GRANDE BRETAGNE - Page 3

  • Belgique : Fouad Belkacem : Un dirigeant islamiste dépouillé de sa nationalité belge

    Imprimer

    PAR JEAN-RENÉ BELLIARD LE - 

    Article publié en AnglaisAllemand, Espagnol, Italien, Néerlandais

    Belkacem Fouad.jpgL’islamiste emprisonné Fouad Belkacem, dont le groupe « Sharia4Belgium » a envoyé des dizaines de jihadistes en Syrie, a été privé de sa citoyenneté belge et risque la déportation vers le Maroc.
    La cour d’appel d’Anvers a jugé qu’il avait gravement manqué à ses devoirs de citoyen.
    Belkacem a été emprisonné en 2015 pour avoir dirigé un groupe terroriste, dont beaucoup de recrues ont rejoint le groupe jihadiste État islamique.
    Comparé au nombre d’habitants les Belges ont été les plus nombreux à rejoindre la Syrie pour faire le jihad que dans tout autre État membre de l’UE.
    Certains de ceux qui sont rentrés en Europe ont été impliqués dans les attentats de Paris en 2015 et dans les attentats de Bruxelles de mars 2016.
    « Sharia4Belgium » a été créé par Belkacem à Anvers. Le groupe a recruté les premiers combattants belges avant d’être dissous.
    Il s’est inspiré d' "Islam4UK", un groupe autrefois dirigé par Anjem Choudary, un prédicateur radical qui a été libéré d’une prison britannique le 19 octobre. Lors du procès de Belkacem en 2015, il est apparu qu’il avait co-fondé Sharia4Belgium peu de temps après avoir visité une mosquée à Londres.
    Un autre groupe connu sous le nom de « réseau Zerkani » a recruté des jihadistes, comme le terroriste Abdelhamid Abaaoud et le poseur de bombes Najim Laachraoui, originaire de la région de Molenbeek à Bruxelles.
    Après avoir été condamné à 12 ans de prison, les autorités belges ont commencé à préparer la suppression de sa nationalité. Possédant la double nationalité, il conserve la nationalité marocaine.
    Le ministre belge des Migrations, Theo Francken, s’est félicité de la décision de déposséder Belkacem de sa nationalité belge, mais a ajouté qu’une telle mesure devrait être automatique après toute condamnation pour terrorisme.
    Le retrait de la nationalité aux jihadistes ayant la double nationalité demeure controversé. La France a annoncé son intention d’introduire cette politique après les attentats de novembre 2015, mais a renoncé l’année suivante.
    Belkacem n’est pas le premier Belge lié au terrorisme à perdre sa nationalité. Malika el-Aroud a été dépouillée de sa citoyenneté en 2017 pour avoir dirigé un groupe lié à Al-Qaïda.
    Belkacem peut encore faire appel de la décision devant le tribunal belge de dernier ressort, la Cour de cassation ou la Cour européenne de justice.
    Son avocate, Liliane Verjauw, a déclaré qu’il n’avait plus aucun lien avec le Maroc et se considérait belge.
    « Sa famille est ici depuis 50 ans, depuis trois générations. Sa nationalité belge fait partie de son identité « , dit-elle.

    Lire la suite

  • Grande Bretagne: le prédicateur de Daech Anjem Choudary est sorti de prison

    Imprimer

    PAR JEAN-RENÉ BELLIARD LE 

    Texte disponible en anglais, arabe

    Choudary AnjemLe prédicateur radical Anjem Choudary, condamné en 2016 à cinq ans et demi de prison par la justice britannique pour avoir appelé à soutenir le groupe jihadiste État islamique (EI), est sorti vendredi matin de prison, ont rapporté les médias britanniques.
    Personnage central du « Londonistan », la mouvance radicale islamiste de Londres, cet avocat de 51 ans d’origine pakistanaise avait appelé à soutenir le groupe radical dans une série de vidéos postées sur YouTube après avoir prêté allégeance au chef de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi.
    Choudary a été libéré après avoir purgé la moitié de sa peine, mais sera soumis à un régime de surveillance pour le temps restant, avec une série de restrictions concernant notamment les lieux et les personnes qu’il sera autorisé à fréquenter, selon la BBC.
    Le quotidien The Telegraph publiait des photos le montrant entrant dans un hôtel du nord de Londres, tôt vendredi matin 19 octobre 2018, après avoir quitté la prison de haute-sécurité de Belmarsh, où il était incarcéré.
    Depuis les années 1990, ce fils d’un courtier en Bourse, à la longue barbe poivre et sel, était devenu une figure familière des autorités et des médias en multipliant les manifestations devant les mosquées, les ambassades et les commissariats de police du Royaume-Uni.
    Son objectif ultime, disait-il, était de faire flotter le drapeau de l’islam au-dessus du 10, Downing Street, la résidence du Premier ministre.

    Lire la suite

  • Grande Bretagne: « Les terroristes de Daech en Afghanistan, en contact avec des cellules au Royaume-Uni »

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais)

    Le ministère britannique de la Défense a mis en garde, lundi 3 septembre, contre une éventuelle menace terroriste au Royaume-Uni et en Europe occidentale constituée par les combattants de l’organisation Daech en Afghanistan.
    Le ministre britannique de la Défense, Gavin Williamson, a déclaré que « les combattants de Daech en Afghanistan représentent encore une menace vu qu’ils pourraient mener des attaques au Royaume-Uni et en Europe occidentale, puisqu’ils communiquent avec leurs cellules dormantes là-bas« .
    Dans une interview accordée à la chaîne britannique Sky News dans la ville afghane Mazar Sharif, Williamson a souligné que le Royaume-Uni devrait prendre des mesures afin de prévenir toute attaque.
    « Ce que nous voyons c’est une vraie menace contre le Royaume-Uni de la part de ces organisations, et nous devrons agir afin de garantir qu’il n’y aura dans l’avenir aucune attaque telle celle de Manchester« , a-t-il ajouté.
    Le ministre britannique, qui inspecte actuellement les troupes britanniques basées en Afghanistan, a noté: « Nous voyons constamment des groupes terroristes opérer ici en Afghanistan, et nous voyons des preuves de leurs liens non seulement au Royaume-Uni mais dans toute l’Europe« .
    IS-Khorasan
    Le groupe, connu sous le nom de IS-Khorasan ou IS-K, est un rival des talibans et d’Al-Qaïda. Il est régulièrement pris pour cible par les forces spéciales américaines et britanniques en Afghanistan. Son dernier dirigeant, Abu Saad Erhabi, a été tué dans une attaque aérienne américaine il y a une semaine – il était le quatrième dirigeant de Daech à être tué dans le pays au cours des dernières années.
    On croit que des milliers de combattants étrangers sont arrivés en Afghanistan après avoir été chassés de l’Irak et de la Syrie, mais les propos du ministre britannique de la Défense laissent entendre que le groupe serait plus établi qu’on ne le pensait auparavant.
    Les sources ne confirment pas s’il y a des Britanniques parmi eux, mais nous savons qu’il y a un minimum de 100 djihadistes français ou francophones dans les rangs de l’IS-K.

    Lire la suite

  • Frontlive-Chrono du mardi 14 août 2018

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    • Afghanistan: les talibans s’emparent d’une base militaire, au moins 17 tués – Log in (11:52)
    • Afghanistan: inquiétudes pour les civils piégés à Ghazni – Log in (12:05)
    • Afghanistan : De nouveaux affrontements éclatent entre talibans et Daech dans la province de Nangarhar – Log in (14:28)
    • Grande Bretagne: Voiture bélier à Westminster – La police agit comme s’il s’agissait d’un acte terroriste – Log in (11:32)
  • An ISIS women’s cell in the UK

    Imprimer

    by Jean-René Belliardon

    Cet article a été aussi publié en : frFrançais (French) arالعربية (Arabic)

    An 18-year-old woman has been found guilty of plotting a terrorist attack in London as part of the UK’s first known all-women Isis cell.
    Safaa Boular, who planned a grenade and gun attack on the British Museum, became the country’s youngest convicted female terror plotter.
    The Old Bailey heard the teenager discussed the attack with her sister and mother using Alice in Wonderland-themed coded language after she was stopped from joining her husband in Syria.
    She was found guilty of preparing acts of terrorism abroad and in the UK.
    The jury took two days to deliberate before delivering a verdict. Boular did not react when the decision was read out.
    Judge Mark Dennis QC put off sentencing for around six weeks for a report to be compiled.
    Safaa Boular enlisted her sister, fellow Isis supporter Rizlaine Boular, 22, after Safaa was remanded in custody over an attempt to travel to Syria. Their mother, Mina Dich, 44, was also involved in discussions.
    Both the 22-year-old and the 44-year-old from Vauxhall, south London, pleaded guilty to preparing acts of terrorism and will be sentenced at a later date.
    They were caught out after a “proactive” investigation by MI5 and counter terrorism police.
    The court heard how the women used words based on an Alice in Wonderland tea party when talking about their plots over the phone.
    Rizlaine said she knew “a few recipes for some amazing cakes” for a “proper like English tea party kind of thing”.
    Safaa told her sister: “You can be the Mad Hatter ‘cause your hair’s crazy.”
    Mother-of-four Dich responded: “That will be fun.”
    The court heard that it all began after Safaa Boular became involved with Naweed Hussain, 32 – an Isis fighter – after the pair met online when she was 16. She said they had been introduced by a female Isis recruiter after the Paris terror attacks.
    They married in an online ceremony and talked of donning his-and-hers suicide belts to achieve martyrdom together.
    Police uncovered Boular’s plans to join him following an airport stop in August 2016 where her passport was confiscated.
    She began scoping out locations for possible attacks while she was out on bail.
    As well as the British Museum, she also checked out the MI6 headquarters, all the while spurred on by Hussain, who sent her “lovey-dovey messages”.
    Her husband was killed in a drone strike, but not before he had revealed his intentions to British secret service agents posing as IS supporters online.
    Boular learned of his death on 4 April last year, after an agent pretending to be Hussain’s commander let her know online what happened.
    The grief-stricken teenager then decided she wanted to join her husband and revealed to the undercover agent about how he had planned to attack the British Musuem.
    She said he had discussed carrying out the attack with a “tokarev” Russian-made pistol and “pineapples” – code for grenades.
    After her younger sister was remanded in custody, Rizlaine Boular took a more active role in the plot.
    The 22-year-old bought knives and a rucksack from Sainsbury’s and scoped out the Palace of Westminster along with her mother. They did not know they were under surveillance by counter terrorism police at the time.
    Rizlaine Boular shared her plans with her friend Khawla Barghouthi, 21, and practised a knife attack at her home in Willesden, northwest London.
    Barghouthi has since admitted to failing to alert authorities.
    Rizlaine Boular was shot when armed police moved in to arrest the gang but made a full recovery.
    Safaa Boular claimed during her trial that Hussain had groomed her. She said Hussain had made three attempts to get her to attack the UK – over Christmas 2016, Valentine’s Day and around her birthday in March last year – but she declined.
    She said in the past she had wanted a peaceful married life in Raqqa, where women were not called “umbrella” or “post box” for wearing Islamic dress – but said she had changed since her arrest and now opts to wear Western clothes rather than a burka.
    The teenager, who had viewed graphic beheadings and discussed killing former US President Barack Obama, told the court: “Nothing online is real.”
    Counter terrorism chief Dean Haydon, of Scotland Yard, described her as a “confident, articulate, intelligent and a relatively mature 18-year-old” who had been “quite devious” in hiding the plot.
    He said the “dysfunctional” family had access to a “vast amount” of extremist material.
    The senior national coordinator for counter terrorism said the case demonstrated a worrying rise in youngsters being arrested for terrorism.
    “This was, without doubt, a major investigation, a proactive investigation. This involved a family with murderous intent, the first all-female terrorist plot in the UK connected to Daesh.
    “It’s difficult to say if we will see more females. We have seen young children involved in martyrdom attacks. We have seen Daesh using young children.
    “Here in the UK, we have seen an increase in young people, teenagers, getting involved.
    “Arrests of youngsters have increased over the last 12 months and clearly that is a concern for us.”

    ...and a lot of other news every day on Frontlive-Chrono.  

    Jean René Belliard
    Groupe Ptolémée : +33757910350