Mayadine - Page 2

  • SYRIE : L'armée syrienne a lancé l'assaut d'al-Mayadin (sud-est de Deir ez-Zhor)

    Imprimer
    Syrie 
    Mayadin
    L'armée syrienne a lancé l'assaut d'al-Mayadin (sud-est de Deir ez-Zhor)
    L'Etat islamique a perdu une grande partie des vastes régions conquises en Irak et en Syrie en 2014. Elle vient de perdre Hawija, le dernier grand centre urbain qu'elle contrôlait encore en Irak. 
    Mais il contrôle toujours plus de la moitié de la province de Deir ez-Zhor : les villes de Mayadin et Boukamal, les quartiers-Est de la capitale provinciale éponyme, des régions dans l'est et le sud de la province ainsi que de vastes zones désertiques.
    L'armée syrienne a commencé l'assaut d'al-Mayadin, une puissante place-forte de l'EI
    Le 6 octobre, l'Armée Arabe Syrienne (AAS) et ses alliés auraient commencé l'assaut de la ville de Mayadin où l'Etat islamique a transféré depuis des mois une grande partie des structures de commandement et de propagande qui se trouvaient à Raqqa, selon les renseignements américains.
    Les forces gouvernementales seraient entrées dans la partie occidentale de Mayadin et auraient saisi les silos à grains, l'hyper-marché, la boulangerie, le quartier Savami al-Galyal  et le château de Rahbah. L'offensive a été appuyée par les tirs de l'artillerie syrienne et d'intenses raids aériens de l'armée de l'air russe.  
    Des affrontements très violents ont également lieu dans le sud de la ville où les soldats de l'AAS ont pris le contrôle des fermes Al-Chablis et Al-Madfaiyya.
    Les jihadistes de Mayadin reçoivent des renforts, des armes et des munitions à partir du territoire irakien par la ville frontalière de Boukamal.
    Les unités mobiles de Daech tentent également de contrer les forces gouvernementales par de violentes contre-attaques dans le secteur de Deir ez-Zhor et le long de l'autostrade Palmyre-Deir ez-Zhor, la principale voie d'approvisionnement des forces gouvernementales engagées dans les combats dans la province de Deir ez-Zhor. 
     
    Axe de l'assaut 
    Sites occupés par l'AAS 
    14 civils fuyant les violences tués par des raids russes
    Quatorze personnes dont des enfants ont été tuées par des frappes russes dans la province de Deir ez-Zhor.  
    Elles "traversaient le fleuve de l'Euphrate sur des radeaux de fortune", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), en attribuant les frappes à la Russie.
    Elles fuyaient le village de Mahkane, au sud de Mayadine. Elles étaient en train de traverser le fleuve Euphrate sur des radeaux de fortune lorsqu'elles ont été prises pour cibles par les avions de guerre russes.  
    L'aviation russe a intensifié ses raids dans la région de Mayadin au cours des derniers jours.
    Mercredi 4 octobre, 38 civils ont été tués dans des raids russes à Deir ez-Zor, selon l'OSDH.
    Jeudi 5 octobre le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s'est dit "préoccupé" par les centaines de civils tués en Syrie, soulignant que le pays connaissait son "plus fort pic" de violences depuis la bataille d'Alep en 2016. 
    L'armée russe a été plusieurs fois accusée d'avoir fait des victimes civiles dans ses frappes mais elle dément régulièrement, assurant cibler les "terroristes", en référence aux jihadistes.
      
    Sukhnah 
    Toujours de violents combats sur l'axe Palmyre-Deir ez-Zhor 
    Situation le 6 octobre
    Les jihadistes de Daech  ont  poursuivi leurs efforts pour encercler la ville stratégique d'as-Sukhnah sur l'autoroute Palmyre-Deir ez-Zhor et ont même capturé Jabal Tuntur.
    Par contre, l'armée syrienne aurait réussi à repousser une attaque des jihadistes sur la partie de l'autostrade entre as-Sukhnah et Palmyre. Les es groupes d'assaut mobiles de l'Etat islamique ont mené leurs attaques avec le soutien de "tecnicals", véhicules 4X4 équipés d'armes lourdes, mitrailleuses, canons ou lance-missiles antichars. Les
    combats, très intenses, sont toujours en cours. 
    La situation compliquée pour les forces gouvernementales sur l'autostrade Palmyre-Deir ez-Zhor  pourrait avoir un impact sur l'offensive menée actuellement contre les jihadistes retranchés à al-Mayadin.
     
    Pour recevoir la newsletter complète, écrire à ptolemee@belliard74.com

     

  • Syrie : Dernières nouvelles de la bataille de Deir ez-Zhor

    Imprimer
    Syrie 
    Euphrate
    Des unités spéciales de l'armée syrienne ont traversé l'Euphrate à l'est de Deir ez-Zhor le lundi 18 septembre au matin
    Dimanche 17 septembre au soir, des unités spéciales de l'Armée Arabe Syrienne (AAS), avec l'appui de conseillers militaires russes, ont traversé  l'Euphrate à l'est de la ville de Deir ez-Zhor et ont pris position sur sa rive orientale, a révélé le média russe pro-gouvernemental Riafan, citant ses correspondants sur le terrain. 
    L'opération a été couverte par les forces aérospatiales russes qui ont mené une série de frappes aériennes sur les positions de l'Etat islamique sur la rive orientale de l'Euphrate. 
    Puis, les forces pro-gouvernementales ont engagé des unités de l'EI dans un échange de coups de feu, forçant les jihadistes  à se retirer vers le nord. 
    Les soldats de l'AAS fortifiaient, lundi 18 septembre, leur tête de pont sur la rive orientale et devraient rapidement progresser vers le nord.  
    Vidéo de la traversée de l'Euphrate
    Le bureau d'information du 5e corps d'assaut de l'AAS, surnommé "Chasseurs de l'EI" (ISIS hunters - صائدو داعش) a mis en ligne une vidéo montrant la traversée de l'Euphrate le 18 septembre au matin:
     
    dixneufseptembre 
    Mardi 19 septembre : Dernières nouvelles de la bataille de Deir ez-Zhor
    Mardi 19 septembre, l'Armée Arabe Syrienne (AAS), la Garde Républicaine Syrienne (SRG) et leurs alliés ont continué à élargir leur tête de pont sur la rive orientale de l'Euphrate.
    Les forces gouvernementales ont pris le contrôle total des villages de Marat et Mazlum après avoir repoussé une contre-attaque des jihadistes de Daech, tuant une quarantaine d'islamistes. Après cela, les troupes gouvernementales, avec des unités de la redoutable 4ème Division blindée en tête, ont avancé dans la direction de Khsham, sur la route d'al-Mayadin. 
     
    Progression également en direction de Mayadin sur la rive occidentale de l'Euphrate 
    Les forces gouvernementales ont également progressé en direction d'al-Mayadin sur la rive ouest de l'Euphrate. Des affrontements avec les jihadistes de Daech ont eu lieu dans le village d'al-Jubaliah sur la route d'al-Mayadin. Cependant, le village n'a pas encore été libéré. Les combats sont toujours en cours.  
    Les jihadistes de Daech opposent une forte résistance au nord de la tête de pont
    Les forces gouvernementales sont confrontées à de violentes contre-attaques des jihadistes de l'EI au nord de la tête de pont installée sur la rive orientale de l'Euphrate, a déclaré, mardi 19 septembre, le porte-parole de la Défense russe, le major, le général Igor Konashenkov.
    Le général Konashenkov accuse la coalition internationale 
    Konashenkov a accusé par la même occasion les forces assistées par les Etats-Unis de ne pas lutter efficacement contre les jihadistes. Il en a voulu pour preuve le fait que les contre-attaques et les bombardements les plus sérieux des jihadistes ont été menés à partir du front nord de la tête de pont, c'est-à-dire à proximité des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) assistées par la coalition internationale.
    "Selon les rapports des commandants syriens de première ligne, l'armée syrienne rencontre les contre-attaques les plus sévères et les tirs à partir de la direction nord. C'est-à-dire où se trouvent les forces des FDS et les unités des forces spéciales des États-Unis, qui administrent une assistance médicale à ces militants au lieu de libérer Raqqa. Vous ne devez pas posséder des connaissances militaires profondes pour voir la cohérence dans toutes ces coïncidences", a déclaré le général Konashinkov.
    Konashenkov a ajouté que les rejets d'eau des barrages de l'Euphrate contrôlés par les forces soutenues par les États-Unis empêchent le gouvernement d'avancer au nord de Deir ez-Zhor.  
    "Ainsi, la situation de l'eau sur l'Euphrate s'est considérablement détériorée au cours des dernières 24 heures. Dès que les troupes du gouvernement syrien ont commencé à traverser la rivière, le niveau de l'eau dans l'Euphrate a augmenté en quelques heures et la vitesse actuelle a presque doublé à deux mètres par seconde ", a-t-il déclaré. "Comme il n'y a pas eu de pluie, la seule source de ces changements dans la situation de l'eau est la décharge d'eau induite par l'homme dans les barrages en amont de l'Euphrate. Ces établissements sont détenus par des groupes d'opposition contrôlés par la coalition dirigée par les États-Unis. "  
    "Si la coalition internationale menée par les Etats-Unis ne souhaite pas lutter contre le terrorisme en Syrie, alors qu'elle ne gêne pas au moins ceux qui s'y attellent de manière continue et efficace", a ajouté le général russe.  
    Mais malgré cela et la forte résistance des islamistes de Daech, les forces gouvernementales ont réussi à libérer 60 km2 sur la rive orientale de l'Euphrate.     
    Les Forces Démocratiques Syriennes FDS), appuyées par les USA, se rapprochent de l'Euphrate
    De leus côtés, les FDS se rapprochent «rapidement» de la rive orientale de l'Euphrate. Mais elles ne l'ont pas encore atteinte car elles progressent avec prudence après le bombardement dont elles ont été la cible par les armées de l'air russe et syrienne, dans la zone industrielle de Deir ez-Zhor.
    Les FDS seraient maintenant à environ 2 km de la rive orientale. Cette information confirme qu'elles n'ont toujours pas pris le village d'al-Hussiniyah. 
     
    Jean René Belliard

     

    Lire la suite

  • Syrie : La coalition internationale confirme qu'une force alliée a été bombardée par Moscou à Deir ez-Zor

    Imprimer
    Syrie 
    FDS
    La coalition internationale confirme qu'une force alliée a été bombardée par Moscou à Deir ez-Zor
    Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes antijihadistes soutenues par les Etats-Unis, ont accusé samedi 16 septembre l'aviation russe de les avoir bombardées dans l'est de la Syrie, un incident démenti par Moscou mais confirmé par la coalition internationale menée par Washington. Un général russe a reconnu que les forces russes effectuaient des raids aériens des deux côtés de l'Euphrate mais que l'armée russe n'avait pas constaté de combats entre les FDS et Daech au cours des derniers jours.
    Deux offensives concurrentes en cours dans l'est syrien
    Dans l'est syrien, deux offensives concurrentes sont actuellement en cours pour chasser les jihadistes de l'Etat islamique (Daech) de Deir ez-Zhor, la dernière province qu'il contrôle majoritairement dans ce pays.
    Les forces prorégime soutenues par les Russes se concentrent sur la ville même de Deir ez-Zhor, alors que les FDS appuyées par l'aviation de la coalition internationale progressent dans l'est de la province.
    "Nos forces ont été la cible d'une attaque de l'armée de l'air russe et du régime dans la zone industrielle" au nord-est de la ville de Deir ez-Zhor, ont indiqué samedi les FDS dans un communiqué. "Six combattants ont été blessés."
    "Ce n'est pas possible. Pourquoi les bombarderions-nous?", a affirmé à l'AFP un porte-parole de l'armée russe, Igor Konashenkov, sur la base militaire russe de Hmeimeim (ouest de la Syrie).
    La coalition internationale a toutefois assuré dans un communiqué que "des forces russes (avaient) frappé une cible à l'est de l'Euphrate en Syrie près de Deir ez-Zhor, blessant des forces partenaires de la coalition".
    "Les munitions russes ont touché un lieu dont les Russes savaient qu'elles comprenaient des Forces démocratiques syriennes et des conseillers de la coalition. Plusieurs combattants des FDS ont été blessés et soignés après la frappe", a indiqué la coalition, qui a précisé qu'aucun de ses conseillers militaires n'avait été blessé.
    Certaines parties tentent d'entraver la lutte contre l'EI, dénoncent les FDS
    Les FDS, qui mènent également une offensive pour déloger l'EI de son bastion de Raqqa (nord), ont accusé "certaines parties" de tenter d'entraver leur avancée au moment où elles "remportent de grandes victoires contre l'EI".
    En annonçant son offensive contre l'EI dans la province de Deir ez-Zhor, cette alliance avait assuré qu'il n'y avait aucune coordination avec les forces du régime. Mais la coalition internationale a déjà dit qu'il existe dans la zone une "ligne de +déconfliction+", censée éviter les incidents dans un ciel encombré d'avions de la coalition, du régime et russes.
    Une ligne de déconfliction fonctionnant 24 heures sur 24
    Cette ligne "avec la Russie est ouverte 24 heures sur 24", a rappelé samedi un commandant de la coalition, le général américain Paul Funk, dans le communiqué. "Nous faisons tout notre possible pour éviter une escalade inutile entre les forces qui combattent notre ennemi commun", l'EI.
    A Deir ez-Zhor, les FDS opèrent sur la rive est de l'Euphrate, fleuve qui coupe en diagonale cette province riche en pétrole. Les incidents entre les FDS et le régime sont rares. En juin, un avion syrien avait été abattu par la coalition dans la province de Raqqa, Washington affirmant qu'il s'agissait d'une riposte à un tir de cet appareil contre les FDS.
    Le régime hostile aux FDS et aux forces étrangères sur le territoire syrien
    Le régime est très méfiant à l'égard des FDS, dont les forces kurdes syriennes sont la principale composante. Les Kurdes de Syrie ont déjà créé une région fédérale dans les zones qu'ils contrôlent, provoquant l'ire de Damas.
    'Force étrangère illégitime'
    Vendredi 15 septembre, une conseillère du président Bachar el-Assad, Bouthaina Chaabane, a prévenu que le régime allait combattre "les FDS, l'EI ou toute force étrangère illégitime présente sur le territoire". "Les FDS tentent, sous les ordres des Américains, de parvenir aux régions pétrolières pour les contrôler. Ils n'y parviendront pas", avait-t-elle dit.
    L'OSDH affirme qu'un avion syrien a été abattu par l'Etat islamique
    L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a affirmé samedi que l'EI avait abattu un avion présumé syrien au sud-ouest de Deir ez-Zhor mais qu'il était tombé en territoire progouvernemental près de la ville.
    La Russie s'interroge sur les "progrès rapides" des FDS contre l'Etat islamique
    Le porte-parole du ministère russe de la Défense, le major-général Igor Konashenkov, se pose des questions et affirme que "seuls les représentants de la coalition internationale peuvent répondre à la question" : comment les FDS ont pu progresser jusqu'à présent sans aucun combat avec les jihadistes de l'EI.
     
    Jean René Belliard