Armée burkinabé

  • Burkina Faso : 12 terroristes islamistes neutralisés

    Imprimer

    Att.E.B.

    L’armée burkinabè a affirmé, lundi soir 16 novembre, avoir abattu 12 terroristes, en riposte à l’embuscade qui a coûté la vie, mercredi dernier, à 14 soldats dans la localité de Tin-Akoff dans la province de l’Oudanlan dans la région du Sahel (nord-est).

    Dans son point de la situation hebdomadaire des opérations de sécurisation publié lundi soir, l’armée burkinabè a indiqué que "douze terroristes avaient été abattus le 11 novembre, dans le Sahel", dans sa riposte à l’embuscade, alors que les groupements de forces du secteur Centre et Est ont apporté leur soutien aux populations afin de maîtriser des flammes suite à un incendie survenu sur le marché de Gayéri dans la région de l’Est.

    Mercredi dernier, une unité du détachement militaire de Tin-Akoff en mission de reconnaissance sur l’axe Tin-Akoff-Gorom, était tombée dans une embuscade aux environs de Bediabé dans la province de l’Oudalan.

    Le bilan faisait état de 14 militaires tués et 8 autres blessés dont trois dans un état grave évacués et pris en charge à Ouagadougou.

    Les 14 soldats burkinabè tués ont été inhumés, lundi dans l’après-midi, au cimetière militaire de Dori (nord-est) en présence du ministre de la Défense nationale et des anciens Combattants Moumina Chériff Sy et du chef Etat-major général des armées, le général de brigade Moïse Minougou.

    Dans la semaine du 9 au 15 novembre 2020, l’armée burkinabè a affirmé avoir effectué 13 opérations aériennes en guise d’appui aérien, suivi de convoi, transport et fret.

    Elle a également effectué 36 opérations de sécurisation de marchés et lieux de culte et 389 patrouilles.

    Concentrées dans un premier temps dans le Sahel, le nord et l’est du pays aux frontières du Mali et du Niger, les attaques islamistes qui ont débuté en 2015 au Burkina Faso, ont progressivement atteint les autres régions du pays.

    Depuis cette date, 1665 personnes, dont 1229 civils et 436 membres des Forces de défense et de sécurité, ont été tuées dans des attaques terroristes dans le pays, selon un rapport publié en août dernier par le Conseil économique et social (CES) du Burkina Faso.

  • Burkina Faso : Embuscade contre une unité de l'armée burkinabé dans l'Oudalan - 14 militaires tués

    Imprimer

    Une embuscade contre une unité de l'armée burkinabé viet d'être rapportée dans la province de l'Oudalan sur l'axe Tinakof - Beldiabe, mercredi 11 novembre.

    Le bilan fait état de 14 militaires tués, 8 autres blessés et des disparus. 

    "Une unité du détachement militaire de Tin-Akoff dans la province de l’Oudalan, région du Sahel est tombée mercredi dans une embuscade tendue par un groupe de terroristes faisant 14 morts et 8 blessés dont trois graves", a indiqué jeudi soir le ministre de la communication Remis Dandjinou dans un communiqué.

    L'Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS) a revendiqué l’attaque.

    Emx3in7XcAAmAzl.jpeg

    L'Etat islamique a également revendiqué avoir égorgé l'un des soldats.

    EnHBnolW8AE5Dt4.jpeg


    Les forces de défense et de sécurité ont aussitôt engagé des opérations de ratissage pour traquer les auteurs de cette attaque.

    Une source sécuritaire, qui a préféré garder l'anonymat, a expliqué que la riposte de l’armée burkinabè avait permis de "neutraliser au moins neuf terroristes présumés".

    Par ailleurs, une autre attaque a visé une position des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) à Gorgadi.

    Oudalan.jpeg

  • Burkina Faso : un volontaire de défense tué et un présumé terroriste neutralisé

    Imprimer

    Att.E.B

    Un volontaire de défense a été tué et un terroriste neutralisé, dans la localité de Tokabangou, province de l’Oudalan dans le Sahel, dans une attaque perpétrée par des individus armés non identifiés contre une patrouille mixte composée de soldats burkinabè et des civils armés, a annoncé lundi, l’armée burkinabè dans son point hebdomadaire sur la situation sécuritaire.

    "Une mission conjointe de l’armée et des « volontaires pour la défense de la patrie » (VDP) a été attaquée jeudi à Tokabangou (sahel) par un groupe armé. Le bilan fait état d’un terroriste abattu et d’un volontaire pour la patrie décédé", avait indiqué le même jour, un élu local sous couvert d’anonymat.

    Confirmant, ce lundi, cette attaque, l’armée burkinabè a souligné que le bilan est d’" un terroriste neutralisé, un Volontaire pour la défense de la patrie (VDP) tué et un autre blessé", alors que des armes, des munitions et des moyens roulants ont été récupérés.

    Confronté à des attaques terroristes depuis 2015, le Burkina Faso a adopté en janvier 2020, une loi instituant le concept de "volontariat pour la défense de la patrie" consistant à doter certains citoyens d'armes, pour contribuer à défendre la patrie contre les attaques terroristes, au besoin, par la force de celles-ci.

    Bénéficiant d’un encadrement et d’un appui financier de l'Etat pour leur fonctionnement, ces "volontaires" doivent épauler les forces de défense et de sécurité sur le terrain.

    Cependant ces civils armés sont régulièrement accusés d’exactions par des organisations telles que le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés, le Mouvement burkinabè des droits de l’homme et des peuples (MBDHP) et l’Organisation démocratique de la jeunesse (ODJ).

    Depuis 2015, 1665 personnes, dont 1229 civils et 436 parmi les forces de défense et de sécurité ont été tuées dans des attaques terroristes dans le pays, selon un décompte du conseil économique et social (CES) du Burkina Faso.

    Ces attaques ont contraint également plus d'un million de personnes à fuir leurs villages, alors que près de 3 millions de personnes ont besoin d’une assistance humanitaire dans le pays, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA).

  • Burkina Faso : une quarantaine de terroristes neutralisés dans l’est

    Imprimer

    (Attentiion E.B.)

    Une quarantaine de terroristes ont été tués et trois autres capturés jeudi, par les forces de défense et de sécurité du Burkina Faso, lors d’une opération antiterroriste dans la localité de Tapoa-Djerma, situé à 25 kilomètres de Diapaga province de la Tapoa dans la région de l’est, a rapporté vendredi, l’Agence d’information du Burkina (AIB).

    Selon l’AIB, l’armée, informée jeudi, de la présence d’une importante colonne d’hommes armés dans la localité de Tapoa-Djerma, a lancé une opération d'envergure pour les repousser, appuyée par des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP, civils armés par le gouvernement du Burkina Faso pour épauler l'armée).

    "Une quarantaine de terroristes ont été abattus", indique l’AIB qui cite des sources sécuritaires locales. Plusieurs autres médias locaux ont confirmé ce bilan.

    "Quand l’armée a lancé l’assaut, les assaillants se sont dirigés vers la forêt du Parc W. c’est là qu’ils ont été neutralisés. Le bilan est d’au moins 40 terroristes tués, trois capturés, des armes et du matériel roulant récupéré", a déclaré une source administrative.

    Au retour de la mission, une équipe de l’armée est tombée dans une embuscade tendue par des individus armés non identifiés, blessant sept militaires, selon la même source.

    Les autorités burkinabè n'ont encore fait aucune déclaration au sujet de cette opération samedi à 09h00 GMT.

    Dans cette même région, six "Volontaires pour la défense de la patrie" (VDP), ont été tués le même jour (jeudi), dans une attaque perpétrée par des terroristes présumés, dans le village de Touldeni, selon un communiqué du maire de la commune de Fada N'gourma, Jean-Claude Louari.

    La riposte a permis d’"infliger des pertes importantes aux assaillants", obligeant ces derniers à fuir, a-t-il expliqué. Selon une source locale, une vingtaine de terroristes présumés ont été abattus.

    La situation sécuritaire au Burkina Faso est marquée par une recrudescence d'attaques terroristes dans plusieurs régions du pays depuis 2015, faisant de nombreuses victimes et des milliers de déplacés internes.

    Jeudi, au moins deux militaires ont été tués dans l'explosion de leur véhicule au passage d'un engin explosif improvisé dans la localité de Toéni dans le nord-ouest du pays.

  • Burkina Faso : trois attaques contre l’armée et plusieurs assaillants neutralisés en une semaine

    Imprimer

    L’armée burkinabè a essuyé trois attaques dans la semaine du 17 au 23 août, a révélé mardi 25 août, l’Etat-major général des Armées affirmant que "plusieurs assaillants avaient été neutralisés" dans les ripostes des forces de défense et de sécurité.

    Le bulletin hebdomadaire de l’armée burkinabè, publié mardi, fait état de 15 opérations aériennes, 38 opérations de sécurisation des marchés et des lieux de cultes et 237 patrouilles dans plusieurs localités du pays en proie au terrorisme.

    Le 23 août le détachement de Bahn (nord) est intervenu pour défendre des "Volontaires pour la défense de la patrie (VDP)" (des civils engagés aux côtés des forces de défense et de sécurité dans la lutte contre le terrorisme ), pris à parti par des individus armés.

    "Cette intervention a permis de mettre en déroute les assaillants. Plusieurs d’entre eux ont été neutralisés", précise le bulletin qui ajoute que la veille, le 22 août, "deux gendarmes sont morts et quatre autres blessés évacués" dans une embuscade dans le Sahel.

    Le 19 et le 22 août, deux engins explosifs improvisés ont été détectés dans deux localités différentes par des unités du groupement. Les unités spécialités du génie militaire sont intervenues pour neutraliser ces engins, rappelle l’armée.

    Le 17 août une section du détachement de Yirgou (Centre-nord) a repoussé une attaque contre son convoi alors qu’elle effectuait une patrouille. "Aucun dommage enregistré".

    L’Etat-major général des Armées, assure que les forces armées nationale poursuivent leurs opérations de sécurisation du territoire national à travers les activités au sein des groupements de forces. Elles conduisent également des activités de soutien au développement au profit des structures de l’Etat, des structures privées ainsi que des activités au profit des populations.

    Depuis 2015, le Burkina Faso est confronté à une crise sécuritaire marquée par des attaques terroristes et des conflits intercommunautaires qui ont poussé plus d’un million de personne à fuir leur foyer.

    Le nombre de personnes ayant besoin d'une assistance humanitaire est passé de 2,2 millions en janvier 2020 à 2,9 millions en août 2020, soit une augmentation de plus de 30%, indique le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA).

  • Frontlive-chrono - Jeudi 14 mai 2020

    Imprimer

    Cisjordanie : Attaque à la voiture bélier – l’assaillant palestinien tué

    Un Palestinien a foncé jeudi avec sa voiture, portant des plaques d’immatriculation palestinienne, sur un groupe de soldats israéliens avant d’être abattu, a indiqué l’armée en faisant état d’un militaire blessé dans l’attaque. « L’assaillant a conduit à toute vitesse en direction de soldats près d’un poste militaire à proximité de Negohot », une colonie israélienne dans…Abonnés


    Syrie : Israël, les Etats-Unis et la Russie bloquent l’artère Téhéran-Beyrouth en Syrie

    L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a rendu compte des actions de la « coalition trilatérale » – Israël, les États-Unis et la Russie – visant à bloquer l’ »artère » entre Téhéran et Beyrouth et à mettre fin à la présence des forces iraniennes dans le désert syrien. L’OSDH note qu’il s’agit d’une coalition « indirecte », c’est-à-dire que…Abonnés


    Afghanistan : Attaque meurtrière contre l’armée afghane revendiquée par les talibans

    Les talibans ont annoncé avoir mené une attaque meurtrière contre un bâtiment de l’armée afghane jeudi à Gardez (est), alors que gouvernement a annoncé mardi la reprise de son offensive militaire contre les insurgés. L’attaque, menée à 8h30 dans la province de Paktia par « un kamikaze dans un petit camion rempli d’explosifs » a tué cinq…Abonnés


    Mali: 380 civils tués au cours du premier trimestre 2020

    La Mission des Nations Unies au Mali a annoncé qu’au moins 380 civils avaient été tués au premier trimestre de cette année par des attaques armées. Elle a ajouté dans un communiqué publié mardi, qu’entre début janvier et le 31 mars 2020, le Mali a enrégistré 232 attaques armées, dans le nord et les régions…Abonnés


    Burkina Faso: huit militaires tués dans une embuscade dans l’est

    Huit militaires burkinabé ont perdu la vie dans une embuscade tendue lundi 11 mai par des terroristes dans la province de Yagha (région du Sahel) a annoncé mercredi l’armée burkinabé dans un communiqué. « Dans la matinée du lundi 11 mai 2020 vers 09 h00 une unité de détachement militaire de Sebba ((Province du Yagha) en…Abonnés


     

  • Burkina Faso : L’explosion d’un IED contre un bus tue quatorze civils

    Imprimer

    Lire la suite