Attentats de Daech en Turquie

  • Turquie : Un suspect dans l'attentat de 2017 dans une discothèque d'Istanbul arrêté au Kirghizistan

    Imprimer

    Un homme soupçonné d'être lié à l'attentat du 1er janvier 2017 dans une discothèque d'Istanbul a été arrêté, vendredi 10 décembre 2021 au Kirghizstan, ont annoncé vendredi les services de sécurité de ce pays d'Asie centrale.

    "Il a été établi que le détenu était impliqué dans une attaque terroriste d'envergure" dans une discothèque d'Istanbul "dans laquelle 39 citoyens de 18 pays ont été tués", a indiqué le Comité d'Etat pour la sécurité nationale dans un communiqué. Selon ce communiqué, l'homme a été arrêté le 8 décembre à Bichkek, la capitale kirghize, et placé dans un centre de détention provisoire des services de sécurité. Seules les initiales de l'homme ont été fournies, les services de sécurité kirghiz précisant qu'il est "citoyen d'un Etat étranger".

    Abdulgadir Masharipov,.jpegLe 1er janvier 2017, Abdulgadir Masharipov (photo ci-contre), armé d'un fusil d'assaut avait tiré au hasard sur la foule qui fêtait le Nouvel An au Reina, une discothèque huppée d'Istanbul, avant de prendre la fuite. L'attentat avait fait 39 morts, en majorité des touristes venus de pays arabes, et près de 80 blessés. Ce fut le premier en Turquie a être revendiqué de façon directe par l'Etat islamique (Daech), même si Ankara lui a imputé d'autres attaques. Après une vaste chasse à l'homme, Abdulgadir Masharipov, un citoyen ouzbek, avait été arrêté une quinzaine de jours plus tard et avait avoué être l'auteur du carnage, avant de se rétracter lors du procès. Il a été condamné à la prison à vie en septembre 2020. 

  • Turquie : vaste coup de filet contre Daech avant le Nouvel An

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) nlNederlands (Néerlandais)

    Les autorités turques ont interpellé 147 personnes, dont des dizaines d’étrangers, soupçonnées d’appartenir au groupe Etat islamique (EI), lors d’opérations menées avant le réveillon du Nouvel An, a rapporté lundi l’agence de presse étatique Anadolu.
    Plusieurs dizaines d’Irakiens, de Syriens et un Marocain figurent parmi les suspects interpellés dans des coups de filet menés ces derniers jours dans neuf provinces turques, dont Istanbul, Ankara et Bursa (nord-ouest), a précisé Anadolu.
    Des armes, des munitions et du matériel informatique ont été saisis aux domiciles perquisitionnés, a indiqué l’agence.
    A Istanbul, où 20 suspects avaient déjà été interpellés la semaine dernière, la police antiterroriste a arrêté lundi 24 personnes, dont quatre ressortissants étrangers, selon Anadolu.
    A Batman, dans le sud-est de la Turquie, 400 policiers ont été mobilisés pour mener des opérations simultanées qui ont conduit à l’arrestation de 22 personnes lundi.
    Longtemps soupçonnée d’avoir laissé les jihadistes traverser sa frontière pour rejoindre la Syrie après le début du conflit qui déchire ce pays depuis 2011, la Turquie, frappée par plusieurs attentats commis par l’EI, a rejoint en 2015 la coalition internationale antijihadiste.
    Dans la nuit du Nouvel An 2017, 39 personnes, dont de nombreux touristes étrangers, avaient été tuées dans une attaque contre une discothèque d’Istanbul, un attentat revendiqué par l’EI.
    Depuis cette attaque, les autorités turques multiplient les arrestations de personnes soupçonnées d’être liées à des groupes radicaux à l’approche des fêtes et jours fériés, notamment en fin d’année.

  • Turquie : la police arrête 21 membres présumés de l’Etat islamique (Daech)

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    La police turque a annoncé jeudi 26 décembre avoir arrêté 21 membres présumés du groupe Etat islamique à Istanbul, intensifiant ses opérations contre l’EI dans la plus grande ville de Turquie à l’approche du Nouvel an.
    Les forces de l’ordre ont effectué des opérations mardi et mercredi sur 48 sites de cette agglomération, ont dit des sources policières.
    21 personnes soupçonnées d’appartenir à Daech ont été placées en détention, selon ces sources, qui n’ont pas précisé leurs nationalités.
    En 2017, une attaque le soir du Nouvel an dans une boîte de nuit d’Istanbul, revendiquée par le groupe Etat islamique, avait provoqué la mort d’au moins 39 personnes.
    La Turquie a intensifié ses efforts pour renvoyer les membres de l’EI vers leurs pays d’origine depuis qu’elle a déclenché une offensive militaire en Syrie en octobre.
    Ankara reproche aux pays occidentaux de refuser de rapatrier leurs ressortissants ayant rejoint l’EI en Syrie et en Irak et les presse avec insistance de prendre leurs responsabilités.