As-Sahab

  • France : Les préfets appelés à «un haut niveau» de vigilance après une vidéo d’Al-Qaïda

    Imprimer

    Le groupe islamiste radical Al-Qaïda a publié une vidéo d’une quarantaine de minutes le 15 juillet 2021 dans laquelle il menace directement la France. Dans un télégramme envoyé mercredi 21 juillet, le ministère de l’Intérieur a demandé aux préfets de maintenir un « niveau de vigilance » à « un haut niveau ».

    La place Beauvau appelle l’ensemble des préfets, dans un télégramme  à faire preuve d’un « haut niveau » de vigilance après la diffusion d’une vidéo de la société médiatique du commandement d’Al-Qaïda, As-Sahab, la semaine dernière.

    Cette vidéo en arabe, sous-titrée en anglais est « consacrée en intégralité à condamner le blasphème incarné par les caricatures de Mahomet », décrit le directeur du cabinet du ministère de l’Intérieur, Pierre de Bousquet. « La France, considérée comme tête de pont de la prétendue « guerre » de l’Occident contre l’Islam, est vilipendée tout au long de la vidéo », détaille-t-il. « Le président de la République et le ministre de l’Intérieur sont explicitement visés et cités : le discours présidentiel du 2 octobre 2020 et le projet de loi confortant le respect des principes de la République sont amplement contestés ».

    Un niveau de vigilance « à un haut niveau, tout au long de l’été »
    La menace terroriste est prise au sérieux, elle est comparée à celle de l’automne 2020 lorsque la France a été frappée par plusieurs attaques alors que se tenait le procès des attentats de Charlie Hebdo. « Une vigilance tout particulière doit être apportée à ces anathèmes en ce qu’ils stimulent la menace endogène », insiste la place Beauvau. « L’exploitation des trois derniers attentats, par cette propagande, depuis septembre 2020, en est la preuve ».

    Le ministère de l’Intérieur demande à tous les préfets un niveau de vigilance « à un haut niveau, tout au long de l’été et particulièrement à l’approche du procès de septembre » des attentats du 13-Novembre 2015 ; par l’intermédiaire de détection de la menace avec les réunions hebdomadaires des groupes d’évaluation départementaux (GED) mais également par « la mise en sécurité des différents évènements rassemblant la population en adéquation avec la posture ‘Vigipirate sécurité renforcée, risque d’attentat’ ». De nouvelles consignes de sécurité seront transmise aux préfets à la rentrée.