Assab

  • Emirats Arabes Unis : Les EAU déménagent leur base militaire d'Erythrée vers Bab el Mandeb

    Imprimer

    L’armée des Emirats Arabes Unis a déménagé sa base militaire qui couvre le détroit de Bab el Mandeb, entre la mer Rouge et le Golfe d’Oman. Les forces émiraties ont progressivement vidé le port et la base maritime d’Assab en Érythrée pour s’établir à Périm, dans l’île yéménite de Mayyun, contrôlant ainsi l’endroit le plus étroit de ce détroit stratégique pour le commerce mondial.
    _jeFTQOs.jpeg

    Les images satellites montrent l’édification de hangars pour drones et avions légers ainsi que la construction d’une piste d’atterrissage. Ces travaux font suite à ceux commencés il y a quatre ans puis abandonnées par les émiratis sur l’île.

    La construction de la base maritime d’Assab en Erythrée avait été achevée en 2015 et répondait à un besoin logistique émirati pour faire face à la guerre au Yémen. L’armée des EAU en avait fait un hub logistique important.

    La mer Rouge et le détroit de Bab el Mandeb sont devenus un enjeu capital pour les grandes  puissances et les puissances moyennes. Les Emirats, la Turquie, la Chine, les Etats-Unis, la France et la Russie s’y installent en utilisant des ports et des bases au Soudan, Ethiopie, Yémen, Érythrée et Djibouti. L'Iran mise sur une victoire des Houthis pour s'établir sur les bords yéménites du détroit. 

    Dans le même temps, la région de la corne de l’Afrique et Afrique de l’Est sont entrain de connaitre une guerre généralisée, ressemblant à celle qui a lieu sur la rive asiatique du détroit.

  • Les Emirats Arabes Unis démantèlent une base en Érythrée, sous l'influence des développements au Yémen

    Imprimer

    Des images satellites ont montré le retrait partiel des forces des Émirats arabes unis (EAU) de leur base située dans la corne de l'Afrique, en Érythrée, à environ 70 km au large des côtes du Yémen. Cette décision coïncide avec le désengagement croissant d'Abou Dhabi du conflit yéménite.

    En particulier, les images montrent des équipement en cours de transport, tandis que les structures nouvellement construites semblent également avoir été démontées. La reconstruction du port d'Assab et l'extension de la piste d'atterrissage avaient commencé en septembre 2015, permettant aux EAU de rendre l'installation fonctionnelle pour le transport d'armes lourdes et de troupes soudanaises vers le Yémen. A cette époque, le Soudan , membre de la coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite engagée dans le conflit yéménite aux côtés des forces progouvernementales, a participé à la guerre avec environ 6000 soldats, puis progressivement réduit, jusqu'en 2020, à 657.

    D'après ce que plusieurs experts ont relevé, Abu Dhabi, défini comme la «petite Sparte» du Golfe arabe par l'ancien secrétaire américain à la Défense, James Mattis, semble avoir trouvé des limites dans son expansion militaire au Yémen et, après avoir également retiré un grand nombre de ses troupes des fronts de combat yéménites, il semble réorganiser ses bases dans la région de la mer Rouge , à la lumière d'un changement de ses priorités au niveau régional et d'une plus grande mobilisation internationale pour résoudre la guerre civile au Yémen. Enfin, la nécessité de repositionner les troupes dans la région repose également sur la ruée des acteurs étrangers, Turquie et Iran en premier lieu, pour obtenir des positions stratégiques dans la Corne de l'Afrique.

    Les EAU ont investi des millions de dollars pour améliorer la base d'Assab. Les EAU ont dragué le port, amélioré la piste d'atterrissage de 3500 mètres de long, ainsi que construit des casernes, des abris d'avion et des clôtures autour de la structure qui couvre environ 9 kilomètres carrés, précédemment construite, dans les années 1930, par l'Italie qui colonisait l'Erythrée. Au fil des ans, selon des experts de l'ONU, les EAU ont envoyé à la base des chars Leclerc, des obusiers automoteurs G6 et des véhicules de combat amphibies BMP-3, ainsi que des drones de fabrication chinoise et plusieurs avions, qui ont été utilisés au Yémen. Enfin,  les Emirats ont également utilisé la base pour détenir des prisonnier yéménitess,

    La décision d'Abou Dhabi de réduire le nombre de ses troupes sur les fronts de combat yéménites, qui sont officiellement retournés au pays le 9 février 2020, remonte à juin 2019. On ne sait pas combien de soldats émiratis sont toujours présents dans le cadre de la coalition sunnite dirigée par l'Arabie saoudite. Les informations à son sujet semblent contradictoires. Cependant, c'est à partir de cette année-là que la démolition des installations d'Assab a été ordonnée, tandis que des images satellites prises début janvier 2021 montrent des véhicules et autres équipements transportés sur un cargo. Malgré les opérations de démantèlement, les hélicoptères d'attaque émiratis sont toujours dans la base.

    Assab, disent les experts, continue de représenter un point stratégiquement important, situé juste à l'extérieur du détroit de Bab el-Mandeb, qui relie la mer Rouge au golfe d'Aden. Abu Dhabi, cependant, doit faire face à d'autres préoccupations, définies comme plus "urgentes", dérivant également des tensions persistantes entre Washington et Téhéran au Moyen-Orient, et des attaques qui ont également impliqué des navires au large des côtes des EAU. À la lumière de cela, selon certains, l'attention des Emiratis est désormais plus focalisée sur les menaces «proches de chez soi», que sur l'expansion militaire à l'étranger. Par ailleurs, l'objectif des Emirats pourrait être de signaler son désengagement progressif dans le dossier yéménite, afin de mettre en lumière les menaces posées par d'autres acteurs à la sécurité du Yémen et de la Corne de l'Afrique,

    Dans tous les cas, la présence émiratie au Yémen est toujours tangible également grâce à la présence continue d'environ 50 000 combattants entraînés et équipés par Abu Dhabi au cours des dernières années. Il s'agit de membres de divers groupes armés locaux, dont les forces d'élite Hadrami et shabwani, particulièrement actifs dans la lutte contre Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQAP). Les brigades nouvellement formées sont concentrées principalement dans les zones qui, avant l'unification du Yémen en 1990, formaient la frontière entre le nord et le sud du pays, y compris les provinces de Lahj, Aden, Dhali, Abyane et Yafa.