Hassan Rohani - Page 2

  • L’Iran menace: Si l’Iran ne peut plus exporter son pétrole, personne ne pourra

    Imprimer

    par Jean-René Belliardle

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) ja日本語 (Japonais)

    L’ordre donné par le président Donald Trump aux pays européens de ne plus acheter de pétrole iranien, dans le cadre des sanctions économiques imposées par les Etats-Unis contre l’Iran, devrait avoir des conséquences sur les prix du pétrole et finalement frapper l’économie américaine. C’est ce qu’a déclaré le représentant iranien à l’OPEP Hussein Kazempur Ardebeli.
    Le responsable iranien a conseillé de ne pas utiliser le pétrole comme une arme ou un instrument pour atteindre des objectifs politiques, selon Reuters.
    De plus, toujours selon Reuters, le ministre du Pétrole iranien Bijan Zanganeh a écrit une lettre à son homologue des Emirats arabes unis, Suhail Al Mazrui, qui dirige l’OPEP, pour lui rappeler l’obligation de respecter les accords conclus au cours du mois passé. « Augmenter la production de l’un des pays est une violation des accords de l’OPEP », écrit-il.
    La veille, le président iranien Hassan Rohani avait baptisé de tentatives insensées les appels à boycotter le pétrole iranien, particulièrement si le pétrole continue de couler dans la région. Une déclaration ambiguë qui pourrait laisser penser que l’Iran serait prêt à empêcher les exportations de pétrole des pays voisins. Lorsque Rohani a été interrogé si c’était bien ce qu’il avait voulu signifier lors d’une conférence de presse quelque moment plus tard, , il a refusé de commenter.
    Mais dans le même temps, Kassem Souleimani, le commandant des forces spéciales « Al-Quds » au sein du CGRI, a déclaré que les gardes, étaient prêts à rendre impossible l’exportation de pétrole par les pays voisins si l’ordre leur était donné.

    Pour suivre l'ensemble des textes publiés chaque jour sur Frontlive-Chrono, cliquez sur ce lien et suivez les instructions.

    https://www.frontlive-chrono.com

    Pour plus d'informations, contacter

    Ptolémée

    (+33)757910350
    ptolemee@belliard74.com

     

  • Belgique: Deux Belges d’origine iranienne inculpés à Bruxelles pour tentative d’attentat en France

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : English (Anglais) Русский (Russe) العربية (Arabe) Deutsch (Allemand) Español (Espagnol) Italiano (Italien) Nederlands (Néerlandais)

    Un couple de Belges d’origine iranienne ont été arrêtés samedi 30 juin 2018 à Bruxelles pour avoir planifié un attentat à l’explosif contre un rassemblement de l’opposition iranienne en France, et inculpés, a annoncé lundi 2 juillet le parquet fédéral spécialisé dans les affaires de terrorisme.
    Le couple a été interpellé dans une commune de Bruxelles en possession de 500 grammes de peroxyde d’acétone explosif (TATP) et un fusible avec télécommande trouvé dans leur voiture. Le couple est soupçonné d’avoir voulu commettre un attentat à la bombe samedi à Villepinte, près de Paris, lors d’un rassemblement organisé par les Moudjahidines du Peuple Iranien (MEK), a précisé le parquet dans un communiqué. Il a été arrêté alors qu’il partait de Bruxelles pour gagner le site de Villepinte où s’est déroulé le rassemblement de l’opposition syrienne.
    Arrestations en France et en Allemagne
    Dans le cadre de l’enquête, des perquisitions ont également été effectuées à Wilrijk, Boom, Uccle, Bergen et Leuze-en-Hainaut. En France, trois personnes ont été interpellées et en Allemagne, un diplomate de l’ambassade iranienne en Autriche a également été appréhendé. Ce diplomate est soupçonné d’avoir fourni au couple belgo-iranien les explosifs trouvés dans leur véhicule
    Deux des trois personnes interpellées en France ont été libérées après avoir été interrogées.
    Le président iranien avait demandé au président français de prendre des mesures contre les « terroristes iraniens »
    En Janvier de cette année, le président iranien Hassan Ruhani, dans une conversation téléphonique avec le président français Emmanuel Macron, lui avait demandé de prendre des mesures contre les « terroristes iraniens », se référant aux « moudjahidin e-Khalk », une organisation hostile au régime des Ayatollahs et basée à Paris.  Ruhani a ensuite exprimé son mécontentement face au fait que « le groupe terroriste iranien qui fait la promotion de la violence et participe à la dernière agitation populaire en Iran » est installé en France.
    Les Moujahidines e-Khalk
    L’organisation des Mujahideen-ie-Khalk («l’organisation des moudjahidin du peuple iranien») a été officiellement créée en 1979, peu après la révolution islamique en Iran. Le siège de cette organisation était en Irak. L’organisation était dirigée par des militants du mouvement marxiste-islamique, établi en Iran dans les années 60. Initialement, ce groupe a combattu le régime du Shah, mais après la révolution islamique, il a dirigé ses armes contre le régime des Ayatollahs. En 2001, Mujahideen-e-Khalk a renoncé aux actions violentes. Selon les médias, cette organisation aurait réussi à recueillir, au cours ces dernières années, des informations sur les installations nucléaires et militaires de l’Iran.
    Les autorités iraniennes et irakiennes considèrent le Mujahidin-e-Khalk comme une organisation terroriste. Pendant longtemps, cette organisation a également été considérée comme terroriste aux États-Unis, au Canada et dans les pays de l’UE. Mais en 2009, l’Union européenne a exclu Mujahidin-e-Khalk de la liste des organisations terroristes et, en 2012, les autorités américaines et canadiennes ont fait le même pas.
    Un message de l’Iran à l’Occident ?
    Les autorités belges se félicitent d’avoir réussi à déjouer ce projet d’attentat. Toutefois, la facilité avec laquelle le projet a été mis à jour et le timing de l’arrestation du couple laissent planer le doute. Loin d’un réel succès des services belges, il pourrait plutôt s’agir d’un « avertissement sans frais » à l’Union européenne, et notamment à la France, à un moment où l’Union européenne doit choisir entre le boycott américain et de bonnes relations avec Téhéran.  Chacun se souvient de la querelle sur l’Eurodif et des attentats à Paris. L’Iran pourrait très bien avoir voulu rappeler aux Européens qu’il dispose d’une formidable capacité de nuisance.  C’est la raison pour laquelle, les services iraniens, plutôt que de faire exploser une bombe à Paris, se sont arrangés pour que le complot soit découvert. A chacun d’en tirer les enseignements.

    Pour suivre l'ensemble des textes publiés chaque jour sur Frontlive-Chrono, cliquez sur ce lien et suivez les instructions.

    https://www.frontlive-chrono.com

    Pour plus d'informations, contacter

    Ptolémée

    (+33)757910350
    ptolemee@belliard74.com

     

  • Rohani à Macron: Non ! L'Iran "ne cherche pas à dominer" le Moyen-Orient

    Imprimer
    Iran 
    Rohani
    Rohani à Macron: Non! l'Iran "ne cherche pas à dominer" le Moyen-Orient    
    L'Iran "ne cherche pas à dominer" le Moyen-Orient, a déclaré mardi 21 novembre le président iranien Hassan Rohani à son homologue français lors d'un entretien téléphonique, selon un communiqué de la présidence iranienne.
    "Notre présence en Irak et en Syrie est à l'invitation des gouvernements de ces pays pour lutter contre le terrorisme (...). L'Iran ne cherche pas à dominer (...) la région", a déclaré M. Rohani à son homologue français, quelques jours après que la France s'est inquiétée des "tentations hégémoniques" de Téhéran au Moyen-Orient.
    "Notre objectif est d'œuvrer pour la paix et la sécurité et d'éviter le démembrement des pays de la région", a assuré le président iranien au cours de cet entretien. "Après Daech, il faut aussi lutter contre les autres groupes terroristes", a-t-il ajouté.
    Le président français avait affirmé vendredi 17 novembre que la France souhaitait que "l'Iran ait une stratégie régionale moins agressive" et que soit clarifiée "sa politique balistique qui apparaît comme non maîtrisée". Le 16 novembre, son ministre des Affaires étrangères, en visite à Riyad, avait critiqué ce qu'il avait qualifié de "tentations hégémoniques" de Téhéran au Moyen-Orient.
    Le président français, qui a annoncé son intention de se rendre en Iran dans le courant de l'année 2018, a dit vendredi sa volonté de "dialoguer" avec Téhéran.
    Rohani à Macron : Le Hezbollah fait partie du peuple libanais
    Le président iranien, Hassan Rohani, a insisté sur l'importance du Hezbollah, le mouvement chiite libanais politique et armé, que soutient Téhéran.
    "Le Hezbollah fait partie du peuple libanais, il est très populaire dans ce pays et son armement est défensif et sert à contrer d'éventuelles attaques contre le Liban", a insisté M. Rohani. Et de poursuivre : "Nous devons maintenant faire en sorte que les mouvements libanais forment un gouvernement en toute sécurité pour le bien de leur pays".
     
    Myard 
    Point de vue de Jacques Myard  sur la politique "iranienne" du gouvernement français
    Le Proche et Moyen-Orient, un chaudron explosif ! 
    Tous les observateurs saluent l'initiative du Président Macron de recevoir à Paris Saad Hariri exfiltré d'Arabie-Saoudite, une opération qui tire une épine du pied de Riyad, mais qui peut provoquer des retours de bâton contre les intérêts français.
    La situation au Proche et Moyen-Orient dépasse très largement la personne de Saad Hariri qui apparaît comme l'otage de multiples forces géostratégiques antagonistes.
    Tout d'abord, il y a l'Arabie Saoudite qui accuse l'Iran de pousser ses pions partout dans la région, au Yemen, en Irak comme en Syrie.
    Cette présence iranienne forte n'est pas inexacte - sauf au Yémen - mais elle est aussi le résultat des erreurs de Riyad et de Washington depuis plus d'une décennie, surtout en Irak et en Syrie.
    Ensuite, face à cette situation, l'Arabie Saoudite semble même envisager une alliance avec Israël contre l'Iran avec le soutien de Trump. Le grand mufti d'Arabie Saoudite Abdelaziz al-Cheïkh a d'ailleurs lancé une fatwa appelant "les musulmans à s'allier avec les Juifs pour combattre le Hamas et le Hezbollah", il est évident que c'est l'Iran qui est visé.
    Dans ces conditions, lorsque Riyad "démissionne" S.Hariri, c'est avant tout le Hezbollah qui est visé, lequel, de plus, est la bête noire des Israéliens. Le risque est majeur pour la stabilité du Liban. Le mouvement chiite libanais dispose d'au moins 60.000 miliciens armés et aguerris, toute attaque contre lui peut provoquer la reprise de la guerre civile au Liban.
    Dès lors, les déclarations du ministre Le Drian à Riyad selon lesquelles la France est « inquiète » de la « tentation hégémonique » de l'Iran au Moyen-Orient est de nature à entraîner Paris dans un conflit où il n'y a que des coups à prendre ; l'Iran est incontournable pour la stabilité de la région et c'est aussi pour nos entreprises un grand marché.
    A ce titre la France devrait aussi s'interroger sur les conséquences pour nos entreprises de la volonté du Prince héritier de lutter contre la corruption, une noble cause...
    Pierre Conesa, très bon connaisseur de l'Arabie Saoudite, souligne à raison les risques de la purge engagée par Ben Salmane Saoud pour les entreprises européennes dont les affaires ont largement prospéré grâce à quelques princes compréhensifs, aujourd'hui en disgrâce...
    Pour toutes ces raisons Paris devrait plus que jamais garder en mémoire la règle d'or en diplomatie de Talleyrand : "Pas de zèle, Messieurs !"
    Jacques MYARD - Maire de Maisons-Laffitte - Membre Honoraire du Parlement
    Président du Cercle Nation et République.

     

  • L'administration américaine veut changer l'accord sur le nucléaire iranien pour éviter un retrait américain

    Imprimer
    Iran 
    Nucleaire
    L'administration américaine veut changer l'accord sur le nucléaire iranien pour éviter un retrait américain
    Les Etats-Unis ne resteront dans l'accord sur le nucléaire iranien que si "des changements sont introduits", car le texte "doit vraiment être revisité", a déclaré mardi 19 septembre le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson.
    Le "défaut le plus flagrant" de l'accord conclu en 2015 avec les grandes puissances est le fait "qu'il a une fin" et "ne fait que remettre le problème à plus tard", a-t-il estimé sur la chaîne de télévision Fox News, en marge de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU.
    Selon le texte, les restrictions sur certaines activités nucléaires iraniennes seront progressivement levées à partir de 2025. "Ce qui signifie que nous pouvons quasiment commencer le compte à rebours pour le moment où ils reprendront leurs capacités nucléaires" militaires, a déploré le chef de la diplomatie américaine.
    Le président américain Donald Trump, qui a de nouveau critiqué de manière virulente l'accord iranien mardi 19 septembre devant l'ONU, doit décider d'ici mi-octobre s'il "certifie" ou non devant le Congrès que Téhéran respecte ses engagements. En cas de non certification, les parlementaires américains pourraient réimposer des sanctions levées dans le cadre de l'accord, ce qui risquerait de le faire voler en éclats.
    "Le président veut vraiment refaire cet accord", le "renégocier", et "nous avons besoin du soutien de nos alliés européens et autres pour faire comprendre aussi à l'Iran que cet accord doit vraiment être revisité", a insisté Rex Tillerson. "Si nous devons rester dans l'accord iranien, des changements doivent être introduits", a-t-il dit.
    L'ambassadrice américaine à l'ONU précise les propos de Trump
    Donald Trump est mécontent de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien, mais n'a pas dit que les Etats-Unis allaient s'y soustraire, a souligné mercredi l'ambassadrice américaine aux Nations unies, au lendemain du discours du président devant l'Assemblée générale de l'organisation.
    "Cela ne signifie pas clairement qu'il a l'intention de se retirer. Cela signe clairement qu'il est mécontent de l'accord", a déclaré Nikki Haley sur l'antenne de CBS.
    Le chef de la diplomatie russe juge les propos de Trump "extrêmement inquiétants"
    Le chef de la diplomatie russe a jugé les propos tenus par Donald Trump sur l'accord nucléaire avec l'Iran "extrêmement inquiétants". "Nous allons défendre ce document, ce consensus, qui a été accueilli avec soulagement par la communauté internationale tout entière et qui a réellement renforcé la sécurité, tant au niveau régional qu'international", a ajouté Sergueï Lavrov.
    Téhéran et les Européens refusent de renégocier l'accord
    Téhéran et les Européens refusent de renégocier l'accord historique censé garantir le caractère strictement civil du programme nucléaire iranien en échange d'une levée progressive des sanctions.
    La France propose des "compléments" à l'accord
    La France a mis sur la table la possibilité d'un "complément" pour l'après-2025 afin de sortir de l'impasse, mais rien ne dit que cette initiative puisse aboutir.
    "Nous devons garder l'accord de 2015 car c'est un bon accord avec un contrôle strict de la situation actuelle", a déclaré le président français. "Nous devons ajouter deux ou trois autres piliers: un pour un meilleur contrôle des missiles balistiques et des activités balistiques, qui ne sont pas couverts par l'accord de 2015; un deuxième pour l'après-2025 parce que l'accord ne couvre pas la situation après 2025; et un troisième pour ouvrir des discussions avec l'Iran sur la situation actuelle dans la région" du Moyen-Orient, a-t-il ajouté. "Mais ce serait une erreur d'abandonner cet accord sans rien d'autre", a-t-il dit.
    Rohani : L'Iran respecte l'accord nucléaire mais réagira en cas de violation
    L'Iran respecte l'accord nucléaire de 2015 mais réagira avec "détermination" si ce texte vient à être dénoncé, a prévenu mercredi le président iranien Hassan Rohani devant l'ONU.
    "Nous n'avons trompé personne, nous n'avons pas été malhonnêtes" dans l'application de l'accord, mais Téhéran "répliquera avec détermination" à toute violation du texte, a ajouté M. Rohani, alors que les Etats-Unis menacent de plus en plus de dénoncer l'accord.
    L'armée iranienne veut une "réponse ferme" au discours de Donald Trump
    Mohammad Ali Jafari
    Général Mohammad Ali Jafari
    Le commandant des gardiens de la Révolution iranienne a invité mercredi 19 septembre Téhéran à apporter des "réponses douloureuses" aux propos tenus la veille par Donald Trump devant l'Assemblée générale de l'ONU.
    Qualifiant la République islamique d'"Etat-voyou" aux mains d'une "dictature corrompue", le président américain a notamment laissé entendre qu'il pourrait dénoncer l'accord de 2015 sur le programme nucléaire de Téhéran.
    "Adopter une attitude intransigeante face à Trump n'est qu'un début", a déclaré le général Mohammad Ali Jafari, selon les propos rapportés par Sepah News, l'agence de presse des gardiens de la Révolution.
    "Il est de la plus haute importance stratégique que les Etats-Unis soient confrontés à des réponses plus douloureuses à travers les actes, le comportement et les décisions que l'Iran prendra dans les mois qui viennent", a-t-il poursuivi, invitant le président Hassan Rohani, qui doit s'exprimer à son tour ce mercredi à l'ONU, à apporter une première réponse ferme à Donald Trump.
    "Avec les défaites successives et éreintantes que l'Iran a infligées à l'Amérique dans la région, il est naturel que son système nerveux et sa cohérence aient volé en éclats", ajoute l'officier.
    Une première rencontre entre les ministres des AE américain et Iranien
    Les ministres des Affaires étrangères des pays signataires de l'accord (Iran, Etats-Unis, Chine, Russie, Allemagne, France, Royaume-Uni) doivent se réunir mercredi 20 septembre en marge de l'Assemblée générale de l'ONU. Il s'agira de la première rencontre entre Rex Tillerson et son homologue iranien Mohammad Javad Zarif depuis l'arrivée en janvier de Donald Trump à la Maison Blanche.
     
    Jean René Belliard

     

  • Iran : Les conservateurs pourraient perdre leur domination sur l'assemblée des experts - 1er mars 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 1er mars  2016
    Jean René Belliard publie une newsletter quotidienne accessible aux abonnés uniquement. Elle donne chaque jour un résumé des principaux évènements qui se déroulent au Moyen Orient et en Afrique du nord, rédigé à partir des informations réunies sur place par une quinzaine de correspondants. Ci-dessous, un extrait de la newsletter du 29 février 2016 – Et beaucoup d’autres informations importantes dans la newsletter envoyée aux abonnés.
    Pour vous abonner, demander des informations à
    ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite

  • Le rapprochement entre L'Iran et les Etats-Unis signifiera-t-il la fin de la crise constitutionnelle au Liban ? 19 janvier 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 19 janvier 2016
    Jean René Belliard, auteur de "Beyrouth, l'enfer des espions", publie une newsletter quotidienne accessible aux abonnés uniquement. Elle donne chaque jour un résumé des principaux évènements qui se déroulent au Moyen Orient et en Afrique du nord, rédigé à partir des informations réunies sur place par une quinzaine de correspondants. Ci-dessous, un extrait de la newsletter du 19 janvier 2016 – Et beaucoup d’autres informations importantes dans la newsletter envoyée aux abonnés.
    Pour vous abonner, demander des informations à
    ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite