Armée russe en Syrie

  • Syrie : l'armée russe quitte l'aérodrome T4, qui reste sous le contrôle des forces pro-iraniennes

    Imprimer

    Les médias syriens de l'opposition ont rapporté que l'armée russe avait commencé le 16 février à redéployer une partie importante de ses forces depuis l'aérodrome T4, près de Palmyre,  dans le gouvernorat de Homs.

    11 camions avec des dizaines de militaires russes et beaucoup de matériel logistique ont quitté la base T4.

    Le redéploiement devrait être achevé le matin du 18 février.

    Après le départ des "Russes", l'aérodrome T4 restera sous le contrôle total des forces pro-iraniennes.

    Il est possible que T4 devienne bientôt la cible d'attaques de l'armée de l'air israélienne.

    Auparavant, comme l'ont rapporté les médias syriens, des avions israéliens ont déjà attaqué à plusieurs reprises des cibles militaires sur l'aérodrome T4.

  • Syrie: 2 civils tués dans une attaque dans la province d'Alep

    Imprimer

    Un policier affilié à des groupes d'opposition et son fils sont morts à la suite d'une attaque dans la ville d'al-Bab, dans le nord-ouest de la Syrie, le mercredi 17 février. 

    L'attaque n'a pas encore été revendiquée et on ignore qui est derrière cette attaque. Cependant, la ville d'al-Bab, placée sous le contrôle de l'Armée turque et de ses alliés syriens, connaît depuis un certain temps un état de chaos et des conditions de sécurité de plus en plus précaires. Selon des sources locales, le policier et son fils ont été agressés alors qu'ils se trouvaient à proximité d'une clinique située dans le centre-ville, quelques heures après que la population ait rapporté avoir entendu deux fortes explosions. La veille, le 16 février, une autre personne avait été tuée et 3 autres blessées suite à l'explosion d'une voiture piégée dans la même ville. Selon le journal, il y a eu plusieurs attaques perpétrées à al-Bab contre les membres de groupes rebelles syriens alliés à la Turquie et qui combattent  l'Armée Arabe Syrienne fidèle au président Bashar al-Assad. Les civils sont souvent victimes de ces attaques

    La Turquie accuse les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une alliance multiethnique et multireligieuse, composée principalement de Kurdes, mais aussi d'Arabes, de Turkmènes, d'Arméniens et de Tchétchènes, dont le bras armé principal, sont les Unités de protection du peuple kurde (YPG). Les combattants kurdes du YPG se sont retirés d'al-Bab à la suite des différentes opérations menées par la Turquie. Pour Ankara, en effet, il n'y a pas de différence entre les combattants du YPG et les "terroristes" du PKK, le parti indépendantiste kurde de Turquie.

    Dans le même temps, le même journal a rapporté qu'entre le 15 et le 16 février, des milices alliées au gouvernement syrien et soutenus par la Russie ont envoyé des renforts à Alep Est, mais on ne sait pas quelle est la raison de cette mobilisation. Selon ce qui a été précisé, des centaines de véhicules militaires, environ 300 et près de 1200 soldats ont été transférés des fronts de combat dans les zones au sud d'Edleb, de la zone de Masyaf et de Hama vers les environs de la ville d'al-Bab, dans la périphérie orientale d'Alep. Selon des sources militaires, Damas et Moscou voudraient accroître leur présence dans la province d'Alep même si l'hypothèse d'une nouvelle opération militaire contre les groupes rebelles pro-turcs dans la région doit être exclue. Selon certains analystes, l'objectif du gouvernement syrien pourrait être également de protéger le point de passage situé près d'al-Bab,

     

  • Syrie : La coalition anti-Daech installe une base militaire le long de la frontière turco-syrienne

    Imprimer

    La coalition anti-Daech dirigée par les États-Unis doit établir une nouvelle base militaire le long de la frontière turco-syrienne pour empêcher les jihadistes de s'échapper de Syrie.

    La base sera située dans la région d'Ain Dewar, dans la province de Hasakeh, au nord-est de la Syrie.

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a confirmé l'arrivée d'un convoi de la coalition, avec plus de 50 véhicules et camions, dans ce secteur, la semaine dernière.

    Le convoi militaire, transportant des véhicules blindés, du matériel logistique et des armes, aurait été vu traverser le nord-est de la Syrie depuis la zone gouvernée par le gouvernement régional du Kurdistan dans le nord de l'Irak.

    La coopération locale potentielle avec les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), qui compte une majorité de miliciens kurdes, dans la lutte contre Daech devrait susciter la colère d'Ankara, car elle accuse les FDS d'être liées au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

    Les États-Unis ont annoncé la formation d'une large coalition internationale pour vaincre Daech en septembre 2014, et la Turquie a commencé à participer à la coalition l'année suivante en ouvrant sa base aérienne d'Incirlik au sud aux forces de la coalition.

    Nicholas Heras, directeur des relations gouvernementales à l'Institut pour l'étude de la guerre basé à Washington, a déclaré que l'emplacement d'une nouvelle base à Ain Dewar est une décision logique qui confirme l'intention des Etats Unis d'avoir une présence à long terme dans le nord-est de la Syrie.

    "La base serait située près du point d'entrée le plus important dans le nord-est de la Syrie depuis la région du Kurdistan d'Irak, où la plupart des voies terrestres de ravitaillement et de renfort entrent en Syrie pour mener la lutte contre l'Etat islamique, a-t'il déclaré. 

    Heras a ajouté que les Américains pourraient également déployer des moyens aériens, tels que des drones, à partir de cette base,  utiles pour la reconnaissance et pour cibler les principaux dirigeants restants de Daech.

    «Cependant, Ain Dewar est une base d'opérations avancée, ce ne sera pas une base de la taille d'Incirlik», a-t-il ajouté.

    «Incirlik est une installation majeure qui a joué un rôle important dans la planification de l'OTAN pendant plus d'un demi-siècle. Le but d'Incirlik est stratégique: soutenir les opérations de l'OTAN contre une grande puissance rivale, en particulier la Russie.

    La base d'Ain Dewar est destinée à soutenir une campagne spécifique sur un théâtre spécifique, une campagne de contre-terrorisme dans le nord-est de la Syrie contre Daech.

    La base d'Ain Dewar sera en relation avec la base de l'aéroport d'Erbil plutôt que celle d'Incirlik.

    Pour Navvar Saban, analyste militaire du Centre d'études stratégiques d'Omran basé à Istanbul,  la nouvelle base était nécessaire pour la stratégie américaine dans la région.

    «Suite au retrait de plusieurs troupes américaines, la présence américaine était remise en question par les milices pro-iraniennes et Daech qui multipliaient leurs attaques. Par conséquent, c'était nécessaire pour protéger la zone des attaques des groupes terroristes »

  • Syrie : Une faction d'al-Qaida revendique la mort de 11 militaires syriens et russes lors d'une frappe à la roquette au sud d'Edleb - pas de confirmation

    Imprimer

    Ansar al-Tawhid, affilié à Al-Qaïda, a affirmé dimanche 7 février que des militaires syriens et russes avaient été tués lors d'un tir de roquettes par ses forces sur la ville de Kafr Nubl, tenue par le gouvernement, dans le sud de la province d'Edleb.

    La frappe aurait visé un quartier général conjoint de l'armée arabe syrienne et des forces russes. Plusieurs roquettes lourdes «Burkan» ont été tirées sur le QG.

    photo_2021-02-07_14-01-40-768x432.jpg

    Le Burkan est une fusée artisanale propulsée par quatre boosters Grad 122 mm. Ansar al-Tawhid a déclaré que le quartier général avait été touché. Cependant, ces fusées artisanales sont connues pour leur manque de précision.

    Selon les affirmations du groupe terroriste, le capitaine Daniel Zvariv, un conseiller militaire russe, a été tué dans l'attaque. Deux autres militaires russes, Marat Medvedev et Doridaro Zaven, auraient été blessés.

    Le groupe a poursuivi en affirmant que la frappe avait également coûté la vie à sept soldats syriens du 5e Corps d'assaut pro-russe et trois soldats de la 25 e division. 12 autres soldats auraient été blessés.

    Ces affirmations  n'ont pas encore été confirmées par aucune source crédible.

    Ansar al-Tawhid est un proche allié de Hay'at Tahrir al-Sham (HTS) lié à al-Qaïda, la principale organisation rebelle du Grand Edleb et membre de la salle des opérations d'al-Fateh al-Mubeen.

    Selon le Centre de réconciliation russe en Syrie, HTS a mené 23 attaques avec de l'artillerie, des mortiers ou des roquettes au cours des dernières 24 heures. 13 des attaques ont touché des positions à Edleb, cinq à Alep, 3 à Hama et 2 à Lattaquié.

    Les attaques répétées de HTS et de ses alliés menacent le cessez-le-feu dans le Grand Idlib, qui a été négocié par la Russie et la Turquie le 5 mars de l'année dernière. Ces attaques pourraient bientôt conduire à une nouvelle confrontation militaire dans la région.

  • Syrie : A bord d'hélicoptères russes Mi-8 et Mi-35 en patrouille au-dessus de l'autoroute M-4

    Imprimer

    Une vidéo de la Zvezda TV du ministère russe de la défense montre des patrouilles d'hélicoptères militaires Mi-8 et Mi-35 le long de l'autoroute M4 dans le centre de la Syrie. La vidéo montre comment les hélicoptères assurent la protection d'une colonne de véhicules civils qui se déplacent sur l'autoroute qui relie les villes de Homs et Deir Ezzor.

    Les forces aérospatiales russes ont déployé leurs hélicoptères militaires dans la région pour assurer la sécurité des convois se déplaçant le long de l'autoroute en réponse à la récente augmentation des attaques de l'Etat islamique dans la région.

     

  • Syrie : Les Forces Démocratiques Syriennes repoussent une attaque turque sur l'autoroute M-4 dans le nord-est

    Imprimer

    Dans la soirée du 30 janvier, les Forces démocratiques syriennes (FDS)s, une coalition de groupes armés majoritairement kurdes et aidés par les Etats-Unis,  ont repoussé une attaque des forces turques sur l'autoroute M4 dans le nord-est de la Syrie.

    Des militants soutenus par la Turquie ont tenté d'infiltrer les lignes de défense des FDS à l'ouest d'Ain Issa, dans le nord de Raqqa, pour atteindre l'autoroute. Le plan des rebelles pro-turcs était apparemment de bloquer la circulation sur l'autoroute. Cependant, les miliciens pro-turcs se sont heurtés aux  combattants des FDS, qui ont repoussé l'infiltration après de violents affrontements.

    L'autoroute M4 relie Hassakeh à Raqqa et à la partie nord-est d'Alep. Plusieurs unités de la police militaire russe protègent les voyageurs civils le long de l'autoroute.

    Par ailleurs, l'agence de presse Hawar a rapporté que l'armée turque était en train de construire son troisième poste dans la banlieue d'Ain Issa.

    Le nouveau poste est en cours de construction près du village d'al-Misherfah, à 1 km au nord de la M4 et à 3 km au nord-est d'Ain Issa. Plus tôt ce mois-ci, les forces turques avaient construit un poste d'observation au même endroit.

    Les forces turques ont des yeux sur Ain Issa depuis plusieurs mois maintenant. L'emplacement de la ville sur la M4 et sa proximité avec le centre-ville de Raqqa en font l'un des centres urbains les plus importants du nord-est.

    La présence des forces gouvernementales russes et syriennes empêche cependant les forces turques de lancer une vaste attaque pour s'emparer d'Ain Issa. 

  • Syrie : L'armée arabe syrienne mène une opération sécuritaire pour dégager l'autoroute Homs-Deir ezZor

    Imprimer

    Au moins 5 jihadistes de l'Etat islamique ont été tués, mardi 26 janvier  lors d'affrontements avec les forces gouvernementales sur l'autoroute Homs-Deir Ezzor (M-20) dans le centre de la Syrie.

    Le mercredi 27 janvier, un autre groupe de combattants de Daech a été éliminé par  l'armée arabe syrienne (AAS) près de l'autoroute M20.

    La cellule était responsable de plusieurs attaques récentes contre des membres de l'armée et des civils voyageant entre les villes de Kobajjep et Choulah.

    Selon la source, huit membres de l'Etat islamique ont été tués dans une embuscade tendue par les troupes de l'AAS. Deux pick-ups (photo) armés de mitrailleuses lourdes ont également été détruits.

    Ces derniers mois, le groupe terroriste a considérablement accru ses activités dans le désert central. Cette situation a déclenché une série d'opérations sécuritaires de la part de l'armée syrienne et de ses alliés dans la région. Les forces aérospatiales russes ont également utilisé leurs avions de combat et leurs hélicoptères de pour soutenir ces opérations.

    L'autoroute M20 est maintenant à nouveau sécurisée, selon l'AAS. 

    L