Armée turque en Irak

  • Irak : L'Armée turque neutralise 8 combattants du PKK sur les monts Gara

    Imprimer

    Le ministère turc de la Défense a annoncé la neutralisation de 8 membres du PKK dans la région de Gara, dans le nord de l'Irak, au cours de frappes aériennes.

    C'est ce qui ressort d'un communiqué partagé mardi par le ministère turc sur son compte Twitter.

    "Nous continuons à détruire les repaires des terroristes. 8 terroristes du PKK repérés dans la région de Gara, dans le nord de l'Irak, grâce à nos engins de reconnaissance et de surveillance, ont été neutralisés par des frappes aériennes. Nos opérations se poursuivront avec détermination", a expliqué le document.

  • Irak : L'armée turque tue 15 combattants du PKK et en capture 2 autres sur le mont Gara

    Imprimer

    Le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) a déclaré mercredi 17 février que quinze de ses combattants avaient été tués et deux autres capturés lors des affrontements de la semaine dernière avec les forces armées turques sur le mont Gara dans le gouvernorat de Duhok..

    Six des combattants ont trouvé la mort au cours de frappes aériennes.

    Le PKK maintient ses accusations concernant la mort de 13 prisonniers que l'organisation kurde détenait dans une grotte sur la montagne. Selon lui, c'est l'armée turque qui est responsable de leur mort. Rappelons que le gouvernement turc accuse le PKK de les avoir exécutés.

    L'opération Griffe-de l'Aigle 2 a duré quatre jours. L'armée turque a utilisé à la fois des frappes aériennes et des opérations au sol avec pour objectif la libération des prisonniers.

    La Turquie mène régulièrement des opérations trans-frontalières dans le nord de l'Irak et dans la région du Kurdistan, affirmant que ses actions sont nécessaires pour lutter contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène depuis des décennies une insurrection pour les droits des Kurdes dans le sud-est de la Turquie.

  • Turquie : Treize otages turcs exécutés par des rebelles kurdes en Irak, selon Ankara

    Imprimer

    La Turquie a accusé dimanche le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) d'avoir exécuté 13 de ses ressortissants qu'il retenait en captivité dans le Nord de l'Irak, où Ankara mène une opération contre les rebelles kurdes.

    Selon le ministre turc de la Défense Hulusi Akar, des militaires turcs ont découvert 13 corps sans vie dans une grotte prise après de violents affrontements contre des membres du PKK, un groupe qualifié de "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux. Les responsables turcs ont déclaré que le système de grottes souterraines, qui avait trois entrées et neuf chambres séparées, était occupé par dix combattants du PKK, dont deux ont été capturés avant que la grotte ne soit prise d'assaut par les troupes turques.

    "D'après les premiers éléments dont nous disposons, l'un de nos concitoyens a été tué d'une balle dans l'épaule et les 12 autres ont été tués d'une balle dans la tête", a déclaré M. Akar lors d'un point presse.

    Akar a ajouté que leur enlèvement n'avait pas été divulgué auparavant pour des raisons de sécurité.

    EuLCc85XUAIQNa_.jpeg

    Le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin, a affirmé qu'il s'agissait de civils. Les corps ont été découverts dans la région de Gara, où l'armée turque mène depuis mercredi une opération contre le PKK dans le cadre d'une offensive plus large baptisée "Serre d'Aigle".

    Le PKK a confirmé dimanche la mort d'un groupe de prisonniers, présentés comme des membres des forces de sécurité turques, affirmant cependant qu'ils avaient été tués dans des frappes aériennes menées par Ankara. Selon M. Akar, 48 membres du PKK et trois militaires turcs ont été tués depuis le lancement de la dernière opération mercredi.

    La Turquie mène régulièrement des attaques dans les zones montagneuses du Nord de l'Irak contre les bases arrières du PKK, qui livre depuis 1984 une sanglante guérilla sur le sol turc qui a fait plus de 40.000 morts. (combattants du PKK sur la photo ci-dessous).

    15953431-eb7a-4eff-b4ce-41d98f380b5f.jpg

    Ces opérations suscitent des tensions avec le gouvernement irakien, mais le président turc Recep Tayyip Erdogan répète à l'envi que son pays entend "s'occuper" du PKK dans le Nord de l'Irak si Bagdad n'est "pas en mesure de le faire". En décembre, M. Erdogan avait appelé l'Irak à intensifier le combat sur son territoire contre le PKK en recevant à Ankara le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi.

    Carte du mont Gara et répartition des différents groupes de combattants kurdes 
    Gara.jpeg

  • Irak : L'Armée turque revendique la mise hors de combat de 33 membres du PKK dans le nord de l'Irak

    Imprimer

    Le ministère turc de la Défense a revendiqué la neutralisation de 33 "terroristes" du PKK depuis le lancement de l'opération Griffe Aigle-2 dans le nord de l'Irak.

    "L'opération Griffe Aigle-2, lancée le 10 février contre les terroristes dans la région de Gara, dans le nord de l'Irak, se poursuit comme prévu", a  assuré le ministère avant d'ajouter:

    "Jusqu'à présent, 33 terroristes ont été neutralisés dans le cadre de l'opération, dont deux soi-disant responsables de l'organisation."

    "Plus de 50 cibles composées de dépôts de munitions, de soi-disant quartiers généraux et de grottes appartenant aux terroristes, ont été détruites au cours de frappes aériennes" a détaillé le document.

    Le ministère a notamment assuré que les forces turques ont, lors de ces opérations, utilisés principalement des munitions de fabrication nationale.

    "Lors de raids aériens menés principalement avec des munitions nationales, les cibles ont été touchées et l'organisation terroriste a subi des pertes sévères", a conclu le communiqué.

    Quelques uns des combattants du PKK tués par l'armée turque :
    2021:02:20.jpeg

  • Irak : Trois soldats turcs tués dans des affrontements avec le PKK

    Imprimer

    Trois soldats turcs ont été tués dans des affrontements avec des combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le nord de l'Irak, où Ankara mène une opération contre cette milice, a indiqué jeudi le ministère turc de la Défense. Les trois soldats ont été tués lors des combats avec le PKK mercredi dans la province de Dohouk, a précisé le ministère dans un communiqué.

    L'armée turque a lancé mercredi une série d'opérations contre le PKK dans le nord de l'Irak, inaugurant une nouvelle phase dans son offensive "Griffes du Tigre" déclenchée en juin contre cette organisation kurde classée "terroriste" par Ankara et ses alliés occidentaux. 

    La Turquie mène régulièrement des raids aériens contre les bases arrières du PKK dans les zones montagneuses du nord de l'Irak, où il a aménagé des camps d'entraînement et des caches d'armes. Des forces spéciales mènent épisodiquement des incursions d'ampleur limitée. Les opérations turques suscitent des tensions avec le gouvernement irakien, mais le président turc Recep Tayyip Erdogan répète à l'envie que son pays entend "s'occuper" du PKK dans le nord de l'Irak si Bagdad n'est "pas en mesure de le faire". En décembre, M. Erdogan avait appelé l'Irak à intensifier le combat sur son territoire contre le PKK en recevant à Ankara le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi.

  • La Turquie élimine des dizaines de membres du PKK kurde en Syrie et en Irak

    Imprimer

    Dimanche 20 septembre, l'armée de l'air turque a frappé le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) dans la région de Sinjar, dans la province de Ninive, en Irak.

    La cellule de sécurité des médias a annoncé qu'un véhicule dans lequel voyageaient des membres du PKK avait été bombardé par un drone turc.

    Une déclaration de la cellule a indiqué que l'attentat visait une voiture "Opel Omica", contenant trois membres du PKK, près du sanctuaire de Sharaf al-Din dans le district de Sinjar.

    Aucun autre détail n'a été révélé.

    Devant la recrudescence des affrontements entre les membres du PKK et l'armée turque en Iran, les habitants de la région du Kurdistan irakien exigent désormais que le PKK quitte la région, afin de retrouver la paix.

    "Les responsables de la région du Kurdistan et les Yazidis exigent que le PKK quitte la région de Sinjar pour permettre aux citoyens de la région de rentrer chez eux, et les dirigeants kurdes disent que la présence du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) déstabilise la ville à majorité yazidie (Sinjar) et entrave la reconstruction et l'établissement des bases de la stabilité".

    Par ailleurs, les avions de guerre turcs ont également frappé des cibles dans la ville irakienne de Duhok.

    En outre, le ministère turc de la défense nationale a rapporté que dans le nord-est de la Syrie, trois membres du PKK avaient tenté d'infiltrer la zone d'opération turque "Bouclier de l'Euphrate", mais ils ont été éliminés.

    "Trois terroristes du PKK/YPG qui ont ouvert le feu et tenté de s'infiltrer dans la région de l'opération Bouclier de l'Euphrate pour perturber la paix et la sécurité ont été neutralisés par nos commandos héroïques", a déclaré le ministère sur Twitter. "Nous ne permettrons pas que la paix et la sécurité dans la région soient gâchées", a-t-il ajouté.

    Au cours de l'autre opération des forces armées turques en Syrie, baptisée "Peace Spring" (Source de paix), 4 membres du PKK ont été éliminés dans une zone non révélée du nord-est de la Syrie.

    Le jour précédent, le 19 septembre, 8 autres membres du PKK avaient été éliminés. Ils tentaient également d'infiltrer la zone d'opération "Peace Spring" en Syrie.

     

  • Irak : 2 Soldats turcs tués au cours d’affrontements avec le PKK

    Imprimer

    Deux soldats turcs tués et un troisième blessé par des tirs de roquettes de militants kurdes contre une base militaire turque dans le nord de l’Irak, à annoncé le ministère de La Défense turque, vendredi. 


    La Turquie a régulièrement attaqué le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), à la fois dans le sud-est turc à majorité kurde et dans le nord irakien où les kurdes ont leurs bases.

    En juin, la Turquie a lancé une opération militaire baptisée « Opération griffe de tigre » Au cours de laquelle, les forces turques sont profondément entrées en Irak. 

    Le ministère turc a dénoncé les « tirs de harcèlement » par des batteries de mortiers qui ont tué les deux soldats sur l’une des bases turques en Irak.

    Dans une autre déclaration, le ministère de l’intérieur turc affirme que 71 combattants du PKK ont été tués depuis le 13 juillet au cours d’une série d’opérations en Turquie. 38 autres ont été capturés. 

    Lien permanent Catégories : Armée turque en Irak, IRAK, PKK, TURQUIE 0 commentaire