Asir

  • Arabie saoudite : Les rebelles chiites lancent une attaque à grande échelle contre le royaume avec un missile et cinq drones kamikazes

    Imprimer

    Vendredi 24 septembre, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite a annoncé avoir intercepté et abattu au-dessus de la région sud de l'Arabie saoudite cinq drones suicides et un missile balistique qui avaient été lancés depuis le Yémen par le groupe Ansar Ullah, le bras armé des rebelles chiites yéménites houthis.

    La coalition a affirmé que les cinq drones étaient en route pour attaquer la ville de Khamis Mushait dans la province méridionale d'Asir, alors que le missile balistique se dirigeait vers la capitale provinciale de Jizane.

    « Les tentatives agressives de la milice [Houthi] d'attaquer des civils et des cibles civiles ont été déjouées », a déclaré la coalition dans un communiqué partagé par l'agence de presse saoudienne.

    Les Houthis n'ont pas encore revendiqué l'attaque. Habituellement, le groupe yéménite annonce de telles attaques à grande échelle contre l'Arabie saoudite dans les 24 heures.

    L'attaque survient alors que l'Arabie saoudite s'efforce de remplacer les systèmes de défense antimissile américains qui ont récemment été retirés du Royaume.

    Les Houthis ont voulu profiter de la crise actuelle en Arabie saoudite. Le 4 septembre, le groupe a lancé six missiles et dix drones sur le Royaume. Une deuxième attaque à grande échelle avec un missile et quatre drones a visé le Royaume le 17 septembre.

    De telles attaques à grande échelle contre l'Arabie saoudite sont destinées à distraire et à épuiser la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, qui continue de perdre du terrain au Yémen.

  • Arabie saoudite : La défense aérienne abat un drone hostile près de Jeddah

    Imprimer

    Samedi 1er mai, la défense aérienne de l'Arabie saoudite a annoncé avoir intercepté une «cible aérienne hostile» qui survolait la côte ouest du Royaume.

    Dans un communiqué, l'Arabie saoudite a affirmé que la cible se dirigeait vers Jeddah, l'une des plus grandes villes d'Arabie saoudite. Un certain nombre d'installations militaires et civiles sensibles sont situées à proximité de la ville.

    L'Arabie saoudite n'a fourni aucun détail sur l'incident. Habituellement, elle blâme les rebelles yéménites Houthis pour de tels incidents. Cependant, elle ne l'a pas fait cette fois.

    De leur côté, les Houthis sont restés silencieux. Le groupe yéménite n'a pas commenté l'incident ni confirmé son implication.

    Le 28 avril, les Houthis avaient lancé un drone suicide Qasef-2K contre la base aérienne du roi Khaled, dans la province sud-saoudienne d'Asir. L'Arabie saoudite affirme avoir intercepté et détruit le drone.

    L '«objet aérien» abattu au-dessus des côtes de Jeddah était peut-être un drone houthi en mission de reconnaissance. Le groupe yéménite exploite plusieurs types de drones de reconnaissance, dont certains peuvent atteindre Jeddah à environ 1000 km du Yémen.

  • Arabie saoudite : Une installation d'Aramco et la base aérienne du roi Khaled visées par des drones kamikazes des rebelles yéménites houthis

    Imprimer

    Tôt le vendredi 23 avril, les rebelles yéménites Houthis ont mené une attaque de drone contre des cibles dans les provinces du sud de l'Arabie saoudite à Jizane et 'Asir.

    Le groupe yéménite a ciblé une installation du géant pétrolier saoudien Aramco dans une partie non spécifiée de Jizane avec un drone suicide Samad-3. Dans le même temps, le groupe a ciblé la base aérienne du roi Khaled à 'Asir avec deux drones Qasef-2K.

    Plus tard dans la matinée, un troisième drone Qasef-2K a été lancé par les Houthis contre une «installation militaire» sur la base aérienne du roi Khaled dans une deuxième attaque plus petite.

    Le Samad-3 a une autonomie de plus de 1500 km, tandis que la portée du Qasef-2K est d'environ 150 km seulement. Les deux drones sont généralement armés d'ogives à fragmentation hautement explosive, HE-FRAG.

    «Ce ciblage vient en réponse à l'agression et au blocus continus de notre cher pays», a déclaré le général Yahya Sari, porte-parole des Houthis dans un communiqué.

    La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a affirmé que les trois drones avaient été interceptés avec succès. La coalition n'a pas commenté la deuxième attaque contre la base aérienne du roi Khaled.

    Les Houthis ont lancé des dizaines de drones suicides sur des cibles civiles et militaires en Arabie saoudite au cours des dernières semaines. De nombreux drones ont été interceptés par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite. Cependant, u-plusieurs attaques ont atteint leur cible.

    Ces attaques visent à faire pression sur l'Arabie saoudite pour qu'elle mette fin à sa guerre contre le Yémen. 

     

  • Arabie saoudite : Nouveaux tirs de drones et de missiles contre des installations d'hydrocarbure saoudiens par les rebelles yéménites houthis

    Imprimer

    Les rebelles chiites yéménites houthis ont lancé dimanche 28 mars 2021 des drones et des missiles au cœur de l'industrie pétrolière saoudienne, y compris une installation de Saudi Aramco à Ras Tanura, vitale pour les exportations de pétrole.

    Le ministère saoudien de l'énergie a déclaré qu'il n'y avait pas eu de victimes ou de dégâts provoqués par ces attaques. Le ministère de la Défense a déclaré avoir intercepté un drone armé venant de la mer avant d'atteindre un site de stockage de pétrole à Ras Tanura, site d'une raffinerie et la plus grande installation de chargement de pétrole en mer au monde.

    Des éclats d'un missile balistique sont tombés près d'un complexe résidentiel à Dhahran utilisé par Saudi Aramco.

    Les attaques ont poussé les prix du Brent au-dessus de 70 dollars le baril à leur plus haut niveau depuis janvier 2020, tandis que les contrats à terme sur le brut américain ont touché leur plus haut depuis octobre 2018. 

    Les sites sont situés sur la côte du Golfe en face de l'Iran et près de l'Irak et de Bahreïn, qui abrite la cinquième flotte de la marine américaine. Le Yémen se trouve à des milliers de km au sud-ouest du golfe d'Aden.

    Annonçant les attaques, les Houthis, qui combattent une coalition dirigée par l'Arabie depuis six ans, ont également déclaré avoir attaqué des cibles militaires dans les villes saoudiennes de Dammam, Asir et Jizane.

    «De tels actes de sabotage ne visent pas seulement le Royaume d'Arabie saoudite, mais aussi la sécurité et la stabilité des approvisionnements énergétiques dans le monde, et par conséquent, l'économie mondiale», a déclaré un porte-parole du ministère dans un communiqué aux médias d'État.

    La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a précisé que 12 drones armés  visant des «cibles civiles» avaient été interceptés. Elle n'a pas précisé les cibles visés. Elle a ajouté  avoir également détruit des missiles tirés par les Houthis vers Jizane.

    La province de l'Est saoudien abrite la plupart des installations de production et d'exportation d'Aramco. En 2019, l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, a été visée par une importante attaque de missiles et de drones contre des installations pétrolières à quelques kilomètres des installations touchées dimanche 28 mars 2021.  Riyad avait imputé l'attaque à l'Iran, une accusation démentie par Téhéran.

    Cette dernière attaque,  revendiquée par les Houthis, n'était pas lancée du Yémen, elon Riyad. Elle  a forcé l'Arabie saoudite à fermer temporairement plus de la moitié de sa production de brut, provoquant une énorme flambée des prix.

    ESCALADE
    Le porte-parole militaire houthi Yahya Sari a déclaré dimanche 28 mars que le groupe avait tiré 14 drones et huit missiles balistiques dans le cadre d'une «vaste opération visant le cœur de l'Arabie saoudite».

    Les Houthis ont récemment intensifié leurs attaques trans-frontalières contre l'Arabie saoudite à un moment où les États-Unis et les Nations Unies font pression pour un cessez-le-feu pour relancer les négociations politiques bloquées visant à mettre fin à la guerre.

  • Yémen : Les rebelles chiites Houthis revendiquent une attaque contre une compagnie pétrolière saoudienne

    Imprimer

    Les rebelles chiites Houthis du Yémen affirment avoir frappé des bases militaires et des installations pétrolières situées dans le sud-ouest de l'Arabie saoudite dans la nuit du 12 au 13 juillet. Le commandement de la coalition sunnite a affirmé plus tôt que l'attaque avait été déjouée.
    "Nos missiles balistiques et nos drones ont détruit plusieurs bases militaires et installations de la coalition dans les provinces de Jizan, Asir et Najran. Des dizaines de soldats ont été tués et blessés. Une gigantesque installation pétrolière a également été détruite à Jizan", a déclaré un porte-parole des Houthis, Yahya Sari.
    Selon lui, l'attaque de cibles dans le sud du royaume fait partie d'une opération de grande envergure menée par «l'armée yéménite». Il a promis de fournir des détails sur l'opération ultérieurement.
    L'Arabie saoudite avait précédemment rapporté qu'un système de défense aérienne avait intercepté quatre missiles balistiques et un certain nombre de véhicules aériens sans pilote lancés par des Houthis à travers le royaume depuis la capitale du Yémen, Sanaa.
    "La milice terroriste a délibérément mis le cap sur l'escalade du conflit. Elle cible les civils et les infrastructures civiles à l'aide de missiles et d'UAV", a déclaré le porte-parole de la coalition, le colonel Turki al-Malki.