Ataq

  • Yémen : Violents affrontements dans le secteur d'Ataq entre les forces du sud et des pro-Frères musulmans

    Imprimer

    Ataq, la capitale de la province de Shabwa, a été le théâtre de violents affrontements pendant deux jours entre les Forces du Sud et des hommes armés des Forces spéciales de sécurité et de l'axe militaire d'Ataq. Vidéo.

    Les affrontements ont éclaté dans la ville d'Ataq après la décision de limoger le commandant pro-Islah (pro-Frères musulmans) des Forces spéciales de sécurité.

    Des unités des Forces de défense de Shabwa (anciennement Shabwani Elite force) et des soldats des Brigades des Géants du Sud se sont affrontés avec des hommes armés des Forces spéciales et de l'axe militaire Ataq avec des armes lourdes, moyennes et légères.

    Les affrontements ont entraîné la mort du major Ahmed Lashqum Al-Awlaki, commandant de la Brigade d'urgence et d'intervention rapide de l'axe Ataq, selon des sources officielles. 

    Lashqum était l'un des plus importants commandants militaires affiliés à l'Islah dans le gouvernorat.

    Selon les sources, les forces militaires pro-Islah sont actuellement retranchées dans un certain nombre de bâtiments gouvernementaux à Ataq, après avoir déployé des tireurs d'élite sur les toits et les balcons des bâtiments gouvernementaux et civils.

    Les forces de défense de Shabwa et les brigades des géants contrôlent l'aéroport international d'Ataq et la majeure partie de la ville, à l'exception de l'entrée sud et de certains camps militaires à proximité où des membres des forces spéciales sont déployés. Les Brigades des Géants du Sud et les Forces de défense de Shabwah tentent notamment de capturer le camp militaire de Shuhdaa à l'ouest d'Ataq. C'est le camp le plus stratégique d'Ataq où les forces pro-Frères musulmans sont retranchées avec la plupart de leurs armes. Vidéo des Brigades des Géants du Sud.

    Jusqu'à présent, aucune des parties n'a pris le dessus avec une reprise intermittente des affrontements, avec des rapports d'efforts de médiation.

    Les affrontements ont entraîné la mort du major Ahmed Lashqum Al-Awlaki, commandant de la Brigade d'urgence et d'intervention rapide dans l'axe Ataq, selon des sources officielles. 

    Lashqum est l'un des plus importants commandants militaires affiliés à l'Islah dans le gouvernorat.

    Selon les sources, les forces militaires pro-Islah sont actuellement retranchées dans un certain nombre de bâtiments gouvernementaux à Ataq, après avoir déployé des tireurs d'élite sur les toits et les balcons des bâtiments gouvernementaux et civils.

    Les forces de défense de Shabwa et les brigades des géants contrôlent l'aéroport international d'Ataq et la majeure partie de la ville, à l'exception de l'entrée sud et de certains camps militaires à proximité où des membres des forces spéciales sont déployés.

    Jusqu'à présent, aucune des parties n'a résolu la bataille avec une reprise intermittente des affrontements, avec des rapports d'efforts de médiation.

  • Yémen : Attaques d'al-Qaida dans la province de Shabwah

    Imprimer

    Le bilan de l'attaque qui a visé un poste de contrôle dans le gouvernorat de Shabwah, dans l'est du Yémen, à l'aube du mercredi 22 juin 2022, est de 5 morts et 5 blessés.

    Selon des sources, les forces de sécurité ont retrouvé la voiture des assaillants, qui seraient des membres d'Al-Qaïda.

    Une source au sein de la police yéménite du gouvernorat de Shabwah a indiqué que  l'attaque contre le poste de contrôle des "Forces de défense de Shabwah" à Ibn Amer, à l'entrée est de la ville d'Ataq, le centre du gouvernorat de Shabwah, a fait 5 morts et 5 blessés. Les Forces de Défense de Shabwah sont soutenues par les Emirats Arabes Unis.

    Photos de quelques uns des soldats des Forces de Défense de Shabwah décédés :
    FV1p268XoAA3ig6.jpeg

    L'attaque survient quelques heures après que 6 soldats de l'armée yéménite aient été tués et blessés lors d'une embuscade qui visait un véhicule militaire dans le district d'Ahwar, à l'est du gouvernorat d'Abyan, dans le sud du Yémen. Ahwar est contrôlée par les membres du parti islamique al-Islah et du Conseil de Transition du Sud.
    2022:22:06.jpeg

    Et fin mai, 5 soldats yéménites avaient été tués et 6 membres des Forces de défense de Shabwah du Conseil de transition du Sud (CTS) avaient été blessés lors de deux attaques distinctes, soupçonnées d'avoir été menées par des éléments d'al-Qaïda à la périphérie d'Ataq.
    Carte.jpeg

  • Yémen: trois membres des Forces de défense de Shabwa tués dans une explosion

    Imprimer

    Trois éléments d'une patrouille militaire appartenant aux Forces de défense de Shabwa dans le gouvernorat pétrolier de Shabwa, au sud-est du Yémen, ont été tués dans une attaque à l'engin explosif.

    "Une patrouille militaire des Forces de défense de Shabwa a été la cible d'une attaque, à son passage sur la route principale à l'ouest de la ville d'Ataq", a affirmé un responsable des autorités locales.

    Les Forces de défense de Shabwa sont affiliées au Conseil de transition du Sud et ont été formées avec le soutien des Émirats arabes unis.

    Début janvier, l'armée yéménite a lancé une campagne militaire visant à libérer les districts d'Usaylan, de Bayhan et d'Ain dans la province de Shabwa des mains des rebelles chiites Houthis qui s'en étaient emparés en septembre 2021.

    Le Yémen est en proie à la violence et à l'instabilité depuis 2014, date à laquelle les rebelles Houthis, alliés de l'Iran, se sont emparés de la majeure partie du pays, y compris de la capitale Sanaa.

  • Yémen : Les forces gouvernementales progressent à Maarib

    Imprimer

    L'armée nationale yéménite a déclaré qu'elle continuait de s'opposer aux milices houthies sur les fronts de Ma'rib, le dernier bastion du nord du Yémen, largement sous le contrôle des forces pro-gouvernementales. Au cours des dernières heures, les frappes aériennes de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite ont tué 390 combattants chiites.

    Les médias de l'armée ont diffusé des vidéos en ligne montrant l'assaut contre une série de positions houthies sur les fronts sud de Marib. Parallèlement, un correspondant de la chaîne de télévision al-Arabiya a rapporté vendredi 7 janvier 2022 que les troupes pro-gouvernementales avaient enregistré des résultats significatifs au cours des deux derniers jours, entraînant la mort et la fuite d'un grand nombre de rebelles des zones sud et ouest. du gouvernorat. . La coalition internationale dirigée par les Saoudiens a, pour sa part, affirmé le 6 janvier avoir mené 28 raids à Maarib et 35 autres à Chabwa, une région située au sud-est de la capitale Sanaa, en moins de 24 heures provoquant la mort de 150 Houthis dans le secteur de Maarib et 240 autres à Shabwa.

    Depuis la première semaine de février 2021, les rebelles ont lancé une violente offensive, toujours en cours, visant à conquérir la région de Maarib, riche en ressources pétrolières et qui permettrait au groupe chiite de mener à bien son expansion. Au cours des derniers mois de 2021, les forces menées par Riyad ont affirmé avoir tué plus de 27 000 combattants houthis. Le groupe chiite, pour sa part, a reconnu avoir perdu 14 700 combattants à l'occasion de la bataille de Ma'rib entre juin et novembre 2021. Au total, en février 2021, on estime que 30 000 combattants houthis ont perdu la vie sur les fronts de Maarib, d'al-Jawf et de Chabwa, principalement à la suite des raids menés par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite.

    Dans la province de Chabwa, l'offensive visant à expulser les Houthis des districts de Bayhan, Ain et Usaylan, dans le sud-est du Yémen, s'est intensifiée après que des centaines de forces conjointes yéménites, dont les "brigades de géants", pro-Emirati, ont quitté les zones de Taez et Hodeida le 27 décembre 2021. Depuis lors, les affrontements n'ont jamais perdu d'intensité. L'armée yéménite a indiqué le 6 janvier qu'elle continuait à avancer vers Bayhan, qui se trouve à environ 200 kilomètres d'Ataq, la capitale de la province de Chabwa. Parmi les localités déjà libérées figure le district d'Usaylan, repris par les troupes yéménites le 1er janvier, ce qui a permis aux "Brigades des géants" de prendre le contrôle d'un carrefour stratégique reliant Chabwa, Maarib et al-Bayda' et d'obstruer l'une des lignes d'approvisionnement utilisées par les Houthis. Après s'être approchées à quelques kilomètres du centre de la ville de Bayhan, les Brigades pourraient bientôt avancer dans le district de Harib, au nord de Maarib, pour rejoindre les forces de l'Armée nationale qui ont l'intention d'avancer dans le sud.FIqfamFWQAApiz6 (1).jpeg

    Signe de la prise de contrôle de la région par les forces pro-gouvernementales, un avion de la coalition arabe a atterri sur l'aéroport d'Ataq, le 8 janvier 2022 vers 12h30, après des années de fermeture. Cet aéroport est idéalement situé au cœur du pays, ce qui devrait permettre à la coalition sunnite de renforcer les forces pro-gouvernementales.FIk4D04XwAgLPS3.jpeg

    En coupant les lignes d'approvisionnement des houthis au sud du gouvernorat de Marib, les Brigades des Géants ont pris au piège les milicien houthis qui pourraient bientôt n'avoir d'autres choix que de chercher à percer les lignes de front ou de déposer les armes.

    Certains pensent que la région de Maarib pourrait détenir la clé pour résoudre le conflit yéménite. Le gouvernorat est également le siège du ministère de la Défense du gouvernement yéménite et est considéré par le groupe chiite comme un "atout" à conquérir avant d'entamer toute négociation de paix. Jusqu'au début de l'année 2020, la capitale de Maarib, située à environ 120 kilomètres à l'est de Sanaa, était restée à l'écart des tensions et des conflits, grâce à la présence de ressources telles que le pétrole et le gaz et sa proximité avec l'Arabie saoudite, ainsi que le soutien des tribus locales. Cela a permis à la région de « s'épanouir » par rapport aux autres zones environnantes, permettant également l'ouverture de restaurants et le démarrage de projets de construction. Cependant, la situation a considérablement changé depuis que les Houthis ont tourné leur regard vers cette province pour mener à bien leurs projets d'expansion.

    Le début du conflit civil au Yémen remonte au coup d'État des Houthis du 21 septembre 2014, jour où les rebelles ont pris le contrôle de la capitale Sanaa, après avoir renversé et mis en fuite l'exécutif, reconnu par la communauté internationale et soutenu par les pays du Golfe. Depuis, les rebelles chiites, soutenus par Téhéran, d'une part, et les forces liées au gouvernement yéménite du président Rabbo Mansour Hadi, s'affrontent sur les divers fronts du Yémen. Depuis le 26 mars 2015, l'armée pro-gouvernementale est assistée d'une coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite, également formée par les Émirats arabes unis, l'Égypte, le Soudan, la Jordanie, le Koweït et Bahreïn.

  • Yémen : la coalition sunnite poursuit ses bombardements de Sanaa

    Imprimer

    Alors que les forces pro-gouvernementales continuent de repousser les rebelles chiites houthis dans le nord et le sud du Yémen et, en particulier, sur les fronts de Marib et de Shabwa, la coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite a confirmé avoir mené de nouvelles frappes aériennes contre la capitale Sanaa. . Parmi les dernières cibles touchées figurent deux ateliers de construction et d'assemblage de drones et un entrepôt situé dans le champ de Dabouh.

    Cette dernière nouvelle a été rapportée , mercredi 5 janvier. La coalition a précisé qu'elle avait attaqué des cibles militaires légitimes et avait pris les mesures nécessaires pour préserver les sujets et sites civils. A cet égard, les habitants de la capitale ont été à nouveau exhortés à ne pas s'approcher des secteurs ciblés. Les forces de l'alliance internationale effectuent des raids dans la capitale depuis le 23 novembre 202, dans le but de "neutraliser" la menace posée par les rebelles houthis. Ces derniers, d'une part, poursuivent leur offensive dans la région de Marib, située à l'est de Sanaa, tandis que, d'autre part, ils lancent des drones et des missiles contre les territoires du sud de l'Arabie saoudite, mettant en péril la sécurité des civils.

    En outre, selon la coalition dirigée par Riyad et le gouvernement yéménite, les Houthis et leur allié iranien ont transformé l'aéroport international de Sanaa en base militaire pour mener des expériences et des attaques transfrontalières, en référence aux attaques répétées contre le Royaume d'Arabie saoudite. Selon le porte-parole de la coalition, le colonel Turki al-Maliki, Téhéran a utilisé l'aéroport pour transférer des armes de divers types au groupe chiite, après avoir créé, en 2014, un pont aérien, à raison de 28 vols hebdomadaires de Téhéran à Sanaa. C'est pourquoi, pour l'alliance, il faut agir pour éradiquer les « sources de menace ».

    Dans le même temps, des sources sur le terrain ont rapporté à la chaîne al-Arabiya qu'au moins 3 raids de la coalition avaient détruit, au cours des dernières heures, des renforts et des positions des rebelles houthis sur le front sud de Marib et, plus précisément, près de Jabal al-Balq. Selon les mêmes sources, le groupe chiite a continué d'enregistrer des pertes, dont un commandant en chef sur les fronts sud. Pendant ce temps, comme le rapporte la chaîne panarabe, les "Brigades des Géants" , affiliées à l'Armée nationale yéménite, avancent vers le centre de Bayhan, dans le gouvernorat de Shabwa, après avoir pris le contrôle de l'échangeur d'al-Saadi, qui relie la ville de Naqoub, district d'Usaylan et la ville d'Ataq. La veille, le 4 janvier, les "Brigades des Géants" avaient affirmé être entrées à Mafraq, dans la ville de Naqoub, considérée comme une zone militaire, ainsi que dans des villages situés au nord de Bayhan.

     

  • Yémen : Enorme explosion sur l'aéroport d'Ataq dans le gouvernorat de Shabwa

    Imprimer

    Une explosion massive a secoué la ville de Shabwa. L'explosion a eu lieu sur l'aéroport d'Ataq. On ignore encore les causes, mais l'explosion serait due à un tir de missiles par les rebelles chiites houthis, ce qui a été confirmé par des sources locales. Selon celles-ci, les houthis ont tiré deux missiles balistiques.

    Un coup dur pour l'aéroport d'Ataq après sa remise aux sudistes
    Selon les médias yéménites, il semble que les forces du parti Islah (Frères musulmans), qui contrôlaient l'aéroport, l'aient remis il y a quelques heures aux Forces des Géants du Sud. 

    Les sources ont indiqué que les forces des géants (sudistes), arrivées hier soir à Ataq, se sont répandues ce matin dans la ville et ont mis en place des points de contrôle à ses entrées

    La brigade des géants (sudistes) accuse les Houthis
    Mardi, l'armée yéménite a accusé le groupe Houthi d'avoir tiré des missiles contre l'aéroport international d'Ataq dans le gouvernorat de Shabwa, dans le sud-est du pays, quelques heures après que des unités militaires affiliées à l'armée aient pris position à l'intérieur.

    Le responsable médiatique des Brigades des Géants (affilié à l'armée) Aseel Al-Saqladi a déclaré sur son compte Twitter : « Dieu soit loué, il n'y a pas de pertes. Les précautions prises par les Brigades des Géants ont fait que les missiles des Houthis contre l'aéroport d'Ataq  est seulement un phénomène sonore".

    Il a poursuivi: "Des unités militaires appartenant aux Brigades des Géants étaient stationnées aujourd'hui sur l'aéroport, après leur arrivée à Ataq, en provenance de la côte ouest, pour succéder aux Forces de défense aérienne qui le protégeaient." A noter que du temps où l'aéroport d'Ataq était sous le contrôle du parti al-Islah (Frères musulmans), les Houthis ne l'avaient jamais bombardé, ce qui confirme une nouvelle fois la collusion existant entre rebelles chiites houthis et le parti al-Islah.

    Les forces émiraties et saoudiennes sont arrivées sur l'aéroport d'Ataq
    Le site Internet yéménite Raseef a cité "des informations non confirmées sur l'arrivée des forces saoudiennes et émiraties à l'aéroport ce soir, après qu'il ait été remis aux forces des géants. Les Saoudiens et Emiratis sont arrivés avec d'énormes véhicules et équipements militaires". 

    Les informations parlent également de la mise en place du système de défense aérienne Patriot sur l'aéroport, ce qui indique la possibilité que les forces de la coalition prennent l'aéroport comme quartier général pour gérer les opérations militaires et la bataille pour libérer les districts de Baihan.

    Raids saoudiens contre des plates-formes de lance missiles
    Les avions de guerre de la coalition arabe pour soutenir la légitimité au Yémen ont effectué des raids sur la zone d'Aqaba Markha à Shabwa, et des rapports ont indiqué que les raids visaient des lanceurs de missiles balistiques qui semblent avoir visé l'aéroport d'Ataq.

     

     

     

     

     

     

     

  • Dans le sud-est du Yémen, des militants ont fait sauter un oléoduc

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    Des militants non identifiés ont fait exploser un oléoduc dans la province de Shabwah, dans le sud-est du Yémen, selon une source de l’administration provinciale.
    « Des militants ont fait sauter un oléoduc à la jonction de la ville de Rudum dans le sud-est (province) de Shabwa, s’étendant du secteur pétrolier S2 dans la ville d’al-Aqla au secteur Iyaz dans le district de Jardan au nord d’Atak (ville), et de là au district al-Namshiya, qui est adjacent à un port pétrolier sur la mer d’Oman, » a indiqué la source.
    La source a ajouté que les forces de sécurité locales prenaient des mesures pour poursuivre les militants qui avaient fait exploser le pipeline.
    Le conflit politique et militaire au Yémen entre le gouvernement et les insurgés houthis du mouvement chiite Ansar Allah se poursuit depuis 2014. Depuis mars 2015, le gouvernement est soutenu par la coalition militaire arabe dirigée par l’Arabie saoudite. En décembre 2018, les parties au conflit au Yémen se sont réunies pour la première fois depuis plusieurs années à une table de négociation organisée sous les auspices de l’ONU à Stockholm. Ils sont parvenus à un certain nombre d’accords importants, notamment sur l’échange de prisonniers, un cessez-le-feu dans la ville portuaire de Hodaida sur la mer Rouge et son transfert par les Houthis aux Nations Unies.