Armée de l'air russe en Syrie

  • Syrie : L'Etat islamique attaque un poste des services de renseignement syriens à Deir ezZor et est pilonné par les avions russes à Raqqa

    Imprimer

    Mercredi 12 janvier 2022, des combattants de l'Etat islamique ont attaqué un poste de la Direction du renseignement de l'armée de l'air syrienne (AFID) près de la ville d'al-Kashmah, dans le sud de la province de Deir Ezzor.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), trois officiers de l'AFID ont été tués et cinq autres ont été blessés à la suite de l'attaque. « Les membres du groupe [Daech] ont profité du brouillard et ont mené l'attaque », a déclaré l'OSDH.

    Pendant ce temps, dans le sud de la province de Raqqa, les avions des forces aérospatiales russes ont effectué plus de 40 frappes aériennes sur des positions de l'Etat islamique à la périphérie de la ville d'al-Resafa. Aucune perte n'a été rapportée.

    Plus de 205 frappes aériennes russes auraient frappé les combattants, le matériel et les positions de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie depuis le début de 2022.

    Malgré la forte pression exercée par les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés, l'insurrection de l'Etat islamique dans la région centrale est toujours aussi forte. La plupart des attaques récentes du groupe islamique ont eu lieu dans les déserts de Deir Ezzor et de Raqqa. Le groupe semble s'être éloigné du désert aride de Homs.

    La situation dans le centre de la Syrie ne s'améliorera probablement pas sans une opération à grande échelle. Les forces gouvernementales et leurs alliés se prépareraient à lancer une telle opération.

  • Syrie : Des avions de guerre russes frappent une position de Daech dans le centre - Rumeurs d'opérations au sol

    Imprimer

    Dimanche 2 janvier 2022, une nouvelle vague de frappes aériennes russes a visé la vaste région centrale de la Syrie où l'Etat islamique est toujours présent et actif.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), 15 frappes aériennes ont visé des caches de l'Etat islamique dans l'est de la province de Homs, l'ouest de Deir Ezzor ainsi que dans le triangle Hama-Alep-Raqqa.

    La veille, au moins 25 frappes aériennes russes ont visé des positions de l'Etat islamique près de la ville d'Ithriyah dans l'est de la province de Hama et à proximité de la ville de Tabqa dans le sud de la province de Raqqa.

    Un rapport du journal londonien Asharq al-Awsat a révélé que les récentes frappes aériennes russes sur le centre de la Syrie faisaient partie d'une opération à grande échelle en cours contre les djihadistes de l'Etat islamique dans la région. Les forces russes seront censées diriger l'opération.

    Le 5 e corps de l' armée arabe syrienne (AAS) et la brigade palestinienne al-Qods ont déployé d'importants renforts dans l'est de la province de Homs pour soutenir l'opération. La Russie a également déployé plusieurs hélicoptères d'attaque sur la base aérienne de Palmyre.

    L'opération à venir ciblera principalement les cellules de l'Etat islamique qui s'abritent entre Palmyre et la ville d'al-Sukhnah à l'est, selon Asharq Al-Awsat.

  • Syrie : Les avions de guerre russes pilonnent en continu les positions des rebelles dans le Grand Edleb

    Imprimer

    Jeudi 30 décembre 2021 dans l'après-midi, une nouvelle vague de frappes aériennes russes a frappé la région nord-ouest syrienne du Grand Edleb où plusieurs groupes rebelles d'obédience islamique sont actifs.

    Au moins quatre frappes aériennes ont touché la périphérie de la ville de Sheikh Bahir, dans la campagne nord d'Edleb. Les cibles étaient probablement les positions du groupe Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), l'ancien affilié d'al-Qaïda en Syrie, qui contrôle de facto le Grand Edleb.

    Au cours des frappes aériennes, des militants de HTS et des militants alliés ont tenté en vain d'abattre des avions de guerre russes à l'aide de mitrailleuses lourdes. 

    Dans la matinée du jeudi, cinq frappes aériennes russes avaient visé la périphérie des villes de Barisha, Kafr Aruq et Maaret Mesrin au nord et est de la province d'Edleb. Trois autres frappes aériennes ont touché le mont Cheikh Baraka près de la ville de Darat Azza, à l'ouest de la province d'Alep.

    Les forces aérospatiales russes ont intensifié leurs opérations contre HTS et ses alliés cette semaine en réponse aux violations répétées du cessez-le-feu dans le Grand Edleb.

    Le cessez-le-feu, négocié par la Russie et la Turquie il y a plus d'un an, tient à peine. La situation dans le Grand Edleb devrait continuer de se dégrader l'année prochaine.

  • Syrie : Dix personnes exécutées à un faux check-point installé par Daech

    Imprimer

    Jeudi 2 décembre, des jihadistes de l'Etat islamique ont massacré dix personnes après avoir installé un faux poste de contrôle sur une route clé dans l'ouest de la province de Deir Ezzor, qui est contrôlée par les forces gouvernementales syriennes.
    261816012_442105884185325_12580567380570914_n.jpeg

    Les jihadistes ont réussi à atteindre la route qui relie les villes d'al-Madhul et d'al-Bu Juma'a, après une infiltration réussie. Là, ils ont installé leur poste de contrôle pendant un bon moment.
    261778357_442106447518602_3394679873159249991_n.jpeg

    Au poste de contrôle, les jihadistes ont arrêté un mini-camion qui transportait deux bergers locaux, une mini-fourgonnette transportant sept travailleurs de la compagnie pétrolière syrienne qui revenaient du champ pétrolifère d'al-Kharata et une moto avec un militaire appartenant à la 17e Division de l'armée arabe syrienne. .

    Les dix personnes ont été exécutées par les jihadistes qui ont incendié les cadavres et les véhicules avant de se retirer dans le désert.

    Après l'attaque meurtrière, les Forces de défense nationale (FDN) ont déployé une importante force le long de la route al-Madhul-al-Bu Jama'a. Les combattants des FDN ont secouru un homme qui avait été blessé par les jihadistes et ils procèdent actuellement à la sécurisation de la zone.

    Le champ pétrolier d'al-Kharata se situe à 20 kilomètres au sud-est de la ville de Deir ez-Zor, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    Cette attaque n'a pas immédiatement été revendiquée. Toutefois, le groupe Etat islamique a revendiqué plusieurs opérations similaires dans cette région riche en pétrole qui faisait jadis partie de son proto-Etat, qui s'étendait sur des larges pans des territoires syrien et irakien. L'OSDH a affirmé qu'un engin explosif avait été utilisé dans l'attaque de jeudi dans un secteur de Deir ez-Zor où des cellules de l'Etat islamique sont toujours actives. Le 13 novembre, au moins sept combattants d'une formation tribale pro-gouvernementale connue sous le nom d'« Usud al-Sharqiyah » avaient été tués dans une  embuscade  tendue par les jihadistes près de la ville d'al-Masrab, dans le nord de la province.. Cinq soldats syriens ont par ailleurs été tués par une explosion à Deir ez-Zor cette semaine, selon les médias d'Etat.

    Al-Kharata a été repris par le régime en 2017 après que les jihadistes de l'Etat islamique aient été expulsés de la région. Le califat autoproclamé de l'Etat islamique a été déclaré définitivement vaincu dans le petit village syrien de Baghouz en mars 2019 au terme d'une longue offensive soutenue par une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis. Mais le groupe continue de harceler les forces gouvernementales dans le vaste désert syrien qui s'étend tout le long des faubourgs de Damas jusqu'à la frontière irakienne.

    La Russie, alliée du régime syrien, a mené d'intenses raids aériens ciblant des positions de l'Etat islamique dans le désert syrien au cours des deux derniers jours, rapporte l'OSDH. 

  • Syrie : La réhabilitation de l'armée de l'air syrienne avec l'aide de la Russie inquiète Israël

    Imprimer

    Les médias hébreux ont révélé les détails de la réhabilitation de l'armée de l'air syrienne avec l'aide de l'armée de l'air russe.

    Les médias hébreux ont rapporté que l'armée de l'air israélienne était au courant de l'activité aérienne militaire, la première du genre depuis 10 ans en Syrie.

    Selon les médias hébreux, les pilotes des chasseurs MiG-29 de l'armée de l'air syrienne s'entraînent aux combats aériens, sous la supervision de conseillers de l'armée de l'air russe sur la base militaire T-4.

    Les pilotes ont lancé pour la première fois, selon ce que l'armée israélienne a détecté, des missiles air-air guidés R-73. Or, comme la rébellion syrienne n'a pas d'avions de guerre, il est évident que la réhabilitation de l'armée de l'air syrienne est menée dans le but de faire face aux pénétrations effectuées par des avions israéliens ou américains dans le ciel syrien, selon les médias hébreux.

     

  • Syrie : 23 membres de Daech tués ou blessés lors d'une nouvelle vague de frappes aériennes russes 

    Imprimer

    Huit membres de l'Etat islamique ont été tués lors de récentes frappes aériennes russes sur la région centrale de la Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 26 novembre.

    L'OSDH a déclaré que les frappes avaient eu lieu dans le désert à l'ouest de Deir Ezzor et au sud de Raqqa, où les groupes de l'Etat islamique sont très actives depuis quelque temps.

    « Le nombre de morts augmentera probablement car il y a plus de 15 blessés [jihadistes], dont certains sont dans un état critique », lit-on dans le rapport de l'OSDH.

    Selon l'OSDH, les avions de combat des Forces aérospatiales russes (VKS) ont effectué plus de 560 frappes aériennes contre des membres de l'Etat islamique et leurs positions dans le centre de la Syrie depuis début novembre.

    L'Etat islamique continue d'être très actif dans la région centrale malgré de fortes pressions et de lourdes pertes. Une embuscade récente des djihadistes dans la partie occidentale du déset de Deir Ezzor a coûté la vie à sept combattants d'une formation tribale pro-gouvernementale connue sous le nom d'« Usud al-Sharqiyah ».

     

  • Syrie : L'Etat islamique revendique 18 attaques dans le nord-est de la Syrie cette semaine.

    Imprimer

    L'Etat islamique a revendiqué 18 attaques dans le nord-est de la Syrie cette semaine.3 attaques ont eu lieu dans les provinces de Raqqa et Hassakeh, 11 à Deir Ez Zor et 1 non précisée.

    Le 8 novembre, les jihadistes de Daech ont tiré sur un convoi dans la ville de Hassakeh et ont attaqué QG des Forces Démocratiques Syriennes à Shuhayl, Busayrah, Mashikh et Tayyana avec des armes légères et des grenades.

    L'armée de l'air russe mène des dizaines de frappes contre les positions de Daech en réponse à des attaques à l'est des provinces de Homs et Hama
    Tôt le vendredi 12 novembre, les cellules de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie ont lancé une attaque à grande échelle contre les forces pro-gouvernementales dans l'est des provinces de Homs et Hama.

    Les jihadiste ont attaqué des positions des Forces de défense nationale près de la ville antique de Palmyre et de la ville de Soukhnah dans l'est de la province de Homs ainsi qu'à la périphérie de la ville de Salamiyah dans l'est de la province de Hama.

    Les jihadistes ont utilisé des armes lourdes, y compris des roquettes, lors de leur attaque. 

    L'attaque a provoqué une violente riposte de la part des Forces aérospatiales russes (VKS). Les avions de combat russes ont effectué plus de 40 frappes aériennes sur des positions de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    "Trois avions de combat se sont relayés pour cibler les zones de l'État islamique dans le désert d'Ithriyah et le triangle Alep-Hama-Raqqa, en plus du désert de Palmyre dans l'est de la province de Homs", a déclaré l'OSDH.

    On ignore si les jihadistes de l'Etat islamique ont réussi à prendre une position ou à infliger des pertes aux forces gouvernementales lors de leur attaque à grande échelle.

    L'Etat islamique tente vainement d'étendre son influence dans le centre de la Syrie depuis un certain temps maintenant. Les forces gouvernementales syriennes, avec le soutien du VKS, continuent de garder le contrôle de tous les centres urbains et les routes principales de la région.