Jalalabad - Page 2

  • Afghanistan : Trois morts et 20 blessés dans cinq explosions à Jalalabad

    Imprimer

    Des sources dans la province de Nangarhar rapportent que cinq explosions distinctes ont tué trois personnes et en ont blessé 20 autres. Les explosions visaient les talibans.

    Selon des sources, les explosions ont eu lieu dans le cinquième arrondissement de la ville de Jalalabad et les victimes comprennent des femmes et des enfants.

    Les médecins de l'hôpital du district de Nangarhar ont déclaré que 21 personnes blessées avaient été transportées à l'hôpital depuis le site de l'explosion, dont deux sont décédées des suites de leurs blessures.

    Une source à l'hôpital de la province de Nangarhar a déclaré qu'à l'exception de deux femmes et d'un civil, les autres victimes seraient des talibans.

    Une autre source a confirmé que des élèves faisaient également partie des blessés.

    Il s'agit de la première explosion du genre dans la province de Nangarhar après que les talibans aient pris le contrôle du pays. Aucun individu ou groupe n'a revendiqué la responsabilité des explosions.

    Une des explosions a pris pour cible et détruit un pylône électrique :
    E_l_Gd_XMAAXwH7.jpeg

  • Afghanistan : Evolution sécuritaire - mise à jour au fur et à mesure des évènements

    Imprimer

    Tout ça pour ça !
    En vingt ans de guerre entre les forces internationales et les talibans, les pertes sont les suivantes :
    Militaires américains  : 2 448
    Contractuels américains : 3 846
    Alliés des Etats-Unis : 1 144.
    Travailleurs humanitaires : 444
    Journalistes : 72
    Militaires et policiers afghans : 66 000
    Civils afghans : 47 245
    Talibans et autres insurgés :  51 191
    (Chiffres jusqu'en avril 2021 : projet Brown University Costs of War.)

    Parmi les alliés des Etats-Unis, on compte 90 Français tués, tandis que 400 autres ont été blessés :

    E88JrA9XEAgMKAI.jpegE82mkQtXIAQgboo.jpeg
    Le 18 août 2008, il y a presque 13 ans, 10 soldats français tombaient dans l'embuscade d'Uzbeen. Parmi les 10 soldats décédés, se trouvaient 8 soldats du 8è RPIMA. Les deux autres sont un légionnaire et un soldat du Régiment de marche du Tchad (RMT). Ils ont vendu chèrement leur peau, tuant une quarantaine de talibans.
    E86H8GcXEAcb8mA.jpeg

    Aujourd'hui, nous pensons à leurs familles…

    Chaos à l'aéroport de Kaboul - les vols commerciaux suspendus

    L'aéroport de Kaboul est plongé dans le chaos alors que des milliers de personnes tentent de fuir. La rumeurs s'était propagée selon laquelle les pays occidentaux n'imposaient plus de visas aux réfugiés afghans et beaucoup ont voulu saisir leur chance. Malheureusement, ils  se sont vite rendus compte que ces mêmes pays allaient les abandonner, n'évacuant pratiquement que les ressortissants occidentaux.

    En effet, Les vols civils au départ de l'aéroport de Kaboul ont été suspendus indéfiniment, l'espace aérien au-dessus de l'Afghanistan étant fermé.

    United Airlines, British Airways et Virgin Atlantic ont déclaré qu'elles n'utilisaient plus l'espace aérien du pays.

    Une porte-parole de United a déclaré que le changement affectait plusieurs des vols de la compagnie aérienne entre les États-Unis et l'Inde.

    Le site Web de suivi des vols FlightRadar24 a montré peu de vols commerciaux au-dessus de l'Afghanistan à 03h00 GMT le 16 août, mais de nombreux avions survolaient le Pakistan et l'Iran voisins.

    En juillet, la Federal Aviation Administration des États-Unis a imposé des restrictions de vol au-dessus de l'Afghanistan pour les compagnies aériennes américaines et d'autres opérateurs américains.

    Dès que la nouvelle de la présence des talibans à la périphérie de Kaboul a éclaté, la question de la mise en sécurité du personnel des ambassades étrangères a commencé à se poser. La rapidité avec laquelle Kaboul est tombée a pris tout le monde de court, et notamment les services de renseignement occidentaux. Du coup, les plans d'évacuation n'étaient pas prêts pour une intervention aussi urgente.

    Il a fallu à la va-vite s'organiser pour transférer les diplomates et le personnel des ambassades à l'aéroport international de Kaboul.

    Le personnel des missions diplomatiques américaine, française, allemande, saoudienne et d'autres missions diplomatiques a pu être transféré à l'aéroport et quitter définitivement l'Afghanistan, sans être inquiété par les talibans. Mais de nombreux étrangers n'ont pu atteindre l'aéroport, la plupart de ses accès étant bloqués par les talibans ou des bandits se faisant passer pour des talibans.
    E83Vd9HXsAc3J_o.jpeg

    Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a approuvé  l'envoi de 1 000 soldats américains supplémentaires en Afghanistan, pour un total de 6 000 soldats américains qui seront bientôt dans le pays. Actuellement, il y a environ 3 000 soldats américains en Afghanistan.

    Leur mission principale est la sécurité de l'aéroport international de Kaboul, qui est le point d'entrée pour les troupes et le point de sortie pour le personnel de l'ambassade américaine et les Afghans qui quittent le pays.

    Selon des sources talibanes, un accord a été conclu avec les États-Unis  selon lequel les forces américaines prendraient en charge la sécurité de l'aéroport de Kaboul tandis que les talibans resteront à l'extérieur de l'aéroport et ce, jusqu'à la date fixée.

    L'armée américaine aura la capacité maximale de déplacer environ 5 000 personnes par jour hors de l'aéroport international de Kaboul, bien qu'elle ne soit pas encore en mesure de déplacer ce nombre, a déclaré le responsable. Ils atteindront cette capacité « en quelques jours ».

    A l'aéroport même, la situation est vite devenue chaotique, des centaines de personnes ont envahi le tarmac de l'unique piste et tentaient de prendre d'assaut les avions, même lorsque ceux-ci faisaient mouvement pour décoller. Pour garantir l'évacuation en toute sécurité de leurs citoyens, les forces américaines ont du tirer en l'air pour repousser la foule. Vidéo. - Autre vidéo.

    Des vidéos ont montré la chute de personnes ayant tenté de s'accrocher à différentes parties d'un avion au moment où celui)ci décollait. 

    "La foule était hors de contrôle", a déclaré le responsable à Reuters par téléphone. "Le tir n'a été fait que pour désamorcer le chaos." Selon l'armée américaine, sept personnes ont trouvé la mort dans le chaos qui régnait à l'aéroport.

    Plusieurs incidents à l'aéroport
    Il y a eu des incidents de sécurité à l'aéroport ou à proximité, a déclaré le responsable. Dans la journée du lundi 16 août, des Marines ont du ouvrir le feu et tuer deux hommes armés à l'aéroport international de Kaboul. Ces hommes armés, au nombre d'au moins deux, s'étaient approchés des troupes américaines de manière menaçante.
    E87bQMqWEAIvXkL.jpeg

    Les Marines ont également du intervenir pour protéger des femmes afghanes menacées par les Afghans près de l'aéroport.
    Les forces turques sont également sur place et participent aux efforts de sécurisation de l'aéroport. Le responsable n'a pas pu dire si les forces turques avaient été engagées dans des échanges de tirs.
    6D_eRS_K.jpegE86x4guX0AoSxgB.jpegIncident à la frontière ouzbèke : un avion militaire afghan abattu par la défense aérienne ouzbeke
    Un avion militaire afghan a été abattu par la défense- aérienne ouzbeke et s'est écrasé à Surkhandarya après avoir traversé la frontière avec l'Ouzbékistan, a déclaré lundi le ministère ouzbek de la Défense. L'avion abattu est un A-29 "Super Tucano" livré par les Etats-Unis à l'armée afghane. Apparemment, les pilotes tentaient de fuir vers l'Ouzbekistan, mais ils ne se sont pas identifiés correctement. Au moins un des membres de l'équipage a survécu et est soigné par des médecins militaires ouzbeks.
    E86m17zWQAMVk9W.jpeg

    Lendemain de la chute de Kaboul
    Les talibans sont partout. On les voit à bord des chars et des HumVees de fabrication américaine et autres véhicules militaires dans les rues de Kaboul relativement désertes. Les  talibans semblent vouloir que la vie revienne à la normale au plus tôt. 
    E848N_gWYAArcc-.jpeg

    Les talibans se dépêchent de mettre en place une nouvelle administration. A Kaboul, le mollah Shirin, un ancien proche collaborateur du mollah Omar, a été nommé gouverneur de Kaboul. Shirin a été chef de la commission militaire des talibans et garde du mollah Omar.

    Les talibans semblent avoir mis en place leur propre service 911 à Kaboul.
    Ils ont publié des numéros de téléphone que les habitants de Kaboul peuvent appeler en cas de menace ou d'urgence.
    E82u5L1WUAYXNM9.jpegDes chefs talibans locaux à Kaboul ont rencontré des sikhs et des hindous afghans dans le district de Gurdwara à Kaboul .
    Les talibans les ont assurés qu'ils seront en sécurité et leur ont demandé de ne pas quitter l'Afghanistan.

    On signale cependant quelques incidents. A Kaboul, les talibans ont envahi les maisons d'au moins deux femmes journalistes, ce lundi 16 août. L'une a réussi à s'échapper, l'autre est inaccessible pour l'instant.
    A Jalalabad, des talibans ont attaqué le bureau du Hizb-e-Islami et dégradé des affiches d'Hekmatyar. Ils ont également pris les armes des gardes du bureau, selon un dirigeant du Hizb-e-Islami. On ne sait pas si ces talibans ont agi sur ordre de leur organisation ou s'ils étaient tout simplement hors de contrôle de leurs dirigeants.
    Malgré les déclarations apaisantes des dirigeants talibans, il faut s'attendre à une répression dans les prochains jours. En effet, les talibans auront bientôt accès aux fichiers du QG des services de renseignement afghans, le NDS, s'ils ne l'ont pas déjà fait. Cela signifie que de nombreux informateurs pourraient être compromis, traqués et exécutés.  Les talibans n'aiment pas les espions.

    Polémique aux Etats-Unis 
    Mis en question, le renseignement américain a déclaré avoir prédit avec précision la prise de contrôle rapide de l'Afghanistan par les talibans, mais regrette que l'administration Biden ait ignoré ses rapports.
    « L'évaluation de la communauté du renseignement a toujours été précise ; ils l'ont simplement ignorée", a déclaré un responsable à ABC News, parlant de l'administration Biden.

    Fils Massoud.jpegLe fils du commandant Massoud appelle à la résistance
    Ahmad Massoud (photo ci-contre), fils du commandant Ahmed Shah Massoud assassiné en 2001 par al-Qaïda, a appelé, lundi 16 août 2021, ses compatriotes à le rejoindre pour résister aux talibans qui sont en train de prendre le pouvoir en Afghanistan, tout en pressant les "amis de la liberté" étrangers d'aider son pays.

    Le fils du héros de la résistance anti-soviétique qui lutta ensuite contre les talibans, affirme vouloir faire "sien" le combat de son père pour la liberté, alors que "la tyrannie triomphe en Afghanistan".

    "Mes compagnons d'armes et moi allons donner notre sang, avec tous les Afghans libres qui refusent la servitude et que j'appelle à me rejoindre dans notre bastion du Panjshir, qui est la dernière région libre de notre pays à l'agonie", lance-t-il à l'adresse des Afghans "de toutes régions et de toutes tribus".

    Il estime que "malgré la débâcle totale", "tout n'est pas perdu". "Nous sommes, Afghans, dans la situation de l'Europe en 1940", écrit-il, dans ce texte citant Winston Churchill et le général Charles de Gaulle, pour plaider la cause de la résistance auprès des occidentaux notamment : "Je m'adresse à vous tous, en France, en Europe, en Amérique, dans le monde arabe, ailleurs, qui nous avez tant aidés dans notre combat pour la liberté, contre les Soviétiques jadis, contre les Talibans il y a vingt ans : allez-vous, chers amis de la liberté, nous aider une nouvelle fois comme par le passé ? Notre confiance en vous, malgré la trahison de certains, est grande".

    "Soyez, amis de la liberté, le plus nombreux possible à nos côtés.", déclare-t-il dans cet appel à soutenir la résistance adressé aux Afghans restés dans le pays, comme à ceux de l'étranger et aux occidentaux. 

    Il a été rejoint au Panjshir par Amrullah Saleh, vice-président d'Afghanistan avant la prise de pouvoir des talibans. Sur la photo Ahmad Massoud, Amrullah Saleh et quelques autres commandants discutant des moyens d'organiser la résistance aux talibans.
    E86OhoJWUAAMMPo.jpeg

    Mulawi Faqir Muhammad.jpegBaitullah Mehsud.jpegDes islamistes pakistanais libérés par les talibans
    780 combattants talibans pakistanais - TTP -, y compris des commandants clés, ont été libérés des prison afghanes par les talibans, en particulier de la prison de Bagram et de celle de Pul-e-Charkhi.
    Des membres du "Tehrek-e-Taliban Pakistan" (TTP) pakistanais et les membres de la tribu Mamund se sont rendus dans la province afghane de Kunar pour acclamer le chef adjoint et fondateur du TTP, Muhammad (photo de gauche), libéré de Kaboul par les talibans afghans avec un autre dirigeant du TTP, Emir Baitullah Mehsud (photo de droite).
    Mulawi Faqir Muhammad est un aîné tribal influent en dehors du fait d'être un haut dirigeant du TTP. Il a affirmé Faqir publiquement avoir des liens étroits avec le chef d'Al-Qaïda Ayman al Zawahiri
    Rappelons que "Tehrek-e-Taliban Pakistan" (TTP ) a annoncé le 7 août 2021 avoir fusionné avec un groupe affilié à al-Qaeda, autrefois dirigé par Ustad Aslam. C'est le neuvième groupe djihadiste à rejoindre le TTP depuis juillet 2020".
    "La fusion du groupe Ustad Aslam avec le TTP a permis à ce dernier de bénéficier des experts les plus qualifiés en matière de terrorisme urbain. Ils sont maintenant sous les ordres du TTP". 

    Les islamistes à travers le monde crient "victoire"
    Les nombreux groupes affiliés ou proches d'al-Qaïda ont crié "victoire" dès qu'a été connue la nouvelle de la chute de Kaboul aux mains des talibans.
    Le provocateur islamiste Idriss Sihamedi a explosé de joie en apprenant la victoire des Talibans.
    Shamedi.jpeg

    ikx_F3Ct.jpegLe fondateur de l'association BarakaCity (photo ci-contre), dissoute en France,  se réjouit du retour des talibans. 

    A Gaza, le groupe djihadiste Jaysh al-Ummah, pro-al-Qaida, a distribué des bonbons pour célébrer la conquête de Kaboul par les talibans.

    A noter que le Hamas et les talibans entretiennent également des liens étroits.
    Ci-dessous, une photo de la réunion qui a eu lieu en mai 2021 entre le Hamas et les dirigeants talibans.
    Taliban-Hamas.jpeg

    En Syrie, le groupe jihadiste Hayat Tahrir ash-Sham, anciennement affilié à al-Qaïda mais qui s'en était officiellement écarté pour acquérir une respectabilité internationale, a félicité les talibans pour leur victoire en Afghanistan.
    E81gKy3XMAIOxM5.png

    Le Mufti général du Sultanat d'Oman a également fait une déclaration pour féliciter le peuple frère musulman afghan pour la nette conquête et la chère victoire sur les Américains. 

    Qui reconnaîtra le régime des talibans ?
    La Chine a été le premier pays à faire part de sa décision. Elle s'est dit prête à développer des "relations amicales" avec les talibans afghans

     
  • Afghanistan : Derniers évènements sécuritaires (mise à jour au fur et à mesure des évènements)

    Imprimer

    Les talibans prennent Mazar-i-Sharif, grande ville du nord.
    Les talibans se sont emparés, samedi soir 14 août, de Mazar-i-Sharif, dernière grande ville du nord de l'Afghanistan encore contrôlée par le gouvernement, accroissant encore leur emprise sur le pays.

    Les talibans "paradent sur leurs véhicules et leurs motos, tirant en l'air pour célébrer" la prise de la ville, a raconté samedi soir à l'AFP un habitant de Mazar-i-Sharif, Atiqullah Ghayor, qui vit près de la célèbre mosquée bleue. Il a précisé que les talibans étaient entrés "sans vraiment rencontrer de résistance" dans la quatrième ville la plus peuplée du pays (500.000 habitants), après le retrait des forces afghanes. D'autres habitants ont fait des récits similaires et les talibans ont revendiqué la prise de la ville, capitale de la province de Balkh et carrefour commercial, dont les faubourgs étaient encore le théâtre d'intenses combats samedi matin. "Les combattants (talibans) se sont emparés de Mazar-i-Sharif. Tous les bâtiments officiels (...) sont sous leur contrôle", ont affirmé les talibans dans un communiqué.

    Le maréchal Abdul Rashid Dostom, ancien vice-président afghan, et Atta Mohammad Noor, ex-gouverneur de Balkh, qui avaient pris la tête de forces locales de résistance aux talibans à Mazar-i-Sharif, ont trouvé refuge en Ouzbékistan voisin, selon un proche du second, précisant que leurs forces s'étaient elles retirées à une soixantaine de km de la ville.

    Le célèbre seigneur de guerre Qaisari a été capturé par les talibans à Mazar-i-Sharif.
    On ignore quel sera son sort. Qaisari est accusé de graves violations des droits humains non seulement par les talibans, mais aussi par des organisations locales et internationales. Vidéo.

    La ville de Khost également tombée aux mains des talibans
    Le porte-parole des talibans  a officiellement revendiqué la capture de la ville de Khost.
    E80ck7dX0AEA9qo.jpeg

    Plus tôt, le président afghan Ashraf Ghani avait promis de poursuivre le combat contre les insurgés qui continuent à se rapprocher de la capitale Kaboul, presque encerclée et où les habitants ne cachent pas leur angoisse de l'avenir.
    "La re-mobilisation de nos forces de sécurité et de défense est notre priorité numéro un et d'importantes mesures sont prises à cet effet", avait assuré à la mi-journée, le président Ghani dans une adresse télévisée. Il n'a fait aucune allusion à une possible démission, réclamée par certains, mais a précisé avoir entamé des "consultations" au sein du gouvernement, avec des responsables politiques et les partenaires internationaux, pour trouver "une solution politique dans laquelle la paix et la stabilité" seront préservées.
    "Ces consultations avancent rapidement et nous ferons part de leur résultat à nos compatriotes très vite", a-t-il ajouté. Dans la soirée, le palais présidentiel a précisé qu'"une délégation sera prochainement constituée par le gouvernement et prête à négocier".

    6 provinces tombées aux mains des talibans en une seule journée, samedi 14 août 2021 :
    1: Paktika
    2: Paktia
    3: Kunar
    4: Faryab
    5: Balkh
    6: Laghman 
    2021:08:14.jpeg

    "Inquiet pour l'avenir"
    La situation militaire est critique pour le pouvoir en place. En à peine plus d'une semaine, les talibans ont pris le contrôle de presque tout le nord, l'ouest et le sud de l'Afghanistan et sont arrivés aux portes de Kaboul. Ils ne sont plus qu'à 50 km de la capitale et ne montrent aucun signe de vouloir ralentir leur marche. Samedi, ils avaient déjà pris la province de Kunar, dans l'Est, et pourraient bientôt approcher de Kaboul par le nord, le sud et l'est.

    E8fulV8WYAA-YyM.jpegLe général Saadat nouveau promu responsable de la sécurité pour Kaboul
    Le général Seyed Sami Saadat (photo ci-contre) nommé responsable de la sécurité publique dans la ville et la province de Kaboul.
    La présidence afghane a tweeté hier soir que le général Saadat avait été nommé par le président Ashraf Ghani.
    Le général Saadat était à la tête de l'armée afghane lors des récentes batailles de Kandahar et de Laskargah, qui sont toutes deux tombées en 24 heures.
    Le poste était devenu vacant car le général Hebatullah Alizai, ancien commandant du 209e corps Shaheen et récemment nommé à la tête de l'armée afghane, s'était rendu aux talibans samedi 14 août dans la province de Balkh. Il semble qu'il ait conspiré avec les talibans et abandonné les lignes de défense, ordonnant à ses troupes de se rendre.

    Jalalabad
    Les talibans viennent d'annoncer (dimanche matin 15 août) leur arrivée à Jalalabad, la capitale de la province de Nangarhar. La ville est tombée sans aucune résistance selon des sources locales. Vidéo des talibans à Jalalabad. Autre vidéo. Ci-dessous, photo prise ce dimanche 15 août). 
    23 novembre 2017.jpg

    La peur s'empare de Kaboul
    Au sein des habitants de Kaboul et les dizaines de milliers de personnes qui ont fui leur foyer ces dernières semaines pour se réfugier dans la capitale, la peur prédomine. "Je pleure jour et nuit quand je vois que les talibans forcent des jeunes filles à épouser leurs combattants", a confié à l'AFP Muzhda, 35 ans, une femme célibataire arrivée avec ses deux soeurs, de la province de Parwan, un peu plus au nord. "J'ai refusé des propositions de mariage par le passé (...) Si les talibans viennent et me forcent à les épouser, je me suiciderai", prévient-elle.
    Dawood Hotak, 28 ans, un commerçant de Kaboul, est aussi "inquiet pour l'avenir" de ses jeunes soeurs et ne sait pas "ce qui va leur arriver". 

    Les rues de la capitale étaient normalement animées samedi, mais de longues queues étaient observées à la sortie des banques, et certains hommes ont indiqué à l'AFP avoir commencé à se laisser pousser la barbe, en prévision d'une arrivée prochaine des talibans.
    Beaucoup d'Afghans - les femmes en particulier -, habitués à la liberté acquises ces 20 dernières années, craignent un retour au pouvoir des talibans.

    Lorsqu'ils dirigeaient le pays, entre 1996 et 2001, avant d'être chassés il y a 20 ans par une coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, les talibans avaient imposé leur version ultra-rigoriste de la loi islamique. Les femmes avaient interdiction de sortir sans un chaperon masculin et de travailler, et les filles d'aller à l'école. Les femmes accusées de crimes comme l'adultère étaient fouettées et lapidées.

    Dans le même ordre d'idées, le réseau des églises en Afghanistan rapporte que ses dirigeants ont reçu samedi soir 14 août des lettres des talibans les avertissant qu'ils savent où ils se trouvent et ce qu'ils font. Il semble que les talibans aient l'intention de mettre fin à la liberté religieuse dans le pays. 

    Kaboul : Dernières nouvelles : Violents combats dans un quartier de la capitale afghane
    De violents affrontements ont été signalés, dimanche 15 août, dans le district de Paghman à Kaboul et autour de la périphérie de la ville de Kaboul. Des sources pro-talibanes prétendant que les moudjahidines ont capturé plusieurs positions des forces de sécurité à Paghman. Selon des sources locales, les talibans auraient lancé l'assaut final sur Kaboul. Nous attendons d'autres rapports sur la situation.
    forward_2.gifLe ministère afghan de l'intérieur vient de confirmer que les talibans ont commencé à entrer à Kaboul de toutes parts. Vidéo de l'entrée des talibans à Kaboul ce dimanche 15 août.
    forward_2.gif
    Des négociations sont en cours à Kaboul entre les talibans, le gouvernement afghan et les États-Unis. Le gouvernement afghan, la démission d'Ashraf Ghani et la mise en place d'un gouvernement de transition ont été proposés aux talibans. On ne sait pas si ceux-ci accepteront la proposition. Le résultat des négociations déterminera ce qui va se passer à Kaboul dans les prochaines heures.
    forward_2.gifLe président Ghani va céder le pouvoir à Ali Ahmad Jalali dans les prochaines heures. Jalali est l'une des figures de proue de la résistance contre les Soviétiques. Jalali formera le gouvernement de transition avec le représentant des talibans, le mollah Biradar.
    Mollah Baradar (photo ci-dessous), le chef des talibans, est arrivé à Kaboul avec Jalali pour former le gouvernement intérimaire.
    Un responsable afghan a déclaré que les troupes avaient livré la base aérienne de Bagram aux talibans. La base abrite une prison abritant 5 000 détenus. 
    forward_2.gifLe président Ghani a quitté l'Afghanistan, selon l'ancien vice-président Abdullah Abdullah
    Le président afghan, Ashraf Ghani, a quitté l'Afghanistan, où les talibans sont sur le point de prendre le pouvoir, a annoncé dimanche l'ancien vice-président Abdullah Abdullah. "L'ancien président afghane a quitté la nation", a déclaré M. Abdullah, qui est aussi le chef du Haut Conseil pour la réconciliation nationale, dans une vidéo publiée sur sa page Facebook.
    Ashraf Ghani a d'abord gagné Douchanbé, au Tadjikistan avant de se réfugier à Oman.
    On a appris que le ministre de la défense, Bismillah Mohammadi, avait également pris la fuite et s'était réfugié aux Emirats Arabes Unis.
    forward_2.gifAux dernières nouvelles, les talibans sont entrés dans le Palais présidentiel et affirment à présent qu'il n'y aura pas de gouvernement de transition. Ils ont pris le pouvoir. Les talibans devraient bientôt déclarer l'Émirat islamique d'Afghanistan depuis le palais présidentiel. C'était le nom du pays sous le gouvernement taliban renversé par les forces dirigées par les États-Unis en 2001. 
    Mollah Baradar.jpeg

    Humayoon Humayoon, l'ancien vice-président et ancien allié d'Ashraf Ghani, a déclaré qu'il avait été nommé chef de la police de Kaboul par les talibans pour l'émirat islamique d'Afghanistan. On assiste à un vaste changement de bord de nombreux responsables politiques et sécuritaires, sans doute préparé de longue date et à l'insu des services américains. Vidéo.

    Pendant ce temps, les talibans continuent d'investir Kaboul :
    E82L5ZWXMAALJLX.jpeg

    Instruction des talibans aux étrangers
    Les étrangers à Kaboul pourront partir s'ils le souhaitent ou enregistrer leur présence dans les prochains jours auprès des fonctionnaires talibans qui seront établis prochainement.

    Marines américains
    Un ballet d'hélicoptères a survolé samedi Kaboul, entre l'aéroport et le l'ambassade américaine, gigantesque complexe situé dans la "zone verte" ultrafortifiée, au centre de la capitale. Un premier contingent de Marines est arrivé pour sécuriser les évacuations du personnel diplomatique, ainsi que d'Afghans ayant travaillé pour les Etats-Unis et craignant des représailles des talibans. Les Etats-Unis entendent évacuer des "milliers de personnes par jour" et pour cela le Pentagone va déployer avant la fin du week-end 3.000 soldats à l'aéroport de Kaboul, a précisé vendredi son porte-parole, John Kirby. L'ambassade américaine a ordonné à son personnel de détruire les documents sensibles et symboles américains qui pourraient être utilisés par les talibans "à des fins de propagande". Cliquer sur la photo ci-dessous pour voir la vidéo d'al-Jazeera :

    Londres évacue son ambassadeur dès dimanche 15 août
    Londres a parallèlement annoncé le redéploiement de 600 militaires pour aider les ressortissants britanniques à partir.
    Plusieurs pays - Pays-Bas, Finlande, Suède, Italie et Espagne - ont annoncé vendredi réduire au strict minimum leur présence, ainsi que des programmes de rapatriement de leurs employés afghans. L'Allemagne va aussi réduire son personnel diplomatique "au minimum absolu". D'autres, dont la Norvège et le Danemark, ont fermé provisoirement leur ambassade.
    Aux dernières nouvelles, la Grande Bretagne a décidé d'évacuer son ambassadeur par avion dès dimanche soir car on craint que les Talibans s'emparent de façon imminente de Kabul et de l'aéroport qui reste le seul moyen de s'échapper.
    L'ancien ambassadeur du Royaume-Uni en Afghanistan (@NicolasK111) a déclaré de son côté qu'il "baissait la tête de honte" en suivant les évènements d'Afghanistan.

    Chaos à l'aéroport de Kaboul
    Tous les vols commerciaux suspendus depuis l'aéroport de Kaboul et seuls les avions militaires sont autorisés à opérer, a déclaré un responsable de l'OTAN.
    La France va déployer un A400M pour évacuer ses ressortissants encore présents à Kaboul. Il partira lundi 16 août à 8h00 d'Orléans en direction de la base militaire française d'Abu Dhabi d'où plusieurs rotations sont programmées avec Kaboul afin d'exfiltrer environ 200 ressortissants.

    L'administration Biden toujours satisfaite de sa décision de retrait
    Les talibans ont lancé leur offensive en mai, quand le président américain Joe Biden a confirmé le retrait des dernières troupes étrangères du pays, censé être achevé d'ici le 31 août. Joe Biden a depuis affirmé ne pas regretter sa décision, même si la rapidité avec laquelle l'armée afghane s'est désintégrée a surpris et déçu les Américains, qui ont dépensé plus de 1.000 milliards de dollars pour la former et l'équiper.
    forward_2.gifVendredi 13 août, l'administration Biden affirmait encore que Kaboul ne faisait pas face à une "menace imminente" et que la prise du pouvoir par les talibans n'était pas à leurs yeux une issue inéluctable.

    L'armée de l'air américaine intervient contre des positions talibanes
    Une source de sécurité afghane affirme qu'environ 35 militants talibans ont été tués lors de frappes aériennes par les forces américaines dans 3 provinces afghanes.

    La Turquie évacue ses missions militaires et diplomatiques
    La Turquie évacue ses missions militaires et diplomatiques en Afghanistan. Il reste le contingent turc chargé de sécuriser l'aéroport de Kaboul. Les talibans ont exigé de la Turquie qu'elle retire également ses troupes avant la fin août et menace : "pas un ne sortira vivant" si Ankara ne les retire pas."

    forward_2.gifL'immense arsenal d'armes modernes capturé par les talibans : un grave problème pour l'avenir
    Les talibans se sont emparés d'un immense arsenal mis à disposition de l'armée afghane, notamment par les Etats-Unis, au cours de leur prise de contrôle de nombreuses bases militaires. Les Etats-Unis ont dépensé 88 milliards$ pour équiper une armée afghane supposée être forte de 350.000 hommes alors qu'il s'est avéré qu'elle n'en comptait pas plus de 60.000, selon des estimations récentes. Une grosse erreur de la CIA pourtant omniprésente dans le pays. Parmi ces armes, se trouvent des avions de guerre, des hélicoptères de combat, des drones (notamment au moins 15 drones ScanEagle qui coûtent 4.000.000 $ chacun -  photos ci-dessous), des missiles, des véhicules blindés et Humvees par milliers, et toutes sortes d'armes individuelles.
    E8v1x2LXEAApnU8.jpegE8v1x2AWUAIUm15.jpeg

    Les avions tombés entre les mains des talibans sont des avions de combat A-29 Super Tucano COIN (contre-insurrection) livrés par les États-Unis à l'armée de l'air afghane. 
    Les avions de combat ont été saisis par les talibans dans la section militaire de l'aéroport international de Mazar-i-Sharif.
    Les États-Unis avaient acheté un total de 26 avions de combat A-29 pour l'Armée de l'air afghane au cours des cinq dernières années. Seulement 19 ont été livrés à cette date.
    L'A-29 est facile à piloter et à entretenir, et il est considéré comme l'un des avions de combat les moins chers à exploiter. Une heure de vol dessus ne coûte que 1 000 $.
    Les Super Tucano fournis à l'AAF étaient équipés de systèmes électro-optiques d'observation et de ciblage AN/AAQ-22 Star SAFIRE II. Les avions de combat étaient également armés de bombes à guidage laser GBU-58 Paveway II et de roquettes à guidage laser APKWS.
    E81SUrHWYAIWqCt.jpeg

    Les talibans ont également capturé au moins un hélicoptère d'attaque léger MD 530F Cayuse Warrior sur l'aéroport international de Mazar-i-Sharif.
    Les États-Unis ont fourni plus de 60 hélicoptères MD 530F à l'AAF. L'hélicoptère peut être armé de nacelles FN HMP400 avec mitrailleuse lourde FN M3P .50 BMG ou de nacelles M260 avec 7 roquettes Hydra 70 non guidées.
    Au cours des derniers jours, les talibans ont capturé plus d'une douzaine d'hélicoptères, dont des Mi-8/17, des UH-60 Black Hawk et des MD 530F. Les talibans n'ont pu faire décoller jusqu'ici que deux Mi-8/17 laissés par les forces gouvernementales afghanes en état opérationnel à Herat.
    E81KvabWUAAKvfd.jpeg

    Mais les talibans n'auront pas l'utilisation de ces armes qui ne manqueront pas de faire l'objet d'une intense activité de marché noir. Le trafic  se déroulera en premier lieu au travers de l'Iran (sans compter le matériel militaire amené par l'armée afghane ayant fuit en Iran / Vidéo). Il touchera également les pays d'Asie centrale, soit directement par les frontières montagneuses de l'Afghanistan avec ses pays voisins, soit par le Pakistan. On devrait voir très rapidement les conséquences de ce trafic d'armes, tout d'abord au Cachemire indien, dans les régions troublées du Pakistan comme le Balouchistan, et plus loin ans les régions "chaudes" du Moyen Orient (Irak, Syrie, Yémen).

    N'oublions pas, enfin, qu'al-Qaïda va profiter de la victoire des talibans pour reconstituer ses bases en Afghanistan et puiser sa part du butin d'armements capturé par les talibans avec toutes les conséquences que cela pourrait représenter dans un avenir proche pour tous les pays dans le collimateur de l'organisation islamiste radicale.

    Ne pas oublier que talibans et al-Qaïda poursuivent le même but : Imposer l'islam et la charia au monde entier comme le rappelle ce commandant des talibans à CNN : « Nous sommes convaincus qu'un jour les moudjahidines remporteront la victoire et que la loi islamique ne s'appliquera pas seulement à l'Afghanistan, mais partout dans le monde. Nous ne sommes pas pressés. Nous pensons que cela viendra un jour. pas jusqu'au dernier jour." Vidéo de la déclaration de ce commandant taliban à CNN.

  • Afghanistan : Vers la fin de toute résistance à l'avancée des talibans - Pire que la chute de Saïgon en 1975 (mise à jour au fur et à mesure des évènements)

    Imprimer

    Les talibans aux portes de Kaboul
    Les talibans sont presque arrivés aux portes de Kaboul vendredi 13 août 2021, continuant leur implacable progression en Afghanistan, d'où les États-Unis et le Royaume-Uni vont évacuer en catastrophe leurs ressortissants et diplomates. Ce vendredi 13 août, seules trois grandes villes sont encore sous l'autorité du gouvernement : la capitale, Kaboul, Mazar-i-Sharif, la plus grande ville du nord, et Jalalabad (est).
    Aout 2021.jpeg

    Province de l'Uruzgan
    Mohammad Omar Shirzad.jpegMohammad Omar Shirzad (photo), le gouverneur de la province d'Uruzgan, affirme que la crise actuelle dans la province est en train d'être résolue grâce à la médiation des sages tribaux.
    "Nous négocions toujours activement avec les talibans", a déclaré Sherzad. Nous parlons et nous verrons ce qui se passe. "
    A Tirinkot, la capitale de la province, les tallibans sont en train de récupérer les armes des soldats.
    Cela faisait des mois que des combats avaient lieu entre les forces de sécurité et de défense afghanes et les talibans autour de la ville de Tirinkot.

    Province de Farah
    Cinq hauts responsables de Farah se sont réfugiés en Iran avec des centaines de membres des forces de sécurité.
    E8rHCIXUYAUcdbv.png

    Province de Faryab
    Les talibans ont lancé l'assaut sur la ville de Maymana, capitale de la province de Faryab, ce vendredi soir 13 août. Les talibans ont offert un accord de reddition aux responsables de Faryab, qui l'ont refusé et déclaré qu'ils allaient se battre jusqu'au bout. Les combats font actuellement rage dans la ville.
    E8r744AXMAIYdSp.jpeg

    E8r74fIX0AI2UZu.jpeg

    Province de Ghor
    Les talibans ont capturé Firozkoh, la capitale provinciale. Les autorités locales afghanes ont confirmé que la ville, qui compte environ 130 000 habitants, est tombée sans aucune résistance, les forces de sécurité et les représentants du gouvernement s'étant retirés de la ville. La députée Fatima Kohistani a accusé le gouverneur de la province de Ghor d'avoir cédé la ville aux talibans.

    Province de Helmand
    La ville de Leshkar Gah dans la province du Helmand, qui compte une population de 200 000 habitants, est passée sous le contrôle des talibans islamistes radicaux.
    Les affrontements ont duré des semaines autour de la ville, que les talibans tentaient de prendre depuis longtemps. Mais la ville a finalement été prise par les talibans malgré l'envoi d'une unité militaire spéciale et un appui aérien des armées de l'air afghanes et américaines. La situation a tourné à l'avantage des talibans vendredi matin 13 août après de violents combats. Abdulmacid Akhundsada, membre du Conseil provincial, a déclaré que Sami Sadate, l'un des commandants de l'armée afghane dans la région, et le gouverneur avaient quitté la ville ce vendredi matin. Les forces de sécurité de la ville se sont également retirées. 
    La grande base militaire de Lashkargah est également tombée aux mains des talibans.

    Lashkargah.jpeg

    Province de Herat : le chef de guerre Ismaïl Khan s'est rendu aux talibans
    Les talibans ont capturé le guerre afghan Ismaïl Khan après la chute d'Herat. L'ancien chef moudjahidin et membre dirigeant du parti Jamaat-e-Islami s'est rendu. Vidéo.

    Ismaïl Khan.jpeg

    Ismaïl Khan (2).jpeg

    Une source bien informée de la province d'Herat a déclaré qu'environ 800 membres des forces afghanes ont évacué l'aéroport de Shindand avant l'arrivée des talibans.
    EKvdquww.jpeg

    Province de Kandahar
    Informations encore confuses à Kandahar. Les talibans ont capturé les districts de Takhta Pul et Daman à Kandahar. Ils auraient été aperçus dans le centre ville de Kandahar, mais le ministère de la défense affirme que la ville n'est pas tombée et que l'armée résiste toujours.
    E8pt2UYXIAMX0vd.jpegUne source locale semble avoir confirmé cette revendication, affirmant que les forces gouvernementales se seraient retirées en masse vers une installation militaire à l'extérieur de la ville.

    Province de Logar
    Abdul Qayoum Rahimi, gouverneur de la province de Logar s'est rendu aux Talibans avec plus de 100 combattants. Rappelons que la province de Logar est la province d'origine du président afghan Ashraf Ghani.
    Le bureau du gouverneur, le siège de la police et d'autres installations sont tombés aux mains des talibans tandis que les combats autour du siège de services de sécurité (NDS) et de  la base de Khider se poursuivent.
    E8qZ_lpWUAEhnxH.jpeg

    Au moment de la prise de Pul-e-alam par les talibans, certains soldats afghans ont refusé de se rendre et ont tenté de s'échapper. Leur convoi a été pris en embuscade et décimé par les talibans. Certains ont été tués et blessés tandis que les autres ont été capturés vivants. Vidéo.

    Province de Takhar
    Les talibans ont lancé un assaut sur le district de Warsaj dans la province de Takhar. Le district était un refuge pour les troupes de l'ANDSF en retraite. Il y a des rapports de violents combats et des victimes. Certaines sources pro-talibans affirmant que l'ANDSF a commencé à battre en retraite. Cette dernière 'information n'est pas encore confirmée. Ci-dessous photo de talibans à Warsaj :
    E8rtDZJXsAIlsB1.jpeg

    Atmosphère de panique à l'ambassade américaine de Kaboul
    Une atmosphère de panique règne à l'ambassade des États-Unis à Kaboul. Il n'y a plus de courier. Presque tous les employés font leurs valises et un très petit nombre acceptera de se rendre à un autre endroit. Le personnel se prépare à détruire les papiers sensibles, les ordinateurs, les téléphones.

    Les États-Unis et la Grande-Bretagne envoient des troupes en Afghanistan pour évacuer le personnel de leurs ambassades
    Des responsables américains ont confirmé l'envoi de 8 000 soldats en Afghanistan pour sécuriser l'ambassade américaine à Kaboul et pour faciliter le retrait du personnel militaire américain encore présent dans le pays. La Grande-Bretagne a également annoncé qu'elle enverrait environ 600 soldats en Afghanistan.

    Le porte-parole du Pentagone, John F. Kirby, a déclaré jeudi que les talibans progressaient à travers l'Afghanistan et que les troupes américaines auront pour mission d'assurer la sécurité du personnel de l'ambassade américaine et faciliter le départ des traducteurs afghans vers Kaboul et d'autres bases militaires américaines.

    Kirby a noté que le premier vol aurait lieu dans trois jours et transporterait la première partie des 8 000 soldats, dont trois forces terrestres, deux unités navales et une unité militaire, à l'aéroport de Kaboul.

    Selon Kirby, un total de 8.000 soldats américains seront envoyés en Afghanistan et seront commandés par Pete Wazley, le commandant de la marine américaine.

    Le Pentagone a ajouté que ces forces seront autorisées à se défendre en cas d'attaque.

    Selon le département américain de la Défense, la prochaine phase du programme de transfert de troupes américaines en Afghanistan comprendra environ 1 000 fonctionnaires pour faciliter le processus des demandeurs de visa américains. Selon un porte-parole du Pentagone, le personnel sera stationné en Afghanistan ou dans d'autres régions, dont le Qatar, dans quelques jours.

    La troisième phase du programme prévoit l'envoi d'une équipe d'infanterie de l'armée américaine de Caroline du Nord au Koweït et, si nécessaire, constituera une force de réaction rapide pour la sécurité de Kaboul.

    Kirby a déclaré que les troupes seraient stationnées au Koweït la semaine prochaine.

    Pendant ce temps, le secrétaire britannique à la Défense, Ben Wallace, a déclaré que la Grande-Bretagne envoyait des centaines de soldats en Afghanistan pour aider les citoyens britanniques et les traducteurs locaux.

    Selon Wallace, le nombre de ces soldats, y compris les équipes médicales, atteindront 600 personnels.

    Par ailleurs, le ministre britannique de la Défense, Ben Wallace, a averti vendredi que son pays pourrait retourner en Afghanistan s'il commençait à abriter al-Qaïda d'une manière qui menace l'Occident.

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer


    Afghanistan : Troisième jour de combats autour d'Hérat, la grande ville de l'ouest
    Les combats entre talibans et forces afghanes ont repris samedi 31 juillet 2021, pour la troisième journée consécutive, aux abords d'Hérat, la grande ville de l'ouest de l'Afghanistan, où des locaux de l'ONU ont été attaqués la veille.
    0ZNu5nsV.jpeg

    Dans la matinée, les forces afghanes semblaient pourtant avoir desserré l'étau autour de la ville de 600.000 habitants, la troisième d'Afghanistan. Des militaires, dont des membres des unités de commandos (photo ci-dessus), et des policiers afghans étaient largement déployés dans les chefs-lieux du district d'Injil, qui enserre Hérat, et de celui de Guzara, au sud de la ville, théâtres d'intenses combats la veille, où le calme était revenu.

    Les troupes afghanes étaient notamment déployées dans la zone de Pashtun Pol, à proximité des locaux à Hérat de la Mission de l'ONU en Afghanistan (MANUA), attaqués vendredi.

    Mais les combats ont repris dans l'après-midi dans les faubourgs de la ville et ces deux districts, selon le gouverneur de la province d'Hérat, Abdul Saboor Qani. "En ce moment, il y a des combats dans les faubourgs sud et sud-est de la ville d'Hérat", notamment dans les zones de Pashtun Pul et Pul Malan, deux ponts situés à une dizaine de km au sud de la ville, a-t-il déclaré à l'AFP samedi après-midi. Vidéo d'une frappe d'hélicoptère à Herat.

    "Les forces afghanes de sécurité et les +forces de résistance+ (milices anti-talibans) se battent pour repousser et détruire les talibans. Nous avons essayé au maximum d'épargner la population, mais l'ennemi a pris position dans des domiciles privés. Nous nous déplaçons prudemment pour éviter les pertes civiles", a ajouté le gouverneur.

    Des combats se déroulent également à proximité immédiate de l'aéroport, selon M. Qani, apparu à la télévision afghane en treillis de combat, fusil d'assaut à l'épaule, au côté d'Ismail Khan, puissant chef de guerre local opposé aux talibans, dont les miliciens prêtent main forte à Hérat aux forces afghanes.
    E7oWGdVXEAU9Pn-.jpeg

    "Terreur chez les habitants" d'Herat
    "Des gens ont abandonné leurs maisons pour fuir vers la ville d'Hérat (...) cela crée la terreur chez les habitants", a raconté à l'AFP Gul Ahmad, qui habite le district d'Injil. Les talibans se sont récemment emparés de plusieurs districts de la province d'Hérat, ainsi que de deux postes-frontière qui y sont situés, celui d'Islam Qala (photo ci-dessous), principal point de passage avec l'Iran, et celui de Torghundi avec le Turkménistan.
    E7s5ttyWEAQtc5F.jpegLes talibans utilisent désormais leurs propres timbres « Emirat islamique » au bureau de douane d'Islam Qalah le long de la frontière entre l'Afghanistan et l'Iran.
    E7JrrxRX0AMsqlb.jpeg

    Jeudi et vendredi, ils s'étaient déjà rapprochés des limites de la ville, autour de laquelle s'étaient déployés forces afghanes et miliciens d'Ismail Khan.

    Combats dans le sud
    Les insurgés ont aussi accru ces derniers jours leur pression sur deux autres capitales provinciales du sud de l'Afghanistan: Kandahar, deuxième ville du pays et berceau des talibans, et Lashkar Gah, capitale du Helmand. Des combats se sont poursuivis samedi dans les faubourgs de Kandahar (650.000 habitants), où des hélicoptères de l'armée afghane ont bombardé les talibans, selon un correspondant de l'AFP. Des milliers d'habitants ont fui ces dernières semaines les zones alentour, touchées par les affrontements, pour se réfugier en ville.

    Dans ce contexte, on apprenait que le 1er août cinq civils avaient été tués lorsqu'un obus de mortier a touché un taxi dans le secteur PD-7 de Kandahar, a rapporté Ariana News . Parmi les morts il y a deux enfants et une femme.

    Les gens sont inquiets et plus des trois-quarts des commerces de Kandahar sont fermés, a indiqué le correspondant. A Lashkar Gah, un petit hôpital privé d'une dizaine de lits, dans lequel des talibans avaient trouvé refuge, a été largement détruit samedi au cours de combats. "Des combattants talibans sont entrés dans l'hôpital de force et en ont chassé le personnel. Des commandos (afghans) sont arrivés et ont ensuite appelé un soutien aérien", a raconté à l'AFP Agha Mohammed qui habite à proximité. Le directeur provincial de la Santé publique, le Dr Sher Ali Shakir, a confirmé que "l'hôpital Ariana Afghan avait été bombardé et détruit pour l'essentiel".
    On a appris, dimanche 1er août 2021 que l'aéroport de Kandahar avait été la cible de trois roquettes au cours de la nuit du samedi au dimanche. Deux roquettes ont atteint la piste, obligeant les autorités à annuler les vols. Les talibans ont expliqué que le bombardement de l'aéroport de Kandahar était une réponse aux bombardements aériens de leurs positions par les avions de guerre. 
    Aux dernières nouvelles, la piste de l'aéroport de Kandahar a été réparée dans l'après-midi du 1er août et les vols civils devraient reprendre lundi 2 août.
    Aéroport de Kandahar.jpeg


    Kandahar : Objectif majeur des talibans
    Les talibans encerclent la ville et la population n'a plus aucun moyen de s'échapper.
    Un membre du parlement de Kandahar a averti que la ville était en danger de tomber aux mains des talibans, avec des dizaines de milliers de personnes déjà déplacées et une catastrophe humanitaire imminente. Selon Gul Ahmed Kamin, la situation empire d'heure en heure. Il a ajouté que les combats à l'intérieur de la ville étaient les plus intenses depuis 20 ans.
    Kamin a expliqué que les talibans considéraient désormais Kandahar comme leur objectif majeur car ils veulent faire de la ville leur capitale temporaire.
    Il a averti que si les talibans parvenaient à s'emparer de Kandahar, le gouvernement finirait par prendre le contrôle de cinq ou six autres districts de la région. Le parlementaire a déclaré que plus de trois millions de personnes se trouvaient dans la ville et qu'il y avait un besoin urgent de ravitaillement.

    Jalalabad : Un membre des services de renseignement assassiné par l'Etat islamique
    L'Etat islamique a revendiqué avoir assassiné un responsable du renseignement afghan et blessé un autre dans le district 1 de la ville de Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan.

    Province de Faryab : Attaque des talibans repoussée dans différents quartiers de la ville de Maimana
    Maimana  : la police de la province de Faryab affirme que cinq talibans et un civil ont été tués et trois autres blessés lors d'une attaque des talibans dans différentes parties de Maimana.

    Abdul Karim Yurash, porte-parole de la police de Faryab, a déclaré à que les talibans ont attaqué les forces de sécurité la nuit dernière dans le village de Deh Seydan du 6ème district et le village de Jat de Deh Azizan, Kuhikhaneh et le district de Baba Qashqar de la ville de Maimana, Les affrontements ont duré plusieurs heures. Cinq talibans ont été tués et trois autres blessés.

    Il n'y a pas eu de victimes parmi les forces de sécurité, mais un civil a été tué par un obus de mortier des talibans.

    Les Faryab nient avoir subi des pertes et affirment que le civil a été tué par un obus de mortier du gouvernement.

    D'autre part, les habitants des premier et sixième arrondissements de la ville de Maimana affirment que depuis près d'un mois maintenant, leurs quartiers résidentiels sont devenus des lignes de front. Ils sont touchés par des tirs de mortiers et des balles des deux côtés. Des dizaines de personnes ont été tuées et blessées et des dizaines de maisons ont été endommagées.
    E7tPe86VIAoVjyj.jpeg

    Bilan des pertes civiles au cours des six premiers mois de 2021
    La Commission indépendante des droits de l'homme d'Afghanistan a écrit dans un rapport que les pertes civiles au cours des six premiers mois de 2021 ont augmenté de 80 %. Selon le rapport, 1677 personnes ont été tuées et 3644  blessées au cours des six premiers mois de cette année.

    La Turquie s'occupera de l'aéroport de Kaboul
    Le ministre turc de la Défense Khulusi Akar a déclaré que le gouvernement afghan avait donné son accord pour qu'Ankara reprenne la gestion de l'aéroport de Kaboul.

    Le communiqué indique que le ministre turc de la Défense a également exprimé la volonté de son pays de soutenir et de former les forces de sécurité afghanes.Le ministre turc de la Défense Khulusi Akar a déclaré que le gouvernement afghan avait donné son accord pour qu'Ankara reprenne la gestion de l'aéroport de Kaboul.

     Le communiqué indique que le ministre turc de la Défense a également exprimé la volonté de son pays de soutenir et de former les forces de sécurité afghanes.

    Province de Kunduz : Inqiétude pour les pays d'Asie centrale voisins de l'Afghanistan
    L'assassinat d'un agent de la circulation dans la plaine d'Abdan de la province de Kunduz, près de la frontière tadjike, au nom de l'Etat islamique, a tiré la sonnette d'alarme pour les pays d'Asie centrale ainsi que pour la Russie et la Chine.
    E7pzZ-XXIAIuHFI.jpeg

  • Afghanistan : Trois infirmières participant à une campagne de vaccination contre la poliomyélite abattues

    Imprimer

    Province de Nangarhar : Trois infirmières participant à une campagne de vaccination contre la poliomyélite abattues
    Trois femmes agents de santé de la vaccination contre la polio ont été abattues par des inconnus armés à Jalalabad, la capitale de la province de Nangarhar, dans l'est du pays, mardi matin 30 mars 2021.

    Elles ont été tuées dans deux fusillades distinctes juste un jour après le début de la campagne nationale contre la polio.

    Le premier assassinat a eu lieu en PD 4e. Une femme agent de santé  été prise pour cible. Selon une source, peu de temps après le premier incident, des hommes armés non identifiés ont ouvert le feu et tué deux autres infirmières participant à la campagne de vaccination dans PD 7 de la ville de Jalalabad. Les victimes ont été identifiées comme étant Basira, Samina et Nagina.

    Aucun groupe, Taliban ou État islamique (Daech),actifs dans la province, n'ont encore revendiqué la responsabilité de l'attaque.

    Le président Ghani a appelé à une enquête approfondie sur l'incident dans le but de traduire les auteurs en justice.            

    «Je suis horrifié par la nouvelle du meurtre de vaccinateurs contre la polio à Jalalabad. Ces actes insensés sont un affront à l’humanité et visent durement les femmes afghanes. Ces actions sapent également nos efforts pour éradiquer la polio en veillant à ce que le vaccin antipoliomyélitique atteigne tous les enfants », a déclaré Reid Sirrs, l'ambassadeur du Canada en Afghanistan.

    Horrible nouvelle venant de Jalalabad, au deuxième jour de la campagne de vaccination contre la polio en cours, a déclaré l'Union européenne dans un communiqué. «Le meurtre de trois femmes vaccinatrices, travaillant pour vacciner les enfants, est une violation brutale du droit international humanitaire qui fait mal au peuple afghan».

    «Les auteurs doivent être traduits en justice, les agents de santé doivent être tenus à l'écart et le caractère sacré des établissements de santé doit être respecté. L'UE reste un fervent partisan du secteur de la santé en Afghanistan et nous appelons les parties à permettre un accès égal aux vaccinations. » 

    Cela vient après que le ministère de la Santé publique, en coentreprise avec l'UNICEF et l'OMS, ait lancé lundi la campagne de vaccination contre la polio pour vacciner 9,6 millions d'enfants de moins de cinq ans à travers le pays.

    Selon le rapport, 56 cas de polio au total ont été enregistrés en 2020, dont 75 pour cent d'entre eux ont été signalés dans les zones qui n'étaient pas accessibles pour la mise en œuvre de la campagne contre la poliomyélite de domicile à domicile. 

    Province de Nangarhar
    Les services de renseignement afghans (NDS) ont revendiqué l'arrestation de deux membres de l'État islamique du Khorasan (ISKP) à Nangarhar.

    2021:03:30-1.jpeg

    2021:03:30-2.jpeg

     

    Hazrat Ali (Afghanistan - tué).jpegProvince de Paktika : Un responsable tadjik d'al-Qaïda mis hors de combat
    La Direction nationale de la sécurité (NDS) a annoncé avoir liquidé un tadjik, membre important du réseau al-Qaïda en Afghanistan.

    Hazrat Ali (photo) a été tué sur le chemin du district de Gyan dans la province de Paktika.

    Le bulletin ne dit pas exactement si d'autres membres d'al-Qaïda ont été tués

    Hazrat Ali était coordonné l'activité d'all-Qaïda et des talibans dans la province de Ghazni.

    Les talibans n'ont pas encore fait de commentaires.

    Les talibans sont censés avoir rompu leurs liens avec les groupes terroristes afghans, y compris al-Qaïda, aux termes d'un accord clé avec les Américains.

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires : 

    Imprimer

    Province de Balkh
    Le ministère de la Défense a déclaré dans un communiqué qu'au moins huit talibans avaient été tués et neuf autres blessés au cours d'une opération conjointe de l'infanterie et des forces aériennes afghanes dans la région de Chak-e-Shir Ahmad, dans le district de Chahar Bolak au nord de la province de Balkh.

    L'armée de l'air a frappé un dépôt d'armes des talibans et le centre d'opérations tactiques (TOC) du groupe dans la région.

    Province de Helmand
    La Direction nationale de la sécurité (NDS) de la province de Helmand a déclaré que le département de la sécurité avait arrêté 12 personnes pour diverses accusations de terrorisme dans la province.

    9 personnes des personnes arrêtées sont accusées de meurtre  d'employés du gouvernement et de chefs tribaux. Un infiltré des talibans et deux planteurs de mines ont également  été arrêtés.

    Selon le vice-gouverneur de la province de Helmand, Baryalai Nazari, les talibans arrêtés ont  avoué leurs crimes et seront bientôt envoyés devant les tribunaux après la finalisation des enquêtes.

    Province de Kandahar : Raids aériens américains contre des positions des talibans
    Les États-Unis ont mené des frappes aériennes contre des talibans dans le sud de l'Afghanistan au cours des 48 dernières heures, après que les insurgés aient lancé de multiples attaques contre les forces gouvernementales afghanes, a déclaré un porte-parole de l'armée américaine le 17 mars 2021. 

    Selon les forces américaines basées en Afghanistan, l'armée de l'air américaine a ciblé les positions des talibans dans les districts de Zherai et Spin Boldak dans la province d Kandahar.

    Le porte-parole des forces américaines en Afghanistan, le colonel Sonny Leggett, a tweeté mercredi que les raids ont été ordonnés alors que les talibans tentaient d'attaquer les forces de défense et de sécurité nationales afghanes.

    Il a ajouté que l'accord américano-taliban donnait le droit à l'armée américaine de défendre l'armé afghane en cas d'attaque.

    En réponse aux attaques, les talibans ont déclaré que les États-Unis avaient agi en violation de l'accord de Doha.

    Zabihullah Mujahid, porte-parole des talibans, a déclaré dans un communiqué qu'au cours des dernières 24 heures, les forces américaines avaient bombardé des positions des talibans dans les districts de Panjwai, Zherai et Khakriz de la province de Kandahar.

    Les raids aériens auraient causé de lourdes pertes aux talibans.

    Incroyable : Une combattante taliban tuée au combat
    Incroyable et sans doute la première fois qu'on apprend une telle nouvelle : une femme qui combattait dans les rangs des talibans a été tuée lors d'un affrontement avec les forces de sécurité dans le district d'Arghandab, dans le sud de la province de Kandahar. Il s'agit sans doute de la veuve d'un combattant mort au combat.

    Province de Nangarhar : Deux attentats contre la police à Jalalabad
    L'État islamique-Khorasan (ISKP) a revendiqué deux attentats visant la police à l'explosif à Jalalabad. Les autorités locales n'ont signalé aucune victime, mais l'ISKP en a revendiqué plusieurs.

    Toujours à Jalalabad, les autorités provinciales affirment que l'Armée afghane a tué mardi soir un responsable de l'Etat islamique (ISKP), directement subordonné au chef des médias de l'Etat islamique, le sultan Aziz Azzam.