Armée de l'air russe en Syrie

  • Syrie : Poursuite des violents affrontements entre le régime et l'Etat islamique - 28 combattants tués

    Imprimer

    Au moins 28 combattants du régime syrien et du groupe jihadiste Etat islamique (Daech) ont péri ces dernières 24 heures dans la province de Raqqa, dans le nord de la Syrie, dans des affrontements entre les deux camps et des raids anti-Etat islamique, selon une ONG.

    "L'Etat islamique a mené depuis lundi plusieurs attaques successives contre des positions et des barrages de l'armée syrienne et de ses alliés dans la Badia (désert) de Raqqa tuant 13 membres des forces du régime", a indiqué à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane. En représailles, l'aviation syrienne, soutenue par les avions russes, "bombarde sans répit des positions de l'Etat islamique" dans le secteur, a ajouté M. Abdel Rahmane. "Les raids aériens se poursuivent" à l'heure actuelle, a-t-il indiqué. Au total, 15 jihadistes ont péri dans ces bombardements et les affrontements au sol entre les deux camps.

    Depuis sa défaite en Syrie en mars 2019, l'Etat islamique mène régulièrement des attaques meurtrières, notamment dans le vaste désert qui s'étend de la province centrale de Homs à celle de Deir ez-Zor (est). Les attaques des jihadistes en Syrie ciblent aussi bien l'armée syrienne et ses alliés que les forces kurdes, longtemps soutenues par Washington dans leur lutte anti-Etat islamique. Début juillet, des affrontements opposant les forces du régime aux combattants de l'Etat islamique ont fait une cinquantaine de morts en 48 heures dans le centre désertique, dont 20 combattants pro-régime et 31 jihadistes. En août, l'Etat islamique a revendiqué l'attentat ayant couté la vie à un général russe et blessé deux militaires près de la ville de Deir ez-Zor.

  • Syrie : Frappes russes dans le nord-ouest malgré le cessez-le-feu

    Imprimer

    Des avions russes ont bombardé dimanche 20 septembre le nord-ouest de la Syrie, tenu par les rebelles et les islamistes, ont déclaré des sources de l'opposition syrienne, évoquant des frappes les plus importantes depuis qu'un accord turco-russe de cessez-le-feu a mis fin aux principaux combats il y a près de six mois.

    Des témoins ont déclaré que les avions militaires avaient frappé la périphérie ouest de la ville d'Edleb et qu'il y avait eu des tirs d'artillerie lourde dans la région montagneuse de Jabal al-Zawya, au sud d'Edleb, depuis des avant-postes de l'armée syrienne situés à proximité. Il n'y a aucune information dans l'immédiat sur d'éventuelles pertes humaines.

    "Ces 30 raids sont de loin les plus importants depuis l'accord de cessez-le-feu", a déclaré Mohammed Rashid, un ancien responsable rebelle qui s'est porté volontaire pour observer le passage des avions notamment depuis la base aérienne russe dans la province côtière occidentale de Lattaquié.

    Selon d'autres centres de repérage, des avions russes Sukhoi ont frappé la région de Horsh et la ville d'Arab Said, à l'ouest de la ville d'Edleb. Des drones non identifiés ont également frappé deux villes tenues par les rebelles dans la plaine du Sahel al-Ghab, à l'ouest de la province de Hama.

    Aucun bombardement aérien à grande échelle n'avait eu lieu depuis qu'un accord conclu en mars a mis fin à une campagne de bombardement de plusieurs mois soutenue par la Russie à l'origine du déplacement de plus d'un million de personnes dans la région qui borde la Turquie.

    Moscou et l'armée syrienne n'ont pas réagi dans l'immédiat à ces informations.



  • Syrie : 36 soldats syriens et jihadistes de Daech tués dans de violents affrontements au centre de la Syrie

    Imprimer

    Des affrontements très violents entre l'armée arabe syrienne (AAS) et les jihadistes de Daech se déroulent dans la région centrale, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 19 septembre.

    Selon l'OSDH, les violents affrontements ont lieu dans le triangle Alep-Hama-Raqqa, au nord du désert de Homs. Des centaines de jihadistes et de chefs du groupe terroriste y ont trouvé refuge.

    Les avions de guerre des forces aérospatiales russes appuieraient les troupes syriennes dans la région centrale avec un soutien aérien rapproché.

    "Seize membres des forces du régime ont été tués au cours des derniers jours, tandis que 20 jihadistes ont été éliminés par les frappes aériennes russes et les affrontements", indique l'OSDH dans son rapport.

    L'AAS a récemment déployé d'importants renforts dans la région centrale. Certaines des unités d'élite sur les lignes de front du Grand Edleb ont été déplacées dans la région pour affronter les cellules de l'Etat islamique..

    Les terroristes de Daech ont lancé des dizaines d'assauts contre les forces gouvernementales dans l'est de Homs, l'est de Hama, le sud de Raqqa et l'ouest de Deir Ezzor au cours des derniers mois. La veille, on a retrouvé à Deir ez-Zor les corps de six membres des services qui ont été massacrés par les jihadistes.

    L'AAS et ses alliés semblent déterminés à contenir la présence croissante de l'Etat islamique dans la région centrale.

  • Syrie : Les avions de guerre russes ont mené de nouvelles frappes sur les posiiions des rebelles dans le "Grand Edleb"

    Imprimer

    Mercredi 16 septembre, des avions de guerre des forces aérospatiales russes (VKS) ont effectué des frappes aériennes sur le jabal al-Zawiya, dans la partie sud du "Grand Edleb".

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) basé à Londres, les frappes aériennes russes ont visé la périphérie des villes de Ruwayḩah, Benin et Sarjah. Les rebelles occupent des positions retranchées autour des villes, qui se trouvent sur la ligne de front avec l'armée arabe syrienne (AAS).

    Plus tôt dans la matinée, l'artillerie de l'AAS a bombardé les positions des rebelles dans différentes parties du jabal al-Zawiya. Aucune perte n'a été signalée.



    Les frappes ont eu lieu dans le cadre d'un nouveau cycle de pourparlers russo-turcs sur le Grand Edleb. Selon la RIA Novosti, Ankara a refusé de réduire le nombre de postes d'observation dans la région, mais a accepté d'y diminuer le nombre de ses troupes.

    En mars, la Russie et la Turquie avaient conclu un accord pour stabiliser le Grand Edleb. Mais depuis lors, il semble qu'Ankara fasse peu de cas des clauses de l'accord.

    Le comportement de la Turquie exaspère Damas et ses alliés, qui intensifient maintenant leurs opérations dans le Grand Edleb. La population locale semble également supporter de moins en moins la présence des forces turques dans la région, ainsi que l'impunité dont jouissent les éléments alliés d Ankara. Des protestations ont eu lieu récemment autour des postes d'observation turcs.

  • Syrie : Les avions de guerre russes pilonnent des camps d'entraînement des jihadistes près d'Edleb

    Imprimer


    Le 15 septembre, les avions de guerre des forces aérospatiales russes ont mené une nouvelle série de frappes aériennes sur les positions des groupes jihadistes soutenus par la Turquie dans la province d'Edleb.

    Selon les rapports, les frappes ont touché des positions de Hayat Tahrir al-Sham (anciennement la branche syrienne d'Al-Qaida) près des villages de Sheikh Bahr et de Shaykh Dawud.

  • Syrie : Les avions de guerre russes mènent une série de frappes aériennes sur la région du "Grand Edleb

    Imprimer

    Le 11 septembre, les avions de guerre des forces aérospatiales russes (VKS) ont effectué une nouvelle série de frappes aériennes sur la région du Grand Edleb, au nord-ouest de la Syrie.

    Le Grand Edleb est contrôlé par plusieurs groupes rebelles dirigés par le groupe jihadiste Hay'at Tahrir al-Sham, affilié à Al-Qaida. L'armée turque maintient également une présence assez importante dans la région.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les nouvelles frappes aériennes russes ont visé les environs de la ville de Sheikh Yusuf, à l'ouest de la ville d'Edleb. Aucune information n'a encore été communiquée sur des pertes éventuelles.

    Il y a deux jours, le VKS a effectué des frappes aériennes similaires sur la ville de Kabani, au nord de la Lattaquié, ainsi qu'à la périphérie ouest de la ville d'Edleb.

    Les récentes frappes aériennes russes semblent être une réponse aux violations répétées par les rebelles de l'accord de cessez-le-feu dans le Grand Edleb. Le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Tayyip Erdogan avaient signé cet accord le 5 mars dernier.

    La Turquie s'est engagée à neutraliser les derniers islamistes radicaux du Grand Edleb dans le cadre de l'accord. Cependant, les forces d'Ankara n'ont pris aucune mesure jusqu'à présent. Cela pourrait bientôt obliger les forces du gouvernement syrien et leurs alliés russes et iraniens à lancer une offensive dans la région.


  • Syrie : Une offensive de Daech dans le sud de la province de Raqqa entraîne une puissante réponse de l'armée de l'air russe

    Imprimer

    Tard le 11 septembre, les jihadistes de l'Etat islamique ont lancé une attaque sur les positions de l'armée arabe syrienne (AAS) dans le sud de la province de Raqqa.

    Selon le blog "Raqqa Is Being Slaughtered Silently", l'attaque visait des positions à proximité des villes de Resafa et Mansurah. Des sources locales ont fait état d'importants affrontements dans le secteur.

    L'attaque de l'Etat islamique a provoqué une puissante réaction des forces aérospatiales russes. Les avions de guerre russes ont fourni aux troupes syriennes un soutien aérien rapproché. Plus de huit frappes aériennes ont visé les combattants de Daech, les forçant à interrompre leur attaque.

    L'offensive des jihadistes au sud de Raqqa a probablement été lancée depuis le désert de Homs, le principal bastion de Daech dans la région centrale.

    Les avions de guerre russes ont pilonné les caches de l'Etat islamique dans le désert de Homs. Selon un récent rapport de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les frappes aériennes et les affrontements avec l'armée syrienne ont coûté la vie à 38 jihadistes jusqu'à présent.

    Malgré les lourdes pertes subies, l'Etat islamique retranché dans le désert de Homs est toujours déterminé à étendre son influence dans la région centrale.