ARMENIE

  • La Russie et la Turquie ouvrent un centre militaire commun en Azerbaïdjan

    Imprimer

    La Turquie et la Russie ont ouvert une installation militaire conjointe en Azerbaïdjan pour aider à surveiller le cessez-le-feu avec l'Arménie, un indicateur clair de l'évolution de la géopolitique dans la région.

    Le centre a été officiellement inauguré le 30 janvier, près du village de Giyameddinli dans la région d'Aghdam. Composé d'un nombre égal de soldats russes et turcs - 60 soldats de chaque côté. Ce centre est nouveau à bien des égards. Il représente la première présence militaire turque officielle dans le Caucase en plus d'un siècle et la première présence militaire russe sur le territoire contrôlé par l'Azerbaïdjan depuis que Bakou a expulsé l'armée russe d'une installation radar à Gabala il y a huit ans. C'est aussi un cas rare de coopération militaire directe entre les deux ennemis historiques qui ont récemment commencé à essayer de collaborer dans des zones d'influence commune: la Syrie et le Caucase du Sud.

    Selon le journal russe Izvestia , la mission principale semble être celle d'une base de drones pour surveiller les nouvelles lignes de cessez-le-feu entre les forces arméniennes et azerbaïdjanaises. Les troupes russes utilisent les drones Orlan-10 et Forpost; les Turcs utilisent des Bayraktars. Le renseignement est utilisé pour soutenir le contingent russe de maintien de la paix de 2 000 hommes opérant sur le territoire du Haut-Karabakh, toujours sous le contrôle des forces arméniennes.

    Les deux contingents semblent travailler en parallèle et il n'y a pas de commandant unique: chaque camp a son propre général aux commandes. Même le nom formel du centre évite de privilégier une partie par rapport à l'autre. En turc, on l'appelle "Centre commun turco-russe", tandis qu'en russe les adjectifs sont inversés: "Centre commun russo-turc".

    "Les informations du drone parviennent au siège du contingent russe, où elles sont traitées et transmises au centre de surveillance", a déclaré la source d'Izvestia, le colonel Zavalkin, qui n'a pas rendu compte du fonctionnement des opérations avec les drones turcs.

    «Le centre de surveillance décide de la manière de réagir en cas de violation du cessez-le-feu», a poursuivi le colonel Zavalkin. «C'est là que l'autorité du centre est la plus large. Il peut transmettre l'information au commandement des casques bleus russes ou par ligne directe aux structures de défense de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan ».

    Le rôle opérationnel du centre semble toutefois secondaire: Les drones russes surveillaient déjà le cessez-le-feu et il est peu probable que l'ajout de forces turques améliorera cette capacité. Le sens semble être davantage une reconnaissance des équilibres géopolitiques du Caucase.

    Le centre est né de la déclaration de cessez-le-feu du 10 novembre qui a mis fin à la guerre de 44 jours entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan, qui a conduit l'Azerbaïdjan à regagner les sept départements voisins du Haut-Karabakh perdus lors de la première guerre entre les deux pays dans les années 90.

    La déclaration originale de cessez-le-feu - signée par la Russie, l'Arménie et l'Azerbaïdjan - ne prévoyait pas la création de ce centre, tout comme elle n'attribuait aucun rôle à la Turquie. Dans cet accord, la force russe de maintien de la paix a la seule responsabilité de surveiller le respect des dispositions. Après la signature de cet accord, la Russie et la Turquie ont négocié bilatéralement la création de ce centre, signant un accord le 1er décembre. L'installation elle-même a été construite par l'Azerbaïdjan, qui a insisté pour que la Turquie joue un rôle dans la région. 

    La présence turque est considérée comme une menace par les Arméniens, car Ankara n'a jamais reconnu ni condamné le génocide de 1915, lorsque 1,5 million d'Arméniens de l'Empire ottoman ont été massacrés ou déportés dans le désert syrien et laissés à mort. En outre, Ankara a transporté des mercenaires jihadistes syriens pour combattre aux côtés de l'Azerbaïdjan lors du récent conflit.

  • Nagorny-Karabakh : Couloirs de circulation et situation militaire dans la région

    Imprimer
    La carte ci-dessous est partagée par des sources arméniennes en tant que visualisation des couloirs de circulation qui devraient être rouverts dans la région de Nagorny-Karabkah. L'Arménie obtiendra un couloir de liaison avec la Russie tandis que l'Azerbaïdjan sera relié à la République autonome d'Azerbaïdjan (et donc à la Turquie) via un couloir dans le sud de l'Arménie.
     
    La mise en œuvre des projets de corridors de communication vise à contribuer à la stabilisation de la situation dans la région et à l’instauration de la paix malgré les contradictions existantes entre Bakou et Erevan. Néanmoins, la pleine mise en œuvre de ce concept, même sous la supervision de la Russie, exigera beaucoup d'efforts et de bonne volonté de la part des parties.

    1-23-768x662.jpg

     
    Bref aperçu de la situation militaire au Haut-Karabakh:
    2 841 militaires azerbaïdjanais sont morts dans la guerre du Karabakh, selon de nouvelles données du ministère de la Défense de l'Azerbaïdjan;
    Un 11 janvier, le président azerbaïdjanais, Ilham Aliyev et le Premier ministre arménien ont rencontré le président russe Vladmir Poutine à Moscou pour s'accorder sur l'ouverture des couloirs de communication dans la région et la restauration de Karabkah;
    Le 13 janvier, 146 personnes déplacées sont rentrées d'Erevan à Stepanakert en bus avec l'aide des soldats de la paix russes;
    Au 13 janvier, 48 840 personnes au total étaient rentrées au Karabakh avec l'aide des soldats de la paix russes;
    Au 13 janvier, des médecins militaires russes ont fourni une assistance à 1 200 habitants du Haut-Karabakh, dont 157 enfants;
    Au 13 janvier, 1229 corps ont été récupérés dans la zone de combat, selon le Service d'État des situations d'urgence de l'Artsakh.
     
  • Iran : Critique de Téhéran après qu'Erdogan ait récité un poème panturkiste

    Imprimer

    Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a critiqué vendredi le président turc Recep Tayyip Erdogan pour un poème "mal récité" qui sous-entendrait que les provinces du nord-ouest de l'Iran faisaient partie de la république d'Azerbaïdjan.

    L'Iran compte une importante population azérie, principalement dans les provinces bordant le fleuve Araks et voisines de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie.

    "Le président Erdogan n'a pas été informé que ce qu'il a mal récité à Bakou se réfère à la séparation forcée des zones au nord d'Aras de la métropole iranienne", a écrit M. Zarif sur Twitter. 

    M. Erdogan s'est exprimé jeudi lors d'une visite en Azerbaïdjan pour célébrer la récente victoire de ce pays turcophone du Caucase contre le Nagorny Karabakh, face à l'Arménie qui a dû céder d'importants territoires de cette enclave en territoire azerbaïdjanais disputée depuis des décennies. "N'a-t-il pas compris qu'il portait atteinte à la souveraineté de la République d'Azerbaïdjan?", a ajouté M. Zarif. "PERSONNE ne peut parler de NOTRE Azerbaïdjan bien-aimé."

    "Ils ont séparé le territoire
     Gumunan Doyurdular
     Je ne vous laisserai pas
     Ils ont été séparés par l'oppression".

    Voir la vidéo

    Selon l'agence iranienne Isna, le poème récité fait référence à la région de Tabriz, à majorité turque, jusqu'à la rivière Aras, au nord. Il est "l'un des symboles séparatistes du panturkisme". Le texte parle d'Aras et "se plaint de la distance séparant les personnes de langue azérie des deux côtés du fleuve", ajoute Isna. Le ministère des Affaires étrangères iranien a dit avoir convoqué l'ambassadeur de Turquie au sujet des "remarques interventionnistes et inacceptables" du président Erdogan, et exigé "une explication immédiate". Il a signifié à l'ambassadeur que "l'ère des revendications territoriales et des empires bellicistes et expansionnistes était révolue", selon un communiqué officiel. L'Iran "ne permet à personne de s'immiscer dans son intégrité territoriale", affirme le texte.

    Eo9EHUMXMAYA80T.jpeg

  • Azerbaïdjan : Erdogan veut que la "lutte" contre l'Arménie continue

    Imprimer

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan, en visite à Bakou pour célébrer la "glorieuse" victoire de l'Azerbaïdjan au Nagorny Karabakh, a clamé jeudi que la "lutte" de son allié contre l'Arménie devait se poursuivre. Son accueil en grande pompe dans ce pays du Caucase musulman et turcophone intervient un mois après la défaite militaire arménienne, qui a dû céder à l'Azerbaïdjan dans le cadre d'un accord de cessation des hostilités d'importants territoires du Nagorny Karabakh même et autour de cette enclave.

    L'armée azerbaïdjanaise a fait défiler des  missiles et des véhicules blindés, principalement de fabricants russes. Parmi les autres armes exposées lors du défilé figuraient des véhicules aériens sans pilote de production azerbaïdjanaise, turque et israélienne. 

    L'armée de l'air azerbaïdjanaise a pris part à la parade.

    La république autoproclamée du Nagorny Karabakh, peuplée aujourd'hui quasi exclusivement d'Arméniens, continue d'exister, affaiblie et amoindrie, sans que son statut soit réglé par l'accord négocié sous égide de Moscou. Des soldats russes de maintien de la paix ont été déployés au Nagorny Karabakh.

    S'adressant devant les soldats azerbaïdjanais rassemblés à Bakou, M. Erdogan a assuré que "le fait que l'Azerbaïdjan a sauvé ses terres de l'occupation ne signifie pas que la lutte est terminée". "La lutte dans les sphères politiques et militaires va se poursuivre désormais sur de nombreux autres fronts", a-t-il clamé. Appelant les dirigeants arméniens à "revenir à la raison" après leur défaite dans cette guerre de six semaines menée à l'automne, il a assuré que la reconquête de nombreux territoires par l'Azerbaïdjan "sera le début d'une nouvelle ère".

    L'Arménie "doit voir qu'elle n'obtiendra aucun résultat avec les encouragements des impérialistes occidentaux", a encore tonné M. Erdogan, dont le pays est membre de l'OTAN, accusant par ailleurs Erevan de s'être livré à des crimes de guerre au Nagorny Karabakh et de n'y avoir apporté que "massacres, destructions et larmes".

    L'ONG Amnesty International a, elle, appelé jeudi à des enquêtes indépendantes pour identifier les auteurs de crimes de guerre commis par les forces azerbaïdjanaises ou arméniennes afin de les "traduire en justice".

    Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a de son côté salué le soutien sans faille d'Ankara lors du conflit, qui a "donné confiance au peuple azerbaïdjanais". "L'Arménie n'a pas été en mesure de nous concurrencer tant sur le plan économique que sur le plan militaire", s'est-il félicité.

    Précieux soutien turc
    Les deux hommes ont assisté à un grand défilé militaire à Bakou, les soldats et M. Aliev s'affichant sans masques bien que la guerre ait aggravé l'épidémie de coronavirus en Azerbaïdjan.

    M. Erdogan devait encore s'entretenir en tête-à-tête avec Ilham Aliev pour évoquer le renforcement des liens entre les deux "pays frères" et sur le "droit légitime de l'Azerbaïdjan" de reprendre le Nagorny Karabakh.

    La récente victoire de son allié azerbaïdjanais, armé par la Turquie, permet à Ankara de renforcer son poids géopolitique dans le Caucase, pré-carré russe. Et "l'Azerbaïdjan n'aurait pas été capable d'obtenir un succès militaire au Karabakh sans le soutien politique ouvert de la Turquie", a souligné auprès de l'AFP l'analyste Elhan Shahinoglu du centre de réflexion Atlas basé à Bakou. Selon lui, sans le soutien d'Erdogan, la Russie, puissance régionale et alliée de l'Arménie, serait parvenue à mettre la pression sur Bakou et à faire cesser les combats, comme ce fut le cas lors d'autres affrontements ces dernières années.

    Pertes des deux côtés pendant le conflit 
    Il y a quelques jours, le ministère azerbaïdjanais de la Défense a annoncé que 2 783 militaires azerbaïdjanais avaient été tués pendant les hostilités au Haut-Karabakh (appelées à Bakou "guerre patriotique"). Plus d'une centaine de militaires sont portés disparus. Il y a 1 245 blessés dans les hôpitaux.

    En Arménie, le ministère de la Santé, le ministère de la Défense et l'opposition citent des chiffres différents sur le nombre de soldats tués. Le ministère de la Santé a donné le chiffre d'environ 2 300 décès, le ministère de la Défense parle de 1 300 décès et l'opposition affirme qu'environ 4 800 personnes sont décédées.

    "Une nation, deux Etats"
    Cette défaite humiliante pour une Arménie qui avait vaincu les forces de Bakou lors d'une première guerre dans les années 1990, a provoqué la fureur à Erevan, où l'opposition milite et manifeste quasiment chaque jour pour la démission du Premier ministre Nikol Pachinian.

    Durant la guerre des derniers mois, l'Arménie a accusé la Turquie d'être impliquée directement dans les combats, ce qu'Ankara dément. Plusieurs pays dont la France ont également dénoncé l'envoi sur le front aux côtés des forces azerbaïdjanaises de combattants pro-turcs venus de Syrie.

    Généralement symbolisée par le slogan "Une nation, deux Etats", l'alliance entre la Turquie et l'Azerbaïdjan a été forgée lorsque Bakou a obtenu son indépendance de l'URSS en 1991 et s'est encore renforcée sous la présidence de M. Erdogan.

    Cette coopération politique, économique et militaire a notamment vu la Turquie aider l'Azerbaïdjan à entraîner et équiper son armée et à faciliter ses exportations d'hydrocarbures vers l'Europe, en contournant la Russie.

  • Nagorny-Karabakh : Le deuil arménien

    Imprimer

    "Quoi qu'il arrive, je vais rester", a déclaré le père Hovhannes, le prêtre dumonastère de Dadivank, devenu le symbole de la tragédie arméinenne.

    Le monastère, construit à partir du neuvième siècle, se dresse au-dessus de la route entre la capitale arménienne Erevan et Stepanakert, la capitale du Haut-Karabakh.

    La zone entourant le monastère, Kalbajar, devait passer sous le contrôle de l'Azerbaïdjan dimanche, suite au cessez-le-feu de la semaine dernière. L'accord doit mettre fin à un conflit de 44 jours au cours duquel l'Azerbaïdjan a repris une grande partie du territoire qu'il avait perdu lors de la guerre du début des années 1990 face aux Arméniens.

    Cependant, une prolongation - accordée le jour de l'échéance et grâce à la médiation du président russe Vladimir Poutine - a donné aux Arméniens considérés par l'Azerbaïdjan comme vivant illégalement à Kalbajar jusqu'au 25 novembre pour quitter la région.

    Le Nagorno-Karabkah, que les Arméniens appellent Artsakh, est internationalement reconnu comme faisant partie de l'Azerbaïdjan, mais la majorité de sa population, en particulier dans les villes, est composée d'Arméniens ethniques. Les Azerbaïdjanais étaient cependant autrefois majoritaires dans les zones rurales telles que Kalbajar avant d'être expulsés par les autorités arméniennes dans les années 1990.

    Le gouvernement arménien d'Erevan a également mené des politiques de colonisation qui ont encouragé les Arméniens de souche à s'installer dans la région.

    De nombreux Arméniens sont venus prier une dernière fois au monastère 
    Ces derniers jours, des milliers d'Arméniens ont fait de longs et souvent difficiles voyages vers ce symbole du christianisme et de la culture arménienne avant que l'accord de cessez-le-feu ne prenne officiellement effet et que la région ne revienne sous le contrôle de l'Azerbaïdjan.

    Lorsque nous sommes arrivés, la confusion régnait sur l'avenir de ce monastère. Des discussions passionnées étaient en cours sur la question de savoir s'il fallait ou non enlever les pierres de la croix et autres symboles sacrés qui sont au cœur du christianisme et de l'identité nationale arménienne.

    Certains étaient décidés à "rester jusqu'à la fin. C'est notre Dieu. C'est notre église. Notre croix porte un lourd fardeau. Nous sommes ici pour porter ce poids."

    Le père Hovhannes, Karapetyan, lui, est bien décidé à rester au monastère même si la région est sous contrôle azerbaïdjanais.

    Le bureau du président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a déclaré samedi, suite à un appel téléphonique avec Poutine, que les sites chrétiens dans les zones revenant sous le contrôle de Bakou seraient "correctement protégés par l'Etat".

    "Le président Ilham Aliyev a noté que l'Azerbaïdjan est un pays multinational et multiconfessionnel, où les droits et les libertés de tous les peuples et des représentants de toutes les religions sont pleinement garantis", selon la déclaration.

    "Les chrétiens vivant en Azerbaïdjan pourront utiliser ces temples".

    Dimanche, des soldats russes avaient été déployés au monastère, conformément aux termes de l'accord de cessez-le-feu.

    Pourtant, l'humeur qui régnait à Dadivank est celle du chagrin et de la perte. Les hommes et les femmes pleuraient et s'embrassaient. Les fidèles prenaient des photos des bâtiments du monastère, tandis que deux artistes réalisaient des tirages en argile d'anciennes inscriptions.

    Pendant ce temps, la route sous le monastère est encombrée de voitures et de camions pleins de meubles et d'objets se dirigeant vers Erevan.

    Des troupeaux de moutons et de bovins, également en provenance du Haut-Karabakh, bloquent la circulation. Nous sommes passés devant deux maisons en feu, dont on nous a dit qu'elles avaient été incendiées par des propriétaires arméniens déterminés à ne rien laisser aux azerbaïdjanais.

    Abattage d'arbres
    Toute la journée et jusque tard dans la nuit, des hommes coupaient des arbres pour le bois de chauffage. Avant la guerre, l'abattage des arbres était réglementé par les autorités. Mais avec la perspective d'un hiver froid à venir, les habitants ont profité du vide politique pour stocker du bois pour la revente.

    À Stepanakert, la capitale administrative de la région, des journalistes de la MEE ont parlé brièvement avec Arayik Harutyunyan, le président de la République de l'Artsakh, le gouvernement séparatiste reconnu uniquement par l'Arménie.

    Les journalistes lui ont demandé si les Arméniens pouvaient se sentir en sécurité après l'accord de paix. Il a répondu : "Nous essayons de résoudre l'incertitude mais les choses ne sont pas encore claires. Le déploiement de soldats de la paix russes est crucial".

    Les pertes arméniennes
    Samedi, l'Arménie a déclaré que plus de 2 300 soldats avaient été tués au cours des six semaines de conflit. De son côté, Vladimir Poutine a déclaré vendrdi que 4 000 personnes étaient mortes et que des dizaines de milliers avaient fui leurs foyers. L'Azerbaïdjan n'a pas confirmé le nombre de ses propres victimes.

    Il ne fait aucun doute que l'armée arménienne a subi des pertes importantes. Un soldat nous a dit que dans son unité de 22 hommes, quatre ont été tués, deux sont toujours portés disparus et douze ont été blessés. Il a dit que dans certaines unités, trois générations combattaient ensemble.

    Les deux parties au conflit ont accusé l'autre d'avoir pris pour cible des civils lors des récents combats. Bakou accuse les forces arméniennes d'avoir effectué une frappe de missile qui a tué 13 personnes et blessé des dizaines d'autres dans la ville de Ganja, dans l'ouest de l'Azerbaïdjan, le mois dernier. Les deux parties nient avoir délibérément pris des civils pour cible.

    Catastrophe humanitaire
    Une crise humanitaire est en préparation avec environ 100 000 Arméniens ayant déjà perdu leur maison et ce nombre devrait encore augmenter.

    "Ce nombre va augmenter lorsque les Azéris prendront officiellement le contrôle des villages. Ces personnes déplacées ont besoin de nourriture, de logement, de chauffage, d'électricité et de gaz", a  déclaré un responsable.

    Stepanakert vidée de ses habitants
    La ville de Stepanakert était étrangement vide. Tous les magasins que nous avons croisés étaient fermés, à la seule exception d'une petite épicerie. Des sacs de sable étaient empilés contre les fenêtres des sous-sols, marquant l'endroit où les habitants de Stepanakert s'étaient regroupés pour se protéger des bombardements.

    Nous avons vu une femme portant des sacs poubelles remplis de vêtements d'hiver. C'était la première fois qu'elle rentrait chez elle depuis qu'elle avait fui les combats. Elle se plaignait de l'état de sa maison, qui avait été habitée par son mari, qui y avait vécu pendant toute la guerre avec des soldats volontaires.

    Lorsque nous avons quitté Stepanakert en début de soirée, la route du retour vers l'Arménie était encore encombrée de camions et de voitures. La circulation s'est arrêtée pendant des heures alors que les soldats russes, à bord de gros véhicules blindés, se dirigeaient vers Stepanakert sur la route étroite.

    Les combats sont terminés pour l'instant. Alors que l'accord de cessez-le-feu commence à entrer en vigueur et que les soldats russes sécurisent la région. La réalité de ce que cela signifie pour les Arméniens commence à peine à se faire sentir.

    (MEE)

     

  • Arménie : Démission du ministre des Affaires étrangères

    Imprimer

    Le ministre arménien des Affaires étrangères, Zohrab Mnatsakanian (photo), a démissionné lundi, nouveau signe de la crise politique ouverte en Arménie par le cessez-le-feu conclu dans le territoire du Haut-Karabakh.

    Zohrab Mnatsakanian, dont le départ a été annoncé par la porte-parole de son ministère, était en fonction depuis mai 2018.

    Le gouvernement de Nikol Pachinian est confronté à un mouvement populaire de contestation en Arménie depuis qu'il a signé un accord de cessez-le-feu ayant mis fin à six semaines de combat dans le Haut-Karabakh, enclave à la population majoritairement arménienne située en Azerbaïdjan. Cet accord, signé le 10 novembre, permet notamment à l'Azerbaïdjan de conserver ses gains territoriaux aux dépens des séparatistes arméniens du Haut-Karabakh.

    Des centaines de manifestants se sont de nouveau rassemblés lundi dans le centre d'Erevan, sur la place de la Liberté.