Armée turque en Syrie

  • Syrie : Deux militants tués par une attaque de drone turc près d'Ain Issa

    Imprimer

    L'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH) a rapporté qu'un drone turc avait pris pour cible une moto et un véhicule conduits par des personnes soupçonnées d'être des combattants, à un poste de contrôle près de la 93e brigade du régime dans le district d'Ain Issa, dans le nord de la province de Raqqa, causant la mort des deux personnes.

    Le nombre d'attaques menées par des drones turcs sur les zones contrôlées par « l'Administration autonome du nord et du nord-est de la Syrie, AANES » depuis début 2022 a atteint 56. Ces attaques ont tué 50 personnes, dont sept enfants et 13 femmes, mortes, tandis que plus de 90 autres étaient blessées. 

  • Syrie :22 soldats syriens tués dans une frappe turque à Kobane (Aïn el-Arab) dans le nord du pays

    Imprimer

    22 soldats syriens de la 17e division ont été tués, mardi 16 août 2022, par une frappe turque sur une position tenue par les forces du régime dans le nord de la Syrie, après des affrontements nocturnes entre les forces d'Ankara et les combattants kurdes, a annoncé l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH). On pense que le nombre de morts pourrait augmenter, car certaines personnes ont été grièvement blessées, au milieu des informations faisant état de nouveaux décès.

    La frappe aérienne a visé une position conjointe des forces du régime et des Forces Démocratiques Syriennes (Kurdes) dans le village de Jarqali, à l'ouest de la ville frontalière de Kobané, selon la même source. Des avions de combat turcs ont également bombardé d'autres positions du régime dans la région. Cette zone est sous la responsabilité de la Russie et du régime, selon l'accord de 2019. L'armée turque et l'armée russe effectuent normalement des patrouilles conjointes dans cette zone. Cependant, la Turquie accuse la Russie de ne pas avoir retiré les combattants kurdes de la région.

    Les forces du régime se sont bien déployées ces dernières années dans des zones contrôlées par les forces kurdes près de la frontière avec la Turquie dans le cadre d'accords destinés à endiguer les offensives trans-frontalières d'Ankara visant les combattants kurdes qu'ils considèrent comme des "terroristes". Mais elles ont finalement établi des postes communs avec les Kurdes au lieu de les écarter, selon les accords russo-turcs.

    De violents combats avaient éclaté dans la nuit de lundi a mardi entre les Forces démocratiques syriennes (FDS), dirigées par les combattants kurdes, et les forces turques, qui ont intensifié leurs bombardements contre des positions kurdes après qu'une de leur position côté turc de la frontière ait été attaquée, selon l'OSDH. L'attaque à la roquette contre le poste frontière en territoire turc, en face de Kobane, a été menée par les Forces démocratiques syriennes (FDS). Le bilan, côté turc, est de deux soldats tués et quatre blessés, dont trois sont dans un état critique.

  • Syrie : Sept morts dans une attaque de drone turc dans le Nord-Est

    Imprimer

    Au moins sept personnes ont été tuées, mardi 9 août 2022, dans une attaque de drone turc dans une ville du nord-est de la Syrie contrôlée par les Kurdes, a rapporté une ONG syrienne.

    Le drone a visé "des personnes qui travaillent pour le compte de l'autorité semi-autonome kurde alors qu'elles creusaient des tranchées près d'un hôpital à Qamishli", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). 

    Au moins sept personnes sont mortes. L'hôpital se trouve près de la frontière avec la Turquie, où les Kurdes ont renforcé leurs mesures sécuritaires depuis qu'Ankara a menacé de mener une nouvelle offensive à leur encontre. La Turquie estime que les YPG (Unités de protection du peuple kurde), principale milice armée des forces kurdes qui forment le noyau dur des Forces démocratiques syriennes (FDS), sont le prolongement du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qu'elle considère comme une "organisation terroriste".

    Entre 2016 et 2019, la Turquie a lancé trois offensives à ses frontières contre les YPG. 

    Selon l'OSDH et des responsables kurdes, Ankara a multiplié ses attaques de drones contre les Kurdes en Syrie, depuis le sommet de Téhéran le 19 juillet 2022 entre l'Iran, la Russie et la Turquie. Samedi 6 août, une attaque similaire visant une voiture à Qamishli a fait quatre morts, d'après les mêmes sources.

    Fin juillet, les FDS et les forces kurdes ont fait état de 13 morts, dont trois commandantes, dans des frappes de drone imputées à l'armée turque. Le président turc Recep Tayyip Erdogan menace depuis mai de conduire une offensive dans le nord de la Syrie pour établir une zone de sécurité de 30 km à sa frontière. Ankara n'a toutefois pas obtenu selon les experts le feu vert souhaité lors du sommet tripartite à Téhéran pour une opération militaire d'envergure contre les Kurdes dans le nord-est de la Syrie.

    A défaut, Ankara lance des frappes aériennes contre des cibles kurdes, selon Nick Heras, chercheur au New Lines Institute. Les forces kurdes contrôlent la majeure partie du nord-est de la Syrie, pays morcelé depuis la guerre déclenchée en 2011 et qui s'est complexifiée au fil des ans avec l'intervention de multiples groupes et puissances étrangères.

  • Syrie : Deux soldats turcs tués dans le bombardement de la base "Kaljibrin" dans la province d'Alep

    Imprimer

    Deux soldats turcs ont été tués et plusieurs autres blessés après que les Forces démocratiques syriennes (SDF) aient pris pour cible une base turque dans la ville de Kaljibrin, au sud de la ville d'Azaz, dans le nord de la province d'Alep.
    C313zW7WMAAy39W.jpegLes médias ont rapporté que les FDS ont visé avec des lanceurs de missiles une base des forces turques dans la ville de "Kiljibrin" dans la province d'Alep. Les FDS ont tiré plus de 20 missiles sur le village d'Enab dans la région d'Afrin.

    Des sources locales ont rapporté que l'armée turque a riposté en  bombardant des positions des FDS dans les régions de Tal Rifaat, Meneh et les environs de Marea et Maraanaz dans la province d'Alep.

    Les sources ont indiqué que les bombardements turcs ont entraîné la mort de quatre membres des FDS" et blessé sept autres.

  • Syrie : Escalade des attaques turques dans la province de Raqqah

    Imprimer

    Un drone turc kamikaze a frappé un avant-poste des Forces Démocratiques Syriennes (FDS - une coalition de groupes dominée par les Kurdes) dans le village de Qazali dans la région de Tel Abyad, au nord de Raqqah. Un membre des FDS a été tué. C'est la troisième attaque turque en moins de 24 heures dans les zones du nord de la province de Raqqah.

    Il y a quelques heures, l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH) a également rapporté qu'un drone de l'armée de l'air turque avait tiré un missile sur une voiture dans la ville d'Ain Issa, au nord de Raqqah, blessant deux personnes, dont une grièvement, qui a été transférée dans un hôpital de Raqqah.

    Il s'agit de la deuxième attaque de drone ciblant des zones contrôlées par les FDS au cours des 12 dernières heures.

    Le nombre d'attaques menées par des drones turcs sur les zones contrôlées par l'« Administration autonome du nord et du nord-est de la Syrie, AANES » depuis début 2022 a atteint 41. Ces attaques ont fait 30 morts, dont deux enfants et neuf femmes, et plus de 78 blessés. 

    Voici la répartition mensuelle des attaques de drones turcs en 2022 :
    - Janvier : Trois attaques ont fait trois morts et 13 blessés.
    - Février : dix attaques tuent huit personnes, dont deux enfants et une jeune combattante, et blessent 21 autres personnes.
    - Mars : Deux attaques blessent deux personnes.
    - Avril : 11 attaques font 6 morts dont 3 femmes et 19 blessés.
    - Mai : quatre attaques ont fait trois morts, dont une femme. Sept  autres personnes sont blessées.
    - Juin : Trois attaques ont fait un mort et cinq blessés parmi les combattants kurdes.
    - Juillet : Huit attaques font neuf morts, dont quatre femmes, et 11 blessés.

  • Syrie : bombardements turcs sur des secteurs du nord-ouest de la province de Hassakeh

    Imprimer

    Depuis les premières heures du samedi 23 juillet 2022, les forces turques stationnées dans la zone de la "Source de paix", plus précisément à l'est de Ras Al-Ain, continuent de bombarder des villages et des zones sous le contrôle des FDS et du régime syrien au nord-ouest de Hassakeh. , a rapporté l'OSDH.

    Salva Yusuk.png

    Des bombardements turcs et de factions syriennes alliées de la Turquie ont frappé les villages d'Al-Dardar et d'Umm Al-Kif dans la campagne de Tel Tamr et les villages de Tel Al-Ward et d'Al-Aboush dans la campagne de Zirkan/Abu Rasin. Il y a des rapports faisant état de victimes civiles.

    On a également appris la mort de Salwa Yusuk (alias Ciyan Afrin - photo ci-contre), commandante adjointe des Forces démocratiques syriennes (FDS) et de 2 autres combattantes. Elles ont été tuées le 22 juillet lors d'une attaque turque près de Qamishli.

    Les bombardements intensifs ont provoqué l'exode des civils.

    Les bombardements directs turcs sur l'alimentation de la centrale électrique ont mis la centrale de Tel Tamr hors service.

  • Syrie : Affrontements entre factions pro-turques

    Imprimer

    De nouveaux affrontements armés ont éclaté entre des membres de la faction "Malik Shah" et la brigade Shuhada Badr dans la ville de Tel Halaf, dans la province de Ras Al-Ain, jeudi après-midi 21 juillet. Il s'agit d'une région contrôlée par les forces turques suite à l'opération "Source de Paix".

    Les combats ont fait six blessés, dont quatre civils et un enfant, et deux membres de chaque camp. Les blessés ont été transportés à l'hôpital turc et à l'hôpital de Ras Al-Ain.

    Le 8 juillet, des sources de l'OSDH avaient rapporté que des affrontements avaient éclaté entre deux groupes de la « division Al-Hamza » dans le centre-ville de Ras Al-Ain. Plusieurs membres de la police militaire avaient été blessés, alors qu'ils tentaient de mettre un terme aux affrontements qui ont duré jusqu'aux petites heures du vendredi matin. Les policiers blessés ont été transportés vers des hôpitaux en Turquie, car plusieurs étaient grièvement blessés. Plusieurs maisons d'habitation ont été endommagées en raison de l'utilisation de RPG lors des combats.

    Les affrontements ont finalement cessé après un accord entre les deux groupes. Mais un état de tension a continué à régner dans la ville. Il convient de noter que