IRAK

  • Irak : Nouvelle attaque au missile contre une base de l'armée turque

    Imprimer

    Moins de 24 heures après une attaque similaire, samedi 15 janvier 2022, une base de l'armée turque au nord de Mossoul a été touchée par une attaque au missile.

    Une source sécuritaire a indiqué que la base militaire turque de Zlikan, dans la province de Ninive, a été visée par quatre missiles depuis le même endroit d'où quatre missiles avaient été lancés samedi matin.

    La source a indiqué que les forces turques ont répondu par une attaque similaire sur le point de lancement. Le site de lancement se trouvait dan un village contrôlé par les forces fédérales et la garde territoriale.

    Le bombardement n'a pas fait de victimes dans les rangs des forces turques de la base.

    Samedi 15 janvier 2022 ,deux missiles avaient atterri à proximité de la base turque "Zlikan", sans faire de victimes. 

    La base de "Zlikan" est constamment la cible d'attaques de missiles par des "parties non identifiées".

  • Irak: 2 civils blessés dans une attaque à la roquette contre la zone verte de Bagdad

    Imprimer

    Deux civils ont été blessés, jeudi 13 janvier 2022, à la suite d'une attaque à la roquette qui a visé la zone verte fortement fortifiée de Bagdad.

    L'attaque a très probablement été menée avec des roquettes iraniennes Fadjr-1 de 107 mm (ou éventuellement par des roquettes de type 63-2 HE). De plus, il semble qu'elles ont été tirées avec des lanceurs fabriqués de manière artisanale.

    L'officier a ajouté que le système de défense aérienne C-RAM de l'ambassade américaine a abattu deux des roquettes et qu'une troisième a atterri sur le complexe résidentiel d'al-Qadisiyah près du centre diplomatique, causant les blessés.

    Aucun groupe n'a revendiqué l'attaque.

    La zone verte accueille la plupart des missions diplomatiques étrangères, y compris l'ambassade des États-Unis et la résidence du Premier ministre.

    La zone a été la cible à plusieurs reprises d'attaques à la roquette depuis le meurtre du général iranien Qassem Souleimani lors d'une frappe américaine en janvier 2020.

    Washington accuse les milices chiites soutenues par l'Iran d'attaques à la roquette contre des missions diplomatiques étrangères, les États-Unis et les troupes étrangères en Irak.

    Bagdad et Washington ont convenu le 26 juillet, lors d'un quatrième et dernier cycle du dialogue stratégique, de retirer les forces américaines d'Irak à la fin 2021.

  • Irak : Tirs contre un véhicule d'une compagnie pétrolière chinoise, 2 blessés

    Imprimer

    Deux Soudanais travaillant pour la compagnie pétrolière chinoise Sinopec ont été blessés mercredi dans le sud-est de l'Irak par des tirs d'inconnus armés qui ont visé le véhicule dans lequel ils se trouvaient, a-t-on appris auprès d'une source sécuritaire.

    Les deux hommes "ont été blessés dans une attaque armée à la kalachnikov qui a visé deux voitures appartenant à la société Sinopec", géant chinois du pétrole, dans la province de Maysan, a déclaré cette source qui a requis l'anonymat. Les victimes "travaillent comme agents de sécurité pour Sinopec dans le district d'Al-Majer Al-Kabir", où la compagnie opère depuis 2013, a poursuivi cette source, précisant que des employés chinois se trouvaient également dans les véhicules visés.

    Les assaillants n'ont pas été identifiés. Dans le sud pauvre de l'Irak, la prolifération des armes fait des ravages, comme dans le reste du pays. Le 28 décembre, un tir de roquette et des coups de feu avaient visé les locaux d'une compagnie de services pétroliers chinoise dans la province méridionale de Nassiriya sans faire de victimes ni de dégâts.

    Les compagnies chinoises opèrent dans des champs pétroliers dans tout l'Irak. La Chine est le premier marché d'exportation du pétrole irakien. A elle seule, elle consomme entre 40 et 44% des exportations de brut irakien. L'Irak dispose d'immenses réserves d'hydrocarbures. C'est le deuxième pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), et l'or noir représente plus de 90% de ses revenus. En novembre 2021, le pays a exporté plus de 98 millions de barils - soit plus de 7,6 milliards de dollars (6,6 milliards d'euros) de revenus, selon le ministère du Pétrole. 

  • Iran : 3 équipes des forces spéciales américaines ont participé à la liquidation de Qassem Soleimani

    Imprimer

    Les médias hébreux ont révélé de nouveaux détails sur la façon dont le commandant de la Force al-Qods, l'unité spéciale du Corps des Gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI), a été éliminé, le 3 janvier 2020 dans la capitale irakienne, Bagdad. Qassem Soleimani était accompagné par Abu Mahdi al-Muhandis, le leader de la coalition de milices irakiennes pro-iraniennes, qui  a été tué à ses côtés.

    3 équipes américaines ont pris part à la mission
    Un média israélien a révélé que 3 équipes des forces spéciales américaines étaient arrivées secrètement à l'aéroport de Bagdad avant l'arrivée de l'avion de Qassem Soleimani en provenance de la capitale syrienne.

    Les équipes étaient réparties entre un groupe déguisé en agents d'entretien et de nettoyage, tandis qu'un autre groupe surveillait l'aéroport depuis de vieux bâtiments. Le troisième groupe surveillait l'arrivée des voitures à l'aéroport international de Bagdad pour attendre " le chef militaire le plus puissant d'Iran".

    3 drones américains ont été utilisés pour éliminer Soleimani
    3 drones américains ont été utilisés pour éliminer Qassem Soleimani. Les trois drones survolaient la région au moment où l'avion qui transportait Qassem Soleimani arrivait sur la piste de l'aéroport. Il s'est arrêté sur la piste, et quand Soleimani est descendu de l'avion, les officiers américains déguisés en bagagistes  l'ont identifiés.

    L'ambassade américaine à Bagdad suivait en direct l'élimination de Soleimani
    Le rapport a ajouté que les équipes de tireurs d'élite étaient stationnées à une distance de 600 à 900 mètres sur la route de l'aéroport de Bagdad, et l'un des tireurs d'élite avait des jumelles équipées d'une caméra qui transmettait les images directement à l'ambassade américaine à Bagdad où le commandant de la "Delta Force" américaine et l'équipe de soutien qui l'accompagnait étaient positionnés. Soleimani est sorti de l'aéroport international de Bagdad et a pris place à bord d'une des deux voitures de son convoi, sous l'oeil des tireurs d'élite américains qui  les attendaient. Deux drones armés de missiles Hellfire ont survolé les deux véhicules alors qu'ils se dirigeaient vers la sortie de l'aéroport de Bagdad. Les tireurs d'élite américains étaient prêts également à faire feu sur la cible. Soleimani n'avait aucune chance lorsque le missile Hellfire s'est précipité sur sa cible.

     

     

     

  • Irak : La Syrie a remis 50 membres irakiens de l'Etat islamique aux autorités irakiennes

    Imprimer

    Samedi 8 janvier 2022, les autorités irakiennes ont annoncé que 50 membres irakiens de l'Etat islamique leur avaient été livrés par la Syrie.

    "L'Irak reçoit 50 membres irakiens des gangs de l'Etat islamique qui ont été précédemment arrêtés sur le territoire syrien … Ils ont été remis à l'Agence fédérale de renseignement et d'enquête du ministère de l'Intérieur pour prendre les mesures juridiques nécessaires à leur encontre", a déclaré la cellule des médias de sécurité irakiens. dans un rapport.

    La cellule des médias de sécurité n'a pas précisé qui exactement en Syrie a remis les suspects. Cependant, elle a déclaré que le processus avait eu lieu au poste frontière de Rabia, qui est contrôlé par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis.

    Les autorités irakiennes continuent de se coordonner contre l'Etat islamique avec leurs homologues de Damas par le biais de la coalition Russie-Syrie-Iran-Irak qui maintient une salle d'opérations conjointes dans la zone verte hautement fortifiée de Bagdad.

    Dans le même temps, les autorités irakiennes se coordonnent avec les FDS avec l'aide de la coalition dirigée par les États-Unis. Les deux parties travaillent ensemble sur la question des membres présumés de l'Etat islamique et des réfugiés dans la région du nord-est de la Syrie ainsi que sur la sécurité des frontières.

    Au cours des derniers mois, des centaines de réfugiés irakiens qui s'étaient réfugiés dans des camps dans le nord-est de la Syrie tenus par les FDS sont retournés en Irak. Le 5 janvier, 95 familles irakiennes comprenant 1 250 membres sont encore rentrées dans leur pays grâce à la coopération continue entre les autorités du pays et les FDS.

  • Irak : Nouvelle attaque contre la coalition internationale

    Imprimer

    Cinq roquettes ont été tirées mercredi contre une base irakienne abritant des forces de la coalition internationale antijihadistes dans l'ouest de l'Irak, la troisième attaque du genre en quelques jours.

    Ces attaques interviennent alors que l'Iran et plusieurs groupes alliés dans la région marquent le deuxième anniversaire de la mort du général iranien Qassem Soleimani et de son lieutenant irakien Abou Mehdi al-Mouhandis, tués par un tir de drone américain en Irak le 3 janvier 2020.

    Mercredi, les projectiles sont tombés à deux kilomètres de la base irakienne d'Aïn al-Assad, dans le désert de la province d'Al-Anbar, selon un responsable de la coalition s'exprimant sous couvert de l'anonymat. "Pas de dommages, pas de victimes, c'était (des tirs de) roquettes", a-t-il ajouté. "Nous avons observé cinq tirs, tombés hors de" la base.

    Cette même base a été prise pour cible mardi par deux drones piégés, abattus sans faire de victime, selon un responsable de la coalition.

    Lundi, les militaires américains ont abattu deux drones piégés visant, dans l'enceinte de l'aéroport international de Bagdad, un centre diplomatique américain où sont notamment stationnées des troupes de la coalition. Cette attaque avait été menée sur la route de l'aéroport international de Bagdad. Ces derniers mois, des dizaines de tirs de roquettes ou des attaques aux drones piégés ont visé les troupes et intérêts américains en Irak.

    Jamais revendiquées, ces attaques sont systématiquement imputées par les Etats-Unis aux factions irakiennes pro-Iran, qui n'ont de cesse de réclamer le départ de toutes les troupes américaines stationnées en Irak dans le cadre de la coalition emmenée par Washington pour lutter contre le groupe Etat islamique.

  • Irak : Huit éléments de l'Etat islamique arrêtés lors d'opérations sécuritaires

    Imprimer

    Les forces de sécurité irakiennes ont arrêté, mercredi 5 janvier 2022, 8 membres de l'Etat islamique lors d'opérations menées dans 3 provinces.

    La Cellule des médias de sécurité (affiliée au ministère de la Défense) a déclaré dans un communiqué que "les forces de renseignement du ministère de l'Intérieur ont pu arrêter 8 éléments de l'Etat islamique dans les gouvernorats de Kirkouk (nord), Diyala (est) et Bagdad (centre)."

    "Quatre éléments de l'organisation terroriste Daech ont été arrêtés à Bagdad, travaillant dans le secteur dit de Diwan al-Dawa et des mosquées, et 3 autres à Kirkouk dans le secteur dit de Karma, tandis que le huitième a été arrêté dans la province de Diyala", selon le même communiqué.