JERUSALEM - Page 2

  • Frontlive-Chrono du 14 mai 2018

    Imprimer

    Articles parus sur Frontlive-Chrono le 14 mai 2018

    Les articles sont aussi publiés en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) ja日本語 (Japonais) nlNederlands (Néerlandais) idIndonesia (Indonésien) svSvenska (Suédois)

    • Gaza: les forces aériennes de Tsahal attaquent plusieurs cibles à Gaza – Abonnés
    • Indonésie: Nouvel attaque kamikaze à Surabaya – la police attaquée – Abonnés
    • Irak: Les partisans de Sadr fêtent la victoire aux élections aux cris de « A bas l’Iran » – Abonnés
    • Ouverture solennelle de l’ambassade américaine à Jérusalem – Abonnés
    • Israël: Emeutes près de l’ambassade américaine à Jérusalem: 14 personnes arrêtées – Abonnés
    • Jérusalem/ambassade U.S.: 52 Palestiniens tués à Gaza – Plus de 2000 blessés – Abonnés
    • Jordanie: Explosion dans la ville portuaire d’Aqaba – Abonnés
    • Le Maroc annonce le démantèlement d’une cellule liée à l’EI – Libre
    • Yémen: des forces saoudiennes sur l’île de Socotra après des tensions avec les EAU – Abonnés

    Lire la suite

  • Le conseil central palestinien appelle l’OLP à suspendre la reconnaissance d’Israël

    Imprimer

    Le conseil central palestinien appelle l’OLP à suspendre la reconnaissance d’Israël

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    Le conseil central palestinien a appelé lundi l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) à suspendre la reconnaissance de l’Etat d’Israël, en réponse à la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.
    Dans un vote intervenu à Ramallah en Cisjordanie occupée, le conseil central de l’OLP a « chargé le comité exécutif de l’OLP  de suspendre la reconnaissance d’Israël jusqu’à ce que ce dernier reconnaisse l’Etat de Palestine dans ses frontières de 1967, annule l’annexion de Jérusalem-Est et cesse ses activités de colonisation« , selon un communiqué.
    Ce vote a recueilli 74 voix pour, 2 contre et 12 abstentions, a constaté un journaliste de l’AFP.
    OLP
    L’OLP est l’organisation internationalement reconnue comme la représentante de tous les Palestiniens et son comité exécutif est la seule instance habilitée à prendre les décisions engageant les Palestiniens dans le cadre du processus de négociation avec Israël.
    En 2015, un vote du conseil central de l’OLP sur la suspension de la coordination sécuritaire avec Israël n’avait pas été suivi d’effet.
    Le conseil central de l’OLP avait été convoqué à titre extraordinaire pour répondre à la décision du président Trump sur Jérusalem, annoncée le 6 décembre. Depuis cette date, 17 Palestiniens et un Israélien ont été tués dans des violences.
    Mahmooud Abbas avait donné le ton dimanche 14 janvier 2018
    Dimanche, le président palestinien Mahmoud Abbas avait donné le ton de la réunion du conseil central de l’OLP, qui s’est déroulée sur deux jours.
    « L’affaire du siècle s’est transformée en claque du siècle« , avait tonné M. Abbas, en référence à la volonté proclamée de M. Trump de présider à « l’accord (diplomatique) ultime » entre Israéliens et Palestiniens.
    Les Palestiniens rejetteront le plan que Washington est censé présenter à une échéance encore indéfinie et toutes les options sont sur la table, avait-il proclamé.
    Les Palestiniens ont gelé les contacts avec l’administration Trump. Le vice-président américain Mike Pence se rendra à Jérusalem la semaine prochaine, mais ne devrait rencontrer aucun dirigeant palestinien.

  • Le conseil central palestinien appelle l’OLP à suspendre la reconnaissance d’Israël

    Imprimer

    Le conseil central palestinien appelle l’OLP à suspendre la reconnaissance d’Israël

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    Le conseil central palestinien a appelé lundi l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) à suspendre la reconnaissance de l’Etat d’Israël, en réponse à la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.
    Dans un vote intervenu à Ramallah en Cisjordanie occupée, le conseil central de l’OLP a « chargé le comité exécutif de l’OLP  de suspendre la reconnaissance d’Israël jusqu’à ce que ce dernier reconnaisse l’Etat de Palestine dans ses frontières de 1967, annule l’annexion de Jérusalem-Est et cesse ses activités de colonisation« , selon un communiqué.
    Ce vote a recueilli 74 voix pour, 2 contre et 12 abstentions, a constaté un journaliste de l’AFP.
    OLP
    L’OLP est l’organisation internationalement reconnue comme la représentante de tous les Palestiniens et son comité exécutif est la seule instance habilitée à prendre les décisions engageant les Palestiniens dans le cadre du processus de négociation avec Israël.
    En 2015, un vote du conseil central de l’OLP sur la suspension de la coordination sécuritaire avec Israël n’avait pas été suivi d’effet.
    Le conseil central de l’OLP avait été convoqué à titre extraordinaire pour répondre à la décision du président Trump sur Jérusalem, annoncée le 6 décembre. Depuis cette date, 17 Palestiniens et un Israélien ont été tués dans des violences.
    Mahmooud Abbas avait donné le ton dimanche 14 janvier 2018
    Dimanche, le président palestinien Mahmoud Abbas avait donné le ton de la réunion du conseil central de l’OLP, qui s’est déroulée sur deux jours.
    « L’affaire du siècle s’est transformée en claque du siècle« , avait tonné M. Abbas, en référence à la volonté proclamée de M. Trump de présider à « l’accord (diplomatique) ultime » entre Israéliens et Palestiniens.
    Les Palestiniens rejetteront le plan que Washington est censé présenter à une échéance encore indéfinie et toutes les options sont sur la table, avait-il proclamé.
    Les Palestiniens ont gelé les contacts avec l’administration Trump. Le vice-président américain Mike Pence se rendra à Jérusalem la semaine prochaine, mais ne devrait rencontrer aucun dirigeant palestinien.

  • Israël adopte une loi visant à compliquer le partage de Jérusalem

    Imprimer

    Le Parlement israélien a adopté mardi 2 janvier 2018 un projet de loi visant à compliquer le passage sous souveraineté palestinienne de certaines zones de Jérusalem dans le cadre d’un futur accord de paix.
    Le texte, approuvé à 64 voix contre 51, balaie encore plus les espoirs d’une solution à deux Etats dans le conflit israélo-palestinien, moins d’un mois après la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.
    L’adoption de cette loi intervient quelques jours après le vote du comité central du Likoud –parti de droite du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu– d’une résolution demandant à ses parlementaires de pousser en faveur de l’annexion des colonies de Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 50 ans.
    Proposée par une députée du parti nationaliste religieux Foyer juif (Beit Yehudi), la loi adoptée mardi prévoit que toute cession aux Palestiniens de ce qu’Israël considère comme faisant partie de Jérusalem nécessitera un vote à la majorité des deux-tiers des députés. Elle permet également de modifier la définition « municipale » de Jérusalem, certains secteurs de la ville pouvant ainsi « être déclarés comme des entités séparées« , selon un communiqué du Parlement.
    Israël occupe Jérusalem-Est et la Cisjordanie depuis la guerre de 1967. Il a ensuite annexé Jérusalem-Est, partie palestinienne de la ville. Cette annexion n’a jamais été reconnue par la communauté internationale. L’Etat hébreu considère l’ensemble de Jérusalem comme sa capitale tandis que les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l’Etat auquel ils aspirent. La question de Jérusalem est un des problèmes les plus épineux du conflit israélo-palestinien.
    « Nous avons garanti l’unité de Jérusalem« , a tweeté après le vote le ministre de l’Education Naftali Bennett, chef du Foyer juif (Beit Yehudi).  « Le mont des Oliviers, la Vieille ville et la cité de David resterons nôtres à jamais« , a-t-il ajouté, faisant référence à des lieux situés dans la partie palestinienne de Jérusalem, dont le quartier de Silwan. Dov Khenin, un député de l’opposition, a estimé que cette nouvelle loi devrait être appelée « la loi pour empêcher la paix » et craint qu’elle ne provoque « un bain de sang« .
    Vives réactions des Palestiniens
    Pour le secrétaire général de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erakat, les Israéliens prennent de telles décisions parce qu’ils bénéficient du soutien des Etats-Unis. « L‘administration américaine adopte les positions de l’occupation« , a-t-il affirmé à la radio, assurant que les Palestiniens allaient « se battre contre les tentatives américaines et israéliennes d’imposer des solutions« .
    Annoncée le 6 décembre, la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël rompt avec des décennies de diplomatie américaine et internationale et continue à causer l’émoi dans les Territoires palestiniens.
    Pour le président palestinien Mahmoud Abbas, les Etats-Unis ne peuvent plus jouer leur rôle historique de médiateur de paix. Lundi, il a déploré que la Maison Blanche ait « refusé de condamner les implantations de colonies israéliennes ainsi que les attaques systématiques et les crimes de l’occupation israélienne contre le peuple de Palestine« .
    Pour Nabil Abou Rudeina (photo ci-contre), porte-parole de l’Autorité Palestinienne (AP), la loi sur Jérusalem-Est est une déclaration de guerre. Abou Rudeina.jpg
    Abou Rudeina a déclaré, mardi 2 janvier 2018, que les résultats du vote à la Knesset prouvaient qu’Israël avait quitté le processus de règlement politique du conflit et tentait maintenant d’imposer sa décision aux Palestiniens.
    Le porte-parole de Mahmoud Abbas a également noté que la déclaration de Donald Trump et les décisions de la Knesset ne sont pas valables. « Nous ne permettrons pas à Israël d’aborder seul les questions concernant l’avenir de toute la région« , a-t-il déclaré.
    pour Abou Rudeina Israël et les Etats-Unis «poussent la région vers l’abîme».

     

     

    Pour plus d'informations consultez notre site web : Frontlive-Chrono

  • 2 Palestiniens tués par l'armée israélienne lors du 3ème "vendredi de la colère" à Gaza

    Imprimer

    Deux Palestiniens ont été tué vendredi par des tirs de soldats israéliens dans la bande de Gaza lors de manifestations contre la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme la capitale d'Israël, a indiqué le ministère de la Santé gazaoui.
    Les deux Palestiniens ont été atteint par des balles à la poitrine. Le premier, Zakaria Al-Kafarneh (24 ans est mort  près de Jabalia, dans le nord de la bande de Gaza, lors de heurts le long de la barrière séparant Israël de l'enclave palestinienne.
    Ce sont désormais dix Palestiniens qui ont perdu la vie dans les violences provoquées par la décision américaine annoncée le 6 décembre. Deux des Palestiniens tués depuis le 6 décembre l'ont été par des frappes israéliennes en représailles à des tirs de roquette de la bande de Gaza. Les autres ont trouvé la mort dans des affrontements avec les forces israéliennes, dans la bande de Gaza ou en Cisjordanie.
    Par ailleurs, six autres Palestiniens ont été blessés par des balles réelles lors des rassemblements auxquels ont pris part des centaines de personnes en différents points de la barrière, a dit le ministère.
    Le Hamas, qui gouverne la bande de Gaza, avait appelé à une nouvelle "journée de la colère" après la prière.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : ÉTATS-UNIS, GAZA, HAMAS, ISRAËL, Jabalia, JERUSALEM 0 commentaire
  • Jérusalem : l’ONU condamne à une large majorité la décision américaine

    Imprimer

    L’Assemblée générale de l’ONU a adopté jeudi 21 décembre 2017 à une large majorité une résolution condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d’Israël.
    Sur les 193 pays membres, 128 ont voté pour cette résolution et neuf contre, 35 pays décidant de s’abstenir lors d’un scrutin que le président américain avait promis de scruter de près, menaçant de représailles financières ceux qui soutiendraient le texte.
    Les pays qui ont voté contre la résolution sont les États-Unis, Israël, le Guatemala, le Honduras, les Îles Marshall, la Micronésie, Narau, Palau, Togo.
    La veille, le président américain Donald Trump avait déclaré que son pays cesserait de fournir une assistance financière aux pays qui soutiendraient la résolution de l’AG de l’ONU condamnant la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël.
    Selon le document adopté, « toutes les décisions et actions qui impliquent un changement dans le caractère, le statut et la composition démographique de la ville sainte de Jérusalem sont nulles et non avenues, et devraient être abolies. » La résolution « exige également que tous les Etats » « ne reconnaissent aucune action ou mesure qui soit en contradiction avec les résolutions » du Conseil de sécurité de l’ONU ».
    Au début du mois de décembre, le président américain Donald Trump avait annoncé la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël et a signé un document sur le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. La décision du président américain a été accueillie positivement en Israël et a provoqué une réaction négative de la part de nombreux États du monde, en premier lieu des pays du Moyen-Orient et de la Palestine.
    Le 18 décembre déjà, le Conseil de sécurité de l’ONU avait voté sur le projet de résolution proposé par l’Egypte au nom du « Groupe arabe« . Le document reconnaissait nulles et non avenues toutes les décisions et les actions visant à changer l’image, le statut et la composition démographique de Jérusalem, exhortait tous les États à ne pas ouvrir dans cette ville des missions diplomatiques conformément aux exigences du Conseil. La résolution n’a pas été adoptée, puisque les États-Unis ont utilisé leur droit de veto, tous les autres membres du Conseil de sécurité ont voté « pour« .

    Pour de nombreuses informations, consultez notre site :

    - Site web en français

    - Site web en anglais

    - Site web en langue russe

  • Daech menace les Etats-Unis suite à la décision de Washington sur Jérusalem

    Imprimer
    Etats-Unis
    Menaces
    Daech menace les Etats-Unis suite à la décision de Donald Trump sur Jérusalem    
    L'Etat islamique (EI) a menacé de commettre des attentats sur le sol américain après la décision du président Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël, selon un compte du groupe islamiste sur le réseau de messagerie internet Telegram.
    Dans un message intitulé "Attendez-nous" et "L'EI à Manhattan", le groupe dit qu'il va mener des opérations et présente des images de Times Square ainsi que de ce qui semble être une ceinture explosive et un détonateur.
    "Nous mènerons encore plus d'opérations sur votre terre, jusqu'à la dernière heure, et nous vous brûlerons dans les flammes de la guerre que vous avez déclenchée en Irak, au Yémen, en Libye, en Syrie et en Afghanistan. Vous n'avez qu'à attendre", poursuit le message.
    "Votre chien Trump a reconnu Jérusalem comme la capitale d'Israël, nous allons reconnaître les explosifs comme la capitale de votre pays", ajoute-t-il.