Province de Salahuddin - Page 4

  • Irak : Les "lions d'al-Jazeera" pourchassent les jihadistes de Daech

    Imprimer

    Lundi 1er février,  la cellule des médias de sécurité de Commandement des opérations conjointes en Irak a annoncé le lancement d'une nouvelle opération de sécurité pour éliminer les restes de l'Etat islamique dans l'ouest du pays. B

    La cellule a déclaré dans un communiqué, que l'opération «Lions d'al-Jazeera» avait lancé une première phase de ratisssage dans les régions dal-Jazirah, la province de Salahuddin et l'ouest de la province de Ninive, sur neuf axes principaux, et avec le soutien de l'Armée de l'Air et de la coalition internationale contre Daech, à la recherche des éléments terroristes dans les zones désertiques et pour détruire leurs repaires ».

  • Irak : Le Hashd al-Chaabi (milices chiites) affirme être engagé dans de violents affrontements avec Daech

    Imprimer

    breaking news.jpegLes Forces de mobilisation populaire (Hashd al-Chaabi) une coalition de groupes paramilitaires majoritairement chiites et pro-iraniens,  annoncent être engagées dans de violents combats avec les jihadistes de l' Etat islamique dans le gouvernorat de Salahuddine.

  • Irak : Affrontements entre la coalition de milices chiites (Hashd al-Chaabi)  et Daech dans le désert d'Anbar

    Imprimer

    Mercredi 27 janvier 2021, le commandement de la coalition de milices chiites Hashd al-Chaabi a annoncé que ses forces (photo) s'étaient affrontées avec des éléments de l'Etat islamique lors d'une opération sécuritaire dans le désert de la province sunnite d'Anbar, à l'ouest du pays.

    "Les forces de mobilisation populaire (Hashd al-Chaabi) ont mené une opération dans le désert occidental d'Anbar et se sont affrontées avec des gangs terroristes de l'Etat islamique pendant l'opération", a déclaré le commandant des opérations d'Anbar du Hashd al-Chaabi Qassem Musleh.

    Il a ajouté: "La force a découvert lors de l'opération de ratissage des repaires de l'Etat islamique. Les affrontements se poursuivent toujours, et l'opération sécuritaire se poursuit afin d'éliminer les poches terroristes dans le désert".

    Al-Hashd al-Shaabi fait officiellement partie des forces armées irakiennes, mais est en fait subordonné au Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI).

    Par ailleurs, le commandement de l'armée a rapporté qu'une unité de renseignement militaire de la 14e division d'infanterie, avec la participation de combattants de la 51e brigade d'infanterie, avait arrêté l'instructeur en chef des groupes al-Kahuasir, al-Qaad et al-Jammah collaborant avec l'Etat islamique. L'opération a été montée sur la base d'informations.

    4 combattants de Daech tués par une frappe aérienne de la Coalition dans le nord
    Le ministère irakien de la Défense a annoncé, mercredi, la mort de 4 membres de l'Etat islamique, lors d'une frappe aérienne menée par la Coalition internationale, au nord du pays.

    Selon la déclaration de la cellule des médias de sécurité affiliée du ministère de la Défense, "la Coalition internationale (dirigée par les États-Unis) a bombardé des fiefs de l'organisation à l'aide d'armes avancées dans la province de Kirkouk (nord)".

    Le communiqué a déclaré que "les forces de l'armée irakienne ont ratissé la zone ciblée et trouvé les corps déchiquetés des 4 éléments terroristes.

    "L'opération intervient dans le cadre des opérations préventives supervisées par le Commandement des opérations conjointes (de l'armée irakienne) pour éliminer ces groupes terroristes dans les régions montagneuses et reculées du pays", explique le communiqué.

    Les Etats-Unis dirigent une coalition internationale composée de plus de 60 pays, pour lutter contre l’organisation terroriste Daech en Irak. Elles fournissent une formation et des conseils tactiques aux forces armées locales.

    L'Irak a intensifié ses campagnes de traque des forces restantes de l'Etat islamique au cours des derniers jours, à la suite d'un double attentat-suicide, survenu jeudi 21 janvier, et qui a visé des civils sur un marché populaire bondé du centre de Bagdad. L'attentat, revendiqué par l'Etat islamique avait fait 32 morts et 110 blessés.

    Ces derniers mois, les attaques, d'éléments présumés de Daech, se sont multipliées, en particulier dans la zone située entre Kirkouk et Salah al-Din (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de "Triangle de la mort".

     

     

  • Irak : Onze paramilitaires chiites tués dans une attaque de l'Etat islamique

    Imprimer

    Onze combattants du Hachd al-Chaabi, une coalition de paramilitaires en majorité chiites intégrés à l'armée irakienne, ont été tués samedi soir dans une embuscade du groupe jihadiste Etat islamique dans le district d'Al-Dur au nord de Bagdad, ont rapporté à l'AFP des sources au sein du Hachd. Parmi les personnes décédées se trouve le commandant commandant du troisième régiment du Hashd al-chaabi. Le nombre des morts pourrait augmenter car plusieurs blessés sont très gravement atteints.
     
    Cette attaque, menée de nuit dans une région isolée avec des armes légères contre des militaires --mode opératoire adopté par l'Etat islamique depuis sa défaite militaire en Irak fin 2017-- est de bien moins grande envergure que le double attentat suicide mené jeudi au coeur de Bagdad, qui a tué 32 civils et qui fait peser la menace d'une résurgence jihadiste en zone urbaine.
     
    "L'Etat islamique a lancé une attaque sur la brigade 22 du Hachd à l'est de Tikrit", chef-lieu de la province de Salah Eddine à environ 150 kilomètres au nord de Bagdad, a affirmé Abou Ali al-Maliki, l'un des officiers de cette brigade. Onze membres du Hachd ont été tués et dix autres ont été blessés, selon d'autres sources au sein du Hachd. L'attaque n'a pas été revendiquée mais toutes les sources contactées par l'AFP ont accusé l'Etat islamique.
     
    Bureaucratie et corruption
    Pour les experts, l'attentat de jeudi --revendiqué par l'organe de propagande du groupe jihadiste-- pourrait être un cas isolé car les cellules clandestines de l'Etat islamique, terrées dans les zones montagneuses et désertiques du pays, n'ont ni l'organisation ni l'équipement pour mener des attaques d'envergure en zone urbaine. Cette attaque, sans précédent depuis plus de trois ans dans la capitale, a malgré tout mis en évidence les lacunes de l'appareil sécuritaire irakien.
     
    Rongées comme toutes les institutions du pays par la bureaucratie et par la corruption, les forces de sécurité font également les frais des tensions entre groupes armés rivaux et entre membres politiques de tous bords.
     
    De fait, les attaques de l'Etat islamique  ces derniers mois ont majoritairement eu lieu dans les provinces de Salah Eddine et de Kirkouk, plus au nord, que forces kurdes et fédérales se disputent créant une brèche où s'engouffrent les jihadistes. Dix-sept personnes --majoritairement des militaires-- ont par exemple été tuées en novembre dans des attaques de l'Etat islamique au nord de Bagdad.
     
    Les attaques de cette semaine surviennent alors que les Etats-Unis ont réduit le nombre de leurs soldats en Irak à 2.500 hommes, tandis que la quasi-totalité des autres Etats membres de la coalition anti-EI ont quitté le pays depuis le début de la pandémie de coronavirus.

  • Irak : Les attaques de l'Etat islamique en 2020

    Imprimer

    L'Etat islamique revendique avoir mené en 2020 1 422 opérations, qui auraient fait 2 748 morts et blessés. Les provinces les plus touchées ont été Diyala, Salahuddine, al-Anbar et Kirkuk. Au cours des 15 derniers mois, l'Irak a été le principal théâtre des actions terroristes menées par l'Etat islamique par rapport à l'ensemble des territoires où le groupe jihadiste est présent.

    ErYtRsPWMAEzhM0.jpeg

     

  • Irak : situation sécuritaire et activité de Daech

    Imprimer
    7 janvier - Province de Ninive
    Une source de sécurité a rapporté qu'une personne avait été tuée et deux autres blessées par une explosion qui a visé une équipe de démineurs affiliée à une organisation humanitaire dans le gouvernorat de Ninive.
     
    L'un engin explosif avait été placé par des membrs de l'Etat islamique et a explosé contre l'équipe de l'organisation britannique "MAG" qui s'occupe du déminage.
     
    Le dispositif a explosé alors que l'équipe travaillait à l'enlèvement des bombes et des mines près du village de Qabak dans le district d'al-Ayyadiyah, dans le district de Tal Afar, à l'ouest de Ninive.
     
    MAG est une organisation humanitaire basée au Royaume-Uni qui travaille à l'enlèvement des mines et autres restes de guerre dans les pays qui ont été théâtres de conflits armés comme l'Irak.
     
    8 janvier - Province d'al-Anbar
    Le renseignement militaire irakien a arrêté cinq militants de l'Etat islamique et a saisi des engins explosifs.
     
    Un des terroristes, arrêté dans la région d'Albu Farraj, au nord du district de Ramadi, était recherché par les services de renseignement.
     
    Une autre déclaration a confirmé que les services de renseignement coopèrent avec le commandement des opérations d'Al-Jazira et que les commandos ont saisi du matériel et des engins explosifs dans une cachette de Daech dans la région d'Al-Zawiya, dans le désert d'Al-Shamiya, à l'ouest d'Anbar".
     
    Les services de renseignement ont également détruit un entrepôt qui fournissait de la nourriture et du matériel aux militants de l'Etat islamique, dans la région d'Al-Hussainat, au nord-est du district d'Ar-Rutba, dans l'ouest du gouvernorat d'Anbar.

    ErIUkHLXMAEWV6m.jpeg

    8 janvier - Mont Makhoul, province de Salahuddine (Saldin)
    Selon un fonctionnaire du gouvernement à Saladin  le plus grand bastion terroriste au nord du gouvernorat est maintenant dégagé.
     
    Le directeur du district d'Al-Zawiya, Muhammad Zaidan, a déclaré à l'agence de presse Shafaq que le douzième régiment de la police d'urgence de Saladin et le troisième régiment de la 43e brigade de la 14e division militaire, ont déployé leurs unités à proximité des montagnes de Makhoul pour sécuriser les zones du district, al-Mashaq et al-Naml contre toute attaque potentielle.
     
    Un point de sécurité renforcé par des caméras de surveillance a été mis en place pour surveiller les mouvements des jihadistes de Daech et les patrouilles fixes et mobiles dans les zones des montagnes de Makhoul, comme Zaidan.
     
    Il a souligné que certains terroristes de l'Etat islamique se cachent dans les montagnes de Makhoul mais qu'ils sont désormais incapables de s de lancer des attaques.
     
    Les montagnes de Makhoul, qui s'étendent entre les périphéries de Kirkouk et de Saladin, sont aujourd'hui parmi les plus grands bastions des anciennes organisations Al-Qaida et Etat islamique et un point de départ pour des attaques contre les forces de sécurité et des cibles civiles.
     
    Le mois dernier, les formations de sécurité ont confirmé que la plupart des zones des montagnes de Makhoul avaient été débarrassées des terroristes de l'Etat islamique grâce aux opérations terrestres et aux frappes aériennes menées par la coalition internationale.

    1610096876811.jpeg

     
     
     
     
     
  • Irak : 42 membres de l'Etat islamique tués lors d'une opération de l'armée dans la province de Ninive

    Imprimer

    L'armée irakienne a annoncé, dimanche 13 décembre, avoir éliminé 42 membres de l'Etat islamique lors d'un raid de deux jours soutenu par des avions de la coalition internationale dans le gouvernorat de Ninive, au nord du pays.

    L'information a été donnée par le porte-parole du commandant en chef des forces armées irakiennes, le général de division Yahya Rasul.

    Rasoul a déclaré que les forces du service antiterroriste avaient lancé une campagne de ratissage baptisée "torrent de ratissage '' à la poursuite des restes de l'Etat islamique dans la région d'Ain Juhaish, au sud de Ninive, sur ordre du Premier ministre Mustafa Al-Kazemi.

    Les affrontements avec les jihadistes de Daech ont duré deux jours et se sont soldés par la mort de 42 membres de l'Etat islamique, parmi lesquels plusieurs dirigeants de l'organisation en charge de la province de  Ninive, dont l'un était surnommé "Baraa".

    Il a expliqué que "l'opération a été lancée avec le soutien aérien de l'aviation de l'armée irakienne et de l'aviation de la coalition internationale", sans détails sur l'identité et le nombre des forces participantes.

    Depuis le début de cette année, les forces iraquiennes ont intensifié leurs opérations de ratissage et de raids à la poursuite des restes de l '«État islamique» pour faire face à l'augmentation des attaques des jihadistes, en particulier dans le «Triangle de la mort» entre les gouvernorats de Kirkouk, Salah al-Din (nord) et Diyala (est).

    En 2017, l'Irak avait déclaré la victoire totale sur l'Etat islamique après avoir récupéré toutes ses terres occupées à l'été 2014 par l'Etat islamique et qui étaient estimées à environ un tiers de la superficie du pays.

    Cependant, l'organisation terroriste maintient toujours des cellules dormantes dans de vastes zones en Irak et lance des attaques de plus en plus fréquentes.