Suscriptores
    • Argelia: El poder intenta convencer a los argelinos de una crucial movilización – Suscriptores
    • Filipinas: Violentos combates entre el ejército filipino y el Estado islámico en Datu Piang (isla de Mindanao)
    • Filipinas: Violentos combates entre el ejército filipino y el Estado islámico en Datu Piang (isla de Mindanao) – Suscriptores
    • Indonesia: La esposa del terrorista Abu Hamzah se hizó explotar con su niño en Sibolga en el momento de su detención – Suscriptores
    • Marruecos: Desmantelamiento de una célula del Estado islámico que intentaba planear ataques – Suscriptores
    • Siria: Rendición de cientos de yihadistas en Baghuz – Suscriptores
    • Siria: La Fuerza Aérea Rusa ataca a Idlib, decenas de muertos y heridos – Suscriptores

     

    INDONESIA

    • Indonesia: Istri Terduga Teroris Abu Hamzah di Sibolga Meledakkan Diri – Masuk

     

    ITALIANO

    • Afghanistan: 31 ribelli uccisi in attacchi aerei – Abbonati
    • Algeria: il potere cerca di convincere gli algerini di una mobilitazione cruciale – Abbonati
    • Filippine: violenti combattimenti tra l’esercito filippino e lo stato islamico infuria a Datu Piang (isola di Mindanao) – Abbonati
    • Indonesia: la moglie e il bambino del terrorista Abu Hamzah sono esplosi a Sibolga al momento del suo arresto – Abbonati
    • Marocco: Smontaggio di una cellula di stato islamica che cercava di pianificare gli attacchi – Abbonati
    • Siria: Capitolazione di centinaia di jihadisti a Baghouz – Abbonati
    • Siria: l’aviazione russa attacca Idlib, decine di morti e feriti – Abbonati

     

    PORTUGUÊS

    • Afeganistão: 31 rebeldes mortos em ataques aéreos – Assinantes
    • Argélia: O poder tenta convencer os argelinos de uma mobilização crucial – Assinantes
    • Filipinas: Violentos combates entre o exército filipino e o Estado Islâmico em Datu Piang (Ilha de Mindanao) – Assinantes
    • Indonésia: A esposa do terrorista Abu Hamzah explodiu-se com seu filho em Sibolga no momento de sua prisão – Assinantes
    • Marrocos: desmantelamento de uma célula do estado islâmico que tentava planear ataques – Assinantes
    • Síria: Centenas de jihadistas em Baghouz renderam-se – Assinantes
    • Síria: Força Aérea Russa ataca Idlib, dezenas de mortos e feridos – Assinantes

     

    РУССКИЙ ЯЗЫК

    • Афганистан: 31 мятежник погиб в авиаударах — Подписчики
    • Алжир — Власть пытается вернуть контроль — события минуты за минутой — Подписчики
    • Индонезия: Жена и ребенок террориста Абу Хамзы взорвались в Сиболге во время ареста — Подписчики
    • Марокко: Ликвидация ячейки Исламского государства, которая пыталась спланировать атаки — Подписчики
    • Сирия: Сдача сотен джихадистов в Багхазе — Подписчики
    • Сирия: Pоссийские ВВС атаковали Идлиб, десятки убитых и раненых — Подписчики

    ptolemee@belliard74.com


     

     

  • https://www.frontlive-chrono.com du samedi 10 novembre 2018

    Imprimer

    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois 

    Conseil aux abonnés : N'oubliez pas de cocher sur la case "rester connecté" pour ne pas avoir à inscrire votre nom d'utilisateur et votre code à chaque fois que vous désirez accéder à Frontlive-Chrono

    Lire la suite

  • Etats-Unis: Zawahiri appelle à de nouvelles attaques aux Etats-Unis

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) arالعربية (Arabe) esEspañol (Espagnol)itItaliano (Italien)

    Zawahiri.jpg
    A l’occasion du 17 e anniversaire des attentats du 11 Septembre à New York, le chef de file d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, a appelé ses partisans à lancer de nouvelles attaques aux États-Unis.

    Dans un discours enregistré de 23 minutes, publié sur les organes de propagande de l’organisation, il a appelé les musulmans à la guerre économique et militaire contre les Etats-Unis.
    Zawahiri a décrit les Etats-Unis comme « le premier ennemi des musulmans ». Il a condamné la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, une décision qu’il considère comme la « preuve de la partialité américaine pour les juifs et les chrétiens. »
    Pour le chef d’Al-Qaïda la lutte contre l’Amérique est devenue inévitable. Pour lui, « il n’y a que deux options pour les musulmans: soit une confrontation farouche et avec honneur farouchement, soit accepter l’humiliation et la honte. »

    Lire la suite

  • Syrie: Poursuite des combats entre factions islamistes : Près de 70 morts

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 15 février 2017
    Extrait de la 575ème newsletter envoyée aux abonnés le 14 février 2017.
    Pour s’abonner, écrire à : ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite

  • Guerre à outrance contre l'Etat Islamique - 22 novembre 2015

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 22 novembre 2015
    Jean René Belliard, auteur de "Beyrouth, l'enfer des espions", publie une newsletter quotidienne accessible aux abonnés uniquement. Elle donne chaque jour un résumé des principaux évènements qui se déroulent au Moyen Orient et en Afrique du nord, rédigé à partir des informations réunies sur place par une quinzaine de correspondants. Ci-dessous, un extrait de la newsletter du 22 novembre  2015 – Et beaucoup d’autres informations importantes dans la newsletter envoyée aux abonnés.
    Pour vous abonner, demander des informations à
    ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite