NIGERIA - Page 2

  • Russie : Un "Africom russe" pour rivaliser avec l'Africom américain

    Imprimer

    Alors que le paysage libyen reste caractérisé par l'instabilité, certaines sources suggèrent que la Russie vise à étendre sa sphère d'influence à l'ensemble du continent africain, en créant une force qui pourrait concurrencer le commandement africain de l'armée américaine (AFRICOM).
    La révélation a été faite par le journal al-Arab du 5 août, à un moment où les forces positionnées sur les fronts de bataille libyens semblent attendre de nouveaux renforts et des ordres pour lancer la bataille de la ville occidentale de Syrte et celle de la base de Joufra.
    Dans ce contexte, Moscou a été accusée à plusieurs reprises, principalement par les États-Unis, d'envoyer des armes et des munitions pour soutenir l'Armée nationale libyenne (ANL), dirigée par le général Khalifa Haftar, ainsi que des mercenaires appartenant à la société militaire privée Wagner.
    Déjà en 2015, selon les diplomates occidentaux, Moscou avait déjà établi une base en Egypte occidentale pour fournir un soutien technique et réparer plus facilement les équipements. En 2018, des conseillers militaires ont été envoyés pour soutenir les forces de l'armée du Haftar à Benghazi. Cependant, selon les informations d'al-Arab, se basant un rapport allemand, le rôle de la Russie dépasserait les frontières libyennes. L'objectif du pays serait notamment de créer des bases militaires dans le reste de l'Afrique et, selon les experts militaires, cela pourrait conduire à la formation d'un "Africom russe" capable de rivaliser avec les forces américaines déjà présentes sur le continent.
    À cet égard, le rapport allemand indique que la Russie a obtenu des permis pour établir des bases militaires dans six pays africains, dont l'Égypte et le Soudan, ce qui montre la volonté de Moscou de protéger son rôle en Libye. La Russie, en particulier, créerait ainsi une "ceinture de bases" qui la préserverait de toute offensive, car attaquer un pays avec une telle présence serait risqué pour quiconque. Une telle stratégie, souligne le journal, est la même que celle employée en Syrie et démontre la validité de l'idée de la Turquie, selon laquelle la présence russe en Libye vise, en réalité, à obtenir davantage de concessions de Damas.
    Selon un rapport secret du ministère allemand des affaires étrangères, la Russie a conclu des accords de coopération militaire avec 21 pays africains depuis 2015, dont l'Égypte, la République centrafricaine, l'Érythrée, Madagascar, le Mozambique et le Soudan. Avant cette année-là, Moscou entretenait des relations similaires avec seulement quatre États sur le continent africain. Dans ce cadre, la Russie a ensuite secrètement et parfois formellement formé les forces de ces pays, dont 180 soldats en République centrafricaine et une vingtaine de soldats par an au Mali. En parallèle, le Nigeria a signé un accord pour l'achat de 12 hélicoptères militaires, tandis que le Cameroun, l'Afrique du Sud et l'Erythrée font partie des pays qui ont exprimé le souhait d'acheter des avions, des chars et des armes lourdes à la Russie.
    En outre, la République centrafricaine, en proie à des années de guerre civile, a signé un accord de coopération militaire avec la Russie, en vertu duquel des conseillers militaires russes seront officiellement présents dans la capitale pour former leurs unités de sécurité à faire face aux menaces des groupes armés et des extrémistes. Cependant, selon certains analystes, l'objectif de Moscou est non seulement d'agir militairement de manière directe, mais aussi de renforcer sa présence économique, à un moment où l'Afrique est devenue un terrain de jeu vital pour plusieurs pays tels que la Chine, la Turquie, l'Iran, les États-Unis et la France.
    Pour sa part, Washington, par le biais du commandement de l'AFRICOM, n'a pas caché son inquiétude quant au rôle croissant de Moscou en Libye, ce qui laisse supposer que ce qui s'est passé en Syrie se reproduira également dans ce pays d'Afrique du Nord. C'est la raison pour laquelle les forces américaines ont étroitement surveillé les mouvements de la compagnie Wagner et ont signalé l'envoi d'avions russes à la base de Joufra, dont des MiG-29 et des Su-24. Enfin, le 25 juillet, Washington a déclaré que, grâce aux images satellites, il était possible de constater la présence d'équipements de défense aérienne russes en Libye, dont le SA-22, qui est exploité par le groupe Wagner ou des forces affiliées. Pour les États-Unis, le type et la taille de ces armements montrent l'intention de développer des "capacités de combat offensif". La Russie, cependant, a toujours nié les déclarations de l'armée américaine.
    Face à ce scénario, comme le souligne al-Arab, le conflit libyen mettra à l'épreuve l'efficacité des stratégies des grandes puissances, en particulier les États-Unis et la Russie, et l'issue du conflit entraînera un renforcement ou une limitation de l'expansion russe en Afrique.

    Lien permanent Catégories : AFRICOM, AFRIQUE DU SUD, CAMEROUN, ÉGYPTE, ERYTHREE, Haftar Khalifa, Jufra, LIBYE, MADAGASCAR, MALI, MOZAMBIQUE, NIGERIA, Politique de la Russie en Libye, Relations Egypte-Russie, Relations Erythrée-Russie, Relations Madagascar-Russie, Relations Mali-Russie, Relations Mozambique-Russie, Relations Nigeria-russie, Relations République Centre Africaine - Russie, Relations Russie-Egypte, Relations Russie-Erythrée, Relations Russie-Libye, Relations Russie-Madagascar, Relations Russie-Mali, Relations Russie-Mozambique, Relations Russie-Nigeria, Relations Russie-République Centre Africaine, Relations Russie-Soudan, Relations Soudan-Russie, REPUBLIQUE CENTRE AFRICAINE, RUSSIE, SOUDAN, Syrte, Wagner (groupe de mercenaires russes), Wagner (groupe) en Libye 0 commentaire
  • Nigeria : 4 morts dans une attaque des terroristes islamistes à Maiduguri

    Imprimer

    Quatre personnes ont trouvé la mort et trois autres ont été blessées dans une attaque perpétrée, jeudi soir, par des terroristes à Maiduguri dans le nord-est du Nigeria, alors que les habitants préparaient les célébrations de la fête du sacrifice Eid al-Aldha, ont rapporté des médias africains.
    Selon les services d'urgence 3 roquettes ont été tirées depuis la périphérie de la ville, faisant 4 morts et 3 blessés, précise la chaîne d'information Africanews.
    Aucune partie n'a encore revendiqué l'attaque vendredi à 14h00 GMT.
    La ville de Maiduguri dans la province de Borno est constamment visée par les attaques terroristes attribuées au groupe islamiste Boko Haram, actif dans tout le nord-est nigérian.
    Moins de 24 heures avant ce dernier attentat, c'est le convoi du gouverneur de l'Etat Babagana Zulum, qui a été touché par des tirs de mitrailleuses, rappelle Africanews.

  • Sahel/Bassin du lac Tchad : près de 300 civils tués par les mines et les engins explosifs

    Imprimer

    L’Agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR) a alerté mardi sur le nombre croissant d’incidents mortels causés par les mines et impliquant des populations déracinées au Sahel et dans la région du lac Tchad.
    Une tendance constatée depuis le début de l'année 2020, a précisé l'ONU sur son site.
    « Bien que les cibles visées par de nombreux groupes armés antigouvernementaux et non étatiques semblent être les forces de sécurité, de plus en plus de civils sont aveuglément tués et mutilés », a déclaré mardi le porte-parole du HCR Babar Baloch, lors d’un point de presse virtuel depuis Genève.
    Au Sahel et dans la région du lac Tchad, ce sont au moins 286 civils dont 9 réfugiés qui ont été tués par les mines et les engins explosifs depuis 2019, précise l'ONU, soulignant que le Nigéria et le Tchad sont les pays les plus touchés dans le bassin du lac Tchad.
    Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) constate également une tendance à la hausse dans le Sahel, rapporte encore l'ONU.
    Au Mali, la population civile représente près de la moitié des victimes des mines terrestres et des explosions d’engins improvisés dans tout le pays, indique la même source. Au moins 42 civils ont, ainsi, été tués dans 82 incidents entre janvier et mai de cette année principalement dans les régions de Mopti, Gao et Kidal.
    Le Sahel est confronté à l’une des crises de déplacement les plus importantes au monde. Des millions de personnes ont fui les attaques des groupes armés contre les civils, avec notamment des exécutions sommaires, le recours généralisé au viol des femmes et des attaques contre les institutions de l’État, y compris les écoles et les établissements de santé, rappelle l'ONU.
    Les mines représentent également un danger supplémentaire pour les réfugiés et les personnes déplacées qui fuient la violence et la persécution et constituent une entrave à leur droit de rentrer chez eux. Le HCR considère d’ailleurs les mines et les munitions non explosées comme des obstacles majeurs au retour dans la sécurité et la dignité. Elles représentent pour les réfugiés et les personnes déplacées qui rentrent chez eux un danger mortel pendant de nombreuses années après la fin du conflit.
    Le HCR appelle, à cet effet, à renforcer les efforts visant à atténuer les risques que les mines terrestres et les engins explosifs improvisés font peser sur les réfugiés et les personnes déplacées dans les régions du Sahel et du bassin du lac Tchad.
    Outre le nombre élevé de morts, de blessés et les séquelles infligées, y compris les dommages psychologiques, la présence d’engins explosifs entrave également l’accès aux moyens d’existence des populations locales tels que les pâturages, les champs, les fermes, le bois de chauffage ainsi que les infrastructures communautaires. Ils affectent également l’acheminement de l’aide humanitaire et les activités de développement, souligne l'ONU.

    Lien permanent Catégories : CAMEROUN, Lac Tchad, MALI, NIGERIA, TCHAD 0 commentaire
  • Nigeria : Violents combats entre l'Etat islamique et la force multinationale à Woulgo

    Imprimer

    Violent échange de tirs entre l'Etat islamique (ISWAP) et la Multinational joint taskforce à Woulgo dans la nuit du 22 au 23 juillet 2020. La bataille a duré plus d'une heure, aucune victime du côté des militaires.
    L'armée ratisse  les buissons voisins à la recherche d'éventuels terroristes blessés ou morts.

  • Nigeria : Cinq humanitaires enlevés ont été assassinés

    Imprimer

    Cinq humanitaires nigérians, dont un employé de l'ONG française Action contre la Faim (ACF) ont été tués par les jihadistes qui les avaient enlevé dans le nord-est du Nigeria, où sévissent le groupe islamiste armé Boko Haram et l'Etat islamique, a indiqué mercredi ACF.
    Des combattants affiliés au groupe Etat Islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) avaient auparavant mis en ligne une vidéo montrant l'assassinat des cinq hommes. "C'est avec une profonde tristesse que nous confirmons l'assassinat d'Ishaku Yakubu, salarié d'Action contre la Faim sur la base de Monguno, et de quatre autres travailleurs humanitaires qui avaient été pris en otage par un groupe armé non étatique dans le nord-est du Nigeria, dans l'Etat de Borno, le 8 juin 2020", a annoncé ACF dans un communiqué. Une autre ONG, International Rescue Committee (IRC), a confirmé qu'un de ses employés avait également été tué.
    Les humanitaires étaient apparus dans une vidéo, vraisemblablement tournée le 21 juin, où ils expliquaient qu'ils avaient été kidnappés par des combattants affiliés au groupe Etat Islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) à différents moments, courant juin. L'Etat islamique s'en prend régulièrement aux employés d'ONG locales et internationales.
    "Cet assassinat injustifiable reflète l'immense difficulté à laquelle sont confrontés les acteurs humanitaires indépendants et impartiaux, et la violence à laquelle nous sommes exposés chaque jour pour remplir notre mission", a souligné ACF. "Une fois de plus se pose la question de l'équilibre entre la préoccupation pour la sécurité des équipes et le maintien d'une aide vitale pour des milliers de personnes", a ajouté l'ONG.
    Le nord-est du Nigeria est en proie à une sanglante insurrection de jihadistes, qui prospèrent dans cette zone reculée, proche du lac Tchad, dont les rives sont partagées par quatre pays (Nigeria, Cameroun, Niger, Tchad). Les Nations unies estiment que près de 7 millions de personnes dépendent de l'aide humanitaire dans cette région, à genoux après plus de dix ans de conflit contre les groupes jihadistes. Plus de 36.000 personnes ont été tuées depuis 2009 dans les violences au Nigeria et plus de deux millions de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer. L'insurrection s'est aussi étendue aux pays voisins, Niger, Cameroun et Tchad.

  • Mali : chaos dans le pays entre protestations et attaques armées

    Imprimer

    Un groupe d'hommes armés a tué au moins 12 habitants lors d'une série de raids contre sept villages Dogons situés dans la région de Mopti, au centre du Mali, le jeudi 16 juillet.
    "Parmi les morts, 10 sont des hommes qui travaillaient la terre", a déclaré un responsable local, Ali Dodo, à l'agence de presse Reuters. "Cela signifie que les attaques ont pour but d'empêcher les habitants de cultiver leurs champs", a-t-il ajouté.
    A Bamako, la capitale, les médiateurs de certains pays d'Afrique de l'Ouest discutent avec le gouvernement de la manière de mettre fin aux protestations contre le président, Ibrahim Boubacar Keita.
    L'ancien président du Nigeria, Goodluck Jonathan, est arrivé à Bamako à la tête d'une délégation du bloc régional d'Afrique de l'Ouest, la CEDEAO. Les représentants ont rencontré le président Keita et devraient discuter avec les dirigeants de l'opposition et la commission électorale. Les discussions doivent porter sur les stratégies à adopter pour mettre fin aux violents affrontements entre manifestants et les forces de sécurité, qui ont provoqué la mort d'au moins 11 personnes jusqu'à présent. "Avec votre coopération et celle des personnes de bonne volonté qui veulent résoudre le problème, j'espère que la crise prendra fin", a déclaré Jonathan le jeudi 16 juillet.
    La semaine dernière, M. Keita a promis de s'engager à mettre en œuvre les recommandations formulées par une précédente délégation de la CEDEAO arrivée dans le pays en juin. Parmi les demandes figurait une invitation adressée au gouvernement malien à "reconsidérer" les résultats des dernières élections législatives.
    Les protestations témoignent de la frustration générale face aux attaques croissantes des groupes armés et aux nombreuses violences interethniques. Keita, qui est au pouvoir depuis 2013, a promis de rencontrer des représentants de différents partis dans le but d'"apaiser la situation politique". Cependant, la coalition d'opposition, composée de chefs religieux, de politiciens et de personnalités de la société civile, a déclaré que le président semblait "ignorer les demandes" du mouvement. Il s'agit notamment de la dissolution du parlement et de la formation d'un gouvernement de transition capable de répondre aux besoins de la population. "Le mouvement réitère sa détermination à obtenir par des moyens légaux et légitimes la démission définitive du chef de l'Etat", souligne la déclaration du M5-RFP.
    La lenteur des réformes politiques, la crise économique, le manque de financement des services publics et la perception largement partagée d'une corruption rampante dans les sphères du pouvoir alimentent le sentiment anti-Keita. Le président a d'abord cherché à adopter une position conciliante, en favorisant la formation d'un gouvernement d'union nationale, lors d'un discours à la nation le 14 juin. Les manifestants ont cependant rejeté l'offre, appelant au remplacement de toute la classe dirigeante actuelle.
    Les protestations ont éclaté début juin, après que les résultats des élections législatives aient donné la victoire au parti lié au président, le Groupement pour le Mali (RPM). Le deuxième tour des élections s'était déroulé le 19 avril, en pleine pandémie de coronavirus, et enregistré l'un des taux de participation les plus faibles de l'histoire du Mali, avec environ 35 %. Le premier tour de scrutin, reporté pendant un certain temps, avait eu lieu le 29 mars. Les deux tours de scrutin ont été marqués par l'insécurité et entachés par des enlèvements, des pillages et des attaques aveugles contre les citoyens qui sont allés voter. Les incidents se sont produits principalement dans les régions du nord et du centre. De nombreux enlèvements et assassinats ont eu lieu, malgré le déploiement de quelque 1 600 observateurs indépendantsLes élections ont également été entachées par des pillages de bureaux de vote. C'est la première fois depuis 2013 que les citoyens du Mali ont pu voter pour élire de nouveaux députés à l'Assemblée nationale après plusieurs reports.

  • Nigeria : 37 soldats tués dans une attaque de Boko Haram

    Imprimer

    Au moins 37 soldats nigérians ont été tués dans une attaque du groupe jihadiste Boko Haram survenue dans le nord-est du pays, ont rapporté des médias locaux, jeudi 9 juillet.
    Le journal "Premium Times Nigeria" a rapporté, citant des sources militaires, que 37 soldats nigérians avaient été tués, mardi 7 juillet, dans une embuscade dressée par les éléments armés de Boko Haram".
    La même source a ajouté que l'attaque a été perpétrée sur l'autoroute reliant les villes de Maiduguri et Damboa dans l'Etat de Borno, au nord-est du pays.
    L'attaque s'est produite mardi 7 juillet vers 19 heures, alors que les troupes de la brigade du 25e groupe de combat, ainsi que les soldats du quartier général du secteur 2 et ceux du 402e groupe des forces spéciales avaient quitté le camps du 25e quartier général pour une patrouille le long de la route Damboa-Maiduguri.
    "La patrouille est soudainement entrée en contact avec un nombre indéterminé de terroristes de Boko Haram qui se trouvaient en embuscade entre les villages de Limanti et Bulabulin, non loin de Damboa."
    La source a déclaré que les troupes ont opposé une courageuse résistance pour se dégager de l'embuscade, "mais les insurgés ont continué à les attaquer, à tel point que le commandant, un certain colonel Bako, a dû appeler des renforts."
    Le coordinateur des opérations militaires de la défense, John Enenche, a déclaré dans un communiqué que les troupes embusquées avaient réussi à se dégager de l'embuscade et à tuer 17 des assaillants.
    Ls combats ont fait de nombreuses victimes (37 soldats et 17 jihadistes) ainsi que plusieurs disparus, (MIA), a ajouté la source.
    L'armée nigériane a confirmé l'attaque, mercredi, mais a déclaré qu'elle n'avait tué que deux soldats.
    Les autorités militaires s'abstiennent généralement d'annoncer le bilan des attaques.