Armée Nationale Syrienne (ANS)

  • Syrie : Des rebelles syriens pro-turcs abattent un drone russe au nord d'Alep

    Imprimer

    Mercredi 13 octobre, un drone russe Orlan-10 s'est écrasé à la périphérie de la ville de Marea, dans le nord de la province d'Alep. La ville est occupée par les Turcs.

    L'armée nationale syrienne (ANS) soutenue par la Turquie, a affirmé que le drone avait été abattu par ses rebelles pro-turcs. La revendication de  l'opposition syrienne été démentie d'autres rebelles syriens qui ont affirmé que le drone était tombé à la suite d'une défaillance technique. Les photos de l'épave du drone ne montrent aucun dommage réel.

    L'Orlan-10 a une durée de vol de 16 heures et une autonomie de 140 km. Le drone peut être équipé de plusieurs types de capteurs pour effectuer différentes missions dont la reconnaissance, la cartographie 3D, la guerre électronique et le relais de communication.

    Il s'agit du septième Orlan-10 russe perdu en Syrie cette année.

  • Syrie : Au moins 5 morts dans une explosion à Afrin sous contrôle turc

    Imprimer

    Au moins 5 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées par l'explosion d'un camion piégé dans  la ville d'Afrin, au nord d'Alep.

    Le véhicule piégé était garé près du marché d'al-Hal qui est généralement très fréquenté. Ce secteur est sous le contrôle de rebelles syriens pro-turcs du groupe Armée Nationale Syrienne (ANS). L'explosion a eu lien non loin du siège de Jaysh al-Islam (Armée islamique).

    Afrin a été le théâtre de nombreuses attaques, soit aux engins explosifs improvisés (IED), ou aux voitures et motos piégées. 

    Plus tôt dans la matinée, les forces kurdes auraient tiré plusieurs obus de mortier visant les positions turques situées près de la ville frontalière de Karkamysh. Aucune victime n'a été signalée.

    L'attaque d'Afrin intervient après que deux officiers turcs aient été tués lors d'une attaque à la roquette guidée dans le nord d'Alep le 10 octobre.

    Des groupes de guérilla kurdes, dont les Forces de libération d'Afrin, mènent des insurrections à Afrin et dans d'autres zones occupées par les Turcs dans le nord de la province d'Alep depuis plusieurs années, depuis l'invasion des forces turques.

     

  • Syrie : Voiture piégée à Afrin et bombardements à Deraa malgré l'accord de cessez-le-feu

    Imprimer

    Une voiture piégée a explosé, dimanche 5 septembre 2021 dans la ville d'Afrin, dans le gouvernorat d'Alep, dans le nord de la Syrie, faisant trois morts.

    Par ailleurs, les forces gouvernementales ont bombardé Deraa al-Balad (sud) dans les premières heures de l'accord de cessez-le-feu.

    L'Etat turc de Hatay a indiqué dans un communiqué qu'une voiture garée dans le quartier d'Achrafieh au centre d'Afrin avait explosé dimanche après-midi, tuant 3 civils et en blessant 6 autres, dont 3 enfants.

    Il a ajouté que les blessés avaient été transportés à l'hôpital. Les forces de sécurité locales ont lancé une enquête sur l'attentat à la bombe en coordination avec la province de Hatay.

    Les forces turques avaient pris le contrôle de la ville d'Afrin dans le cadre de l'opération Rameau d'olivier, qu'elles ont menée en coopération avec l'armée nationale syrienne d'opposition en 2018.

    Bombardement de Deraa al Balad
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté que 3 personnes avaient été tuées à Deraa Al-Balad à la suite de bombardements avec des missiles hautement explosifs des forces gouvernementales stationnées à proximité de la zone.

    L'observatoire a indiqué que le bombardement est intervenu dans les premières heures du cessez-le-feu temporaire négocié par la Russie entre les combattants de la ville et les forces gouvernementales.

    L'observatoire a indiqué qu'un calme prudent régnait sur les axes de Deraa al-Balad, le camp et la route d'Al-Sad dans le gouvernorat de Deraa, dimanche soir, les chars de l'armée syrienne tirant par intermittence sur plusieurs endroits de la zone. Les bombardements de l'armée syrienne se sont produits au moment même où la trêve temporaire à Deraa devait entrer en vigueur.

    Le dernier délai pour que les combattants rebelles se rendent ou acceptent d'être expulsés de la ville se termine lundi à dix heures du matin. L'armée russe soutiendra l'opération militaire que les forces gouvernementales menacent de lancer si les autorités locales et les combattants rebelles ne répondent pas à l'accord avec toutes ses clauses.

    Dans un contexte proche, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme a fait état de l'assassinat de deux membres du service de renseignement de l'armée de l'air dans la ville de Dael, dans la province de Deraa.

     

     

     

  • Syrie : Des avions non identifiés ciblent l'opposition syrienne pro-turque à Afrin

    Imprimer

    Cinq frappes aériennes ont été menées par des avions non identifiés contre le quartier général militaire de la Légion Al-Sham (Légion levantine) dans la province d'Afrin en Syrie, a déclaré, mardi 31 août 2021, l'alliance d'opposition Armée Nationale Syrienne. Vidéo. Vidéo 2

    Dans une déclaration diffusée par le média Al Mohrar, la légion a affirmé qu'un avion de chasse russe avait mené les frappes contre la ville de Basutane, au sud d'Afrin.

    Aucune victime n'est à déplorer du fait que les membres du groupe étaient en sortie d'entraînement, précise la déclaration.

    Afrin a été en grande partie débarrassée des miliciens kurdes des YPG en 2018 par l'offensive turque baptisée ''Rameau d'olivier'', mais le groupe kurde cible toujours les positions des rebelles pro-turcs et de l'armée turque.

    C'est l'une des trois opérations contre les miliciens kurdes que la Turquie a lancées depuis 2016 à travers sa frontière dans le nord de la Syrie, afin d'empêcher les combattants kurdes syriens de s'installer le long de la frontière turque. Les deux autres opérations sont le "Bouclier de l'Euphrate" (2016) et "Source de paix" (2019).

  • Syrie : Les rebelles pro-turcs déjouent une attaque de deux femmes kamikazes à Afrin, une ville syrienne sous contrôle turc

    Imprimer

    Jeudi 1er avril, l'Armée Nationale Syrienne (SNA), un groupe de rebelles pro-turcs, a déjoué un attentat suicide au cœur de la zone d'Afrin, occupée par la Turquie, dans le nord de la Syrie.

    Les unités de sécurité de l'ANS ont appréhendé deux femmes kamikazes qui se déplaçaient dans le centre-ville d'Afrin dans un SUV Hyundai Santa Fe. Les femmes portaient des ceintures explosives, qui ont été démontées par des démineurs appelés sur place.
    Al-Mohrar, un média affilié à l'ANS, a affirmé que les deux kamikazes étaient affiliés aux Forces Démocratiques Syriennes (FDS) dirigées par les Kurdes.

    Les unités de protection du peuple et d'autres factions des FDS sont connues pour avoir mené des attaques à Afrin. Cependant, ces forces n'effectuent pas d'attentats suicides, ce qui suscite le doute quant à l'exactitude des accusations.

    Les attentats-suicides pourraient être liés à l'Etat islamique, dont les cellules sont connues pour être actives dans les zones occupées par la Turquie dans le nord et le nord-est, y compris Afrin.

    Afrin connaît un état d'anarchie depuis que la région a été occupée par l'armée turque et ses alliés syriens au début de 2018. Ankara n'a pas encore fait de sérieux efforts pour sécuriser la zone.

    Deux vidéos impressionnantes de l'arrestation des deux femmes kamikazes


  • Syrie : Explosion à Ras al-Aïn tandis que les combats se poursuivent entre Kurdes et pro-turcs

    Imprimer

    Lundi 29 mars, une forte explosion a secoué la ville syrienne de Ras al-Ain dans la province de Hasakeh. L'explosion a eu lieu dans un magasin. Au moins trois civils ont été blessés. La ville de Ras al-Ain est sous le contrôle des forces soutenues par la Turquie.
    2021:03:29 - 2.jpegSelon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH, les Forces Démocratiques Syriennes FDS), dominées par les Kurdes, ont mené avec succès, dimanche 28 mars,  une opération dans la ragion de Ras al-Ain, tuant 5 rebelles pro-turcset en blessant 3 autres.

    Plus tôt dans la journée du 29 mars, des affrontements entre les FDS et les rebelles pro-turcs soutenus ont été signalés dans le district de Sher à Afrin. Des sources kurdes ont affirmé que des militants pro-turcs avaient lancé une attaque contre le village de Maranaz, mais ils ont été repoussés et le village est resté sous le contrôle des FDS.

    Les deux camps ont prétendu avoir infligé des pertes dans les rangs adverses. Les Kurdes ont partagé la photo de l'un des militants pro-turcs tués, identifié comme Abu Hafs. De son côté, l'Armée Nationale Syrienne (pro-turque) a affirmé qu'au moins 10 combattants kurdes avaient été tués, sans fournir de preuves.

    Des affrontements entre rebelles pro-turcs  et les forces kurdes ont lieu continuellement dans le nord de la Syrie.

  • Syrie : Un mort et 10 blessés lors de combats entre rebelles pro-turcs à Afrin

    Imprimer

    Tard, samedi 27 mars, de violents affrontements ont éclaté entre des rebelles pro-turcs dans la région d'Afrin occupée par l'armée turque. Afrin se trouve  dans le nord d'Alep.

    Des militants de la division Hamza se sont affrontés avec un groupe qui a récemment quitté la division et a rejoint le Sham Corps. Les causes des affrontements n'ont pas encore été révélées, mais elles auraient été personnelles.

    Les affrontements ont éclaté dans le district de Bassouta et se sont ensuite étendus pour atteindre les villages voisins de Burj Bdalu, Kafr Zait et Ayn Dara.

    À la suite d'une intervention de la «police militaire», un organe chargé de l'application de la loi soutenu par la Turquie, et du soi-disant «comité conjoint de restitution des droits», les affrontements ont pris fin. La division Hamza et le Sham Corps, deux factions de l'Armée Nationale Syrienne, sont parvenus à un règlement.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), un militant de Sham Corps a été tué. Dix autres militants des deux côtés ont été blessés.

    Les factions soutenues par la Turquie s'affrontent régulièrement dans les parties occupées du nord et du nord-est de la Syrie. Malgré le contrôle total de ces factions, Ankara ne prend aucune mesure pour les empêcher de s'affronter.

    L'armée turque riposte à une attaque des Forces de Llibération d'Afrin (Kurdes)
    Par ailleurs, l'armée turque et les miliciens pro-turcs de l'Armée Noationale Syrienne ont bombardé Shaalah et Zoyane à l'ouest d'Al_Bab après que les forces de libération d'Afrin aient attaqué des positions des miliciens pro-turcs  à Hawzan.