Armée nigériane

  • Nigeria: 87 éléments de Boko Haram tués au cours des opérations militaires dans le nord-est du pays

    Imprimer

    L’armée nigériane a lancé, jeudi 7 octobre 2021, des opérations militaires contre le groupe islamiste Boko Haram dans l’État de Borno (nord-est), qui ont permis de neutraliser 87 terroristes et d'en capturer plusieurs.

    Les informations ont été rapportées par les médias locaux, jeudi, sur la base de déclarations publiées par Bernard Onyoko, porte-parole adjoint du ministère de la Défense.

    Ils ont rappelé qu’environ un millier de membres du groupe s'étaient rendus aux forces armées dans le même État en juillet dernier en raison de la famine.

    Depuis 2009, la violence de Boko Haram a fait plus de 20 000 morts et des millions de déplacés au Nigeria.

    Depuis 2015 l’organisation a également lancé des attaques dans les pays voisins comme le Cameroun, le Tchad et le Niger.

     

  • Nigeria : 8 soldats nigérians tués dans une attaque de djihadistes

    Imprimer

    Au moins huit soldats nigérians ont été tués et plusieurs autres sont portés disparus vendredi 24 septembre 2021 après avoir été pris en embuscade par des djihadistes affiliés à l'Etat islamique dans l'État de Borno, ont indiqué à l'AFP deux sources militaires.

    Un convoi militaire a essuyé des tirs de roquettes des militants de l'État islamique d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) alors qu'il se dirigeait entre les villes de Dikwa et Marte dans la région du lac Tchad, ont indiqué les sources.

    Huit autres soldats et un milicien anti-jihadiste ont été blessés dans l'attaque, a déclaré un officier militaire.

    Les jihadistes ont emporté deux véhicules militaires et incendié trois autres.

    Il s'agissait de la deuxième attaque en moins de deux semaines par les djihadistes de l'ISWAP, qui mènent une insurrection islamiste depuis 12 ans dans le nord-est du Nigeria.

    Plus tôt ce mois-ci, 16 soldats nigérians et deux milices anti-jihadistes ont été tués dans une autre embuscade tendue par des combattants alliés à l'Etat islamique alors qu'ils patrouillaient sur une autoroute dans le nord-est de l'État de Borno.

    L'ISWAP a récemment intensifié les attaques contre les civils le long de l'autoroute Maiduguri-Monguno longue de 135 kilomètres où ils ont installé des points de contrôle, volant et tuant des automobilistes, selon les récits de résidents locaux.

    Les attaques quasi-quotidiennes ont incité des patrouilles militaires le long de l'autoroute, ont indiqué des sources militaires.

    Depuis 2019, les soldats ont fermé des bases militaires plus petites et se sont installés dans des garnisons fortifiées plus grandes, connues sous le nom de « super camps », afin de mieux résister aux attaques des militants.

    Mais les critiques disent que la stratégie du « super camp » a également permis aux militants de se déplacer librement dans les zones rurales et a rendu les voyageurs plus vulnérables aux enlèvements.

    Le conflit s'est propagé au Niger, au Tchad et au Cameroun voisins.

     

  • Nigeria : l'Etat islamique dans la province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) inflige de lourdes pertes aux forces gouvernementales

    Imprimer

    Les combattants de l'Etat islamique de la province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont infligé de lourdes pertes aux forces gouvernementales nigérianes lors de deux attaques récentes dans l'État de Borno, au nord-est.

    Lors de la première attaque, qui a eu lieu le 13 juillet, les islamistes ont visé plusieurs postes des forces locales pro-gouvernementales près de la ville de Lambwa.

    Quatre combattants et un civil, prétendument un espion du gouvernement, ont été tués par les djihadistes. Au cours de l'attaque, les membres de l'Etat islamique ont également capturé une camionnette et mis le feu à plusieurs maisons.

    La deuxième attaque, plus importante, a eu lieu le 15 juillet. Les guérilleros de l'Etat islamique ont pris d'assaut une base des forces armées nigérianes dans la ville de Kawri. Au moins un militaire a été tué.

    Au cours de l'attaque, les islamistes ont incendié un véhicule blindé de transport de troupes Mowag Piranha I de fabrication suisse, une voiture blindée Panhard AML de fabrication française et une camionnette. Les djihadistes ont également capturéquatre camionnettes ainsi que des quantités d'armes et de munitions.
    photo_2021-07-17_20-22-40.jpegphoto_2021-07-17_20-22-44.jpegphoto_2021-07-17_20-22-49.jpeg

    Les combattants de l'Etat islamique ont intensifié leurs attaques contre les forces gouvernementales nigérianes et les civils au cours des dernières semaines. Les islamistes ont mené des attaques dans les provinces de Borno, Yobe et Adamawa.

    Le groupe islamiste radical a établi une forte présence au Nigeria au cours de la dernière année. Malgré les efforts du gouvernement, la menace posée par le groupe continue de croître.

  • L'Etat islamique a intensifié ses actions au Cameroun, en Somalie, au Nigéria et au Congo 

    Imprimer

    Des mouvements revendiquant leur affiliation à l'Etat islamique ont intensifié leurs opérations militaires dans différentes régions d'Afrique au cours des dernières semaines. Les membres du groupe islamiste radical ont lancé des attaques au Cameroun, en Somalie, au Nigeria et au Congo.

    Cameroun
    Le 27 juin, des combattants de l'Etat islamique au Cameroun ont pris d'assaut une base militaire et ont tendu une embuscade à une unité des forces gouvernementales près de la ville de Sandoa Gry dans la région de l'Extrême-Nord. 26 militaires camerounais ont été tués. Les islamistes ont également détruit un véhicule et saisi des armes.

    Somalie
    Le 28 juin, les cellules du groupe terroriste en Somalie ont ciblé deux policiers qui collectaient des impôts dans la ville de Tibili Sheikh Ibrahim sur la route Afgoye-Mogadiscio à l'aide d'un engin explosif improvisé (IED). Les deux policiers ont été tués.

    Nigeria
    Au Nigeria, des jihadistes de l'Etat islamique ont tendu une embuscade à un convoi des Forces armées nigérianes (NAF) sur une route reliant les villages de Cutmbi et Bulingua dans l'État de Borno, au nord-est, le 27 juin. Deux militaires nigérians ont été tués.

    Le lendemain, les islamistes ont tendu une embuscade à un deuxième convoi de la NAF sur une route entre les villages de Bulka et Bama à Borno. Les terroristes ont saisi cinq motos après avoir tué ou blessé des militaires nigérians.

    Congo
    Le 29 juin, des combattants de l'Etat islamique au Congo ont attaqué un certain nombre de bâtiments gouvernementaux dans la ville d'Evao, dans la province de l'Ituri, au nord-est. Plusieurs bâtiments ont été incendiés par les islamistes. Le lendemain, les terroristes ont abattu deux militaires congolais dans la ville de Bandi Mbisi en Ituri. Un fusil d'assaut a été saisi par les terroristes.

    Alors que l'Etat islamique fait face à de sérieuses pressions au Moyen-Orient, il continue de croître dans différentes parties de l'Afrique. La menace du groupe terroriste en Afrique devrait être traitée plus sérieusement par l'Union africaine et les Nations Unies.

  • Nigéria : 11 membres des forces de sécurité nigérianes tués par des mines posées par les djihadistes de Boko Haram

    Imprimer

    11 membres du personnel de sécurité, dont quatre soldats, ont été tués par des mines terrestres posées par des insurgés de Boko Haram dans le nord-est du Nigéria, ont annoncé mardi des sources sécuritaires.

    Sept chasseurs recrutés pour soutenir l'armée dans la lutte contre les insurgés ont été tués mardi lorsque leur véhicule a heurté une mine terrestre dans le village de Kayamla, Maiduguri, capitale de l'État de Borno.

    Les chasseurs ont été tués lorsque leur véhicule a heurté une mine alors qu'ils poursuivaient les insurgés de Boko Haram.

    "Sept chasseurs sont morts dans l'explosion et neuf autres sont grièvement blessés", a déclaré à l'AFP Babakura Kolo, le chef d'une milice anti-jihadiste locale.

    De même, quatre soldats ont été tués lundi lorsque leur véhicule a heurté une mine posée par des combattants de Boko Haram dans le village de Logomani près de la frontière avec le Cameroun, ont indiqué à l'AFP deux sources sécuritaires.

  • Nigeria : Les troupes nigérianes affrontent l'Etat islamique (ISWAP) et Boko Haram à Gwoza, Ngala

    Imprimer

    L'armée nigériane a repoussé les attaques de l'État islamique de la Province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) à Wulgo et de Boko Haram à Gwoza dans l'État de Borno, au nord-est du Nigéria, le lundi 26 avril.

    Rappelons qu'ISWAP a rompu avec Abubakar Shekau, le dirigeant de Boko Haram en 2016.

    Des sources locales ont déclaré que les troupes nigérianes étaient engagées dans des affrontements féroces avec l'ISWAP dans la ville de Wulgo dans la zone du gouvernement local de Ngala située dans la partie centrale de l'État de Borno. La ville est adjacente à la frontière avec le Cameroun.

    De même, les troupes de la ville de garnison de Gwoza, dans le sud de Borno, ont repoussé une incursion d'insurgés de Boko Haram.

    Entre 2014 et 2015, la ville de Gwoza a servi de quartier général de Boko Haram, mais l'armée a repris la ville de Gwoza en mars 2015, permettant aux habitants déplacés de revenir progressivement.

    Selon Médecins sans frontières , Gwoza abrite 60 000 personnes, dont beaucoup sont des déplacés par le conflit.

    Plus de 37 000 personnes ont été tuées et des millions ont été déplacées par le conflit avec les djihadistes de Boko Haram.

  • Nigeria : les djihadistes de l'Etat islamique (ISWAP) tendent une embuscade à l'armée dans l'Etat de Borno

    Imprimer

    Les djihadistes de l'Etat islamique de la province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont mené une attaque complexe contre un convoi militaire et une base dans la région de Mainok de l'État de Borno, au nord-est du Nigéria.

    Information en cours d'investigation.