Armée de l'air russe en Syrie

  • Syrie : L'armée syrienne découvre plusieurs repaires et dépôts de munitions de l'Etat islamique à Deir ezZor

    Imprimer

    L'Armée Arabe Syrienne (AAS) et ses alliés ont découvert de nombreuses caches et dépôts de munitions des cellules de l'Etat islamique dans l'ouest et le nord-ouest de la province de Deir Ezzor, ont rapporté des sources pro-gouvernementales le 26 février.
    154837286_3581500338625976_141167381778145819_n.jpg

    L'AAS et ses alliés mènent depuis quelques mois des opérations de ratissage autour du principal bastion de l'Etat islamique au centre de la Syrie, le désert de Homs.

    Selon des sources pro-gouvernementales, l'AAS a récemment étendu ses opérations de ratissage dans l'ouest et le nord-ouest de la province de Deir Ezzor. L'armée a atteint les régions de Jabal Bishri et d'al-Harbiat pour la première fois depuis longtemps.

    Dans le Jabal Bishri, les unités de l'AAS ont découvert et détruit trois caches, six dépôts de munitions et une antenne médicale de l'Etat islamique. Des armes, du matériel médical et plusieurs cartes d'identité de combattants du régime tués récemment par le groupe terroriste ont été retrouvés sur place.
    Cartes de soldats turs aux mains de Daech.jpg

    Les forces aérospatiales russes soutiennent activement les opérations de l'AAS à Djebel Bishri. La semaine dernière, une série de frappes aériennes russes a éliminé des dizaines de jihadistes dans la région.

    Les opérations de l'AAS dans la région centrale ont réussi à faire pression sur l'Etat islamique. Le groupe islamiste radical semble avoir renoncé à ses opérations dans la région au cours des dernières semaines.

  • Syrie : Les avions de guerre russes pilonnent les positions des rebelles sur les collines au nord de Lattaquié

    Imprimer

    Vendredi 26 février 2021, les avions de combat des forces aérospatiales russes ont mené une série de frappes sur la partie de au nord de la province de Lattaquié contrôlée par les rebelles syriens. On ignore encore si ces bombardements ont fait des victimes.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) , les frappes aériennes ont visé plusieurs collines entourant la ville de Kabani.

    Kabani
    Kabani est un bastion d'un certain nombre de groupes rebelles majoritairement islamistes, notamment le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Sham, anciennement affilié à Al-Qaïda, le Parti islamique du Turkistan (TIP) et Ajnad al-Kavkaz. 

    Au cours des trois dernières années, ces groupes rebelles islamistes ont lancé des dizaines d'attaques avec des drones et des roquettes sur la côte syrienne depuis la ville de Kabani et ses environs.

    C'est la troisième vague de frappes aériennes russes à cibler Kabani et la septième dans la région nord-ouest du Grand Edleb depuis l'état de l'année.

    Plus tôt cette semaine, des avions de combat russes ont effectué un certain nombre de frappes aériennes sur des positions rebelles dans la périphérie de la ville d'al-Bara, dans la campagne méridionale d'Edleb.

    Au cours des derniers jours, le Centre de réconciliation russe en Syrie a enregistré des dizaines de violations du cessez-le-feu par les rebelles dans le Grand Edleb. Ils ont même attaqué un passage humanitaire protégé par les militaires russes.

    Les récentes frappes aériennes russes sur le Grand Edleb ont infligé de graves pertes aux rebelles mais ceux-ci n'ont pas mis un terme à leurs provocations pour autant. . 

  • Syrie : Des frappes russes et syriennes détruisent plusieurs positions rebelles dans la région du grand Edleb

    Imprimer

    Mercredi 24 février 2021, une série de frappes russes et syriennes a touché plusieurs cibles dans la région nord-ouest du Grand Edleb.

    Les avions de combat des forces aérospatiales russes ont pilonné plusieurs positions des rebelles syriens  à la périphérie de la ville d'al-Bara, dans le sud de la province d'Edleb.

    Il s'agit de la quatrième vague de frappes aériennes russes depuis le début de 2021 dans cette région tenue par la rébellion dominée par les groupes islamistes radicaux. Aucune perte humaine n'a été signalée par les sources de l'opposition. Le 13 février, l'OSDH avait déclaré qu'un avion russe avait exécuté des frappes aériennes à l'aide de missiles, visant le périmètre de la prison centrale d'Edleb, à l'ouest de la ville d'Edleb tandis qu'un drone survoleait la zone. Aucune victime n'avait été signalée à l'époque.

    De leur côté,  les forces du régime ont poursuivi leurs attaques à la roquette depuis mercredi matin sur plusieurs endroits de la «zone de désescalade», ciblant, avec plus de 200 grenades propulsées par roquettes, les zones de Deir Sunboul, Al-Fatira, Safohn, Bénin, Ruwaiha, Al-Baraa, Kansafra, Flifel, Shenan et Bzapour, al-Ziyara et Qulaydin à Sahl Al-Ghab, au nord-ouest de Hama, tuant un enseignant et en blessant d'autres à Bzapour.

    Le service Internet s'est également arrêté dans de vastes zones à Jabal al-Zawiya et dans d'autres zones rurales du nord d'Edleb, après que les forces du régime aient ciblé directement la tour principale fournissant Internet à Bzapour. 

    De leur côté, les rebelles et les factions jihadistes ont bombardé les positions des forces du régime dans le sud de la province d'Edleb et dans le nord-ouest rural de Hama.

  • Syrie : L'armée de l'air russe élimine un groupe de l'Etat islamique en Syrie centrale

    Imprimer

    Mercredi 24 février, au moins dix membres de l' Etat islamique ont été tués au cours d'une nouvelle vague de frappes aériennes russes sur la région centrale de la Syrie , rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    L'OSDH a déclaré que des avions de combat des Forces aérospatiales russes (VKS) avaient effectué plus de 90 frappes aériennes sur les positions présumées de l'Etat islamique dans la région centrale au cours des dernières 24 heures. La plupart des frappes aériennes ont touché le triangle Hama-Alep-Raqqa et l'ouest de Deir Ezzor.

    Malgré les frappes aériennes russes intenses, les combattants de l'Etat islamique ont pu mener une nouvelle série d'attaques contre les forces gouvernementales syriennes dans la région centrale.

    «L'Etat islamique a réussi à tuer neuf soldats loyalistes du régime lors d'attaques surprises dans le triangle Hama-Alep-Raqqa», lit-on dans le rapport de l'OSDH.

    L'OSDH a également affirmé que la communication avait été perdue avec un groupe de 12 combattants pro-gouvernementaux qui opéraient dans la région centrale.

    Les cellules de l'Etat islamique lancent des attaques dans la région centrale depuis leur principal bastion, le désert de Homs. La vaste zone désertique s'étend entre l'est de la province de Homs et l'ouest de celle Deir Ezzor. Des centaines de jihadistes s'y sont retranchés depuis trois à quatre ans.

    Les récentes opérations menées dans la région centrale par les forces gouvernementales syriennes et le VKS ont infligé de lourdes pertes à l'Etat islamique. Néanmoins, le groupe islamiste continue d'être très actif dans la région.

  • Syrie : L'armée syrienne frappe le grand Edleb - 2 rebelles tués et 3 autres blessés

    Imprimer

    Dimanche 21 février, deux militants ont été tués et trois autres blessés suite à des tirs d'artillerie par l'Armée arabe syrienne (AAS) dans la région nord-ouest du Grand Edleb.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les frappes ont visé les positions et les fortifications des rebelles à proximité de la ville de Fatterah, dans le sud de la province d'Edleb.

    Les frappes de l'AAS étaient probablement une réponse aux récentes violations du cessez-le-feu dans le Grand Edleb négocié entre la Russie et la Turquie le 5 mars 2020. Dans l'une des violations les plus récentes, les rebelles ont visé un bulldozer de l'armée près de la ville d'Afes dans le sud d'Edleb à l'aide d'un missile guidé antichar (ATGM).

    Le QG d'al-Fateh al-Mubin, dirigée par Hayat Tahrir al-cham, l'ancienne branche d'al-Qaïda en Syrie, coordonne les activités des militants dans le Grand Edleb.

    Récemment, l'AAS, appuyée par les Forces aérospatiales russes, ont intensifié leurs opérations contre les violateurs du cessez-le-feu dans le Grand Edleb.

  • Syrie : Les forces du régime bombardent la province d'Edleb contrôlée par les jihadistes de Hayat Tahrir al-Cham

    Imprimer

    Les forces du régime syrien ont bombardé, vendredi,  un certain nombre de zones de la province nord-ouest d'Edleb, un jour après que la Turquie, la Russie et l'Iran aient négocié un retour au calme dans la région.

    Des sources locales ont déclaré que les forces du régime avaient tiré des obus d'artillerie lourde et des missiles sur les villes de Kansafra, Al-Fateera, Sufuhn, Fulayfel, Al-Ruwayjah, Bénin et Al-Bara dans la banlieue sud d'Edleb.

    Selon les sources, le bombardement du régime syrien a coïncidé avec un survol de la région par des avions russes en mission de reconnaissance.

    Mercredi 17 février, les garants du processus d'Astana avaient pourtant assuré dans leur déclaration finale qu'après avoir examiné en détail la situation dans la zone de désescalade d'Edleb, ils réitéraient la nécessité de maintenir le calme sur le terrain en mettant pleinement en œuvre tous les accords sur Edleb.

    Il y a quelques jours, les forces du régime avaient bombardé Jabal Al-Zawiya, au sud d'Edleb, tuant une femme et son fils.

  • Syrie: 21 jihadistes de Daech tués dans des raids russes au cours des dernières 24 heures

    Imprimer

    Au moins 21 jihadistes du groupe Etat islamique (Daech) ont péri dans plusieurs raids menés par l'aviation russe dans plusieurs régions en Syrie, a indiqué samedi 20 févrierl'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    L'ONG a fait état de 21 jihadistes tués dans "au moins 130 frappes aériennes (...) menées au cours des dernières 24 heures par l'aviation russe et ciblant l'organisation Etat islamique".

    Les frappes ont été menées "dans une zone à cheval sur les provinces d'Alep, Hama et Raqqa" dans le nord de la Syrie, mais aussi "dans le désert de Homs (centre) et Deir Ezzor (est)".

    Les raids, qui se sont poursuivis samedi matin, font suite à une série d'attaques menées vendredi par l'Etat islamique contre les forces du régime et ses alliés, ayant tué au moins huit membres d'une milice pro-Damas, selon l'OSDH.

    Malgré sa mise en déroute avec la chute de son "califat" en mars 2019, l'Etat islamique mène toujours des attaques meurtrières en Syrie, notamment dans le désert de la Badiya, qui s'étend de la province centrale de Homs jusqu'à celle de Deir Ezzor, à la frontière avec l'Irak.

    Des combats de plus en plus réguliers ont eu lieu ces derniers mois dans cette vaste zone entre les jihadistes et les forces du régime, appuyées par ses alliés.

    Depuis mars 2019, plus de 1.300 combattants du régime ont été tués dans ces affrontements, ainsi que 145 membres de milices pro-Iraniennes, contre plus de 750 jihadistes de l'Etat islamique, selon l'OSDH.