Ashkenazi Gabi

  • Gaza/Israël : Deux roquettes tirées de la bande de Gaza vers Israël

    Imprimer

    Des tirs de roquettes depuis la bande de Gaza ont fait au moins 14 blessés mardi soir en Israël au moment où, à Washington, l'Etat hébreu signait des accords de normalisation des relations avec deux pays arabes, selon des sources concordantes.

    D'après l'armée israélienne, deux roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza --enclave sous contrôle des islamistes du Hamas-- vers Israël, dont l'une a été interceptée par le bouclier antimissile israélien. La seconde roquette s'est abattue sur la ville d'Ashdod, située entre la bande de Gaza et la métropole Tel-Aviv.

    Selon les services de secours locaux cinq habitants de la ville d'Ashdod ont été blessés par des éclats d'obus. L'état d'un homme blessé, âgé de 62 ans, est jugé grave. Son état s'est détérioré au cours de la nuit. Quatre autres personnes ont été légèrement blessées.

    Le reste des patients a nécessité des soins médicaux pour état de choc.

    Nouveaux tirs de roquettes dans la nuit de marti à mercredi
    Mercredi 16 septembre, à partir de 4h30 du matin, au moins cinq signaux de «l'enfer de Tseva» ont été déclenchés à Sderot et dans d'autres colonies proches de la frontière de la bande de Gaza, a rapporté le service de presse de Tsahal.

    Selon l'armée israélienne, 13 roquettes ont été tirées de Gaza tôt le matin, dont huit ont été interceptées par le système de défense antimissile Iron Dome.

    Tentative d'intrusion en Israël par des hommes armés
    Par ailleurs, des hommes armés ont tenté de franchir la bande frontalière entre Gaza et Israël. Le gardes israéliens qui surveillent la frontière avec Gaza les ont arrêtés. Ils étaient armés d'un couteau et de pinces coupantes.

    Le service de presse des Forces de défense israéliennes a confirmé la détention de deux résidents de la bande de Gaza à la frontière avec Israël, affirmant qu'une enquête était en cours sur place.

    Les tirs sur Ashdod ont eu lieu alors que se déroulait à Washington la cérémonie de signature des accords de normalisation des relations entre Israël et deux pays du Golfe, les Emirats arabes unis et Bahreïn. Selon des témoins dans la bande de Gaza, au moins une roquette a été tirée du nord de cette enclave vers Israël.

    Aucune des factions palestiniennes établies dans la bande de Gaza n'a revendiqué ces tirs dans l'immédiat. Le Hamas a multiplié en août les lancers de ballons incendiaires et a mené plusieurs tirs de roquettes depuis la bande de Gaza vers Israël. L'Etat hébreu a répliqué notamment avec des frappes aériennes de nuit sur des positions de ce groupe armé. Mais les deux camps sont parvenus début septembre à un accord, grâce à une médiation du Qatar, afin de cesser les hostilités et de remettre sur les rails une trêve fragile en vigueur depuis environ un an et demi. Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007, et l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, au pouvoir en Cisjordanie occupée, ont fustigé l'accord de normalisation des relations entre Israël, les Emirats arabes unis et Bahreïn. Ces deux entités avaient appelé à des manifestations mardi dans les Territoires palestiniens pour dénoncer ces accords. Mais ces rassemblements n'ont réuni que quelques centaines de personnes, selon les équipes de l'AFP.

    Riposte israélienne
    Le service de presse des Forces de défense israéliennes a publié une vidéo montrant les frappes contre des cibles dans la bande de Gaza en réponse aux attaques à la roquette sur le territoire israélien les 15 et 16 septembre.

    En réponse aux attaques à la roquette sur Ashkelon, Ashdod et Sderot, l'armée de l'air israélienne a attaqué un tunnel du Hamas, une usine d'armes et d'explosifs, selon des rapports de presse de l'armée; un complexe militaire utilisé par le Hamas pour entraîner et tester des armes de missiles, et à d'autres fins.

  • Israël utilise une "fenêtre optimale" pour attaquer le programme nucléaire iranien

    Imprimer

    La société américaine de renseignement et d'analyse Stratfor a publié un article affirmant qu'Israël est probablement derrière l'explosion et l'incendie de l'installation nucléaire iranienne de Natanz le 2 juillet. Selon l'évaluation des experts de Stratfor, Israël pourrait être à l'origine d'autres incidents similaires en Iran ces dernières semaines, notamment l'explosion sur le territoire du complexe de missiles Hodjir le 26 juin.
    Selon les auteurs de cette publication, la raison de l'activation d'un plan d'attaque d'Israël en direction de l'Iran est que Jérusalem est déçue de l'incapacité des pays occidentaux et arabes à freiner les capacités militaires et nucléaires de l'Iran. Stratfor écrit que les dirigeants israéliens craignent l'arrivée prochaine d'une administration "moins amicale" à la Maison Blanche, et utilisent donc une "fenêtre optimale mais limitée" pour endommager le programme nucléaire iranien.
    Le 5 juillet, l'édition américaine du New York Times a publié un article intitulé "L'Iran a reconnu les graves dommages causés à l'installation nucléaire de Natanz". Le sous-titre de l'article affirmait : "Un membre des services de renseignement au Moyen-Orient a déclaré qu'Israël aurait posé une bombe dans un bâtiment où des centrifugeuses perfectionnées étaient en cours de développement". Les auteurs de l'article sont Farnaz Fassihi, un journaliste américain d'origine iranienne considéré comme l'un des principaux experts sur le Moyen-Orient, Richard Peres Pena, un journaliste américain d'origine cubaine, et Ronen Bergman, un expert israélien de premier plan sur le renseignement israélien et auteur de plusieurs livres et de nombreux articles sur le sujet. L'article indique que l'explosion et l'incendie de la principale installation d'enrichissement du combustible nucléaire iranien ont non seulement causé des dommages importants, mais devraient également ralentir le programme nucléaire iranien pendant plusieurs mois. Une source informée, membre d'une des agences de renseignement d'un pays du Moyen-Orient a déclaré au New York Times qu'Israël était responsable de ce sabotage. Il a également affirmé qu'une bombe puissante avait été placée dans l'enceinte de Natanz. Selon NYT, la version de la bombe a été confirmée par un représentant du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique (CGRI), qui s'est exprimé sous le couvert de l'anonymat.
    Auparavant, l'édition koweïtienne d'Al-Jarida avait affirmé que l'explosion à Natanz était le fait de pirates informatiques israéliens, tandis que le service persan de la chaîne de télévision de la BBC avait évoqué la responsabilité d'un groupe clandestin, les "guépards de la mère patrie".
    Le représentant du CGRI a exclu la version d'une cyber attaque. Il a également déclaré que les versions concernant un tir de missile de croisière ou l'attaque d'un drone avaient été vérifiées, mais la version la plus probable est que quelqu'un a transporté une bombe puissante dans le bâtiment. La nature des dommages en est la preuve.
    Il convient de noter que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le ministre de la défense israélien Beni Ganz et le ministre des affaires étrangères israélien Gabi Ashkenazi ont tous deux répondu de manière vague aux questions sur l'éventuelle implication des Israéliens dans l'attaque de Natanz sans confirmer ou rejeter cette version.
    L'expert du renseignement d'un pays du Moyen-Orient, répondant aux questions du New York Times, a insisté sur l'implication d'Israël dans l'attaque de Natanz, tout en niant l'implication des Israéliens dans l'explosion de Parchin et celle au nord de Téhéran.
    Les autorités de Téhéran ont classé secrète l'enquête sur l'attaque de Natanz.
    Behruz Kamalvandi, de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, a déclaré le 5 juillet à propos de l'explosion de Natanz : "Cet incident peut ralentir le développement et l'expansion des travaux de création de centrifugeuses améliorées. Des équipements modernes et des instruments de mesure précis étaient présents dans cette installation et ont été détruits ou endommagés". Selon l'évaluation du fonctionnaire, des dommages matériels importants ont été causés, ce qui retardera de plusieurs mois le développement du programme. Il a confirmé que le bâtiment où la dernière étape de l'assemblage des centrifugeuses améliorées avait été achevée avait été endommagée.
    Le 5 juillet, l'ancien Premier ministre israélien, Ehud Barak, a déclaré sur Radio 103FM qu'une "sorte de grange" avait explosé à Natanz. Selon lui, aucune production de centrifugeuses ne pourrait avoir lieu dans un tel bâtiment.

  • Iran : L'explosion à l'usine nucléaire de Natanz - Virus Stuxnet ou bombe placée par un agent ? Israël soupçonné

    Imprimer

    Le journal koweïtien al-Jarida affirme que les récents incidents survenus dans les installations nucléaires de la République islamique d'Iran sont le résultat d'une version améliorée du virus Stuxnet, qui aurait été introduit dans le système informatique de ces installations.
    Le journal cite un représentant du Conseil suprême de sécurité nationale qui a déclaré que le virus avait été découvert lors d'une enquête sur l'explosion de l'usine de Natanz, la principale installation d'enrichissement de l'uranium en Iran.
    "Al-Jarida rappelle que le virus peut accélérer le fonctionnement des centrifugeuses afin de les désactiver ou de les ralentir tandis que, les systèmes de contrôle reçoivent de fausses informations. Selon la publication, la nouvelle version du virus permet également de pointer les missiles de croisière sur un objectif. Selon la publication, la nouvelle version du virus permet également de pointer les missiles de croisière sur un objet.
    Après la détection du virus, toutes les installations militaires et nucléaires iraniennes ont reçu l'ordre de déconnecter les systèmes informatiques des réseaux extérieurs et de procéder à leur vérification complète. La principale préoccupation de Téhéran est la possibilité que le virus ait pu transmettre des informations complètes sur ce qui se passait sur ces sites.
    Autre version : une bombe puissante a été placée dans l'enceinte de Natanz.
    Un représentant des services de renseignements du Moyen-Orient a déclaré qu'Israël avait posé une bombe dans un bâtiment où des centrifugeuses perfectionnées étaient en cours de développement.
    L'explosion et l'incendie de la principale installation d'enrichissement du combustible nucléaire iranien ont non seulement causé des dommages importants, mais vont également ralentir le programme nucléaire iranien pendant plusieurs mois.
    Le représentant des services de renseignement a confirmé au New York Times qu'Israël était responsable de ce sabotage.
    Selon NYT, la version de l'attentat a été confirmée par un représentant du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique (CGRI), qui s'est exprimé sous le couvert de l'anonymat.
    Selon le représentant du CGRI, la version d'une cyber-attaque est exclue. Il a également déclaré que la possibilité que l'attaque ait été exécutée par un missile de croisière ou un drone de longue portée, a également été vérifiée, mais la version la plus probable est que quelqu'un a transporté une bombe puissante dans un bâtiment. C'est ce que semble prouver la nature des dommages.
    Behruz Kamalvandi, de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, a déclaré le 5 juillet à propos de l'explosion de Natanz : "L'incident pourrait ralentir le développement et l'expansion des centrifugeuses avancées. Des équipements modernes et des instruments de mesure précis installés dans cette installation ont été détruits ou endommagés". Selon l'évaluation du fonctionnaire, des dommages matériels importants ont été causés, ce qui retardera de plusieurs mois le développement du programme. Il a confirmé que la pièce où la dernière étape de l'assemblage des centrifugeuses améliorées avait été achevée avait été endommagée.
    Il convient de noter que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le ministre israélien de la défense Beni Ganz et le ministre israélien des affaires étrangères Gabi Ashkenazi ont tous deux répondu de manière vague aux questions concernant l'éventuelle implication des Israéliens dans l'attentat de Natanz, sans confirmer ni rejeter cette version.
    L'expert du renseignement qui a informé le New York Times, insiste sur l'implication d'Israël dans l'attentat de Natanz, tout en niant l'implication des Israéliens dans l'explosion de Parchin et celle qui a eu lieu au nord de Téhéran.
    Une série d'explosions mystérieuses
    Il est à noter que l'une des 19 victimes de l'explosion du 30 juin au centre médical Sina Athar au nord de Téhéran était un grand spécialiste iranien de la guerre électronique. L'Iran a envoyé des messages aux États-Unis et à Israël menaçant de répondre à ces actions hostiles.
    Il convient également de noter que le 3 juillet, le journal Al-Jarida a rapporté que l'explosion du centre de défense de Parchin, qui s'est produite dans la nuit du 26 juin, était le résultat d'une attaque menée par un avion F-35 de l'armée de l'air israélienne, capable de voler vers l'Iran sans avoir besoin de se ravitailler en vol.
    Virus ou bombe, l'attaque a provoqué l'explosion d'un réservoir contenant du fluorure d'uranium, le gaz nécessaire à l'enrichissement de l'uranium. L'explosion a détruit 80% des réserves de gaz de l'Iran.
    En outre, selon des sources citées par Al-Jarida, l'explosion aurait provoqué des fissures dans le dôme du réacteur.


    Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

  • Frontlive-Chrono du dimanche 2 février 2020 - Principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord, Sahel

    Imprimer

    Grande Bretagne: La police de Londres abat un homme ayant poignardé plusieurs personnes dans un acte « terroriste »

    La police de Londres a annoncé avoir abattu dimanche un homme qui avait poignardé plusieurs personnes dans la rue principale de Streatham, au sud de Londres, précisant traiter cette affaire comme un acte terroriste. « A ce stade, nous pensons que plusieurs personnes ont été poignardées », a indiqué la police sur son compte Twitter. « Nous étudions…

    La France va déployer 600 soldats supplémentaires au Sahel

    La France va déployer 600 soldats supplémentaires dans la bande sahélo-saharienne, portant les effectifs de l’opération Barkhane à 5.100 hommes, annonce dimanche la ministre des Armées. L’essentiel des renforts sera déployé dans la zone dite des  » trois frontières  » entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger, précise Florence Parly dans un communiqué….

    Iran : Le successeur de Souleimani a appelé le Hamas et le Djihad islamique à résister au « marché du siècle ».

    Le général de division Ismail Kaani, qui a succédé à Qassem Suleimani à la tête de l’unité al-Quds, les forces spéciales du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d’Iran (CGRI), a eu des conversations téléphoniques avec Ismail Haniyeh, président du bureau politique du Hamas, et Ziad Nakhalé, secrétaire général du Djihad islamique. Il a…