Asayish (forces de police kurdes)

  • Syrie : Echec d'une tentative d'évasion de 13 femmes jihadistes du camp d'al-Hol 

    Imprimer

    Les unités de la sécurité kurde, Asayish ont déjoué une vaste tentative d'évasion de femmes de Daech du camp d'al Hol. 13 femmes ont été arrêtées après qu'elles aient été détectées se cachant dans un camion-citerne.
    Vidéo

  • Syrie : Les FDS concluent la première phase de la fouille du camp d'al-Hol et publient les résultats

    Imprimer

    Vendredi 2 avril, les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont conclu la première phase de leur opération de sécurité à grande échelle dans le camp d'al-Hol, dans le nord-est de la Syrie.

    L'opération lancée le 28 mars visait à sécuriser le camp, situé dans la partie orientale de la province de Hasakeh. Environ 60 000 personnes, dont des proches de combattants de l'Etat islamique, et des membres présumés du groupe jihadiste y sont détenus.

    Des milliers de combattants des FDS, des forces de sécurité kurdes Asayish et des femmes des Unités de protection du peuple kurde (YPJ)  ont pris part à la première phase de l'opération.

    «Nous nous tenons devant vous aujourd'hui pour annoncer la fin de la première phase de l'opération humanitaire de sécurité, qui a duré cinq jours consécutifs et a été menée de manière professionnelle», a déclaré Ali al-Hassan, un porte-parole d'Asayish, dans un communiqué.

    Al-Hassan a révélé que 125 membres de l'Etat islamique avaient été arrêtés au cours de l'opération. 20 d'entre eux sont des chefs qui commandaient des cellules du groupe et ordonnaient des assassinats à l'intérieur du camp d'al-Hol.

    Le porte-parole a reconnu que la menace de l'Etat islamique est toujours présente dans le camp. Il a appelé la communauté internationale à soutenir le travail des FDS pour sécuriser le camp.

    «Bien que nous ayons arrêté de nombreuses cellules dormantes du camp, y compris des commandants, le danger n'est pas encore terminé», a déclaré al-Hassan. «La communauté internationale doit considérer le camp d'al-Hol comme un dilemme international, et elle doit trouver des solutions appropriées qui verraient tous les États récupérer leurs citoyens résidants au camp.»

    Les FDS n'ont fourni aucun détail sur le moment où ils pourraient lancer la deuxième phase de l'opération de sécurité dans le camp d'al-Hol.

    L'opération ne mettra pas fin à l'influence de l'Etat islamique dans le camp d'al-Hol, comme le SDF lui-même l'a reconnu. Pourtant, la situation dans le camp s'améliorera probablement à court terme.

  • Syrie : 125 "membres" de l'Etat islamique arrêtés dans le camp d'Al-Hol

    Imprimer

    Les forces kurdes en Syrie ont annoncé vendredi avoir arrêté 125 membres présumés du groupe Etat islamique (Daech) à l'issue de leur opération dans le camp de déplacés d'Al-Hol, récemment secoué par une série de meurtres et d'incidents sécuritaires.

    Les Forces démocratiques syriennes (FDS) et la police kurde des Assayish ont lancé dimanche une opération sécuritaire à Al-Hol, véritable cité de tentes où vivent près de 62.000 personnes, en grande majorité des femmes et des enfants, dans le nord-est de la Syrie en guerre. En cinq jours, "125 membres des cellules dormantes de l'Etat islamique ont été arrêtés", a annoncé vendredi le porte-parole des Assayish, Ali al-Hassan. Parmi eux se trouvent une vingtaine de "responsables" des cellules à l'origine d'assassinats ayant eu lieu dans le camp, a précisé le porte-parole lors d'une conférence de presse depuis la localité d'Al-Hol, retransmise par plusieurs chaînes de télévision. Depuis le début de l'année, "plus de 47 meurtres" ont été perpétrés dans le camp, a indiqué M. Hassan.

    Al-Hol accueille les femmes et les enfants étrangers de jihadistes de l'Etat islamique, mais aussi des familles syriennes et irakiennes. L'ONU a maintes fois mis en garde contre une détérioration de la situation sécuritaire à Al-Hol, secoué par des tentatives d'évasion et des attaques contre des gardes et des employés d'ONG.

    "De nombreux éléments de l'Etat islamique ont infiltré" le camp d'Al-Hol en se faisant passer "pour des civils dans le but d'y mener leurs activités et de se réorganiser", selon M. Hassan. Malgré les arrestations, "le danger n'a pas encore été éliminé", a-t-il averti. 

  • Syrie : Les rebelles pro-turcs déjouent une attaque de deux femmes kamikazes à Afrin, une ville syrienne sous contrôle turc

    Imprimer

    Jeudi 1er avril, l'Armée Nationale Syrienne (SNA), un groupe de rebelles pro-turcs, a déjoué un attentat suicide au cœur de la zone d'Afrin, occupée par la Turquie, dans le nord de la Syrie.

    Les unités de sécurité de l'ANS ont appréhendé deux femmes kamikazes qui se déplaçaient dans le centre-ville d'Afrin dans un SUV Hyundai Santa Fe. Les femmes portaient des ceintures explosives, qui ont été démontées par des démineurs appelés sur place.
    Al-Mohrar, un média affilié à l'ANS, a affirmé que les deux kamikazes étaient affiliés aux Forces Démocratiques Syriennes (FDS) dirigées par les Kurdes.

    Les unités de protection du peuple et d'autres factions des FDS sont connues pour avoir mené des attaques à Afrin. Cependant, ces forces n'effectuent pas d'attentats suicides, ce qui suscite le doute quant à l'exactitude des accusations.

    Les attentats-suicides pourraient être liés à l'Etat islamique, dont les cellules sont connues pour être actives dans les zones occupées par la Turquie dans le nord et le nord-est, y compris Afrin.

    Afrin connaît un état d'anarchie depuis que la région a été occupée par l'armée turque et ses alliés syriens au début de 2018. Ankara n'a pas encore fait de sérieux efforts pour sécuriser la zone.

    Deux vidéos impressionnantes de l'arrestation des deux femmes kamikazes


  • Syrie : Opération sécuritaire antijihadiste dans le camp d'Al-Hol, des dizaines d'arrestations

    Imprimer

    Une nouvelle opération de sécurité a débuté dans le camp d'al-Hol contre les cellules dormantes de l'Etat islamique vendredi 26 mars 2021 après que quinze civils aient été tués dans le camp situé au nord-est de la Syrie au mois de mars. L'agence de presse kurde syrienne Hawar News (ANHA)a rapporté qu'au moins 73 réfugiés irakiens et Syriens déplacés ont été tués dans le camp depuis février 2019.
    Exj-T4HUYAQzLdq.jpegL'opération est menée à l'intérieur du camp d'al-Hol avec un total de 6000 hommes et femmes des Forces Démocratiques Syriennes, des forces spéciales des FDS, la police kurde Asayish et les miliciennes kurdes des YPJ. Quelque 11.000 jihadistes sont détenus dans les prisons kurdes en Syrie, selon l'ONU tandis que femmes et enfants sont retenus dans des camps, que certains considèrent comme des bombes à retardement. Selon Human Rights Watch (HRW), quelque 43.000 étrangers, parmi lesquels beaucoup de jihadistes extrêmistes sont détenus par les Kurdes dans le nord-est de la Syrie.

    "Certains détenus perçoivent les camps d'Al-Hol et de Roj comme les derniers vestiges du +califat+", soulignait en février un rapport onusien, selon lequel environ 10.000 femmes et enfants étrangers vivent dans une annexe réservée.

    "Des cas de radicalisation, de formation, de collecte de fonds et d'incitation à des opérations extérieures ont été signalés", ajoutait le rapport. "Certains mineurs seraient endoctrinés et préparés pour devenir de futurs combattants" de l'Etat islamique.
    Exj-NW7U8AMmgBf.jpegLes combattants de l'Etat islamique capturés par les FDS et la coalition internationale ainsi que leurs familles et des civils qui se trouvaient mêlés aux derniers combattants de Daech, notamment des prisonnières yézidies, sont toujours gardés dans le camp d'al-Hol par les FDS. La majorité des habitants d'al-Hol sont des Irakiens et des Syriens, mais le camp comprend également un grand nombre de familles étrangères que l'on pense être liées à l'État islamique. Selon les Nations Unies, environ 62 000 personnes se trouvent toujours dans le camp, dont des dizaines de milliers de femmes affiliées à l'État islamique, ainsi que leurs enfants. 
    Exj-RClVoAEvQHZ.jpegLes autorités locales ont décidé début octobre d'accélérer le départ des familles syriennes déplacées d'Al-Hol dans le cadre d'un nouveau programme, mais le gouvernement irakien a jusqu'à présent refusé de rapatrier la plupart des Irakiens vivant dans le camp.

    En raison du grand nombre de personnes retenues dans le camp, il est difficile pour les gardiens de prévenir des incidents violents répétés, y compris de multiples meurtres. Conséquences : Le camp est de plus en plus en proie au chaos et à l'insécurité. Non seulement l'Etat islamique règne dans le camp d'al-Hol mais aussi à l'extérieur du camp où les membres des conseils civils sont de plus en plus victimes d'exécution et d'attentats 

    A l'intérieur du camp d'al-Hol, les jusqu'au-boutistes de l'Etat islamique, parmi lesquels des femmes jihadistes, font régner la terreur  et exécutent tous  ceux qui auraient des velléités de trahir ou d'abandonner la lutte. 

    Neuf personnes arrêtées, dont "un chef de l'Etat isamique", annoncent les FDS.
    Des dizaines de résidents du camp d'al-Hol, soupçonnés d'appartenance à l'Etat islamique (Daech) ont été interpellés. Parmi eux, neuf personnes font l'object d'une enquête particulière car elles pourraient appartenir la hiérarchie du groupe jihadiste.

    L'opération des Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par des combattants kurdes, durera au moins 10 jours, selon un responsable. Elle bénéficie du soutien de la coalition internationale anti-Daech dirigée par les Etats-Unis.

     

  • Syrie : Affrontements entre Kurdes et Etat islamique dans la province de Deir ezZor

    Imprimer

    Les Asayish, Forces de sécurité intérieure kurdes, ont effectué un nouveau raid contre un groupe de l'Etat islamique  à Al-Sabha, dans la province de Deir ezZor. 9 jihadistes ont été capturés.  Les Asayish ont également récupérés des armes, un fusil d'assaut roumain md. 65 AK, variante roumaine de l'AKM soviétique, un pistolet Makarov, six chargeurs de 7,62x39 mm, des ceintures explosives et des IED. 
    EwT-5p1XMAgvIZV.jpeg
    Les "H.A.T.", forces spéciales des Forces Démocratiques Syriennes, une coalition dominée par les Kurdes, ont également effectué un raid contre l'Etat islamique. Au cours de l'attaque des miliciens kurdes, plusieurs membres de Daech ont été éliminés, parmi lesquels l'émir responsable de la sécurité du secteur de Hujna, dans la province de Deir ez-Zor. Là aussi, des armes ont été récupérées, parmi lesquelles, un AKS-74U et un AK-74M, ainsi que des chargeurs  30-rnd prune + 45-rnd bakelite 5.45x39mm. 
    HAT special forces.jpegEwSwX_8W8Ac4rh8.jpeg
    De son côté, l'Armée Arabe Syrienne poursuit le ratissage de Jabal Bishri, dans la province de Deir ezZor à la recherche des éléments de Daech. L'armée fouille les pentes orientales de la montagne, soutenue par l'artillerie. Au cours du ratissage, l'armée a trouvé un véhicule de l'Etat islamique apparemment détruit par une mine. Un autre véhicule de Daech aurait pris la fuite à l'approche de l'armée.  
    EwSt34IWQAA4D1P.jpeg

    Pour sa part, l'Etat islamique a revendiqué une attaque contre un poste de miliciens kurdes à Diban. Cette deuxième attaque du genre confirme qu’une cellule de Daech est active dans ce secteur et capable de monter des attaques au delà des poses de IED et des assassinats devenus habituels dans la région.
    EwSyYwCXMAAIINw.jpegEnfin, le 5ème Corps d'Assaut, une unité de l'armée syrienne pro-russe, a été déployée en renfort dans la partie orientale de la province de Deir ezZor :
    tJ_uel-P.jpeg

  • Syrie : 7 Asayish (forces de sécurité intérieure kurdes) tués dans la province de Raqqa par l'Etat islamique

    Imprimer

    L'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH) a rapporté que quatre membres des Forces de sécurité intérieure kurdes  (Asayish) ont été tués et trois autres blessés lors d'une attaque contre le poste de contrôle de Kabsh Gharbi dans l'ouest de la province de Raqqa. L'attaque à la mitrailleuse a été menée à l'aube du lundi 8 février par des jihadistes de l'Etat islamique.