Mayadine - Page 2

  • Syrie : L'Etat islamique tend une embuscade à l'armée syrienne - raids aériens sur des positions de Daech

    Imprimer

    Tôt dans la matinée du vendredi 5 février,  l'Etat islamique a tendu une embuscade à une unité de l'Armée arabe syrienne (AAS) près de la ville de Mayadin, dans l'ouest de la province de Deir Ezzor.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), l'unité menait une opération de ratissage dans la zone d'al-Tayarat lorsqu'elle a été attaquée par les jihadistes.

    "Quatre hommes armés pro-régime ont été tués et six autres blessés", a déclaré l'OSDH. 

    L'attaque faisait suite à des rapports de frappes aériennes intenses dans le désert de Homs - bastion de l'Etat islamique dans la région centrale de Syrie. Au cours des dernières 24 heures, plus de 54 frappes aériennes menées par les aviations syrienne et russe ont pris pour cibles les jihadistes, leurss repaires et leurs positions de combat dans le désert.

    Plus tôt cette semaine, l'armée syrienne a conclu une opération à grande échelle le long de l'autoroute Homs-Deir Ezzor, la M-20, sécurisant complètement l'autoroute.

    L'opération a contraint les membres de l'Etat islamique à s'éloigner de cette autoroute stratégique. Les jihadistes se sont apparemment déplacés pour  intensifier leurs attaques dans le triangle Hama-Alep-Raqqa et à l'ouest de Deir Ezzor.

    L'armée et ses alliés devraient bientôt lancer une nouvelle opération d'envergure soit dans le triangle Hama-Alep-Raqqa, soit à l'ouest de Deir Ezzor. 

  • Syrie : L'Iran fournit des missiles sol-sol à longue portée au Hezbollah irakien en Syrie

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a déclaré que des missiles sol-sol iraniens à courte et moyenne portée avaient été installés sur les positions du Hezbollah irakien stationné à proximité de la ville d'al-Tebnee, qui est sous le contrôle des forces du régime syrien, à l'ouest de Deir Ezzor.

    Ces missiles ont été entrés via des passages non officiels entre la Syrie et l'Irak sur des camions civils. Les livraisons portent sur 56 missiles.

    L'Observatoire syrien avait indiqué le 11 janvier que la milice afghane "Fatemiyoun" avait déchargé 4 gros camions camouflés en transport de légumes et de fruits, mais en fait chargés d'armes.

    Selon l'OSDH, ces camions étaient chargés de missiles de fabrication iranienne en provenance d'Irak. Ces envois ont été déchargés dans des entrepôts commerciaux loués par des civils dans la région de Kawa Ibn Aswad, entre la ville de Mayadin et la ville de Mahkan dans la province orientale de Deir Ezzor.

    Les milices iraniennes et pro-iraniennes occupent des zones de la province de Deir Ezzor près de la frontière avec l'Irak. Elles changent fréquemment d'emplacements par peur des frappes aériennes israéliennes et de la coalition internationale.

  • Syrie : Les Forces de Défense Nationale (FDN) lancent une opération pour chasser l'Etat islamique de l'ouest de la province de Deir ezZor

    Imprimer

    Vendredi 22 janvier, les Forces de Défense Nationale syriennes (FDN), une force paramilitaire pro-gouvernementale, ont lancé une opération de ratissage dans la partie occidentale de la province de Deir Ezzor.
     
    Les unités des FDN ont lancé une chasse aux combattants de l'Etat islamique près de la zone de Faydat Ibn Mun'a, à l'ouest de la ville de Mayadin.
     
    «34 véhicules militaires participent à la campagne de ratissage», a déclaré l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) dans un rapport. «Ils [les véhicules] ont été vus se dirigeant de la ville de Mayadin vers le désert.»
     
    Selon l'OSDH, les unités des FDN ont reçu un appui aérien des forces aérospatiales russes. Au cours des dernières 24 heures, plus de 25 frappes aériennes russes ont pilonné les positions des jihadistes dans la région centrale. Des avions de combat syriens ont également effectué des frappes aériennes sur le groupe terroriste.
     
    La semaine dernière, les FDN, la 5ème division de l' armée arabe syrienne et la brigade al-Qods ont lancé une opération similaire pour sécuriser l'autoroute M-20 Homs-Deir Ezzor. L'opération est toujours en cours.
     
    Les cellules de l'Etat islamique lancent régulièrement des attaques contre les troupes gouvernementales et les civils dans l'est de Homs et l'ouest de Deir Ezzor depuis le désert de Homs. Le vaste désert se situe entre ces deux régions.
     
    Il y a peu de chance que l'opération de ratissage menée par les FDN réussissent à éliminer durablement la présence des jihadistes dans la région.

  • Syrie : Les forces iraniennes camouflent leurs  positions et leurs mouvements près des frontières syro-irakiennes par crainte des raids israéliens

    Imprimer

    Les milices pro-iraniennes ont remplacé leurs drapeaux sur leurs positions et bases militaires situées dans de vastes zones de l'est de la Syrie, par les drapeaux du régime syrien par crainte d'une nouvelle attaque israélienne, selon des sources locales et l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) .
     
    Des sources dans les villes de Mayadin et Bukamal, dans la partie orientale de la province de Deir Ezzor, ont déclaré que le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) avait transporté des munitions et des armes lourdes, y compris des missiles, cachés dans des réfrigérateurs à bord de camions portant des numéros de plaques syriennes, ceci dans le cadre d'un re-positionnement camouflé, quelques jours après que les raids israéliens les plus violents aient visé l'est de la Syrie.
     
    Selon des sources bien informées, les forces iraniennes et les milices pro-iraniennes continuent de changer de position dans la plus grande discrétion dans cette zone géographique le long des frontières irakiennes
     
    Selon le Jusoor Center for Studies and Development, les gardiens de la révolution islamique d'Iran sont déployés dans 125 localités à travers la Syrie, réparties dans 10 provinces, principalement Daraa dans le sud, où se trouvent 37 postes militaires iraniens, suivi de Damas et de sa province avec 22 sites et Alep au nord, avec 15 postes militaires et quartiers généraux.
     
    La province de Deir Ezzor compte 13 postes iraniens, dont les plus importants sont situés dans les villes de Mayadin et Bukamal.
     
    L'Iran a déployé en soutien du régime syrien l'une des plus puissantes forces militaires  après la Russie, depuis le déclenchement des manifestations anti-régime au printemps 2011.
     
    Selon les militants locaux, l'OSDH et le Jusoor Center, la plupart des combattants iraniens en Syrie sont membres du CGRI et sont déployés dans le sud de Damas, le sud de la province d'Alep, l'est de la province de Homs et la partie orientale de la province de Deir Ezzor.

  • Syrie : L'armée de l'air israélienne attaque les forces pro-iraniennes dans l'est de la Syrie, au moins 57 tués

    Imprimer
    L'agence d'État syrienne SANA , citant une source militaire, rapporte qu'à 1h10 du matin le 13 janvier, l'armée de l'air israélienne a lancé des frappes sur des cibles dans les régions de Deir ezZor et Bukamal, dans l'est de la Syrie. Les défenses aériennes syriennes ont tenté de repousser l'attaque.
     
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme ( OSDH ) rapporte que dans la nuit du du 12 au 13 janvier, l'armée de l'air israélienne a lancé une série d'attaques contre des cibles dans l'est de la Syrie, dans le gouvernorat de Deir ezZor, près de la frontière avec l'Irak.
     
    Au total, au moins 18 frappes aériennes auraient eu lieu. Les cibles attaquées sont :
    - Une position du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) dans la région d'Al-Thalath.
    - Le secteur de Beer Hammar où sont positionnés le CGRI et le 47e régiment de l'Armée Arabe Syrienne et d'où partent les camions citernes  pour livrer du pétrole à la base d'al-Imam
    - Une base du CGRI dans la zone Al-Seiba
    - Un dépôt d'armements à Ayiash (vidéo) utilisé par les combattants chiites afghans de la brigade Fatemiyoun.
    - Un site sur la route de l'aéroport de Hamdan, où sont positionnés les combattants chiites pakistanais de la brigade Zainabiyoun
    General Ahmed Ibrahim al-Khalil,.jpg- D'après ce que nous avons reçu de sources locales,  il y a en plus 16 morts au sein de la Branche de la branche 243 de la Direction du Renseignement Militaire (DRM) à Deir ezZor (photo ci-dessus). Il y a en outre 20 blessés dans un état grave, dont le général de brigade Ahmed Ibrahim al-Khalil (photo de gauche), directeur de la branche 243 de la DRM.  Il convient de noter que c'est la première fois que l'armée de l'air israélienne frappe la Branche de la sécurité militaire à Deir Ezzor.

     
    La zone de Bukamal, où les Iraniens ont construit un nouveau poste frontière entre l'Irak et la Syrie, ainsi que de nombreuses installations militaires, ont été soumises à plusieurs reprises à des frappes aériennes. Les médias arabes affirment que les attaques ont été menées non seulement par l'armée de l'air israélienne mais également par des avions de la coalition occidentale ou tout au moins sur des renseignements fournis par l'armée américaine. A noter que depuis l'été 2020, il existe une base russe dans cette zone, qui n'a pas été prise pour cible par les attaques aériennes.
     
    Selon des rapports préliminaires, au moins 14 militaires syriens et 43 combattants étrangers pro-iraniens ont été tués, sans compter les morts au sein de la Sécurité militaire. Les informations sur les victimes et les dommages occasionnés par les raids sont en cours de confirmation.

    Parmi les personnes décédées, on trouve Saleh Abdul Amir Nassif, également connu sous le nom d'Abou Yatem al-Katrani - le commandant de la 4ème brigade des unités de mobilisation irakienne populaire (Hashed al-Chaabi) . Le Hashed al-Chaabi a confirmé la mort d'al-Katrani dans un communiqué officiel, mais n'a pas précisé où ni quand le commandant avait été tué.

    On a observé que les forces du régime de Bachar al-Assad s'étaient mobilisées dans plusieurs quartiers de la ville de Deir Ezzor, près de: (Dallah - Medalji - rondpoint Globe) après les violentes frappes aériennes qui ont frappé les régions de Deir Ezzor, Mayadin et Bukamal.

    1743692.jpg

     
  • Syrie : Neuf combattants pro-iraniens tués dans une attaque de l'Etat islamique (Daech)

    Imprimer

    L'Etat islamique (Daech) a tué neuf combattants syriens pro-iraniens dans une attaque jeudi 1à décembre contre l'une de leurs positions dans l'est de la Syrie, a indiqué l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH).

    L'attaque a visé ces miliciens fidèles au régime syrien et entraînés par le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) dans une région désertique près de la ville de Mayadine dans la province de Deir ez-Zor, selon l'OSDH. Les gardiens de la révolution sont l'armée idéologique de la République islamique d'Iran, qui aide militairement le régime syrien de Bachar el-Assad dans sa guerre contre les rebelles et les jihadistes.

    Malgré sa mise en déroute avec la chute de son "califat" en mars 2019, l'Etat islamique dispose de cellules dormantes qui continuent de mener des attaques meurtrières en Syrie, notamment dans le vaste désert s'étendant du centre à l'extrême est du pays. Jeudi à l'aube, neuf miliciens syriens ont péri dans l'attaque et au moins deux jihadistes ont été tués dans les combats qui ont suivi, a précisé l'OSDH.

    Depuis mars 2019, des combats, principalement dans la zone désertique, ont coûté la vie à plus de 1.000 soldats syriens et miliciens pro-iraniens, ainsi qu'à plus de 580 jihadistes de l'Etat islamique, d'après l'ONG. En 2020, les combats ont largement baissé en intensité en Syrie à la faveur d'un cessez-le-feu dans le nord-ouest du pays et des efforts visant à lutter contre le nouveau coronavirus. Le régime syrien, fort du soutien de la Russie et de l'Iran, a réussi ces dernières années à reprendre plus de 70% du territoire. La guerre, déclenchée par la répression de manifestations réclamant des réformes, a fait depuis 2011 plus de 387.000 morts.

  • Syrie : Tensions entre le 5ème corps d’assaut (pro-russe) et les miliciens chiites du Hezbollah (pro-iranien)
Samedi

    Imprimer

    Samedi 28 novembre, la police militaire russe a intensifié ses patrouilles dans la ville de Mayadine, dans l’est de la province de Deir ez-Zor.

L’intensification des patrouilles de la police militaire russe est due aux tensions entre le 5ème corps (pro-russe) et le milice chiite du Hezbollah dans la ville de Mayadin suite à une querelle entre les patrouilles des deux groupes armés.

    Le 5ème Corps d’assaut, intégré à l’Armée Arabe Syrienne (AAS) fidèle à Bachar al-Assad est sous l’administration des conseillers militaires russes, ce qui explique les raisons de l’intervention de la police militaire russe.