Ashmawi

  • Egypte : Des dirigeants des Frères musulmans condamnés à mort

    Imprimer

    Mardi 28 juin 2022, un tribunal égyptien a prononcé des condamnations à mort contre des dirigeants des Frères musulmans après les avoir reconnus coupables d'avoir formé des groupes armés pour mener des opérations hostiles contre le personnel, les officiers et les installations de la police.

    Le site "Cairo 24" a indiqué que le tribunal a rendu une décision d'exécution du chef des Frères musulmans, Yahya Moussa, et de 9 autres personnes sur 215 sur la base de ces accusations.

    Elle a souligné que l'ordonnance de renvoi du ministère public accusait les accusés, pendant la période du 14 août 2013 au 2 février 2015, dans les gouvernorats du Caire et de Gizeh, d'avoir dirigé un groupe qui avait été fondé en violation des dispositions du loi, dans le d'appeler à la suspension des dispositions de la constitution et des lois, d'empêcher les institutions de l'État et les autorités publiques de mener à bien leur travail, d'attaquer la liberté personnelle des citoyens, les libertés et les droits publics, qui sont garantis par la constitution et la loi, et d'avoir nui à l'unité nationale et à la paix sociale.

    Les autorités chargées de l'enquête ont assigné les accusés pour avoir commis des crimes de meurtre avec préméditation associés au crime de meurtre et de tentative de meurtre d'autrui, de policiers et de citoyens, d'attroupements, de sabotages, d'usage de la force, de violence et de menaces des agents publics pour les amener à s'abstenir d'exercer leurs fonctions, fondant un groupement contraire aux dispositions de la loi et fournissant au groupement des munitions d'armes et des explosifs.

    Plus tôt, la quatrième Chambre de la Cour pénale suprême de sûreté de l'État d'urgence, dans le complexe des tribunaux de Tora, a rendu une décision contre 5 accusés, dont 4 emprisonnés dans la cellule des Brigades Al-Furqan, qui a été créée à la commission de l'attentat terroriste Hisham Ashmawi.

    Le tribunal a condamné Abdullah Amer à la réclusion à perpétuité, Mohamed Ahmed Mustafa à 10 ans, Mohamed Mahmoud Mamdouh à 10 ans, Ahmed Mohamed Tawfiq à 5 ans et Mohamed Ahmed Azab à 15 ans.

  • Egypte : Condamnation à mort de 22 jihadistes, dont un ex-officier de police

    Imprimer

    La justice égyptienne a condamné à mort, jeudi 25 novembre 2021,  22 jihadistes, dont un ancien officier de police, pour 54 attaques dont l'assassinat d'un officier du renseignement, a affirmé une source judiciaire à l'AFP.

    Outre ces peines capitales, pour lesquelles tous les recours en appel ont été épuisés, la Cour de Cassation a également confirmé des peines de prison allant de plusieurs années à la perpétuité contre 118 autres accusés, a ajouté la source.

    Tous les condamnés sont accusés d'être liés au chef jihadiste égyptien Hicham el-Achmawy, un ancien officier des forces spéciales ayant pris les armes contre les autorités et exécuté en mars 2020.

    Accusé d'avoir joué un rôle important dans les réseaux jihadistes transfrontaliers d'Afrique du Nord, Achmawy, qui avait quitté l'armée égyptienne en 2012, a longtemps été l'un des hommes les plus recherchés du pays. Le tribunal militaire l'avait également déclaré coupable d'avoir dirigé le groupe jihadiste Ansar beit al-Maqdes, dans la péninsule du Sinaï, dans l'est du pays, où sévit une insurrection qui s'est intensifiée après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi en 2013. Achmawy aurait quitté le Sinaï pour la Libye en 2013, avant qu'Ansar Beit al-Maqdes ne fasse allégeance en novembre 2014 au groupe jihadiste Etat islamique (EI), restant proche de l'organisation jihadiste rivale, el-Qaëda.

    Depuis le renversement de Mohamed Morsi puis son remplacement par l'ex-maréchal Abdel Fattah al-Sissi, élu président en 2014, la répression de l'opposition, des islamistes aux libéraux, n'a cessé de gagné en puissance. Les procès pour "terrorisme" se sont multipliés et des centaines de peines capitales ont été prononcées. En avril, Amnesty International avait indiqué que le nombre d'exécutions recensées en Égypte avait triplé en 2020, ce qui en faisait le troisième pays procédant au plus grand nombre d'exécutions dans le monde, après la Chine et l'Iran.

  • Frontlive-Chrono - Jeudi 23 avril 2020

    Imprimer

    English (Anglais) Русский (Russe) العربية (Arabe) Deutsch (Allemand) Español (Espagnol) Italiano (Italien) 日本語 (Japonais) Nederlands (Néerlandais) 简体中文 (Chinois simplifié) polski (Polonais) Português (Portugais - du Portugal)

    Syrie: morts et blessés dans des explosions à Ras el-Aïn, une zone contrôlée par les milices rebelles syriennes pro-turques

    L’Observatoire syrien des droits de l’homme a rapporté ce jeudi matin que des explosions avaient été entendues simultanément dans le village d’Al-Ahras, dans la zone d’Al-Manajir, dans la campagne de Ras Al-Ain (Sri Kaniyeh), et dans le village d’Amiriya, également dans la campagne de Ras Al-Ain. Selon les informations de l’Observatoire, les explosions ont été…Login abonnés


    Syrie : Des combattants du Hezbollah irakien tués, blessés dans une nouvelle attaque de Daech à Mayadin

    Le chef des gardiens de la révolution, armée idéologique de la République islamique d’Iran, a promis jeudi une « réponse décisive » aux Etats-Unis si les menaces du président Donald Trump de « détruire » des embarcations iraniennes dans le Golfe étaient mises à exécution. « Nous déclarons aux Américains que nous sommes absolument déterminés et sérieux (…), et que…Login abonnés


    Libye: Arrestation du bras droit d’Ashmawi, qui a participé aux attentats contre des églises

    L’armée libyenne a annoncé l’arrestation de l’un des terroristes égyptiens les plus dangereux, alors qu’il combattait dans les rangs des forces du Gouvernement d’Accord National (GNA) dans la capitale, Tripoli. Rappelons que le GNA est soutenu par les Nations Unies. Le porte-parole du commandement général de l’Armée Nationale Libyenne (ANL), le général de division Ahmed…Login abonnés


    Turquie : Ankara fait état de la « neutralisation » de 112 militants kurdes.

    Au cours de la semaine dernière, la Turquie a « neutralisé » 112 militants kurdes dans le cadre d’opérations anti-terroristes menées sur son territoire. C’est ce qui ressort d’une déclaration officielle du ministère turc de l’Intérieur. L’opération, menée par l’armée et la gendarmerie, a été lancée le 15 avril. Selon le ministère de l’Intérieur, son but était…Login abonnés