JEAN RENÉ BELLIARD - Page 8

  • Irak: En représailles à la mort d’un Américain, l’armée US frappe cinq bases du Hezbollah irakien en Irak et Syrie

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    Le Pentagone a annoncé que des avions de guerre de l’armée de l’air américaine avaient lancé des raids contre le siège de la milice irakienne du Hezbollah.
    Les forces américaines ont ciblé 5 bases appartenant à la milice irakienne du Hezbollah dans la province irakienne d’al-Anbar et en Syrie.
    Pour sa part, la coalition de milices chiites pro-iraniennes Hashd al-Chaabi a confirmé que « des avions américains avaient effectué des raids sur notre quartier général dans l’ouest d’Anbar ».
    Des avions ont effectué un raid aérien contre le QG du Hezbollah irakien, une faction du Hashd al-Chaabi ( Mobilisation populaire), près de la frontière irako-syrienne, à l’ouest d’Anbar.
    Un chef du Hashd al-Chaabi a confirmé que les 45e et 46e brigades du Hashd avaient été ciblées dans le district d'Al-Qaim, la frontière avec la Syrie dans la province d'Anbar. Selon un premier bilan, il y aurait 25 morts et 50 blessés parmi les membres du Hezbollah. 
    Commandant tué 2019:12:29.jpegParmi les morts, on compte un commandant de la 45e brigade, Abou Ali Hazali (Photo).
    De son côté, l'armée américaine a déclaré l'état d'alerte le plus élevé sur toutes les bases ou sont déployés des soldats américains en Irak.
    En août dernier, des sources ont rapporté que 3 missiles avaient visé des dépôts d'armes envoyées par l'Iran à la coalition de milices chiites Hashd al-Chaabi sur la base de Balad, dans la province de Salahuddin.

     

     

     

     

     

     

    forward_2.gifBreaking news:
    Un journaliste américain a été enlevé à Bagdad, sans doute en représailles à la frappe      américaine

    forward_2.gifBreaking news
    Quatre roquettes visent une base abritant des Américains près de Bagdad.

  • Pakistan: Arrestation de cinq personnes suspectées de liens avec al-Qaïda

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    Les autorités de la province du Penjab, dans l’est du Pakistan, ont déclaré, vendredi 27 décembre 2019, avoir arrêté cinq militants présumés d’Al-Qaïda qui planifiaient une attaque contre les forces de sécurité. Le département de lutte contre le terrorisme du Punjab a déclaré que le raid à Gujranwala visait une cellule d’al-Qaïda et un important réseau de financement des militants. Au cours du raid, des ordinateurs contenant des données cryptées, des téléphones portables, une imprimante, des explosifs et cinq fusils Kalachnikov, des munitions et de l’argent ont été trouvés.
    Pendant des années, les militants islamistes ont dominé dans des régions éloignées du nord-ouest de la frontière afghane, mais des réseaux islamistes ont également été mis en place au Punjab, la région la plus peuplée du Pakistan.
    « Ils prévoyaient de lancer une attaque contre les responsables de l’application des lois à Gujranwala », a ajouté le communiqué de la police, sans donner plus de détails sur le complot.
    Le gouvernement pakistanais affirme que le nombre de militants islamistes dans le pays a diminué en raison de la campagne militaire.
    Rappelons qu’Oussama ben Laden, le fondateur d’Al-Qaïda, a été tué lors d’une opération américaine au Pakistan en 2011.

  • Arabie Saoudite: des dizaines d’arrestations pour « indécence » et « harcèlement »

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) arالعربية (Arabe)

    Plus de 200 personnes ont été arrêtées ces derniers jours en Arabie saoudite pour « indécence » et « harcèlement », dans la première campagne du genre depuis l’assouplissement des normes sociales dans le royaume ultra-conservateur.
    Pendant la semaine dernière, quelque 120 hommes et femmes ont été arrêtés pour avoir notamment porté des « vêtements inappropriés », a indiqué la police de Riyad dans une série de tweets depuis mardi. Elle a ajouté que des sanctions, dans la nature n’a pas été précisée, ont frappé les contrevenants. En plus, 88 autres personnes ont été arrêtées la semaine dernière pour « harcèlement », a ajouté la police dans des déclarations distinctes. Ces arrestations ont suivi les plaintes de plusieurs femmes sur les réseaux sociaux concernant des cas de harcèlement pendant le festival de musique électronique MDL Beast près de Riyad au début du mois.
    C’est la première campagne de rappel à l’ordre moral depuis que le prince héritier Mohammad ben Salmane a commencé à assouplir les restrictions sociales. Sa politique s’est traduite notamment par la réouverture des cinémas, l’autorisation donnée aux femmes de conduire et l’organisation de concerts et d’événements sportifs. L’assouplissement social a été bien accueilli par de nombreux Saoudiens, dont les deux tiers ont moins de 30 ans. Mais en septembre, l’Arabie saoudite a déclaré qu’elle punirait les auteurs d’atteintes à la « décence publique » avec l’annonce de l’octroi de visas de tourisme. Les hommes et les femmes doivent éviter les « vêtements moulants » ou des gestes d’affection en public, a notamment statué sur un site internet en anglais l’Autorité du tourisme, ajoutant que « les femmes doivent couvrir leurs épaules et leurs genoux ».
    Les directives sur la décence, approuvées pour la première fois par le gouvernement en avril, sont apparues vagues et ont suscité des craintes sur leur interprétation. Elles ont également alimenté les craintes d’un retour de la police religieuse qui veillait à la séparation entre femmes et hommes en public, au respect du code vestimentaire islamique et à l’obligation de fermer les commerces pendant les prières. Mais les pouvoirs des ses agents, autrefois craints, ont été réduits et ils restent hors de vue pour le moment.