Armée turque en Afghanistan

  • Afghanistan : Derniers évènements sécuritaires (mise à jour au fur et à mesure des évènements)

    Imprimer

    Les talibans prennent Mazar-i-Sharif, grande ville du nord.
    Les talibans se sont emparés, samedi soir 14 août, de Mazar-i-Sharif, dernière grande ville du nord de l'Afghanistan encore contrôlée par le gouvernement, accroissant encore leur emprise sur le pays.

    Les talibans "paradent sur leurs véhicules et leurs motos, tirant en l'air pour célébrer" la prise de la ville, a raconté samedi soir à l'AFP un habitant de Mazar-i-Sharif, Atiqullah Ghayor, qui vit près de la célèbre mosquée bleue. Il a précisé que les talibans étaient entrés "sans vraiment rencontrer de résistance" dans la quatrième ville la plus peuplée du pays (500.000 habitants), après le retrait des forces afghanes. D'autres habitants ont fait des récits similaires et les talibans ont revendiqué la prise de la ville, capitale de la province de Balkh et carrefour commercial, dont les faubourgs étaient encore le théâtre d'intenses combats samedi matin. "Les combattants (talibans) se sont emparés de Mazar-i-Sharif. Tous les bâtiments officiels (...) sont sous leur contrôle", ont affirmé les talibans dans un communiqué.

    Le maréchal Abdul Rashid Dostom, ancien vice-président afghan, et Atta Mohammad Noor, ex-gouverneur de Balkh, qui avaient pris la tête de forces locales de résistance aux talibans à Mazar-i-Sharif, ont trouvé refuge en Ouzbékistan voisin, selon un proche du second, précisant que leurs forces s'étaient elles retirées à une soixantaine de km de la ville.

    Le célèbre seigneur de guerre Qaisari a été capturé par les talibans à Mazar-i-Sharif.
    On ignore quel sera son sort. Qaisari est accusé de graves violations des droits humains non seulement par les talibans, mais aussi par des organisations locales et internationales. Vidéo.

    La ville de Khost également tombée aux mains des talibans
    Le porte-parole des talibans  a officiellement revendiqué la capture de la ville de Khost.
    E80ck7dX0AEA9qo.jpeg

    Plus tôt, le président afghan Ashraf Ghani avait promis de poursuivre le combat contre les insurgés qui continuent à se rapprocher de la capitale Kaboul, presque encerclée et où les habitants ne cachent pas leur angoisse de l'avenir.
    "La re-mobilisation de nos forces de sécurité et de défense est notre priorité numéro un et d'importantes mesures sont prises à cet effet", avait assuré à la mi-journée, le président Ghani dans une adresse télévisée. Il n'a fait aucune allusion à une possible démission, réclamée par certains, mais a précisé avoir entamé des "consultations" au sein du gouvernement, avec des responsables politiques et les partenaires internationaux, pour trouver "une solution politique dans laquelle la paix et la stabilité" seront préservées.
    "Ces consultations avancent rapidement et nous ferons part de leur résultat à nos compatriotes très vite", a-t-il ajouté. Dans la soirée, le palais présidentiel a précisé qu'"une délégation sera prochainement constituée par le gouvernement et prête à négocier".

    6 provinces tombées aux mains des talibans en une seule journée, samedi 14 août 2021 :
    1: Paktika
    2: Paktia
    3: Kunar
    4: Faryab
    5: Balkh
    6: Laghman 
    2021:08:14.jpeg

    "Inquiet pour l'avenir"
    La situation militaire est critique pour le pouvoir en place. En à peine plus d'une semaine, les talibans ont pris le contrôle de presque tout le nord, l'ouest et le sud de l'Afghanistan et sont arrivés aux portes de Kaboul. Ils ne sont plus qu'à 50 km de la capitale et ne montrent aucun signe de vouloir ralentir leur marche. Samedi, ils avaient déjà pris la province de Kunar, dans l'Est, et pourraient bientôt approcher de Kaboul par le nord, le sud et l'est.

    E8fulV8WYAA-YyM.jpegLe général Saadat nouveau promu responsable de la sécurité pour Kaboul
    Le général Seyed Sami Saadat (photo ci-contre) nommé responsable de la sécurité publique dans la ville et la province de Kaboul.
    La présidence afghane a tweeté hier soir que le général Saadat avait été nommé par le président Ashraf Ghani.
    Le général Saadat était à la tête de l'armée afghane lors des récentes batailles de Kandahar et de Laskargah, qui sont toutes deux tombées en 24 heures.
    Le poste était devenu vacant car le général Hebatullah Alizai, ancien commandant du 209e corps Shaheen et récemment nommé à la tête de l'armée afghane, s'était rendu aux talibans samedi 14 août dans la province de Balkh. Il semble qu'il ait conspiré avec les talibans et abandonné les lignes de défense, ordonnant à ses troupes de se rendre.

    Jalalabad
    Les talibans viennent d'annoncer (dimanche matin 15 août) leur arrivée à Jalalabad, la capitale de la province de Nangarhar. La ville est tombée sans aucune résistance selon des sources locales. Vidéo des talibans à Jalalabad. Autre vidéo. Ci-dessous, photo prise ce dimanche 15 août). 
    23 novembre 2017.jpg

    La peur s'empare de Kaboul
    Au sein des habitants de Kaboul et les dizaines de milliers de personnes qui ont fui leur foyer ces dernières semaines pour se réfugier dans la capitale, la peur prédomine. "Je pleure jour et nuit quand je vois que les talibans forcent des jeunes filles à épouser leurs combattants", a confié à l'AFP Muzhda, 35 ans, une femme célibataire arrivée avec ses deux soeurs, de la province de Parwan, un peu plus au nord. "J'ai refusé des propositions de mariage par le passé (...) Si les talibans viennent et me forcent à les épouser, je me suiciderai", prévient-elle.
    Dawood Hotak, 28 ans, un commerçant de Kaboul, est aussi "inquiet pour l'avenir" de ses jeunes soeurs et ne sait pas "ce qui va leur arriver". 

    Les rues de la capitale étaient normalement animées samedi, mais de longues queues étaient observées à la sortie des banques, et certains hommes ont indiqué à l'AFP avoir commencé à se laisser pousser la barbe, en prévision d'une arrivée prochaine des talibans.
    Beaucoup d'Afghans - les femmes en particulier -, habitués à la liberté acquises ces 20 dernières années, craignent un retour au pouvoir des talibans.

    Lorsqu'ils dirigeaient le pays, entre 1996 et 2001, avant d'être chassés il y a 20 ans par une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, les talibans avaient imposé leur version ultra-rigoriste de la loi islamique. Les femmes avaient interdiction de sortir sans un chaperon masculin et de travailler, et les filles d'aller à l'école. Les femmes accusées de crimes comme l'adultère étaient fouettées et lapidées.

    Dans le même ordre d'idées, le réseau des églises en Afghanistan rapporte que ses dirigeants ont reçu samedi soir 14 août des lettres des talibans les avertissant qu'ils savent où ils se trouvent et ce qu'ils font. Il semble que les talibans aient l'intention de mettre fin à la liberté religieuse dans le pays. 

    Kaboul : Dernières nouvelles : Violents combats dans un quartier de la capitale afghane
    De violents affrontements ont été signalés, dimanche 15 août, dans le district de Paghman à Kaboul et autour de la périphérie de la ville de Kaboul. Des sources pro-talibanes prétendant que les moudjahidines ont capturé plusieurs positions des forces de sécurité à Paghman. Selon des sources locales, les talibans auraient lancé l'assaut final sur Kaboul. Nous attendons d'autres rapports sur la situation.
    forward_2.gifLe ministère afghan de l'intérieur vient de confirmer que les talibans ont commencé à entrer à Kaboul de toutes parts. Vidéo de l'entrée des talibans à Kaboul ce dimanche 15 août.
    forward_2.gif
    Des négociations sont en cours à Kaboul entre les talibans, le gouvernement afghan et les États-Unis. Le gouvernement afghan, la démission d'Ashraf Ghani et la mise en place d'un gouvernement de transition ont été proposés aux talibans. On ne sait pas si ceux-ci accepteront la proposition. Le résultat des négociations déterminera ce qui va se passer à Kaboul dans les prochaines heures.
    forward_2.gifLe président Ghani va céder le pouvoir à Ali Ahmad Jalali dans les prochaines heures. Jalali est l'une des figures de proue de la résistance contre les Soviétiques. Jalali formera le gouvernement de transition avec le représentant des talibans, le mollah Biradar.
    Mollah Baradar (photo ci-dessous), le chef des talibans, est arrivé à Kaboul avec Jalali pour former le gouvernement intérimaire.
    Un responsable afghan a déclaré que les troupes avaient livré la base aérienne de Bagram aux talibans. La base abrite une prison abritant 5 000 détenus. 
    forward_2.gifLe président Ghani a quitté l'Afghanistan, selon l'ancien vice-président Abdullah Abdullah
    Le président afghan, Ashraf Ghani, a quitté l'Afghanistan, où les talibans sont sur le point de prendre le pouvoir, a annoncé dimanche l'ancien vice-président Abdullah Abdullah. "L'ancien président afghane a quitté la nation", a déclaré M. Abdullah, qui est aussi le chef du Haut Conseil pour la réconciliation nationale, dans une vidéo publiée sur sa page Facebook.
    Ashraf Ghani a d'abord gagné Douchanbé, au Tadjikistan avant de se réfugier à Oman.
    On a appris que le ministre de la défense, Bismillah Mohammadi, avait également pris la fuite et s'était réfugié aux Emirats Arabes Unis.
    forward_2.gifAux dernières nouvelles, les talibans sont entrés dans le Palais présidentiel et affirment à présent qu'il n'y aura pas de gouvernement de transition. Ils ont pris le pouvoir. Les talibans devraient bientôt déclarer l'Émirat islamique d'Afghanistan depuis le palais présidentiel. C'était le nom du pays sous le gouvernement taliban renversé par les forces dirigées par les États-Unis en 2001. 
    Mollah Baradar.jpeg

    Humayoon Humayoon, l'ancien vice-président et ancien allié d'Ashraf Ghani, a déclaré qu'il avait été nommé chef de la police de Kaboul par les talibans pour l'émirat islamique d'Afghanistan. On assiste à un vaste changement de bord de nombreux responsables politiques et sécuritaires, sans doute préparé de longue date et à l'insu des services américains. Vidéo.

    Pendant ce temps, les talibans continuent d'investir Kaboul :
    E82L5ZWXMAALJLX.jpeg

    Instruction des talibans aux étrangers
    Les étrangers à Kaboul pourront partir s'ils le souhaitent ou enregistrer leur présence dans les prochains jours auprès des fonctionnaires talibans qui seront établis prochainement.

    Marines américains
    Un ballet d'hélicoptères a survolé samedi Kaboul, entre l'aéroport et le l'ambassade américaine, gigantesque complexe situé dans la "zone verte" ultrafortifiée, au centre de la capitale. Un premier contingent de Marines est arrivé pour sécuriser les évacuations du personnel diplomatique, ainsi que d'Afghans ayant travaillé pour les Etats-Unis et craignant des représailles des talibans. Les Etats-Unis entendent évacuer des "milliers de personnes par jour" et pour cela le Pentagone va déployer avant la fin du week-end 3.000 soldats à l'aéroport de Kaboul, a précisé vendredi son porte-parole, John Kirby. L'ambassade américaine a ordonné à son personnel de détruire les documents sensibles et symboles américains qui pourraient être utilisés par les talibans "à des fins de propagande". Cliquer sur la photo ci-dessous pour voir la vidéo d'al-Jazeera :

    Londres évacue son ambassadeur dès dimanche 15 août
    Londres a parallèlement annoncé le redéploiement de 600 militaires pour aider les ressortissants britanniques à partir.
    Plusieurs pays - Pays-Bas, Finlande, Suède, Italie et Espagne - ont annoncé vendredi réduire au strict minimum leur présence, ainsi que des programmes de rapatriement de leurs employés afghans. L'Allemagne va aussi réduire son personnel diplomatique "au minimum absolu". D'autres, dont la Norvège et le Danemark, ont fermé provisoirement leur ambassade.
    Aux dernières nouvelles, la Grande Bretagne a décidé d'évacuer son ambassadeur par avion dès dimanche soir car on craint que les Talibans s'emparent de façon imminente de Kabul et de l'aéroport qui reste le seul moyen de s'échapper.
    L'ancien ambassadeur du Royaume-Uni en Afghanistan (@NicolasK111) a déclaré de son côté qu'il "baissait la tête de honte" en suivant les évènements d'Afghanistan.

    Chaos à l'aéroport de Kaboul
    Tous les vols commerciaux suspendus depuis l'aéroport de Kaboul et seuls les avions militaires sont autorisés à opérer, a déclaré un responsable de l'OTAN.
    La France va déployer un A400M pour évacuer ses ressortissants encore présents à Kaboul. Il partira lundi 16 août à 8h00 d'Orléans en direction de la base militaire française d'Abu Dhabi d'où plusieurs rotations sont programmées avec Kaboul afin d'exfiltrer environ 200 ressortissants.

    L'administration Biden toujours satisfaite de sa décision de retrait
    Les talibans ont lancé leur offensive en mai, quand le président américain Joe Biden a confirmé le retrait des dernières troupes étrangères du pays, censé être achevé d'ici le 31 août. Joe Biden a depuis affirmé ne pas regretter sa décision, même si la rapidité avec laquelle l'armée afghane s'est désintégrée a surpris et déçu les Américains, qui ont dépensé plus de 1.000 milliards de dollars pour la former et l'équiper.
    forward_2.gifVendredi 13 août, l'administration Biden affirmait encore que Kaboul ne faisait pas face à une "menace imminente" et que la prise du pouvoir par les talibans n'était pas à leurs yeux une issue inéluctable.

    L'armée de l'air américaine intervient contre des positions talibanes
    Une source de sécurité afghane affirme qu'environ 35 militants talibans ont été tués lors de frappes aériennes par les forces américaines dans 3 provinces afghanes.

    La Turquie évacue ses missions militaires et diplomatiques
    La Turquie évacue ses missions militaires et diplomatiques en Afghanistan. Il reste le contingent turc chargé de sécuriser l'aéroport de Kaboul. Les talibans ont exigé de la Turquie qu'elle retire également ses troupes avant la fin août et menace : "pas un ne sortira vivant" si Ankara ne les retire pas."

    forward_2.gifL'immense arsenal d'armes modernes capturé par les talibans : un grave problème pour l'avenir
    Les talibans se sont emparés d'un immense arsenal mis à disposition de l'armée afghane, notamment par les Etats-Unis, au cours de leur prise de contrôle de nombreuses bases militaires. Les Etats-Unis ont dépensé 88 milliards$ pour équiper une armée afghane supposée être forte de 350.000 hommes alors qu'il s'est avéré qu'elle n'en comptait pas plus de 60.000, selon des estimations récentes. Une grosse erreur de la CIA pourtant omniprésente dans le pays. Parmi ces armes, se trouvent des avions de guerre, des hélicoptères de combat, des drones (notamment au moins 15 drones ScanEagle qui coûtent 4.000.000 $ chacun -  photos ci-dessous), des missiles, des véhicules blindés et Humvees par milliers, et toutes sortes d'armes individuelles.
    E8v1x2LXEAApnU8.jpegE8v1x2AWUAIUm15.jpeg

    Les avions tombés entre les mains des talibans sont des avions de combat A-29 Super Tucano COIN (contre-insurrection) livrés par les États-Unis à l'armée de l'air afghane. 
    Les avions de combat ont été saisis par les talibans dans la section militaire de l'aéroport international de Mazar-i-Sharif.
    Les États-Unis avaient acheté un total de 26 avions de combat A-29 pour l'Armée de l'air afghane au cours des cinq dernières années. Seulement 19 ont été livrés à cette date.
    L'A-29 est facile à piloter et à entretenir, et il est considéré comme l'un des avions de combat les moins chers à exploiter. Une heure de vol dessus ne coûte que 1 000 $.
    Les Super Tucano fournis à l'AAF étaient équipés de systèmes électro-optiques d'observation et de ciblage AN/AAQ-22 Star SAFIRE II. Les avions de combat étaient également armés de bombes à guidage laser GBU-58 Paveway II et de roquettes à guidage laser APKWS.
    E81SUrHWYAIWqCt.jpeg

    Les talibans ont également capturé au moins un hélicoptère d'attaque léger MD 530F Cayuse Warrior sur l'aéroport international de Mazar-i-Sharif.
    Les États-Unis ont fourni plus de 60 hélicoptères MD 530F à l'AAF. L'hélicoptère peut être armé de nacelles FN HMP400 avec mitrailleuse lourde FN M3P .50 BMG ou de nacelles M260 avec 7 roquettes Hydra 70 non guidées.
    Au cours des derniers jours, les talibans ont capturé plus d'une douzaine d'hélicoptères, dont des Mi-8/17, des UH-60 Black Hawk et des MD 530F. Les talibans n'ont pu faire décoller jusqu'ici que deux Mi-8/17 laissés par les forces gouvernementales afghanes en état opérationnel à Herat.
    E81KvabWUAAKvfd.jpeg

    Mais les talibans n'auront pas l'utilisation de ces armes qui ne manqueront pas de faire l'objet d'une intense activité de marché noir. Le trafic  se déroulera en premier lieu au travers de l'Iran (sans compter le matériel militaire amené par l'armée afghane ayant fuit en Iran / Vidéo). Il touchera également les pays d'Asie centrale, soit directement par les frontières montagneuses de l'Afghanistan avec ses pays voisins, soit par le Pakistan. On devrait voir très rapidement les conséquences de ce trafic d'armes, tout d'abord au Cachemire indien, dans les régions troublées du Pakistan comme le Balouchistan, et plus loin ans les régions "chaudes" du Moyen Orient (Irak, Syrie, Yémen).

    N'oublions pas, enfin, qu'al-Qaïda va profiter de la victoire des talibans pour reconstituer ses bases en Afghanistan et puiser sa part du butin d'armements capturé par les talibans avec toutes les conséquences que cela pourrait représenter dans un avenir proche pour tous les pays dans le collimateur de l'organisation islamiste radicale.

    Ne pas oublier que talibans et al-Qaïda poursuivent le même but : Imposer l'islam et la charia au monde entier comme le rappelle ce commandant des talibans à CNN : « Nous sommes convaincus qu'un jour les moudjahidines remporteront la victoire et que la loi islamique ne s'appliquera pas seulement à l'Afghanistan, mais partout dans le monde. Nous ne sommes pas pressés. Nous pensons que cela viendra un jour. pas jusqu'au dernier jour." Vidéo de la déclaration de ce commandant taliban à CNN.

  • Afghanistan : Quel avenir pour l'Afghanistan ?

    Imprimer

    Le retrait des États-Unis d'Afghanistan a laissé le pays dans une situation sécuritaire qui se détériore de plus en plus dans une grande partie du pays. Les craintes que les talibans puissent bientôt envahir l'intégralité de l'Afghanistan sont devenues bien réelles, ramenant éventuellement la situation sur le terrain à celle d'avant l'invasion américaine. Le retrait des troupes américaines et de leurs alliés de l'OTAN a été salué par certains et critiqué par d'autres. Mais une chose est sûre et tout le monde semble être d'accord : la mission de 20 ans dirigée par les États-Unis pour vaincre les talibans a été un échec total.

    En l'absence de forces américaines et de l'OTAN, il reste à voir combien de temps le gouvernement afghan pourra tenir bon face à un ennemi qui continue de prendre le contrôle de toujours plus de régions du pays. Et l'absence de réponse de l’administration Biden ne peut que mettre les talibans en confiance. Sans le soutien aérien direct américain, les moyens de renseignement et un soutien logistique bientôt indisponibles pour l'armée afghane, celle-ci aura d'immenses difficultés à faire face à l’offensive des talibans. Le retrait éventuel des sous-traitants américains toujours présents aux côtés de l'armée afghane va encore aggraver la situation et pourrait immobiliser une grande partie de l'armée de l'air afghane dans les semaines suivant leur départ.

    Semblable à leur retrait d'Irak en 2011, les États-Unis laissent derrière eux un appareil militaire brisé qui, malgré l'investissement de dizaines de milliards de dollars, est mal préparé pour faire face aux tâches qui lui sont assignées. L’armée américaine a pourtant laissé une immense quantité d'équipement aux forces de sécurité afghanes au cours des deux dernières décennies. On peut citer, entre autres, les quelque 25 000 HMMWV « Humvee. C’est un nombre impressionnant en soi, mais ces véhicules n’offrent pas de protection contre les engins explosifs improvisés (EEI), contrairement aux MRAP utilisés par les forces de l’OTAN. Étonnamment, alors que de tels MRAP ont été mis à la disposition des services de police partout aux États-Unis, les forces de sécurité afghanes devront s'en passer.

    La situation à laquelle l'Afghanistan est confronté après le retrait américain n'est cependant pas un incident isolé dans l'histoire moderne des États-Unis. Après avoir effectivement abandonné son allié le Sud-Vietnam dans les années 1970, laissé derrière lui un Irak paralysé en 2011 et s'est maintenant retiré d'Afghanistan, les célébrations du retour au pays seront entachées par les sombres perspectives de ceux qui souffrent des conséquences de la guerre en Afghanistan pour les décennies à venir. Le zèle avec lequel ces interventions militaires sont commencées n'a d'égal que le degré d'indifférence au sort du pays lorsque les réalités du conflit deviennent trop inconfortables, ouvrant la voie à une tragédie sans fin répétée de catastrophes interventionnistes.

    L’impréparation avec laquelle les États-Unis quittent l'Afghanistan est encore illustrée par l'absence de tout accord sur qui dirigera l'aéroport international de Kaboul (IAP), les forces de sécurité afghanes n'étant actuellement pas à la hauteur de la tâche pour assurer sa sécurité. L'un des pays désignés pour prendre le relai est la Turquie. Ce pays est engagé à l'IAP de Kaboul depuis 2015 et a proposé de gérer et de protéger l'aéroport à l'avenir si elle dispose d'une assistance logistique et financière suffisante. La sécurisation de l'IAP de Kaboul et de ses environs immédiats est vitale pour maintenir les opérations aériennes à l'intérieur et à l'extérieur du pays, les missions diplomatiques et les organisations de développement évitant autrement le pays assiégé.

    Pour la Turquie, l'augmentation de son implication en Afghanistan pourrait être liée à l'assouplissement ou à la suppression des sanctions américaines en place contre le pays suite à son achat du système de missiles S-400. Le soutien turc sera essentiel pour maintenir l'Afghanistan ouvert aux affaires et en même temps enverra un signal fort aux talibans que la région de Kaboul n'est pas à eux.

    Focus sur la « Bayraktar diplomacy » turque
    Au Nagorny Karabakh, comme en Libye,, la Turquie a façonné une toute nouvelle politique étrangère : celle de la diplomatie Bayraktar. Grâce à l’utilisation très efficace des drones Bayraktar, de fabrication turque, Ankara a pu intervenir militairement en soutien de ses alliés à un faible coût financier et humanitaire. La « diplomatie Bayraktar » s’apppuie essentiellement sur un nouveau type de guerre qui est particulièrement adapté aux caractéristiques des conflits modernes. Grâce à ces drones Bayraktar TB2 relativement bon marché, la Bayraktar Diplomacy a en fait propulsé la Turquie au rang d’une puissance régionale sur laquelle il faudra désormais compter, à un moment où la puissance américaine est en retrait.

     

  • Afghanistan : Les talibans mettent en garde la Turquie contre le maintien de soldats en Afghanistan

    Imprimer

    Les talibans ont mis en garde la Turquie, mardi 13 juillet 2021, contre le maintien de troupes turques en Afghanistan après le départ des forces étrangères du pays, dénonçant une décision "condamnable".

    "La décision des dirigeants turcs n'est pas judicieuse, c'est une violation de notre souveraineté et de notre intégrité territoriale", déclarent les talibans dans un communiqué, quelques jours après l'annonce par la Turquie que ses troupes assureraient la sécurité de l'aéroport de Kaboul après la fin du retrait des forces étrangères prévu fin août.
    E6KvJAtXsAgoqsz.jpeg

    Branle-bas de combat au Turkménistan
    Dans un autre développement, le Turkménistan a commencé à déployer des armes lourdes, des hélicoptères et des avions de chasse près de la frontière avec l'Afghanistan et a demandé à ses forces de réserve d'être prêtes.

    L'Iran déploie également des renforts militaires pour sécuriser un poste frontière capturé par les talibans
    Le Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI) a déployé des renforts militaires et de l'artillerie lourde à la frontière avec l'Afghanistan, à la suite de la capture du poste frontière clé d'Islam Qala par les talibans le 8 juillet.

    Selon certains rapports, l'Iran a lancé un ultimatum aux talibans pour qu'ils évacuent la zone frontalière d'Islam Qala.

    Selon les informations locales, la zone frontalière a été complètement sécurisée après l'occupation d'Islam Qala par les talibans.

    "Il n'y a aucun problème avec la sécurité des frontières de l'Iran, et à l'heure actuelle, toute la frontière orientale de l'Iran avec l'Afghanistan est en toute sécurité et en paix", a déclaré dimanche l'agence de presse Xinhua citant Mohammad Pakpour, commandant des forces terrestres du CGRI. 

    Après l'attaque des talibans, un certain nombre de gardes-frontières afghans ont traversé la frontière et se sont réfugiés au bureau des douanes iranien de Dowqarun. Le 11 juillet, le porte-parole de la police iranienne a annoncé qu'ils avaient été rapatriés.

    "Une demande officielle du gouvernement afghan auprès des autorités compétentes de notre pays demandant le retour de leur personnel a été approuvée, et ces employés ont été renvoyés en Afghanistan par avion", a déclaré Mehdi Hajian dans une interview à la télévision d'Etat.

    Vidéo