Armée américaine au Kénya

  • Le Kenya refuse d'autoriser les attaques américaines contre les jihadistes somaliens Shabaab sur son territoire

    Imprimer

    Le président kenyan Uhuru Kenyatta a déclaré que son gouvernement ne permettra pas aux États-Unis de lancer des frappes de drones contre les jihadistes somaliens al-Shabaab sur son territoire. "Ce n'est pas nécessaire", a déclaré le président, notant qu'il n'accepterait pas d'étendre potentiellement la zone de guerre au-delà de la frontière avec la Somalie.

    Kenyatta a noté que le terrorisme ne constituait plus une menace significative pour le Kenya et a ajouté qu'aucune base terroriste permanente n'avait été identifiée dans le pays. "Nous ne sommes pas à ce niveau où nous devons faire face à de fréquents raids terroristes, nous n'avons pas de bases stables, donc nous n'accepterons pas la demande de mener des attaques à l'intérieur du territoire kényan car ce n'est pas nécessaire", a déclaré le président, notant que son administration, avec l'aide de divers partenaires internationaux, il a fait de grands progrès pour mettre fin au terrorisme dans le pays.

    «Au cours des deux dernières années, les forces de sécurité du Kenya, ainsi que les alliés régionaux et internationaux, ont considérablement réduit l'incidence des attaques dans le pays. Si nous ne voulons pas dire que les attaques sont terminées, nous pouvons cependant admettre que de grands progrès ont été accomplis », a conclu Kenyatta.

    Selon un rapport du New York Times, publié à la mi-septembre, le commandement africain de l'armée des États-Unis (AFRICOM) a demandé l'autorisation des autorités pour mener des frappes de drones contre les combattants d'Al-Shabaab dans l'est du Kenya, ce qui pourrait augmenter la zone de guerre à travers la frontière avec la Somalie. L'attention particulière du Pentagone au Kenya fait suite à l'attaque du 5 janvier contre le «Camp Simba», situé près de Manda Bay, au Kenya, qui sert de base d'entraînement pour les troupes kenyanes et américaines.

    Le 5 janvier, près de 20 combattants al-Shabaab sont entrés dans le camp, qui abritait environ 100 militaires américains ainsi qu'un nombre indéterminé de soldats kényans. Il s'agissait du premier assaut du groupe jihadiste contre le personnel militaire américain au Kenya. Selon les médias occidentaux, 3 citoyens américains sont morts dans l'assaut du 5 janvier. L'organisation islamiste africaine a revendiqué pour sa part la mort de 40 soldats américains.

    Al-Shabaab est un groupe jihadiste fondé en 2006 et affilié à al-Qaïda. Le but de son soulèvement est de renverser le gouvernement somalien soutenu par l'ONU pour prendre le pouvoir et imposer la loi islamique. Les militants d'Al-Shabaab ont été chassés de Mogadiscio en 2011 mais, malgré la présence de l'AMISOM, une armée de l'Union africaine d'environ 20000 hommes, et malgré l'augmentation des frappes aériennes des États-Unis, les djihadistesse sont révélés incroyablement résistants. L'armée américaine, qui s'était retirée de Somalie en 1994, a repris ses opérations en en janvier 2007. Les États-Unis mènent des frappes aériennes antiterroristes en Somalie depuis plus de 10 ans, mais la fréquence des raids a considérablement augmenté sous l'administration du président Donald Trump. L'AFRICOM a mené 63 attaques en 2019, en hausse par rapport au précédent record de 47, enregistré en 2018. Cette année, les États-Unis ont déjà réalisé plus de 32 raids depuis le début de 2020.

  • Frontlive-Chrono du mercredi 26 février 2020

    Imprimer

    enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais) plpolski (Polonais) pt-ptPortuguês (Portugais - du Portugal)

    Les articles de Frontlive-Chrono sont accessibles aux seuls abonnés

    – Se connecter en utilisant le mot de passe et cliquer sur « rester connecté ».
    – Pour les lecteurs qui ne seraient pas encore abonnés,  cliquer sur « s’abonner » dans la barre d’outils, choisir le type d’abonnement en cliquant sur une des durées proposées et suivre les instructions.
    – Trois types d’abonnements: 12€/mois – 60€ pour six mois ou 100€ pour un an.
    Les abonnés bénéficient d’un accès à tous les articles protégés listés dans « catégories ».


    Mali : trois soldats irlandais blessés par l’explosion d’un engin explosif improvisé (IED) à l’est de Gao

    Trois soldats irlandais ont été légèrement blessés lorsqu’un engin explosif improvisé a explosé près de leur convoi dans l’est du Mali le mardi 25 février, selon les forces de défense irlandaises. « Alors qu’ils effectuaient une patrouille à l’est de leur base à Gao, trois de nos soldats ont été légèrement blessés lorsqu’un engin explosif improvisé…CONTINUER LA LECTURE


     

    Somalie : Une attaque aérienne américaine tue le leader d’al-Shabaab impliqué dans l’attaque de Manda Bay

    Une attaque aérienne dans le sud de la Somalie a tué un haut responsable d’Al-Shabaab qui aurait été impliqué dans la planification d’un raid en janvier contre une base aérienne kenyane qui a fait trois morts parmi le personnel américain, a déclaré le Commandement américain pour l’Afrique. « Les évaluations post-attaque confirment que les deux personnes…CONTINUER LA LECTURE


    Syrie : L’armée syrienne a tiré des roquettes sur un convoi turc, il y a des victimes

    Dans la province d’Idlib, au nord de la Syrie, un convoi militaire turc a essuyé des tirs de missiles de l’armée syrienne. L’Observatoire syrien des droits de l’homme rapporte qu’un véhicule a pris feu. Selon les médias syriens, huit soldats turcs ont été blessés lors du bombardement. La Turquie n’a pas commenté ces rapports. Le…CONTINUER LA LECTURE


    Tunisie : Un terroriste islamiste tué à Kasserine – L’armée découvre trois camps terroristes

    Un jihadiste présumé a été abattu dans le centre-ouest de la Tunisie lors d’une opération antiterroriste, a indiqué mardi soir le ministère de l’Intérieur. Dans un bref communiqué, le ministère précise que ce « terroriste » a été tué lors d’une opération menée par des unités militaires et de la garde nationale (gendarmerie) dans la zone montagneuse…CONTINUER LA LECTURE

  • Kenya : les islamistes shebab attaquent une base militaire américano-kényane

    Imprimer

    Lire la suite