Armée russe en Syrie

  • Syrie : La Russie a exigé que l'Iran retire ses forces de l'ouest et du centre de la Syrie, affirme ash-Sharq al-Awsat

    Imprimer

    Le journal saoudien basé à Londres Ash-Sharq al-Awsat, citant ses propres sources, écrit que les autorités russes ont exigé que l'Iran retire les milices pro-iraniennes de l'ouest de la province de Hama, et en général de la partie centrale et occidentale de la Syrie.

    La raison de cette demande est la fréquence accrue des frappes aériennes israéliennes sur les dépôts des forces pro-iraniennes, qui sont situés à proximité des lieux de déploiement de l'armée russe. La publication indique que les Russes sont préoccupés par la présence des milices pro-iraniennes. Moscou espère convaincre Israël d'arrêter de frapper des cibles à l'ouest et au centre de la Syrie une fois que les milices pro-iraniennes auront évacué leurs bases à l'ouest du pays, indique l'article.

    Selon Al-Sharq al-Awsat, la demande des autorités russes a été exprimée le 31 août lors d'une réunion entre trois officiers russes et des représentants de l'armée iranienne à l'aéroport de Hama.

    « Des officiers russes ont informé la partie iranienne de la nécessité d'évacuer le quartier général militaire iranien près de l'emplacement du 49e régiment des forces (armées) du régime syrien », a déclaré la source à Al-Sharq al-Awsat. Des systèmes de défense aérienne syriens S-200 et d'autres équipements militaires de fabrication russe se trouvent dans cette installation.

    "Des officiers russes ont également exigé que les Iraniens évacuent une deuxième installation militaire iranienne dans la région de Hamidiya au sud du gouvernorat de Tartous sur la côte syrienne", a ajouté la source.

  • Syrie : le commandement de l'armée russe en Syrie accuse Tsahal de "violation délibérée" de la ligne de séparation Alpha

    Imprimer

    Le général de division Oleg Yegorov, chef adjoint du "centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes" en Syrie, a déclaré que les forces armées israéliennes ont "délibérément violé" la ligne Alpha, qu'elles n'ont pas le droit de franchir conformément à leurs obligations d'appliquer la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, a rapporté l'agence de presse Interfax.

    "Dans le contexte des frappes aériennes israéliennes régulières sur le territoire de la République arabe syrienne, les violations israéliennes de la ligne de démarcation sur le plateau du Golan attirent également l'attention", a déclaré Egorov.

    "Selon la partie syrienne, le 15 août à 13 heures, un char des Forces de défense israéliennes est parti de la montagne de Tell el-Faras en direction de la localité d'al-Sabah, puis en direction de la localité d'Ain Issa, où il s'est arrêté pendant 10 minutes, en pointant démonstrativement son canon vers les positions de l'armée arabe syrienne situées derrière la ligne de séparation "Bravo". Après cela, il est parti dans la direction opposée", a déclaré le général russe.

    M. Yegorov a déclaré qu'"il s'agissait d'une violation délibérée de la ligne de démarcation Alpha, qui ne peut être franchie par Israël conformément aux obligations qu'il a contractées pour mettre en œuvre la résolution 350 du Conseil de sécurité des Nations unies du 31 mai 1974 sur la séparation des parties du conflit syro-israélien.

  • Syrie : Les défenses aériennes russes ont repoussé une attaque de drones

    Imprimer

    L'agence d'État syrienne SANA rapporte que les systèmes de défense aérienne russes dans la région de Lattaquié ont abattu deux drones lancés par des forces rebelles. Les drones sont tombés à 2 km de la base aérienne russe de Hmeimim

    Le rapport de SANA affirme que l'attaque a été menée par des "terroristes de la région d'Idlib". La région est contrôlée par le groupe islamique Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à Al-Qaïda, et par plusieurs factions rebelles soutenues par la Turquie.

    Ce n'est pas la première attaque de ce type, mais elles sont régulièrement repoussées par les défenses aériennes russes et syriennes.

    La base aérienne de Hmeimim, le quartier général des forces russes en Syrie, est protégée par un réseau de défense aérienne à plusieurs niveaux. Plusieurs systèmes de défense aérienne S-400, Pantsir-S et Tor sont connus pour être déployés sur la base stratégique.

  • Syrie : Tsahal a attaqué une ferme du Hezbollah au sud de Tartous

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) , rapporte qu'au petit matin du samedi 2 juillet, l'armée israélienne a attaqué une ferme, que le Hezbollah utilisait à des fins militaires et commerciales, dans les environs d'Al Hamidiyah (au sud de la ville syrienne de Tartous, près de la frontière avec le Liban ) .

    Plusieurs explosions puissantes ont été entendues. Le système d'alerte aux bombardements n'a pas fonctionné, indique le rapport.

    L'OSDH confirme un rapport de l'agence d'État syrienne SANA selon lequel deux personnes (un homme et une femme) ont été blessées, toutes deux légèrement.

    Les dommages causés ne sont pas encore clairs. Selon SANA, ce sont des "fermes avicoles" qui auraient été touchées.

    Selon la partie syrienne, la frappe a été menée par des avions israéliens survolant la mer Méditerranée dans l'espace aérien libanais, à l'ouest de la ville libanaise de Tripoli.

    Il convient de noter que dans la ville portuaire de Tartous (à 10-15 km au nord d'Al-Khamidiyah, où la cible a été touchée), il existe un point de soutien logistique russe pour la marine russe, qui est couvert par un système de défense aérienne en couches , qui comprend des complexes de systèmes de défense aérienne à longue portée S-400 et des complexes à courte portée Tor-M2 et Pantsir-S1. Cependant, aucun de ces complexes n'est intervenu.

     

  • Сирия: Pоссийские военные укрепляются на севере Сирии

    Imprimer

    Российские военные провели воздушную разведку вокруг города Таль-Рифат и прилегающих районов на севере Сирии, чтобы укрепить свои позиции, сообщает турецкое агентство Anadolu.

    Сообщается также, что российские военные доставили на аэродром "Камышлы" ЗРК "Панцирь-С1".

    В публикации Anadolu говорится о том, что армия РФ пытается "помешать террористическим группировкам, поддерживаемым Ираном, усилить свое влияние в Таль-Рифате".

    В этом контексте турецкое агентство утверждает, что российские военные в конце мая не допустили встречи между представителями курдского командования и иранцами, применив для этого РСЗО "Град".

    Anadolu пишет об увеличении численности российских военнослужащих в сирийских районах Айн-Иса, Таль-Тамр, Манбидж, Айн эль-Араб и Камышлы.

    6 мая израильский сайт Debka сообщал, что российские подразделения, дислоцированные в Сирии, якобы собираются на авиабазах "Хмеймим", "Камышлы", "Дир аз-Зур" и Т4, "готовые к переброске некоторых из них на украинский фронт". Со ссылкой на неназванные военные источники Debka утверждал, что "русские передают ключевые базы иранской Революционной гвардии и "Хизбалле"". Данная публикация сайта Debka не была подтверждена никакими источниками в Израиле или в Сирии.

  • Syrie : L'armée russe se renforce dans le nord du pays

    Imprimer

    L'armée russe a effectué une reconnaissance aérienne autour de la ville de Tal Rifaat et des zones environnantes dans le nord de la Syrie pour renforcer sa position, selon l'agence de presse turque Anadolu.

    Il est également rapporté que l'armée russe a installé un système de défense aérienne Pantsir-S1 sur l'aérodrome de Qamishli.

    Selon l'agence turque Anadolu, l'armée russe essaie "d'empêcher les milices soutenus par l'Iran d'accroître leur influence à Tal Rifaat".

    L'agence turque affirme que l'armée russe a empêché fin mai une rencontre entre des représentants du commandement kurde et les Iraniens, en tirant des missiles Grad sur le secteur où devait se dérouler la rencontre.

    Anadolu a constaté une augmentation du nombre de soldats russes dans les régions syriennes d'Ain Isa, Tal Tamr, Manbij, Ain al-Arab (Kobane en Kurde) et Qamishli.

    Le 6 mai, le site Internet israélien Debka avait rapporté que des unités russes stationnées en Syrie auraient été rassemblées sur les bases aériennes de Hmeimim, Qamishli, Deir ezZor et T4, dans l'éventualité d'un transfert sur le front ukrainien ». Citant des sources militaires anonymes, Debka a affirmé que "les Russes remettraient les bases clés aux Gardiens de la révolution iraniens (CGRI) et au Hezbollah". Cette information, publiée sur le site Web de Debka, s'est révélée fausse.

  • Syrien: Ryssland svarar på Turkiets hot genom att skicka stridsflygplan och helikoptrar till nordöstra Syrien

    Imprimer

    Lördagen den 28 maj skickade rysk militär förstärkningar till flygplatsen i Qamishli i nordöstra Syrien, vilket verkar vara ett svar på de senaste turkiska hoten i regionen.

    Enligt ryska och syriska källor omfattade förstärkningen ett antal Su-34 jaktbombare och Ka-52 attackhelikoptrar. Förra året förstärkte den ryska armén sin närvaro på flygplatsen i Qamishli och gjorde den till sin huvudbas i nordöstra Syrien.

    Utplaceringen skedde i samband med rapporter om pågående förberedelser av den turkiska militären och syriska rebeller som är allierade med Ankara för att inleda en ny storskalig operation mot de kurdledda syriska demokratiska styrkorna (SDF) i norra och nordöstra Syrien.

    I vad som verkar vara ett försök att varna Turkiet för ett sådant äventyr genomförde syriska arabiska armén och ryska militärpolisenheter en gemensam patrull tillsammans med SDF-tjänstemän längs frontlinjerna i den nordöstra regionen på morgonen. Patrullen eskorterades av flera ryska attackhelikoptrar.

    Före den gemensamma patrullen släppte stridsflygplan från ryska flygstridskrafter ett antal blixtbomber över turkiskt ockuperade områden i nordöstra regionen som en tydlig varning till Turkiet och dess allierade.

    Efter ett kabinettsmöte den 23 maj sade Turkiets president Recep Tayyip Erdogan att Ankara skulle inleda en militär operation i Syrien för att knyta samman två områden som redan kontrolleras av Turkiet i landets norra och nordöstra regioner.

    Sedan dess har den turkiska militären och dess syriska allierade skickat stora styrkor till båda områdena och intensifierat sina artillerield mot de områden som hålls av SDF.

    USA har varnat Turkiet för att inleda en ny operation i Syrien. Till skillnad från de ryska och syriska styrkorna har den USA-ledda koalitionen dock inte vidtagit några åtgärder för att avskräcka den turkiska armén och dess ombud.

    Det kommer inte att vara möjligt för Turkiet att inleda en ny militär operation mot SDF i Syrien utan grönt ljus från USA. Washington skulle kunna ge Ankara grönt ljus om landet drar tillbaka sina invändningar mot Finlands och Sveriges medlemskap i Nato. Därför är SDF:s enda chans att överleva förmodligen att förbättra förbindelserna med Moskva och Damaskus, som har betydande styrkor i den norra och nordöstra regionen.