Ghouta orientale - Page 9

  • 24 juillet 2014 - La situation se complique encore en Syrie

    Imprimer

    Un nouveau conflit en perspective en Syrie
    Tout a commencé lorsqu’il y a une semaine, le chef du Front al-Nosra, Abou Mohammad Al-Jolani, sans doute dans l’intention de ne pas laisser l’Etat Islamique annoncer seul la création d’un Califat, affirmait dans un enregistrement audio avoir érigé, lui-aussi, un État islamique en Syrie. Jolani agissait dans la droite ligne de la concurrence terrible que se livrent l’Etat Islamique d’Abou Baker el-Baghdadi et al-Qaïda dont le Front al-Nosra est le représentant en Syrie.
    En application de cette décision, les combattants du Front al-Nosra ont alors entrepris une série d’actions militaires destinée à rendre concrète la création du Califat syrien. Plusieurs attaques ont été menées contre les autres formations rebelles présentes sur le territoire de ce qui devait être désormais, selon les dires de Jolani, le nouveau califat syrien.
    Il y avait déjà eu quelques affrontements entre le Front al-Nosra et les autres formations  rebelles à partir de début juillet 2014 mais la bataille la plus sanglante a eu lieu dans la région de Jisr al-Choughour, dans la province d'Idleb. Elle a commencé dès l’annonce de la création du califat syrien par al-Jolani. 

    Un gros problème pour le Front Islamique (pro-saoudien) et l'Armée Syrienne Libre
    Cela va poser un nouveau problème au Front Islamique, un regroupement de huit formations rebelles aidé par l’Arabie saoudite car ses combattants vont avoir à combattre non seulement les forces fidèles au régime, mais aussi aux jihadistes de l’Etat Islamique (Daesh) et maintenant à ceux du Front al-Nosra. Jusqu’alors, le Front al-Nosra était allié du Front Islamique et de l’Armée Syrienne Libre contre l’armée du régime et les jihadistes ultra-radicaux de Daesh.

    Une évolution normale : al-Qaïda et la monarchie saoudienne sont en guerre
    Il ne faut pas s’étonner, d’ailleurs, du revirement du Front al-Nosra. Al-Qaïda et la monarchie saoudienne sont actuellement à couteaux tirés et se livrent à une guerre sans merci sur de nombreux théâtres moyen-orientaux, même si de nombreux Saoudiens forment les rangs de l’organisation jihadiste internationale et sont souvent à l’origine des nombreux attentats suicides qui ensanglantent la région.

    Pendant ce temps, la bataille de Damas se poursuit
    Les rebelles du Front Islamique (pro-saoudien) poursuivent leur progression, immeuble après immeuble, vers la place des Abbassides à partir du quartier de Jobar et les forces du régime tentent de les en empêcher.
    https://www.youtube.com/watch?v=ClN-GLez-kc&feature=player_detailpage&list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA
    Le régime dément que les insurgés sunnites aient progressé vers la place et affirment au contraire avoir infligé de grandes pertes dans leurs rangs.

    Raqqa : Place forte de Daesh en Syrie bombardée par des missiles Scuds
    Les forces du régime bombardent les régions insurgées avec des missiles SCUD, comme en témoigne cette vidéo montrant un Scud qui n’a pas explosé à Raqqa, une place forte de l’Etat Islamique (Daesh) :
    https://www.youtube.com/watch?v=CwPmBiw34lU&feature=player_detailpage&list=UUXlQjCFr2NXJK-wLqsTFU1Q

    Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

  • Dernières nouvelles de Syrie - 23 juillet 2014

    Imprimer

    Situation à Damas

    Du côté des forces du régime
    Les combats se poursuivent le long des lignes de front traditionnelles, dans les quartiers de Jobar et la localité de Zamalka, voisine de Jobar.
    Cette vidéo montre la destruction d’une position de combat de l’Armée Syrienne Libre par l’armée du régime à Zamalka :
    https://www.youtube.com/watch?v=cVcK6zN3NBo&feature=player_detailpage
    Les forces du régime réussissent à détruire un tunnel des rebelles dans le quartier de Jobar :
    https://www.youtube.com/watch?v=Hsgam1pTsmk&feature=player_embedded

    De l’autre côté (insurgés)
    Il es difficile de savoir aujourd’hui où en sont les forces rebelles en raison de la grande confusion qui règne dans les rangs de la rébellion et aussi parce que l’opposition armée maintient désormais un embargo sur les informations.
    Cette vidéo montre un membre de l’opposition expliquer la situation à partir du poste de combat d’Arfeh entre Jobar et le Stade des Abbassides :
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=DSL6VysvfNY
    L’oppostion affirme qu’elle ne cherche pas encore à prendre la place des Abbassides d’assaut mais à grignoter les positions du régime, immeuble après immeuble. L’objectif est d’épuiser les forces du régime, attirer de nouvelles troupes dans le quartier et obliger l’armée à dégarnir d’autres fronts pour défendre le centre de Damas :
    Le jeudi 22 juillet, les forces du régime ont bombardé les positions rebelles et lancé un assaut qui a été repoussé. Les rebelles affirment avoir détruit un char du régime.
    Vidéo prise à partir du quarier de Qaboun et montrant les forces du régime bombardant Jobar :
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=8zUDWjklKQs

    Bataille entre le Front Islamique (pro-saoudien) et l’ASL (Armée syrienne Libre) contre l’Etat Islamique (Daesh) au sud de Damas :
    La bataille fait suite à l’expulsion des Jihadistes de l’EI de la Ghouta orientale (à l’est de Damas). Ceux-ci s’étant regroupés au sud de la capitale, l’offensive s’est poursuivie dans ce secteur et s’est terminée par une nouvelle expulsion des Jihadistes.
    Le Front et l’ASL ont  mis en ligne deux vidéos après la prise du siège de l’Etat Islamique (Daesh) dans la banlieue sud de Damas :
    Une grande quantité d’explosifs trouvée à l’intérieur du QG de Daesh, au sud de Damas, après sa prise par les rebelles de l’ASL :
    https://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA&v=52lyZFBF13M&feature=player_detailpage
    Et de grandes quantités de nourriture :
    https://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA&v=Pn9Bq_4qZZg&feature=player_detailpage

    Le Front Islamique et le Front al-Nosra lancent une campagne de moralisation dans le nord syrien
    Le Front Islamique (pro-saoudien) et le Front al-Nosra (al-Qaïda) ont décidé de mener une campagne pour rétablir l’ordre et le respect de la loi dans les régions qu’ils contrôlent. Ils ont annoncé vouloir désormais lutter contre la corruption, la criminalité et la violence à Alep et Edleb.

    Le Front Islamique  (pro-saoudien) demande une restructuration du Conseil Suprême Militaire
    Après la destitution d’Ahmed Tohmé comme chef du gouvernement de l’opposition, l’Arabie saoudite continue de placer ses pions. Le Front Islamique, le plus grand groupe d’insurgés de Syrie,  financé et équippé par Riyad, vient d’appeler à une restructuration du Conseil Suprême Militaire pour rendre plus efficace la lutte contre le régime. Il y a fort à parier que les chefs du Front Islamique remplacent un certain nombre de membres du CSM dans un avenir proche. 
    Le Front Islamique a réussi, au cours des derniers mois, à stopper la progression des forces du régime dans le nord-ouest et au sud-ouest de la Syrie et à résister aux efforts du régime pour déserrer l’étau du Front à l’est de Damas. Les rebelles du Front Islamique et de l’ASL ont même réussi à progresser au nord-est de la capitale, ce qui pourrait à terme remettre en question le contrôle du régime sur Damas.
    Le Front islamique n’a pas réussi, cependant, à empêcher les Jihadistes de l’Etat Islamique de progresser dans certains secteurs du nord et de l’est syrien, notamment dans la province de Deir ez-Zhor, proche de l’Irak. Il faut dire que les victoires de l’Etat Islamique ont été facilitées par la désertion et le passage dans leurs rangs de nombreux combattants du Front al-Nosra (al-Qaïda)

    Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

  • Syrie : Combats multiples le 21 juillet

    Imprimer

    Damas
    Poursuite des combats à Jobar à proximité de la place des Abbassides (Damas)
    https://www.youtube.com/watch?v=FIOCj_n7Nto&feature=player_detailpage&list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA
    Selon un communiqué de l’armée, un tunnel long de 400 mètres, équipé d’un système électrique et de dispositifs de télécommunications et piégé par des engins explosifs, aurait été détruit par l’armée fidèle à Bachar el-Assad. Ce tunnel se trouvait dans le quartier de Jobar.
    Des combats ont lieu dans de nombreuses régions autour de Damas entre l’armée et les rebelles : Jobar, les fermes d’Alia et Choufanya à Douma, la périphérie de Mleiha et à l’ouest de Zabadani,.

    Pertes importantes du Hezbollah dans le Qalamoun
    Dans la région du Qalamoun, le Hezbollah libanais perdrait entre 15 et 30 hommes par jour, selon un officier rebelle syrien, Mohammad Anwar Saadeddine, cité par le quotidien saoudien Okaz.

    Quneitra (Plateau du Golan syrien)
    Une tentative d’infiltration des rebelles a eu lieu à partir de Khan Chih vers le lycée d’agronomie sur la route de Quneitra al-Qadima. Il y aurait eu des victimes de part et d’autre.

    Alep
    Deux vidéos montrant la tragédie des habitants après un bombardement de leurs maisons par les forces du régime (Rif Alep). L’armée d’Assad poursuit ses bombardements systématiques des zones rebelles, la plupart du temps à l’aide de barils d’explosifs dévastateurs.
    https://www.youtube.com/watch?v=qMMHdWyPH7I&feature=player_detailpage&list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA
    Et à Alep, quartier d’al-Mourasalat, après un bombardement d’un quartier résidentiel au baril d’explosifs :
    https://www.youtube.com/watch?v=EN0747JtSCY&feature=player_detailpage&list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA
     
    Deraa (Sud de la Syrie proche de la frontière jordanienne)
    L’armée a avorté deux tentatives d’infiltration menées par les rebelles, la première
    à partir du nord de la ferme de Qasser Bittar en direction de la localité d’Atman et la deuxième à partir de Dael en direction de l’un des points militaires à Ibtaa dans la banlieue du gouvernorat.

    Région de Homs
    L’armée continue, encore et encore, sa chasse aux rebelles près de Rastan et dans la banlieue de Palmyre. Il semble que ce soit un éternel recommencement.

    Edleb
    Des combats ont eu lieu entre l’armée syrienne et des Jihadistes, parmi lesquels de nombreux étrangers. Les affrontements se sont déroulés à proximité du village de Mechemechan à Jisr el-Choughour.

    Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

  • Nouvelles de Syrie : 17 juillet 2014

    Imprimer

    Le pro-saoudien Zahran Aloush, chef du Front Islamique, est toujours vivant
    Zahran Aloush, le chef du Front islamique, un rassemblement de brigades syriennes rebelles  aidé par l’Arabie saoudite que l’Etat Islamique (Daesh) affirmait avoir tué au cours d’un attentat suicide, est toujours vivant comme en témoigne cette vidéo. Zahran avait réussi à stopper l’avancée des jihadistes de Daesh vers la région de Damas.
    http://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA&v=aO6YOr4_qpY&feature=player_detailpage

    L'Etat islamique s'empare d'un gisement de gaz près de Homs
    Les combattants de l'Etat islamique (EI ou Daesh) ont pris le jeudi 17 juillet le contrôle du gisement de gaz de Chaar, au centre du pays,  au nord de Palmyre.
    L’offensive de Daesh a commencé par un attentat kamikaze selon une tactique qui lui est coutumière. Les combattants de l’Etat Islamique ont pris ensuite huit barrages de l’armée avant d'occuper le champ gazier. Vingt-trois membres des forces de sécurité qui défendaient le gisement ont été tués dans l'attaque menée par les islamistes qui ont perdu une douzaine de combattants.
    On est sans nouvelles de 340 membres des forces de défense nationale (milice pro-régime), des gardes et des trois techniciens se trouvant sur ce camp au moment de sa capture par Daesh.
    L’armée syrienne va tenter de reprendre le site et procède actuellement à d’intenses bombardements.

    Damas
    Une tentative d’assaut des rebelles en direction de la place des Abbassides à partir du quartier rebelle de Jobar était prévue pour le mercredi 16 juillet. Une source proche du Hezbollah a affirmé que les miliciens sunnites s’étaient regroupés dans un immeuble proche de la place. Mais les forces fidèles à Bachar el-Assad ont réussi à détruire l'immeuble, tuant un grand nombre de rebelles.
    Visite du front de Jobar (côté rebelle) donnant sur  la place des Abbassides à Damas. Progression à travers les tunnels :
    http://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA&v=dANG0O4G8Ac&feature=player_detailpage
    Tandis que l’aviation du régime bombarde le quartier de Jobar :
    http://www.youtube.com/watch?list=UUnigacRk8PMRKK47soehLWA&v=k5ZkmvStue0&feature=player_detailpage

    Poursuite de la bataille du Qalamoun, à la frontière libano-syrienne
    Des combats violents se déroulent depuis plusieurs jours dans le massif montagneux du Qalamoun à la frontière libano-syrienne entre l’armée syrienne et le Hezbollah libanais d’un côté et l’Armée syrienne libre et le Front al-Nosra (al-Qaïda) de l’autre. On estime qu’entre 3000 et 5000 rebelles sunnites sont retranchés dans ces montagnes.

    La carte ci-dessus montre au bas de la ligne rouge le Liban avec la localité d’al-Qaa à gauche et Ersal à droite.

    Qalamoun 1.png

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L’objectif des forces du régime syrien est de contrôler les nombreuses hauteurs qui surplombent la localité libanaise d’Ersal, et celles qui surplombent les versants Nord-est et sud-est de la Bekaa.
    Les rebelles syriens auraient eu 55 tués au cours de ces combats, parmi lesquels Omar Yakzane, un membre important des brigades islamistes Abdallah Azzam. Yakzane était le bras droit du religieux islamiste Sirajeddine Zreikat.
    Qalamoun 2.jpg 












    Damas dans le carré en rouge – Rankous au-dessus

    Le Hezbollah libanais supporte le gros de la bataille
    Le Hezbollah libanais a supporté le gros de la bataille, appuyé par les hélicoptères de combat de l’armée syrienne.  La tactique employée par la milice chiite libanaise était d’encercler et d’isoler les différents groupes rebelles et les anéantir les uns après les autres.
    E problème est que les insurgés sunnites se sont infiltrés dans les régions montagneuses tant en Syrie qu’au Liban et pourraient déplacer la bataille vers les localités chiites de la Bekaa libanaise, considérées comme des places fortes du Hezbollah. Cette éventualité est d’autant plus inquiétante que la communauté sunnite est chauffée à blanc actuellement au Liban, exaspérée par les évènements de Gaza et enthousiasmée par les succès sunnites en Irak.
     
    Un jihadiste marocain commet un attentat suicide contre l'armée syrienne
    Dans la Ghouta (région de Damas), un attentat suicide à la une voiture piégée a été perpétrée mercredi 16 juillet dans la localité de Mleiha, conquise par les rebelles en avril 2013 et reconquise pour moitié par l’armée syrienne au début du mois de mai 2014. Le kamikaze a visé un barrage de l’armée syrienne dans le but de briser le blocus qu’elle impose à cette région. L’auteur de l’attentat est un membre du Front al-Nosra de nationalité marocaine.

    Des Islamistes libyens participent à la bataille de Rass el-Aïn contre les Kurdes
    La bataille menée par Daesh contre la localité kurde de Rass el-Aïn fait toujours rage. Elle a été baptisée par les Jihadistes de l'EI « Badr al-Koubra » (en allusion à la bataille menée par le prophète Mohammad contre les infidèles). Des renforts ont été dépêchés des deux côtés : de nombreux Kurdes de Turquie et d’Irak venus défendre Rass el-Aïn d’un côté et des Jihadistes arabes et étrangers de l’autre. A noter que la brigade islamiste libyenne Bitar participe aux combats aux côtés de Daesh.

    Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

  • L’Etat islamique s’étend en Syrie

    Imprimer

    Les Jihadistes de l’Etat Islamique (EI) ont pris Boukamal, une importante ville à la frontière irakienne
    Après une bataille féroce entre l’armée de l’Etat islamique (EI – anciennement EIIL), et le Front Islamique auquel se sont joints  quelques éléments du Front al-Nosra, tout au moins ceux qui n’avaient pas encore fait défection pour rejoindre l’EI, la ville de Boukamal, à la frontière irako-syrienne, est tombée entre les mains des Jihadistes de l’Etat islamique. Il faut dire que l’EI avait mis les moyens, envoyant des renforts d’Irak et du matériel militaire pris à l’armée irakienne.  Les avions de chasse syriens ont aussitôt mené des raids sur Boukamal dès l’annonce de sa chute.
    La prise de Boukamal donne à l’Etat islamique une continuité territoriale avec la ville irakienne d’al-Qaïm, prise il y a quelques jours.
    Les Jihadistes de l’EI lançaient aussitôt une offensive contre un bastion du Front al-Nosra, situé à Cheil, à 100 kilomètres au nord de Boukamal.

    L’EI contrôle la quasi-totalité de la province de Deir ez-Zhor
    Les jihadistes de l’État islamique (EI, ou Daech) contrôlent désormais la quasi-totalité de la province de Deir Ezzor, à l'est de la Syrie et à la frontière avec l'Irak. La plupart des brigades rebelles opposées à l’Etat islamique se sont retirées. 
    Les combattants de l’EI ont hissé le drapeau noir des Abbassides sur les bâtiments officiels de la ville de Mayadeen après que celle-ci soit tombée, le jeudi 4 juillet, entre leurs mains. Les Islamistes du front Al-Nosra (branche syrienne d'al-Qaïda) se sont soit enfuis, soit ralliés à l’Etat islamique. Des rebelles islamistes ont également prêté allégeance à l’EI dans les villes de Chouheil et Aachara, ce qui a permis aux Jihadistes de l’EI de s’en emparer. 

    L'Etat islamique prenne un des plus grands champs pétroliers de Syrie
    Les jihadistes de l'Etat islamique (EI) ont également pris le contrôle jeudi 4 juillet du champ pétrolier d'al-Omar dans l'est de la Syrie, un des plus grands du pays.
    En 2011, la production de ce champ s'élevait à près de 30.000 barils par jour.
    En novembre 2013, le Front Al-Nosra, la branche syrienne d'el-Qaëda, qui s’était emparé du champ pétrolier d’al-Omar vendait encore 10.000 barils/jour,

    Relire l’histoire des Croisades
    Il est peut être utile aux lecteurs de relire l’histoire des Croisades pour comprendre que les dirigeants de l’Etat islamique ont l’intention d’étendre le califat, dont ils viennent d’annoncer la renaissance, d’Alep, en passant par Damas, jusqu’à Bagdad. L’objectif final des Jihadistes est évidemment le Sahel, la plaine palestinienne et donc l’Etat d’Israël. C’est pourquoi l’Etat hébreu doit tout faire pour aider les opposants de l’Etat islamique.

    L’Etat islamique recule dans la région de Damas
    Mais pour l’instant, les armes ne semblent pas tourner à l’avantage de l’Etat islamique dans la région de Damas. Les Jihadistes de l’Etat islamique ont été défaits dans la région de la Ghouta orientale par une coalition de rebelles du Front islamique (pro-saoudien), de soldats de l’Armée syrienne libre (ASL) et du Front al-Nosra, malgré la défection de dizaines de membres du Front au profit de l’Etat islamique.
    La bataille n’a pas été sans provoque d’importantes pertes de part et d’autre. Il semble que Zahrane Allouche, le commandant de l’Armée islamique, la principale brigade du Front Islamique (pro saoudien) aurait été tué, mercredi 3 juillet, dans le bombardement de son siège dans la localité Meydeat, dans la Ghouta orientale. Il était en réunion avec d’autres commandants de la rébellion et on dit que des dizaines de chefs auraient été tués dans le bombardement.

    Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

     

  • Violents combats entre Islamistes dans la banlieue de Damas

    Imprimer

    Les Islamistes de l’EIIL veulent maintenant conquérir la Ghouta orientale
    Fort de ses succès en Irak et disposant d’un impressionnant arsenal militaire qu’il a pris à l’armée irakienne et dont une partie a été transportée en Syrie, l’EIIL convoite désormais la Ghouta orientale et tente depuis quelques jours de la conquérir.

    La Ghouta orientale est une place forte du Front Islamique
    La capitale de la Ghouta orientale, Douma, est le fief du Front Islamique, une coalition de milices armées, dirigée par Zahrane Allouche, le chef de Jeich al-Islam (l’Armée islamique), qui constitue la principale force du Front dans cette région. Soutenu par l’Arabie saoudite, le Front al-Nosra, affilié à al-Qaïda et son représentant en Syrie, combat  aux côtés du Front Islamique.
    Les combats entre Islamistes sont d’une violence inouïe.

    Les combattants de l’EIIL reçoivent le renfort de membres du Front al-Nosra
    Des combattants de l’EIIL se sont infiltrés dernièrement à Douma. Ils ont reçu le renfort de cinq dirigeants du front al-Nosra et de leurs hommes qui ont décidé de rejoindre les rangs de l’EIIL, comme à Boukamal, et de prêter allégeance à son cher, Abou Baker al-Baghdadi. On s’attend à ce que d’autres éléments suivent leur exemple.

    Zahrane Allouche ordonne d’exécuter tout membre de l’EIIL
    Du coup, c’est la mobilisation générale dans les rangs du Front Islamique. Zharane Allouche a donné l’ordre d’exécuter sur le champ quiconque soutiendrait l’EIIL.
    Quatre jours après que cet ordre ait été donné, on apprenait que le chef religieux de l’EIIL dans la Ghouta orientale, le Saoudien Abdel Majid al-Outaïbi, plus connu sous son nom de guerre Karine al-Kallache, était retrouvé décapité. L’EIIL accusait aussitôt le Front Islamique d’être responsable de son exécution et promettait de se venger en tuant Zahrane Allouche lui-même.
    Sans doute dans le but de mettre leur menace à exécution, une énorme explosion à la voiture piégée détruisait, samedi 28 juin,  le siège de Jeich al-Islam (l’armée islamique), tuant vingt personnes. Peu de temps avant l’attentat, Jeich al-Islam avait lancé un assaut contre des positions de l’EIIL dans les localités de Douma et Misraba. 

    Pendant ce temps...
    Pendant ce temps, les forces fidèles au régime syrien poursuivent leurs bombardements des régions orientales de Damas.

    Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)