Armée de libération Oromo

  • Ethiopie : Les rebelles tigréens abattent un hélicoptère Mi-35 des forces fédérales

    Imprimer

    Jeudi 11 novembre 2021, des rebelles du Front populaire de libération du Tigray (TPLF) ont abattu un hélicoptère de l'armée de l'air éthiopienne.

    Le Mi-35 éthiopien a été abattu par des unités antiaériennes tigréennes au-dessus de la région de Mille quelques jours après que le gouvernement ait bombardé des cibles dans le Tigray.

    Plus tard, les affirmations ont été confirmées par une vidéo montrant l'attaque.

    Les Forces de défense du Tigray, soutenues par le Front de libération oromo et sept autres groupes, ont déjà pris les villes stratégiques de Dessie et Kombolcha. Les rebelles se déplacent vers le sud afin de sécuriser un couloir plus large pour leurs renforts potentiels.

    Les rebelles sont déterminés à prendre d'assaut la capitale et à renverser le gouvernement central.

  • Ethiopie : Les forces oromo et tigréennes continuent d'avancer vers Addis-Abeba et s'attendent à une victoire "très bientôt"

    Imprimer

    L'Armée de libération oromo, alliée au Front populaire de libération du Tigray, a confirmé que ses forces se sont approchées de la capitale éthiopienne, Addis-Abeba, s'attendant à ce que la guerre se termine par une victoire sur les forces gouvernementales "très bientôt".

    Gal Moro, le commandant de l'Armée de libération oromo, un groupe armé ethnique oromo, a déclaré que les combattants pro-gouvernementaux avaient commencé à faire défection, ajoutant : "Ce dont je suis sûr, c'est que ce sera bientôt fini".

    Il a souligné : "Nous nous préparons à un autre lancement et à une autre attaque. Le gouvernement essaie juste de gagner du temps et il essaie de provoquer une guerre civile dans le pays et c'est pourquoi il appelle le peuple à se battre".

    Après avoir annoncé le week-end dernier avoir repris deux villes stratégiques à 400 km de la capitale, les combattants du Front populaire de libération du Tigray et leurs alliés de l'Armée de libération oromo n'ont pas exclu d'avancer vers Addis-Abeba.

    Gal a déclaré que ses combattants étaient désormais plus proches, à environ 40 km d'Addis-Abeba, et "ne se sont même pas retirés d'un pouce" du territoire qu'ils contrôlent.

    Selon Gal, le Front Oromo "ne constitue pas une menace" pour les civils ordinaires, mais Abiy Ahmed et son parti "Izdihar" doivent être complètement "retirés" pour commencer la réconciliation.

    "Nous ferons de l'Éthiopie, pas seulement de l'Éthiopie mais de toute la Corne de l'Afrique, un endroit très paisible et stable où vivre. Je suis très confiant qu'il n'y aura pas de conflit après le régime d'Abiy Ahmed", a-t-il ajouté.

    De son côté, le gouvernement nie toute avancée des rebelles ou une menace contre la capitale. Cependant, il a déclaré l'état d'urgence et les autorités d'Addis-Abeba ont demandé aux habitants de s'organiser pour défendre la ville.

    Dimanche, des dizaines de milliers d'habitants de la capitale se sont rassemblés sur la célèbre place Meskel pour soutenir le gouvernement et se sont engagés à affronter les rebelles.

    « À un moment où nous sommes mis à l'épreuve sur de nombreux fronts, notre détermination collective à achever le chemin que nous avons emprunté nous renforce », a déclaré le Premier ministre Abiy Ahmed sur Twitter.

    Vendredi, neuf groupes rebelles éthiopiens, dont le Front populaire de libération du Tigray et l'Armée de libération oromo, ont annoncé la formation d'une alliance contre le gouvernement fédéral dirigé par Abiy Ahmed.

    Le Front populaire de libération du Tigray a dominé l'appareil politique et sécuritaire en Éthiopie pendant près de trente ans, après avoir pris le contrôle d'Addis-Abeba et renversé le régime militaire marxiste représenté par le « Conseil militaire administratif temporaire » en 1991.

    Abiy Ahmed, nommé Premier ministre en 2018, a exclu le front populaire de libération du Tigray du pouvoir, et ce dernier s'est replié sur son fief du Tigray.

    Après des mois de querelles, Abiy Ahmed a envoyé l'armée au Tigray en novembre 2020 pour expulser les autorités régionales du Front populaire de libération du Tigray, qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires.

    Il a déclaré "victoire" le 28 novembre. Mais en juin, les combattants des LTTE (Front du Tigray) ont repris la majeure partie du Tigray et ont poursuivi leur offensive dans les régions voisines d'Afar et d'Amhara.

    - répression -
    Parallèlement, la Commission éthiopienne des droits de l'homme a exprimé lundi sa préoccupation face à une répression globale dans la capitale, Addis-Abeba, depuis la déclaration de l'état d'urgence dans le pays depuis le 2 novembre.

    La commission a déclaré avoir "vérifié que les arrestations étaient effectuées d'une manière fondée sur l'identité et l'origine ethnique", impliquant des mères avec enfants et des personnes âgées.

    Plusieurs pays ont appelé leurs ressortissants à quitter l'Éthiopie à un moment où le conflit entre les rebelles et les forces gouvernementales dans le nord du pays s'intensifie. Samedi, le gouvernement américain a ordonné à ses diplomates non essentiels de quitter l'Éthiopie.

    Le haut représentant de l'Union africaine pour la Corne de l'Afrique, Olusegun Obasanjo, a annoncé lundi lors d'une session des Etats membres de l'union qu'il existe une opportunité de parvenir à un accord, mais qu'il existe des obstacles majeurs.

    Dimanche, Obasanjo a rencontré le leader du Front populaire de libération du Tigray, Debrecen Gebrimichael.

    Mais des diplomates familiers avec les négociations affirment que le TPLF n'engagera aucune discussion tant que les restrictions sur l'aide à la région ne seront pas levées, tandis que le gouvernement souhaite que les rebelles se retirent d'abord des régions Afar et Amhara.

    "Ce que nous avons compris (d'Obasanjo), c'est que tout le monde est un peu ouvert à un règlement politique, mais il n'est pas clair" comment les écarts peuvent être comblés, a déclaré un diplomate informé qui a assisté à la session de lundi.

    De son côté, Gal Moro, commandant de l'Armée de libération oromo, a confirmé que le front avait « tendu la main de la paix » au Premier ministre depuis son arrivée au pouvoir en 2018, mais les tentatives n'ont pas abouti.

    "La seule option qui reste est de traiter avec eux dans la langue qu'ils connaissent", a-t-il expliqué.

     

     

     

     

     

     

  • Ethiopie : Les rebelles tigréens menacent de marcher sur la capitale - Washington envoie un émissaire

    Imprimer

    L'émissaire américain pour la Corne de l'Afrique va se rendre jeudi 4 et vendredi 5 novembre 2021 en Ethiopie pour appeler à une solution pacifique dans le pays, où des groupes rebelles menacent de marcher sur la capitale Addis Abeba.

    Les rebelles du Front de libération du peuple du Tigray (TPLF), qui affrontent l'armée depuis an dans le nord du pays, ont affirmé ce week-end avoir pris les villes de Dessie et Kombolcha, situées à un carrefour routier stratégique à 400 kilomètres au nord d'Addis Abeba. Dans le même temps, l'Armée de libération oromo (OLA), groupe rebelle allié au TPLF, a annoncé s'être emparé de localités plus au sud, le long de l'autoroute menant à Addis Abeba. "Si les choses continuent dans la dynamique actuelle, alors (la prise d'Addis Abeba) est une question de mois, si ce n'est de semaines", a déclaré mercredi à l'AFP le porte-parole de l'OLA, Odaa Tarbii, assurant que la chute du Premier ministre Abiy Ahmed est "courue d'avance". Cette déclaration fait écho à celles d'un porte-parole du TPLF, Getachew Reda, qui avait affirmé en juillet à l'AFP: "S'il faut marcher sur Addis pour protéger le Tigray, nous le ferons".

    Le gouvernement dément toute progression rebelle mais a décrété mardi l'état d'urgence sur l'ensemble du territoire, tandis que les autorités d'Addis Abeba demandaient aux habitants de s'organiser pour défendre la ville. Les communications sont coupées dans une grande partie du nord de l'Ethiopie et l'accès des journalistes est restreint, rendant difficile toute vérification indépendante des positions sur le terrain. 

    "Les Etats-Unis sont de plus en plus préoccupés par l'ampleur croissante des opérations de combat et des violences intercommunautaires", a déclaré mercredi 3 novembre un porte-parole de la diplomatie américaine en annonçant la visite jeudi et vendredi dans le pays de son émissaire pour la Corne de l'Afrique, Jeffrey Feltman.

    Détentions 
    Mercredi, Abiy Ahmed a accusé l'alliance rebelle de "détruire le pays" et de transformer l'Éthiopie en Libye ou en Syrie. A Addis Abeba, des habitants inquiets affirmaient mercredi leur soutien au gouvernement. 

    Dans le cadre de l'état d'urgence, les autorités pourront enrôler "tout citoyen en âge de combattre et possédant une arme", ou suspendre des médias soupçonnés d'"apporter un soutien moral direct ou indirect" au TPLF, selon le média d'Etat Fana Broadcasting Corporate. Getachew Reda a qualifié ces mesures de "carte blanche pour emprisonner ou tuer des Tigréens". Deux avocats traquant les détentions arbitraires de Tigréens ont affirmé mercredi à l'AFP avoir reçu des informations faisant état de dizaines de personnes arrêtées par la police à Addis Abeba depuis l'annonce de l'état d'urgence.

    Débuté en novembre 2020, le conflit au Tigray connaît un spectaculaire revirement ces derniers mois. Abiy Ahmed avait proclamé la victoire le 28 novembre 2020, après avoir envoyé l'armée dans la région pour destituer les autorités dissidentes issues du TPLF qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires fédérales. Mais en juin 2021, les combattants pro-TPLF ont repris l'essentiel de la région. Le gouvernement avait alors retiré ses troupes et déclaré un cessez-le-feu unilatéral le 28 juin, mais les rebelles ont poursuivi leur offensive dans les régions voisines de l'Afar et de l'Amhara.

     "Crimes contre l'humanité" 
    La période du 3 novembre 2020 au 28 juin 2021 a été marquée par de nombreuses exactions dont "certaines peuvent constituer des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité", estiment le Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme et la Commission éthiopienne des droits de l'homme dans une enquête conjointe rendue publique mercredi 3 novembre 2021. Ce rapport évoque notamment exécutions extra-judiciaires, torture, enlèvements, violences sexuelles -dont des viols collectifs sur des femmes et des hommes et pillages.

    Le Haut-Commissariat a indiqué avoir également recensé des abus commis après la période couverte par l'enquête, notamment la mort en septembre de 47 civils dans le village amhara de Chenna, tenu par le TPLF. Abiy Ahmed a souligné que ce rapport n'établissait aucune preuve d'un génocide au Tigray, mais la Haut-commissaire aux droits de l'homme Michelle Bachelet a répondu que l'enquête n'avait pas permis ni d'établir, ni d'écarter ces accusations qui nécessitent une enquête plus approfondie.

    Les douze mois de conflit ont également plongé le nord de l'Ethiopie dans une grave crise humanitaire, avec plusieurs centaines de milliers de personnes au bord de la famine.

    Dernières nouvelles (3 novembre 2021 - 15H (heure de Paris)
    Des avions de guerre de l'armée fédérale auraient effectué de nouvelles frappes aériennes dans le nord-ouest du Tigray, ciblant la ville d'Adi Hageray. On. ignore s'il y a des victimes.
    FDRgB5JWYAwXUKI.jpeg
    L'ambassade américaine à Addis-Abeba autorise le départ volontaire de certains membres du personne et se dit « gravement préoccupée » par l'escalade de la violence et l'expansion des hostilités en Ethiopie, réitérant son appel à des pourparlers de cessez-le-feu.

     
  • Ethiopie : 150 morts dans une attaque dans la région d'Oromia

    Imprimer

    150 personnes ont été tuées dans une attaque armée dans la région occidentale d'Oromia la semaine dernière.

    La Commission des droits de l'homme établie par le gouvernement éthiopien a révélé dans un communiqué publié  jeudi 26 août que les habitants de la région de Geda Keremo ont déclaré que les auteurs de l'attaque sanglante qui a eu lieu le 12 août étaient des membres de "l'Armée de libération oromo". , un groupe dissident de l'opposition « Oromo Liberation Front ».

    Dans un communiqué publié aujourd'hui, l'Armée de libération oromo a nié toute implication dans l'incident.

    Plus tôt cette année, l'Éthiopie a été témoin d'affrontements sanglants entre les Oromo et les Amhara (les deux plus grandes nationalités du pays).

    Le rebelle "Tigai Liberation Front" a annoncé plus tôt ce mois-ci qu'il était engagé dans des négociations avec "l'Oromo Liberation Army" dans le but de construire une alliance contre le gouvernement fédéral.

  • Ethiopie : Des factions rejoignent les forces du Tigray pour affronter le gouvernement éthiopien

    Imprimer

    Des factions armées dans la région du Tigray ont rejoint les principales forces de la région, menaçant l'armée éthiopienne d'une lourde défaite dans la région contestée, alors que le conflit qui a éclaté dans la région du Tigray en 2020 s'est propagé à d'autres parties de la région.

    Armée de libération oromo
    "La seule solution maintenant est de renverser militairement ce gouvernement et de parler la langue qu'ils veulent parler", Komsa Deriba, chef de l'Armée de libération oromo (qui a été désignée organisation terroriste par le gouvernement éthiopien), également connue sous le nom de Jal. Maru, a déclaré à l'Associated Press dans une interview mercredi 11 août. Il a ajouté que l'accord avait été conclu il y a quelques semaines après avoir été proposé par les forces du Tigray.

    "Nous avons convenu de coopérer contre un ennemi, notamment en ce qui concerne la coopération militaire. La coopération se poursuit. Nous échangeons des informations sur le champ de bataille et nous combattons en parallèle", a-t-il déclaré.

    alliance politique
    Il a déclaré que des pourparlers sont également en cours pour une alliance politique et a confirmé que d'autres groupes en Éthiopie sont engagés dans des discussions similaires, "il y aura une grande alliance contre le régime du Premier ministre Abiy Ahmed", selon Deriba.

    Plus tôt cette année, le gouvernement éthiopien a déclaré le Front populaire de libération du Tigray et l'Armée de libération oromo "organisations terroristes".

    Il existe une alliance entre le Front populaire de libération du Tigray, qui « a longtemps dominé le régime en Éthiopie », mais a été marginalisé lors de l'entrée en fonction d'Abiy en 2018, et l'Armée de libération oromo, qui s'est séparée l'année dernière du parti d'opposition Front de libération Oromo. , et cherche à prendre en main le sort du groupe Oromo. Les Oromo sont le plus grand groupe ethnique d'Éthiopie.

    Le conflit dans la région du Tigray avait éclaté il y a près de neuf mois, plus précisément depuis novembre dernier, mais il s'est étendu ces dernières semaines à deux autres région