Armée Nationale Syrienne (ANS)

  • Syrie : Des miliciens pro-turcs tués et blessés dans un nouvel attentat à Afrin

    Imprimer

    Vendredi 6 novembre, un nouvel attentat a visé des militants pro-turcs dans la zone d'Afrin occupée par la Turquie dans la province d'Alep.

    Des hommes armés non identifiés ont ouvert le feu sur un véhicule de la brigade Sultan Murad alors qu'il passait sur une route dans le district de Ma'batli. Un militant a été tué et deux autres ont été blessés dans l'attaque, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

    La brigade Sultan Murad est une faction clé de l'Armée Nationale Syrienne, qui règne sur les zones occupées par les Turcs dans le nord et le nord-est de la Syrie.

    L'embuscade à Ma'batli a très probablement été tendue par l'un des groupes de guérilla kurdes actifs dans la région, comme les Forces de libération d'Afrin ou la Salle d'opérations de la Colère des olives.

    Un état de chaos règne dans les zones occupées par les Turcs dans le nord et le nord-est de la Syrie. Des attaques y ont lieu régulièrement.

    L'Etat islamique également actif dans la région
    Il y a deux jours, un haut commandant d'une milice soutenue par la Turquie a été assassiné dans la ville d'al-Bab, dans la province d'Alep. L'Etat islamique a revendiqué la responsabilité de cet attentat dans une déclaration publiée par son agence de presse Amaq le 6 novembre.

    Le même jour, un attentat à la bombe a frappé un poste de contrôle dans la partie occupée par les Turcs dans la province de Raqqa. Un militant a été tué et plusieurs autres ont été blessés.

  • Syrie : Un mort et des blessés lors de l'explosion d'un vélo piégé à Tal Abyad contrôlée par les Turcs

    Imprimer

    Une personne a été tuée et d'autres blessées, mardi, lorsqu'un vélo piégé a explosé dans la ville de Tal Abyad dans le gouvernorat de Raqqa, dans le nord-est de la Syrie.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, le véhicule a explosé dans le village d'Ali Bajlia dans la ville de Tal Abyad, tuant une personne âgée et blessant 3 personnes, dont un enfant.

    Lundi, l'observatoire a déclaré qu'un homme était mort de ses blessures, et 5 autres avaient été blessés par l'explosion d'une bombe sur le marché aux légumes de Ras Al-Ain.

    Il est à noter que Ras al-Ain et Tal Abyad font partie des zones sous le contrôle des factions de l'Armée Nationale Syrienne alliées à la Turquie.

    Ces factions accusent le régime syrien et les milices kurdes d'essayer constamment de menacer la sécurité du nord de la Syrie

  • Syrie : Après les frappes russes contre des rebelles pro-turcs, Erdogan affirme que Moscou ne veut pas d'une "paix durable"

    Imprimer

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a condamné mercredi les frappes russes en Syrie qui ont fait des dizaines de morts parmi les rebelles pro-turcs, accusant Moscou de ne pas vouloir d'une "paix durable" dans le pays ravagé par le conflit.

    "Le fait que la Russie a attaqué un centre d'entraînement de l'Armée Nationale Syrienne dans la région d'Idleb est le signe qu'une paix et une stabilité durables ne sont pas désirées", a déclaré M. Erdogan lors d'un discours à Ankara.

  • Syrie : L'Armée Arabe Syrienne et les combattants locaux ont repoussé une attaque des forces turques près de Manbij

    Imprimer

    Samedi 3 octobre, de lourds affrontements ont éclaté au d'Alep lorsque des combattants syriens pro-turcs ont lancé une attaque sur des positions militaires près de la ville de Daghilyash, dans la périphérie de la ville d'al-Bab.

    Les positions attaquées étaient occupées par des soldats de l'Armée Arabe Syrienne (AAS) et des combattants du Conseil Militaire de Manbij, la branche locale des Forces Démocratiques Syriennes (FDS), composées en majorité de Kurdes

    Les forces turques ont bombardé les positions avant de tenter d'avancer vers les zones tenues par les FDS à l'ouest de Daghilyash.

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a déclaré que les miliciens pro-turcs avaient réussi à infiltrer quelques positions avant d'être repoussés par l'AAS et les combattants locaux.

    Un certain nombre de militants, probablement de la soi-disant Armée Nationale Syrienne (ANS), ont été blessés lors de l'attaque manquée. Aucune perte n'a été signalée parmi le personnel de l'AAS ou les combattants locaux.

  • Syrie : Les rebelles tirent un missile sur une position de l'armée syrienne dans le grand Edleb et tuent cinq soldats

    Imprimer

    Le 23 août, cinq membres de l'armée arabe syrienne (AAS) auraient été tués lorsque des rebelles ont pris pour cible leur poste près de la ville de Hizarin, dans le sud d'Idlib.

    La salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin a revendiqué l'attaque qui a été menée à l'aide d'un missile guidé antichar. La salle des opérations, qui comprend des groupes soutenus par la Turquie et un certain nombre de factions d'Al-Qaida, est dirigée par le groupe jihadiste Hay'at Tahrir al-Sham, l'ancienne branche d'al-Qaïda en Syrie.

    Alors que des sources de l'opposition ont affirmé que cinq membres de l'armée syrienne ont été tués dans l'attaque, les sources pro-gouvernementales ont rapporté un seul décès, un lieutenant.

    L'attaque est une violation de l'accord du 5 mars entre la Russie et la Turquie. Un cessez-le-feu avait été mis en place dans le Grand Edleb dans le cadre de cet accord.

    L'armée syrienne et ses alliés répondent généralement à de telles violations dans le Grand Edleb par des frappes d'artillerie ou des frappes aériennes après quelques jours, voire quelques heures.

    La Turquie a des milliers de soldats dans le Grand Edleb. Cependant, elle ne fait rien pour mettre fin aux violations répétées des rebelles. En fait, Ankara fournit un soutien militaire aux rebelles, y compris ceux qui sont liés aux salles d'opérations d'al-Fateh al-Mubin.

  • Syrie : Plusieurs civils tués et blessés dans une nouvelle explosion dans les zones occupées par l'armée turque au nord de Raqqa

    Imprimer

    Le 20 août, une forte explosion a secoué la ville de Suluk, dans la partie occupée par l'armée turque dans le nord de la province de Raqqa.

    Selon des sources locales, il s'agit d'un attentat provoqué par une voiture piégée qui a explosé près de l'entrée du marché principal de la ville. L'explosion a tué un civil et blessé de nombreuses autres personnes, dont une femme.

    Après l'explosion, l'armée nationale syrienne (ANS) soutenue par la Turquie a déployé des renforts à Suluk et a fermé les entrées de la ville.

    Il y a deux jours, une explosion similaire avait visé un point de contrôle de l'ANS près de Suluk. L'explosion avait coûté la vie à quatre rebelles soutenus par la Turquie. Un certain nombre de civils avaient également été blessés.

    Les forces kurdes du nord-est de la Syrie restent le principal suspect dans ces attaques. Cependant, les terroristes de l'Etat islamique, qui sont présents dans la région, pourraient également être responsables.

    L'armée turque et l'ANS ont occupé une grande partie du nord de Raqqa l'année dernière après une bataille avec les Forces Démocratiques Syriennes majoritairement Kurdes. Depuis lors, un état d'anarchie règne sur la partie occupée.

    La Turquie ne prend pas de mesures sérieuses pour sécuriser les zones occupées par ses forces en Syrie. Plusieurs militants de l'opposition pensent que les militants soutenus par la Turquie pourraient faciliter certaines des attaques dans ces zones en échange d'argent.

     

  • Syrie : Un groupe inconnu menace les forces syriennes, russes, iraniennes et kurdes dans la province de Deir ez-Zor

    Imprimer

    Un groupe inconnu, se baptisant "Rassemblement des rebelles au pays de Deir Ezzor" (GRLD) a menacé de lancer une vague d'attaques contre les forces syriennes, russes, iraniennes et kurdes dans la province orientale.

    Dans une déclaration publiée le 18 août, le groupe a appelé la population locale à se tenir à l'écart des positions et installations militaires à Deir Ezzor.

    Le groupe a également déclaré les zones suivantes "zones militaires" :
    Les villes de Deir Ezzor, Mayadin et Boukamal.
    Les villes d'Abu Hamam, al-Tayyana, al-Asharah, al-Suwar, al-Shheell (Shuhayl), Jadeed Ekedat, al-Hisan, al-Kasrah et al-Shaddadi.
    Les autoroutes al-Khurafi et Abu Khashab.
    Le GRLD, qui est apparu pour la première fois l'année dernière, a revendiqué l'attaque du 18 août contre les troupes russes à Deir Ezzor. Un major-général russe a été tué et deux militaires ont été blessés lors de cette attaque.

    Le groupe s'identifie comme une unité de l'armée nationale syrienne (ANS) soutenue par la Turquie. L'ANS a cependant nié cette affirmation.

    Le ministère syrien accuse les Forces démocratiques syriennes (FDS), majoritairement Kurdes, d'avoir créé le GRLD et d'autres groupes fictifs afin de discréditer l'ANS et de promouvoir ses propres intérêts à Deir Ezzor.

    Le GRLD ressemble en effet à un groupe en sous-main au profit d'autres agendas. Les FDS sont peut-être derrière tout cela. Cependant, il n'y a aucune preuve pour étayer cette accusation.