Autostrade M-4

  • Syrie : Des nouveaux véhicules russes équipent la Force-Tiger, une unité d'élite du régime

    Imprimer

    La 25e Division spéciale de l'armée arabe syrienne (AAS), connue sous le nom de « Force Tigr » a été repérée avec de nouveaux véhicules blindés de fabrication russe.

    Les véhicules repérés son, trois véhicules de transport de troupes blindés à roues BTR-82A 8 × 8 et trois véhicules de mobilité d'infanterie GAZ Tigre 4 × 4. Ils ont été repérés dans une vidéo partagée par des militants syriens le 2 novembre. La vidéo montre un défilé qui a récemment eu lieu sur le principal terrain d'entraînement de la division.

    BTR-82A
    Le BTR-82A est la dernière version de production du BTR-82 avec un blindage amélioré, des revêtements anti-éclats, un dispositif de vision nocturne plus moderne TKN-4GA-02, un canon 2A72 de 30 mm, un système de navigation GLONASS et un moteur plus puissant de 300 ch.
    BTR-82-768x1517.jpeg

    Véhicule de mobilité d'infanterie tout-terrain polyvalent GAZ Tigr
    Le GAZ Tigr est un véhicule de mobilité d'infanterie tout-terrain polyvalent qui peut être armé d'une mitrailleuse PKP de 7,62 mm, d'une mitrailleuse lourde Kord-12,7 mm ou d'un lance-grenades AGS-17 de 30 mm.
    Gaz Tigr.jpeg

    Les véhicules ont probablement été fournis directement par l'armée russe, le principal allié de l'AAS. La coopération militaire entre les deux parties s'est considérablement développée ces dernières années.

    La 25 e division des forces de mission spéciale est déployée sur toutes les principales lignes de front autour de la région nord-ouest du Grand Edleb, qui abrite des groupes affiliés à al-Qaïda et des factions soutenues par la Turquie. Des troupes turques sont également déployées dans la région.

    L'unité d'élite a participé avec succès à toutes les opérations précédentes de l'AAS dans le Grand Edleb. Le chef de l'unité, le général de division Suheil al-Hassan, est craint par les rebelles et les islamistes de la région.

    Selon plusieurs rapports récents, la 25e division des forces de mission spéciale et plusieurs autres formations de l'AAS se préparent à lancer une nouvelle offensive dans le Grand Edleb. L'armée veut rouvrir l'autoroute Lattaquié-Alep, connue sous le nom de M4.

  • Syrie : Escarmouche entre patrouilles russe et américaine

    Imprimer

    Samedi 3 juillet, le compte bullBSN sur Instagram a publié une vidéo montrant des véhicules militaires américains pourchassant un véhicule blindé Tigre de la police militaire russe dans la région nord-est de la Syrie.

    Dans la vidéo, on peut voir plusieurs véhicules américains M-ATV et MaxxPro MRAP (résistant aux mines) pourchassant le Tigre russe et essayant de le dépasser, mais en vain. L'un des véhicules américains aurait perdu une roue pendant l'escarmouche, selon les affirmations des Russes entendues sur la vidéo. La vidéo a été filmée à bord du Tigre, probablement un soldat.

    Pour l'instant, on ne sait toujours pas quand ni où l'affrontement russo-américain a eu lieu. Habituellement, les troupes russes et américaines se croisent sur l'autoroute M4 ou sur une route voisine.

    Plus tôt cette semaine, la   chaîne Reverse Side of the Medal sur Telegram a partagé des images d'un accident de la route entre les forces américaines et des véhicules de la police militaire russe dans le nord-est de la Syrie. L'accident pourrait être lié à l'escarmouche.

    Les forces russes et américaines suivent un mécanisme de déconfliction strict lorsqu'elles opèrent dans le nord-est de la Syrie. Parfois, cependant, des violations sont signalées.

    Le mois dernier, une patrouille américaine s'est approchée de l'autoroute M4 dans la campagne nord de Hassakeh sans préavis. La police militaire russe a rapidement réagi en bloquant le chemin à la patrouille américaine.

  • Syrie : Les Kurdes des FDS infligent des pertes aux rebelles syriens pro-turcs à Aïn Issa

    Imprimer

    Une violente bataille est toujours en cours entre les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) et les forces turques  près de la ville d'Ain Issa, dans le nord de la province de Raqqa.

    La bataille a éclaté le 19 mars à la suite d'un certain nombre d'attaques de rebelles syriens pro-turcs contre des positions des FDS autour d'Aïn Issa et des villages voisins.

    Samedi 20 mars, les FDS ont affirmé que ses combattants avaient tué 18 rebelles syriens pro-turcs et blessé 10 autres autour d'Ain Issa au cours des trois derniers jours. Il y a eu un mort de deux blessés dans les rangs des FDS, majoritairement Kurdes.

    Un officier des forces armées turques a également été tué au cours des affrontements, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    Les combattants des FDS à Ain Issa utilisent des missiles guidés antichar. Au moins un véhicule blindé turc a été détruit près de la ville.

    Plusieurs unités de la police militaire russe et de l'armée arabe syrienne sont présentes près d'Ain Issa, mais ne participent pas à la bataille. L'OSDH affirme que certaines unités syriennes se sont retirées de la zone de conflit.

    Les forces turques ne tentent pas de prendre d'assaut Ain Issa. Cependant, ils s'efforcent d'atteindre l'autoroute M4. L'autoroute stratégique relie Raqqa à Hasakeh à l'est et Alep à l'ouest.

    La bataille autour d'Ain Issa va probablement s'intensifier dans les prochains jours. Tant les FDS que les forces turques ne semblent pas disposées à reculer pour le moment.





    Bombardements aériens ce samedi soir près d'Aïn Issa ?
    Fortes explosions ont été entendues ce soir près d'Aïn Issa. Il s'agirait de frappes aériennes turques, ce qui serait la première fois depuis longtemps. Des avions russes survolent également le secteur tirant des fusées éclairantes dans la région à titre d'alerte.

    Bombardements de Tall Rifaat ce samedi soir
    L'armée turque bombarde également la ville de Tall Rifaat dans la province d'Alep.

  • Syrie : Les Forces Démocratiques Syriennes (Kurdes) repoussent une attaque des rebelles syriens pro-turcs au nord de Raqqa

    Imprimer

    Jeudi 18 mars, les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une coalition de combattants majoritairement kurdes soutenue par les Etats-Unis,  ont annoncé avoir repoussé deux attaques lancées par les forces turques et leurs alliés syriens dans la partie nord de la province de Raqqa.

    Les attaques ont eu lieu dans la banlieue de la ville d'Ain Issa, qui a été bombardée par les forces turques les 16 et 17 mars. Les bombardements n'ont entraîné aucune perte humaine.

    La première attaque a visé le village de Saida à l'ouest d'Ain Issa. Selon les FDS, six rebelles syriens pro-turcs ont été tués et un véhicule détruit. La deuxième attaque a visé la ville de Mu'alk à l'est. Un nombre indéterminé de combattants pro-turcs a également été éliminé par les FDS.

    La situation autour d'Ain Issa est instable depuis quelques mois. Les forces turques attaquent régulièrement la périphérie de la ville.

    La police militaire russe et l'armée arabe syrienne (AAS) maintiennent un réseau de postes militaires autour d'Ain Issa pour surveiller la situation dans ce secteur. La semaine dernière, l'armée a déployé des renforts , y compris des armes lourdes, dans la région.

    En 2020, la Russie a averti les FDS d'un plan turc d'attaquer Ain Issa. En conséquences, les FDS étaient invitées à remettre la ville à l'AAS afin de déjouer le plan d'Ankara. Cependant, les Kurdes ont rejeté la demande

    Les récentes attaques contre Ain Issa confirment que la Turquie et ses alliés syriens prévoient toujours de s'emparer de la ville située sur l'autoroute M4. L'autoroute stratégique relie Hassakeh à Raqqa et Alep.

  • Syrie : Les avions russes bombardent un bastion de Hayat Tahrir ash-Sham (HTS) dans le grand Edleb

    Imprimer

    Vendredi 5 mars, des avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué plusieurs frappes aériennes sur la ville de Ma'arrat Misrin dans la partie orientale de la région du Grand Edleb.

    Les frappes aériennes, menées par des chasseurs-bombardiers Su-34, ont détruit plusieurs positions dans la périphérie de Maaret Mesrin, un bastion de Hay'at Tahrir al-Sham, anciennement affilié à al-Qaïda. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les frappes aériennes n'ont entraîné aucune perte humaine.

    De nombreux jihadistes étrangers sont retranchés dans la zone située entre Maaret Mesrin, Kafraya, al-Fu'a et Benniche. De nombreux quartiers généraux et camps des factions d'al-Qaïda y sont également situés.

    Les frappes aériennes ont eu lieu le jour du premier anniversaire du cessez-le-feu dans le Grand Edleb, qui a été conclu lors d'une réunion entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan.

    Un an après l'accord de cessez-le-feu, la situation dans le Grand Edleb est encore loin d'être stable. Plusieurs groupes jihadistes dominent la région.

    La Turquie a déployé des milliers de soldats dans des dizaines de postes militaires dans le Grand Edleb. Pourtant, des violations du cessez-le-feu ont lieu quotidiennement. De plus, Ankara n’a pas encore ouvert l’autoroute Lattaquié-Alep, la M4.

    Damas et ses alliés, en premier lieu la Russie, ont intensifié leurs attaques contre les militants du Grand Edleb. Cependant, une opération complète dans la région semble peu probable.

  • Syrie : A bord d'hélicoptères russes Mi-8 et Mi-35 en patrouille au-dessus de l'autoroute M-4

    Imprimer

    Une vidéo de la Zvezda TV du ministère russe de la défense montre des patrouilles d'hélicoptères militaires Mi-8 et Mi-35 le long de l'autoroute M4 dans le centre de la Syrie. La vidéo montre comment les hélicoptères assurent la protection d'une colonne de véhicules civils qui se déplacent sur l'autoroute qui relie les villes de Homs et Deir Ezzor.

    Les forces aérospatiales russes ont déployé leurs hélicoptères militaires dans la région pour assurer la sécurité des convois se déplaçant le long de l'autoroute en réponse à la récente augmentation des attaques de l'Etat islamique dans la région.

     

  • Syrie : Des combattants syriens pro-turcs ouvrent le feu sur une patrouille russe sur l'autoroute M-4

    Imprimer

    Dimanche 20 décembre, des combattants syriens soutenus par la Turquie ont ouvert le feu sur une patrouille de la police militaire russe, qui s'apprêtait à rouvrir l'autoroute M4 dans le nord-est de la Syrie.

    La patrouille, qui est partie de la ville d'Ain Issa dans le nord de Raqqa, était chargée d'escorter un convoi de véhicules civils le long de l'autoroute M4.

    L'autoroute M4 relie Raqqa à Hasakeh et Alep. Il y a six mois, l'autoroute a été rouverte par la police militaire russe. Cependant, l'autoroute a été de nouveau fermée à la suite des intenses bombardements turcs sur la localité d'Ain Issa.

    «Les factions fidèles à Ankara ont délibérément tiré à la mitrailleuse sur la patrouille russe à l'est d'Ain Issa», a déclaré l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). «La patrouille a réagi aux sources de feu et la circulation [sur l'autoroute] s'est arrêtée en conséquences.»

    Le ministère russe de la Défense n'a pas encore commenté l'incident. Les factions syriennes soutenues par la Turquie sont directement commandées par l'armée et les services de renseignement turcs.

    L'incident est survenu deux jours après une attaque menée par la Turquie contre Ain Issa. L'attaque, qui a violé deux accords de cessez-le-feu séparés qu'Ankara avait signés avec les États-Unis et la Russie, a été un échec. Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont conservé leurs positions autour de la ville.

    La police militaire russe et plusieurs unités de l'armée arabe syrienne occupent une série de positions à l'intérieur et autour d'Ain Issa pour surveiller le cessez-le-feu.

    La Russie font actuellement pression sur les FDS, une coalition dominée par les Kurdes,  pour qu’ils remettent Ain Issa et ses environs aux forces gouvernementales syriennes, ceci afin d'empêcher les Turcs de prendre le contrôle de la région. Des informations récentes laissent penser que le groupe dominé par les Kurdes est sur le point d'accepter la proposition russe.